voyage du Héros, apprendre les 12 étapes du scénario Partie I

Le voyage du Héros

 

Les 12 étapes du scénario

Appréhender le livre de Campbell n’est pas forcément aisé. Il utilise beaucoup de termes spécifiques et techniques. Je vais vous l’expliquer en vous donnant des exemples très précis de films que tout le monde connaît. Bien évidemment, vous pourrez à votre tour prendre les films que vous souhaitez (plus proche de votre univers) pour travailler votre scénario.

Dites vous que même si les exemples que je donne sont très loin de votre histoire, vous y trouverez des similitudes. C’est là toute la magie du voyage du Héros. Je vous invite tout de même à lire le livre de Campbell que vous pouvez trouver ici : Le Héros Au Mille Et Un Visages.

Voici à quoi ressemble le schéma du voyage du héros s’il devait être synthétisé.

le voyage du héros

  1. le monde ordinaire
  2. l’appel de l’aventure
  3. refus de l’aventure
  4. rencontre du mentor/ guide
  5. passage du seuil de l’aventure
  6. épreuve, rencontre des alliés et ennemis
  7. approche/accès à la caverne
  8. dernière épreuve : mort et renaissance
  9. récompense/ prise de l’épée
  10. chemin du retour
  11. renaissance
  12. retour avec l’objet de la quête

Ok ! Super. Mais réellement ça veut dire quoi ? Voici les clefs d’un scénario.

1 – le monde ordinaire

La plupart des histoires que l’on écrit ont un caractères exceptionnel de part : ses personnages, l’époque, le monde où elle se déroule etc. La première règle est de montrer votre personnage dans le monde dans lequel il vit. Celà créera de ce fait un contraste avec le reste de l’histoire.

Prenons Retour vers le futur / back to the future. On voit Marty agir comme tous les jours. Il fait du skate, il traverse Hill valley. C’est un étudiant qui aime aller jouer de la guitare, il auditionne pour le bal de fin d’année. Il a une petite amie. Et il a comme ami un inventeur fou. D’ailleurs la présentation de Doc est formidablement mise en scène par Zémeckis. Car au travers des inventions ratées qui se mettent en marche les unes après les autres, on devine qu’il est un peu farfelu, bordélique, mais incroyablement ingénieux.

2 – l’appel de l’aventure

C’est le moment où votre héros est confronté à un problème. Son ami Doc lui donne rdv dans la nuit car il a quelque chose à lui montrer.
Marty doit aller au lac avec la voiture de ses parents, mais Biff l’a un peu endommagée. Les relations entre Lorène (sa mère) et Georges (son père) sont pitoyables. Bref il a une vie de merde.

3 – Le refus de l’aventure

A ce moment de l’histoire, votre personnage principal rechigne à changer sa vie. Il hésite à entrer dans l’aventure, car ce qui lui fait face, que se soit quelqu’un ou une situation, cela lui fait extrêmement peur.

Pour Marty, c’est le moment où il est face à Biff alors qu’il lui a explosé la voiture. Il voit son père se faire maltraiter par Biff, mais Marty ne dit rien. Surtout lorsque Biff lui fait face et lui dit «  tu veux ma photo Banane ! ». Puis il s’endort, jusqu’au coup de fil de doc. Marty se lève et part le rejoindre.

voyage du héros

eenevski/ shutterstock

4 – Rencontre du Mentor / Guide

Il faut savoir que votre personnage seul ne peut appréhender l’aventure dans laquelle il s’embarque. C’est pourquoi à ce moment précis, il faut lui présenter un guide, une personne qui peut lui expliquer les bases, lui donner ses premières armes, pour qu’il puisse continuer l’aventure. Dans retour vers le futur, Doc explique comment la Delorean fonctionne et les principes du voyage dans le temps.

Vous pouvez utiliser ce guide de plusieurs manières :

  • Il n’est pas nécessaire qu’il suive le héros après ce passage pour que votre personnage affronte seul l’inconnu.
  • Au contraire il peut l’accompagner très loin, mais attention le héros devra passer l’épreuve finale seul.
  • Le guide/ mentor, n’est pas obligé de donner quelques chose de matériel. Cela peut tout simplement être une discussion entre votre personnage et le mentor. Il lui donne juste un coup de pouce pour que le personnage « se lance ».

5 – Passage du seuil de l’aventure

C’est un moment important. C’est le nœud dramatique. L’histoire bascule définitivement. L’aventure de votre héros commence et il ne peut plus faire marche arrière. Lorsque La Delorean revient du futur avec le chien, les libyens arrivent, Doc se fait tuer. Marty manque de mourir mais l’arme du terroriste s’enraye. Il monte dans la voiture et met les gaz. La voiture s’enclenche et disparaît.

Voila pour cette première partie sur le voyage du héros. La semaine prochaine je vous expliquerez les points 6 à 9, dans 2 semaines nous verrons les derniers points de passage, puis dans 3 semaines je vous expliquerais comment appliquer le voyage du héros grâce à la méthode de la Timeline.

N’hésitez pas à me poser des questions en laissant en commentaire au bas de cet article. Vous pouvez aussi retourner au plan du site pour lire d’autres articles.

A bientot,

Tom

 

À PROPOS DE TOM WEIL

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • Audrey

    Bonjour Tom,
    Est-ce que tous les films sont configurés comme ça ?… Parce que cela m’étonne. Merci de ta réponse.

    • Bonjour Audrey,

      99% oui.

      Donne moi un exemple de film qui te semble ne pas rentrer dans ce schéma.

      A bientôt,

      Tom

      • Audrey

        Alors je pense à des films plutôt dramatiques que j’ai aimé et que j’ai vu plusieurs fois tels que Le Péril Jeune ou Virgin Suicides par exemple. Je n’ai pas l’impression que ces films reprennent ce schéma. J’ai plutôt l’impression que ce schéma est surtout adapté aux films de science-fiction et merveilleux, pas forcément aux films que j’appellerais réalistes comme les deux que j’ai cité. Je me trompe?

        • Bonjour Audrey,

          Oui tu te trompes. Virgin suicides correspond complètement au schéma ;o)

          Tous les genres se servent de ce modèle.

          A bientôt,

          Tom

  • Pingback: IMAGINAIRE DE LA FRONTIÈRE ET CULTURE GEEK PARTIE 1 | David Peyron()

  • Tommy

    Merci infiniment pour la référence ! Je me suis résolu (pour mon plus grand bonheur) à l’achat de l’ouvrage de Campbell. Je l’ai tout juste commencé aujourd’hui et déjà, il me semble indispensable.

    • Bonjour Tommy,

      N’hésite pas à revenir ici parler de ta lecture ;o)

      A bientôt,

      Tom

      • Tommy

        Avec plaisir ! Je peux dire pour le moment, que j’ai ouvert ce livre pour mieux comprendre l’évolution, le déroulement d’une histoire et de son héros, et que finalement je me retrouve à le lire d’abord pour moi plutôt que pour mon scénario. L’ouvrage traite pas mal de psychanalyse et nous apprend beaucoup sur la mythologie et l’histoire des civilisations au travers de rites etc. Comprendre le fonctionnement du héros que nous sommes avant tout va indubitablement s’en ressentir sur celui de nos écrits.

        Je n’en suis qu’au début, j’espère ne pas être trop brouillon dans mon explication !

        See you !

        Tommy

        • Bonjour Tommy,

          Non tu n’es pas brouillon. Attention tout de même l’application du voyage du héros ne se fait pas dans son intégralité pour un court ;o)

          A bientôt,

          Tom

          • Tommy

            Oui, je l’ai vu dans ton article, et j’y ferais attention, promis !

          • ;o)

  • julien

    Bonjour , j’ai besoin d’un consceil. Je suis entrain d’écrire un scenario sur un film qui renconte une histoire sur l ‘integration.comment je peux integrer les 12 etapes dans une histoire pareille?

    • Bonjour julien,

      Les 12 étapes du voyage du héros sont difficilement intégrables dans un court métrage. Mais il est possible, même souhaitable d’en glisser quelques unes. Comme le monde ordinaire, l’appel de l’aventure, le nouveau monde, l’approche de la caverne, le climax et le dénouement.

      A bientôt,

      Tom

  • Lo

    Bonjour, dans un court métrage de 6 minutes environs, la question des trois actes est suffisante ou faut t-il aussi y incorporer les 12 étapes du héros.

    • Bonsoir Lo,

      Impossible de mettre les 12 étapes du voyage dans un court de 6 minutes. Les 3 actes suffisent ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • Jacyntha

    Bonsoir Thomas, je voulais savoir vous aviez vu le film « le Fugitif » avec Harrison Ford ? si oui, voici ma question toute simple, qui est le mentor dans ce film ? Merci d’avance

    • Bonsoir Jacyntha,

      Oui je l’ai vu il y a très très longtemps. Je vais le revoir pour te donner une réponse ;o)

      A bientôt,

      Tom

      • Jacyntha

        Bonjour Thomas, oui moi aussi je l’avais vu y a très longtemps, et là je l’ai regardé à nouveau, comme le livre de Vogler en parlait, du coup ça me laisse perplexe. Je te le demande, car mon scénario, le héros n’a proprement pas de mentor non plus, il est guidé, confronté par sa Foi religieuse, son Moi profond. D’où ma curiosité sur le film que je te parle. Est-ce que le mentor serait juste sa volonté de vouloir prouver son innocence, je me demande. Alors je vais attendre ta réponse, bonne journée.

        • maria

          Bonjour Jacyntha, et bonjour TOM,
          Tu me remets en mémoire « Le fugitif »,Jacyntha. Un film d’action qui m’a tenue en haleine. Je me permets de m’interposer. – encore une fois !.
          Si je me souviens bien, et là, je suis obligée de dévoiler un « hareng rouge », le pire ennemi lui sert de mentor, en même temps que de menteur LOL ! Il est celui auquel le Héros téléphone, il est son point d’accroche. Ce personnage est obligé de donner argent, logement et autre au « Fugitif ». C’est ça le truc.
          Tu as raison, sa volonté de se disculper c’est sa première force, le mentor qui le fait agir au-dessus de ses forces. ( il plonge dans une cascade etc.)
          J’espère ne pas t’induire en erreur, Jacyntha..
          Merci d’avoir rafraîchi ma mémoire. Quand je cherchais, Google me donnait  »Les Spécialistes » avec G. Lanvin, et B. Giraudeau. Ce sont les ‘évasions de l’acte 1 qui ont quelque chose de commun.
          TOM, on se croirait au ciné-club ! LOL ! Excuse-moi d’empiéter sur ta future réponse. Si j’exagère, envoie-moi sur les …roses. Ouille !
          Bon dimanche à vous deux et à tous.
          ☼ ) maria.

          • Bonjour Maria,

            Je n’ai pas eu le temps de revoir ce film. Alors merci. Je pense que tu as raison Maria sur le Mentor, en tous cas selon mes souvenirs ;o)

            A bientôt,

            Tom

            PS : le blog est aussi là pour faire ciné club ;o)

          • Jacyntha

            bonjour Maria, je viens de voir ta réponse par hasard. Parfois, je vois que j’ai plusieurs réponses, mais quand je clique dessus, Disq s’ouvre et je vois pas tous les messages, un sur deux par exemple. En fait, je me souviens plus de la scène du téléphone, mais bien de son ennemi qu’il a croisé sur la route en voiture et qui lui a filé de l’argent. Merci quand même Maria et Tom. Entre temps après avoir réfléchi sur différents films que j’ai vus, et relu le livre de Vogler, mon « mentor » tient le coup.

          • maria

            Bonjour JACYNTHA,
            Je m’interpose entre toi et TOM, qui t’a répondu en même temps qu’à moi. (cf ci-dessous.)
            Le mentor est pire qu’un ennemi dans « Le fugitif ». Si je ne fais pas erreur ( il y a longtemps ! ), c’est lui qui a fait le coup ! pour s’approprier le prix de la découverte. .
            Moi aussi, j’ai des petits problèmes pour accéder ici. ( la box ? ) je suis sur un autre PC.et ça saute quand j’écris !
            Bonne continuation dans tes écritures.
            Cordialement de
            ☼ ) maria.
            Merci TOM, pour l’hébergement.

          • Jacyntha

            Merci Maria, mon scénar contient à ce jour, 98 pages sans correction encore, et 82 scènes je crois, avec un courrier 12. Pour moi, tout est là, le debut, le milieu, la fin, le héros, le mentor, le méchant, le but….pfff suis sûre qu’il y a encore pas mal de choses à revoir la dedans, surtout, pour les scènes longues. et sans oublier mon français qui est pauvre, j’aime écrire, mais j’aime pas lire. Quelle souffrance! Bonne continuation à toi aussi Maria, et au fait, tu es sur un projet actuellement?

          • maria

            Coucou, JACYNTHA, coucou TOM,
            Merci de ton commentaire.
            Tu dis que ton français est pauvre. Au fond, il importe peu pour écrire un scénario. Si tu as écris des livres, ça n’a rien à voir. Justement, pas besoin de style; quelle humilité par rapport à la rédaction de  » l’écrivain ».
            TOM m’a fait comprendre que l’IDÉE doit être claire, jamais abandonnée; les mots simples pour donner le « cinématographique » soit essentiellement les images , et aprèsles sons. (ce qu’on entend, ce sont essentiellement les dialogues, parfois la musique quand elle « parle » , du bruitage etc. ) En plus,un scénar a un aspect mathématique ( logique, numérotation, ellipses, raisonnement analyse/synthèse etc. ).Notre langue est là pour faire passer l’histoire au spectateur via ll’équipe de cinéastes au complet.
            Pour mon projet, je t’en ai parlé sur « Séquencier 17 ». J’écris autre chose tout en fignolant ce long métrage.
            Cordialement ☼) et encore merci à TOM.=
            maria

          • Jacyntha

            Bonjour Maria, je sais l’écriture d’un livre n’a rien à voir avec un scénario. Tu sais, en 1993, j’ai présenté mes travaux à quelqu’un qui était réalisateur à l’époque de court-métrage, maintenant devenu scénariste. Cette personne m’avait dit que mon français est médiocre. Alors tu vois, ce mot « médiocre » a tant raisonné dans ma tête, que ça été plus que cassant, que 22 ans après, j’ai impression encore entendre cela. Et excuse-moi, « Séquencier 17 » ? je vois pas. Ou à moins où j’ai vu t’as écrit ton psynopsis? ok, sauf que je vois plus trop c’est quoi. En fait, la question, est-ce que tu es sur un projet, donc oui. Alors bonne continuation. Et si j’ai compris, tu écris 2 scénarios à ce jour. J’ai commencé comme ça aussi, en février, mars, le temps que les idées m’arrivaient sur le scénario initial. J’écrivais autre chose. Puis la nature a fait que j’ai fini que me plonger sur le projet 1. Tu es située en Métropole Maria? Moi à LA REUNION, je ne sais pas si tu connais. @bientôt

          • maria

            ☼ ) Coucou JACYNTHA et coucou TOM,
            Je m’interpose encore – Pardon TOM ! – pour te répondre JACYNTHA..
            Le type qui t’a dit une phrase « assassine » pour te démoraliser, il faut l’oublier !
            Oui, je t’écris de la métropole. Je ne connais ton île superbe que par ce que des amies m’en ont dit, les photos rapportées, et grâce à internet.
            Je voyage mentalement LOL!
            Pour le scénar de long métrage, je ne fais plus que des retouches. J’en suis à écrire le roman de ma vie, pas ordinaire en son début ( enfance + adolescence ), Il se pourrait qu’un jour, je le rédige à la troisième personne, en scénario. J’ai besoin d’avoir des projets en tête : ça aide à ne pas se voir vieillir LOL !
            Bonne continuation !
            Et cordialement à toi, ainsi qu’à TOM.
            ☼ ) maria.

          • Jacyntha

            Bonjour Maria, t’excuse pas auprès de Tom, je m’adressais bien à toi. et merci de ta réponse. Je trouve magnifique tu peux te diversifier dans l’écriture. A l’époque, y a très longtemps, quand j’ai perdu mes rêves de concrétiser un scénario, j’ai voulu alors écrire un livre. Car j’adore écrire oui. D’une part j’aime pas lire « les romans genre arlequin », que je me suis vite aperçu, que ça m’ennuyait, car rien à voir avec l’écriture d’un scénario. » le soleil brille, le vent souffle sur ma peau » c’est pas mon truc. Alors j’ai laissé tombé l’écriture en tout genre. T’as raison de dire que l’écriture est un rafraichissement pour notre âme lol. On pourra pas dire que l’Alzheimer nous guette mdr.! Bonne fêtes de Pentecôte Maria, Tom et aux autres qui nous lisent. J’ignore si tu bouges ou pas demain, alors passes un bon wee-end et bonne continuation aussi.

          • Bonjour Maria,

            C’est étrange…je n’ai pas de pb pour vous répondre et voir tous vos commentaires…

            Je me renseigne.

            A bientôt,

            Tom

          • maria

            Bonjour TOM,
            Merci de ce commentaire.☼ )
            Mes problèmes viennent de la mauvaise connexion avec internet. Sur mon PC., je suis obligée de passer par des trajets indirects pour avoir ton blog.
            ( Malgré mes diverses protections, j »ai eu des logiciels malveillants. Alors ?…)
            Ça m’inquiète d’autant plus que nous partons pour un bon mois, ailleurs. J’espère y retrouver des connaissances douées en informatique. J’ai ma wifi indépendante et personnelle. L’an passé, ça a marché.
            Sur ce PC, peu performant, ça s’est mis à sauter. J’ai mis un temps fou à répondre à Jacyntha.
            Donc, ne t’inquiète pas, pour faire passer tes articles et tes commentaires.
            Peut-être demain aurons-nous le plaisir d’un nouvel article.?
            Cordialement en t’espèrant en bonne santé.
            ☼ ) maria.

          • Bonsoir Maria,

            Cela veut dire quoi : « des trajets indirects » ?

            A bientôt,

            Tom

          • maria

            Re- TOM,
            * Rappel. Je suis ignare en informatique. Ça fait un moment, pourtant, tout allait bien.
            Je n’ai plus internet exploreur. => Alors, systèmes D. J’ai configuré « FireFox », comme j’ai pu, mal sans doute. Je l’attrape en passant par  » réseau et partage », et j’ai ton blog ou ma boîte mail.
            Ou alors, comme aujourd’hui, j’écris sur l’ordi de mon mari ! C’est lui qui saute, enfin c’est son portable, LOL ! celui qu’on emporte ailleurs en plus du mien. Pour la wifi personnelle, elle fonctionne.
            * J’ai eu ce matin, le plaisir ☼ ) de lire ton article : » Ciné Magazine  » . Juste une petite remarque: pour y accéder, j’ai le début mais pas le fameux  » lire la suite « .
            Je n’ai pu le lire en entier qu’en cliquant sur la première ligne des « derniers articles », dont la liste apparaît à droite.
            * À bientôt et cordialement de
            ☼ ) maria.

          • Bonjour Maria,

            Je ne sais pas ce qu’il s’est passé, j’ai eu des problèmes avec le blog, les liens…tu vois moi aussi l’informatique est parfois mystérieux ;o)

            A bientôt,

            Tom

          • maria

            Merci TOM. ☼ ) . Si le temps des pirates était revenu ?
            maria.

          • lol non pas de pirates ;o)

            Tom

  • Adrore

    tu a inversé les liens de  » je vous expliquerez les points 6 à 9″ et  » nous verrons les derniers points de passage » ^^ Et sinon, j’adore tes articles ! 8D

    • Bonjour Adore,

      Merci de me prevenir ;o) Je fais le changement dés que possible.

      A bientôt,

      Tom

  • Blezoux

    Bonjour,

    Est-il obligatoire de respecter ces étapes ? Merci

  • Amarante

    Le problème, c’est que dans mon scénario, cela n’a rien à voir. Je veux dire que certaines étapes changent de place, sont retirés etc… Donc, je ne sais pas si ce que je fais est « bien » ! :/

    • Bonsoir Amarante,

      Si c’est un court-métrage il est difficile de respecter les 12 étapes. Après certaines peuvent changer de place…mais pas toute.

      A bientôt,

      Tom

  • wilika

    J’aime beaucoup cette notion fondamentale développé par Campbell et Vogler, et très bien synthétisée par Tom Weil ^^. Ceci dit, j’ai parfois du mal à retrouver ces étapes dans certains films qui restent (du moins pour moi) de grands moments de cinéma. Je pense principalement à des films à la narration déstructurée ou inversée.

    Deux exemples en particulier:
    « Mémento » (C.Nolan) qui est raconté à l’envers.
    « 21 grammes » (A. Inaritu) qui, d’une part raconte trois destins, et d’autre part se permet des allés et retours dans la chronologie des évènements.

    J’aurai, du coup, une question en particulier. Dans ce type de construction, vaut il mieux construire le « voyage du héros » dans la chronologie de base afin de faciliter la déstructuration? Où faut il réussir le tour de force de « respecter » les 12 étapes en utilisant les éléments déstructurés? (En espérant être clair dans ma demande ^^)

    • Bonsoir wilika,

      Il faut construire dans l’ordre puis ensuite déstructurer. Après je dis souvent que suivre les étapes est une chose, mais ce n’est pas une religion. Il se peut qu’un film ne respect pas toutes les étapes.

      A bientôt,

      Tom

  • yassine

    ce que vous écrivez monsieur est très intéressent , mais ces étapes sont elles appliqués pour tout genre de films ?? moi en tout cas je pense qu’on peut procéder autrement, je dis ça en se basant sur des scénarios de films américains que j’avais lu, et qui ne respectent pas cet enchaînement. En tout cas je vous remercie pour vos articles riches en information.

    • Bonjour bassine,

      Merci pour les compliments. Ahahahaha je serais curieux de connaitre les titres des films dont tu parles.

      Sinon pour répondre à ta question les étapes que je donne ne sont pas une religion à appliquer à la lettre. Il se peut que toutes les étapes ou juste une partie soit présente.

      Si tu te sens assez solide pour faire sans, vas y ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • Quentin

    Bonjour,

    Tout d’abord merci pour ce site qui est super!
    Vous faites un très bon travail.
    Par contre, étant donné que je « débute », pourriez vous me dire par où commencer, par quels articles, etc …
    Il y a tellement d’articles interessants que je suis un peu perdu

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Quentin,

      Merci pour les compliments. N’hésite pas à partager le site e t ses articles autour de toi, c’est le meilleur moyen de me remercier et de permettre à ce blog de rester gratuit.

      Pour répondre à ta question, il te suffit de cliquer sur « pour commencer » dans l’onglet du menu. Ou/ et d’aller dans l’onglet : articles. Tu y trouveras tous les articles du blog classé par thème et par numéro à suivre.

      A bientôt,

      Tom

      • Quentin

        Merci pour la rapidité de la réponse.

        Disons que autour de moi il n’y a personne qui est attiré par ce domaine … mais au cas où j’y penserai.

        D’accord, c’est fait, j’ai lu, je vais peaufiner mes recherches sur le site. Mais avant j’ai une question, enfin plutôt besoin de conseils, c’est pas vraiment une question …
        J’ai souvent de bonnes idées d’histoires à raconter, donc je commence à réfléchir à tel ou tel projet, et puis j’arrête, parce que je m’y prend mal à chaque fois.
        Je ne sais pas comment m’organiser. En fait, en ce moment, plus qu’à d’autres, je dois dire que j’ai énormément d’idées.
        J’aimerais écrire une mini-série (en 7 ou 8 épisodes). J’ai la trame de fond, l’histoire de départ, mais là où je bloque, c’est que pour faire naître d’autres idées, il me faut un début convenable qui plante les bases de l’histoire, mais je n’arrive jamais à écrire un début de quelque chose, jamais. Donc pour moi impossible de développer correctement mon histoire.

        Pourriez-vous s’il vous plaît m’aider ?

        • commentfaireunfilm

          Bonjour Quentin,

          C’est le lot de beaucoup d’entre vous, des idées plein la tête, mais pas les « moyens » pour les développer . Lorsque je parle de moyen, il faut comprendre technique ou suivi.

          Pour faire un bon début, il faut avoir le milieu et la fin.Puis savoir d’ou vient ton personnage et ou il va. Ensuite créer un obstacle, une quête, un mythe.

          Puis procéder étape par étape. C’est la que la plateforme que je prépare sera utile.

          A bientôt,

          Tom

          PS : pour le moment il faut que tu suives les articles que j’ai écrit sur le site.

          • Quentin

            Bonjour,

            Ok d’accord merci
            Je vais travailler ça avec vos fiches.

            Quentin

  • Super synthèse, ça aide ! Surtout la démarcation ordinary world / special world.

    Il me semble qu’à l’étape 1 il manque de
    préciser que le héro vit dans un monde ordinaire mais qu’il a d’autres
    aspirations : une sensibilité ou un potentiel plus grand que les
    personnes qui l’entourent. Il aspire à autre chose, il sent qu’il
    peut avoir un autre destin. Exemple dans Star Wars 3, Luke veut devenir
    pilote mais il est prisonnier de son environnement.
    Aussi à l’étape 4 il y a souvent un « objet magique » en jeu dont le héro entre en possession pour mettre en œuvre ses aspirations : une machine à remonter dans le temps, un sabre laser, etc.

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Olivier,

      Merci pour les compliments ;o) Comme tu le dis à juste titre, ce n’est qu’une synthèse ;o) Pour le point que tu soulèves sur luke et son envie d’être pilote (Star wars 4 : a new hope, et non pas 3 :o)) c’est vrai. Mais pas toujours ;o)

      Je prends un exemple : mes enfants sont regarde à l’instant : le monde de Nemo. Marin (le père de nemo) est recentré sur lui-même, il a peur du changement. Son monde ordinaire (suite à un traumatisme) c’est de s’occuper et de sur-protéger son fils (nemo). Au début du film, marin n’aspire à rien d’autre que d’être en sécurité. C’est la jeunesse et l’imprudence de son fils (Nemo) qui va le pousser à l’aventure !
      Ce film est d’ailleurs construit sur deux quêtes initiatiques.

      A bientôt,

      Tom

  • C’est pas spielberg la mise en scène de retour vers le futur » mais Robert Zemeckis….au passage ! 🙂 si non merci pour les tuyaux !

  • Brume argentée

    Bonsoir.

    j’avais une question. voila, je reflechit depuis longtemps a un film et je n’en suis encore qu’au tout debut de l’ecriture de cette idée.

    en fait la question est basiquement la meme que celle qu’un autre internaute vous a posé, a savoir : comment un scenario doit commencer dans la mesure ou je veut faire en sorte de presenter le film a travers les yeux de l’heroine?

    la vous me repondrez : La voix off bien sur! mais comment faire cela lorsque l’heroine presenté est supposé etre muette?

    • commentfaireunfilm

      Bonsoir Brume Argentée,

      En voila une question intéressante. Je ne suis pas complètement d’accord avec toi, ce n’est pas tout à fait la même question.

      Tu as plusieurs solutions : la voix off de ton héroïne, ce n’est pas parce quelle ne peut pas parler, que l’on ne peut pas l’entendre ! (le spectateur serait dans sa tête).
      ou par la voix off d’un autre personnage qui raconterait l’histoire de ton héroïne.
      Soit par la mise en scène elle même. En effet nous n’avons pas besoin d’entendre pour comprendre ! de plus tu peux aussi te servir du langage des signes en le sous titrant.

      Je suis certain qu’en cherchant un peu tu peux trouver d’autres solutions. Tu es la seule à connaître l’histoire, donc la seule à savoir quelle méthode appliquer ;o)

      Bon Courage,

      Thomas J.

      • Brume argentée

        Merci beaucoup pour vos conseils, ca me donne des idées que je vais essayer de travailler.
        Desolé pour la reponse tardive et Merci encore 🙂

        • commentfaireunfilm

          Bonjour Brume argentée,

          De rien ;o)

          a bientôt et bon Courage,

          Thomas J.

  • djoudy

    Re bonjour,

    J’ai une 2ème questions, Comment un scénario doit commencer dans le mesure ou je veut faire parler mon personne principal pour se décrire lui mais aussi sa famille sont quartier……..
    En gros je veut que ce soit lui qui face l’introduction de mon film comment dois-je m’y prendre pour l’écriture du scénario?

    • djoudy1

      * Personnage

    • commentfaireunfilm

      Re bonjour Djoudy,

      D’après ce que je comprends tu vas avoir besoin d’utiliser une : voix Off

      C’est à dire que l’on va entendre ton personnage sans le voir à l’écran. On s’y on le voit à l’écran on ne le verra pas prononcer le dialogue.

      Exemple :

      Jean marche de la rue. Il rencontre des jeunes qu’il salue.

      Jean Off

      Là c’est moi Jean. J’viens d’avoir 17 ans..vous imaginez ? 17 ans et un prénom de d’vieux !…là c’est Steve mon pote de galère….etc

      Bon courage,

      Thomas J.

      • djoudy

        Yess merci.
        Du coup pour mon intro je dois mettre sa sous forme de séquence ou je peut juste l’écrire de façon banal.

        Dslll au risque de paraitre chiante .

        • commentfaireunfilm

          Bonsoir Djouby,

          Oui chaque changement de lieu doit ouvrir une nouvel séquence. Je te propose de lire le dernier article mis en ligne : présentation d’un scénario 2 : passer d’un lieu à un autre.

          Pour les scénarii en Français, je vais voir si je peux en trouver….

          Bon Courage,

          Thomas J.

          • djoudy

            MERCI 1000 FOIS!!!! sa serai vraiment trop cool !!!!!!! 😉

            Du courage mais surtout de la persévérance. . .

          • commentfaireunfilm

            Bonjour Djoudy,

            Je n’ai pas trouvé grand chose. Mais voila une adresse ou tu pourras lire de longs extraits : http://www.scenario-film.fr/scenarios-de-films/

            Bon Courage et persévérance :),

            Thomas J.

          • djoudy

            Merci c’est cool d’avoir prit le temps de répondre !!!!!!!
            J’espère très que le film va donner du lourd !!!!

      • djoudy

        yesss merci.

        je vous ai laissé un message, ne le voyant pas s’afficher je vous en envoie un de nouveau.

        Comme je le disais, pour l’intro de mon film dois-je faire sa sous forme de séquence ou je peut écrire de façon banal et ensuite entamé ma 1ère séquence quand le film commence vraiment.

  • LOANA

    Pour la rencontre du mentor, la personne qui lui explique la situation dans laquelle il se trouve ne peut elle pas être un ennemi ? Mon héros est seul, sans amis.

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Loana,

      L’ennemi peut expliquer à ton héros la situation. Mais ton protagoniste pour pouvoir passer les épreuves à besoin de quelqu’un qui va l’aider à acquérir « un nouveau savoir »….Mais il se peut que le mentor ne soit pas « humain », cela peut être un livre de survie, un mémoire, un grimoire….

      Mais en aucun cas son ennemi ne doit l’aider, sinon il devient son allié……

      Mentor = nouveau savoir/ aide

      Bon Courage,

      Thomas J.

      • LOANA

        Mon héros à un mentor, mais il vient bien loin dans le scénar ( page 66 sur 93), puisque ce héros se retrouve enfermé dans un endroit sans possibilité d’en sortir. Le mentor doit-il obligatoirement apparaitre au début de l’histoire ?

        • commentfaireunfilm

          Bonsoir Loana,

          Oui le mentor doit apprendre quelles sont les règles dans le « nouveau monde ». De ce fait, le mentor doit apparaitre assez vite. Prend l’exemple de Star Wars : un nouvel espoir. Si ton héros est enfermé, son mentor doit être un prosinnier enfermé depuis plus longtemps que lui (c’est un exemple). Sans lui le héros n’aurait que peu de chance de s’en sortir.

          Bon Courage,

          Thomas J.

          • loana

            Merci pour ton aide précieuse, Thomas ! 😀

          • wilika

            Pas toujours obligatoire me semble t-il. L’exemple qui me vient à l’esprit est « Will Hunting » où le mentor (Robin Williams) arrive assez tard dans l’histoire. Dans ce cas précis, cela semble d’ailleurs un choix intéressant (sauf si Robin Williams n’est pas le mentor du jeune Will ?)

  • Thomas

    Très bon site! En plus de Campbell n’oublions pas de saluer le travail de Christopher Vogler celui qui a su appliquer Campbell au scénario. Une référence!

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Thomas,

      Oui tu as raison :o)
      D’ailleurs Christopher Vogler sera à Paris les 23,24 et 25 avril 2013 pour une Masterclass. Prix de la formation 560 euros TTC.

      A bientôt,

      Thomas J.

      • Thomas

        Et j’y serais! 🙂 Ma place est réservée j’ai vraiment hâte. L’as tu déjà faite? Peut être as tu eu la chance de faire celle à Lyon parrainée par Alexandre Astier. Si tu l’as faite apporte-t-elle un plus par rapport au livre?
        Sinon j’ai un petit dilemme vis a vis de mon scénario et de la méthode Campbell/Vogler/toi tu peux peut être me donner ton avis.
        Campbell démontre que toutes les histoires fictionnelles ont la même structure, ayant finit mon premier scénario long métrage du moins le premier jet (60 pages pour 74 scènes c’est un huis clos), je me demandais : est ce que mon scénario suit à peu près les étapes du voyage du héros parce qu’on ne peut pas faire autrement que sortir de cette structure? Ou est ce que mon cerveau par habitude de voir des films suit naturellement cette structure sans s’en rendre compte? Ou, troisième cas plus embêtant est ce que c’est moi qui cherche absolument à ce que mon scénario colle à cette structure?
        Car en étudiant cette méthode j’ai essayé de chercher dans mon scénario les éléments qui correspondaient (appel de l’aventure, rencontre avec le mentor, etc…) et à chaque fois je trouvais bon et je m’en étonnais! (Cela m’a même donné le vertige…) enfin bref désolé pour ce long post mais j’aurais aimé avoir l’avis d’un professionnel avant de me lancer.
        Sinon j’envisage de faire mon séquencier aujourd’hui pour mieux me rendre compte des étapes du héros et vérifier mes timelines pour voir si il n’y a pas d’erreurs.
        Je te remercie de m’avoir répondu et de lire ce long post.
        A bientôt,
        Thomas

        • commentfaireunfilm

          Bonjour Thomas,

          Oui effectivement. Comme tu peux t’en douter j’ai lu les livres de Campbell, Vogler et d’autres. Mais participer à la Masterclass à été un plus. Non seulement parce que Christopher Vogler est charismatique mais c’est surtout un excellent pédagogue. Il te raconte une histoire au travers d’exemples concrets.
          Même si tu as lu le livre, il approfondit sa méthode d’une manière simplissime.
          Au final, on en retire une énorme émulation, on est gonflé à bloque. Motivation au top.

          Bon Courage,

          Thomas J.

  • maria

    Oui, bien sûr, cet article, je l’apprécie. Le schèma est net. Et le titre donné à chaque paragraphe commence à « me parler « .

    Je saisis l’idée fondamentale: je me trompe peut-être mais ce voyage du héros n’est-il pas la base des morales dites laïques ? ou des religions ? Les religions monothéïstes tout au moins. Je sais, là, je suis « hors sujet » mais je me comprends.

    Ne marchons-nous pas ,peu ou prou, sur les traces d’un héros ?
    On doit pouvoir transposer ce voyage en voyage de la pensée.

    Le mettre en pratique,dans un scénario, pas facile… Il me faut commander le livre …

    • commentfaireunfilm

      Maria,

      Si tu lis le livre tu auras ta réponse sur la ou les religions.
      Pour mettre en pratique le voyages du héros en revanche tu as tout ce qu’il te faut ici.

      Thomas J.

      • maria

        « Dame, c’est bien sûr !  » je suis juste au bout des » cinq premières minutes « , pas des » cinq dernières » lol
        Le déclic ! en ressassant cette nuit ce que j’ai lu hier dans ce blog ,la lumière arrive.
        Je fonctionne beaucoup à l’intuition, avant le raisonnement .
        Le lien avec les religions, il s’est fait à coup d’intuition.
        Et, dis-moi,Thomas, si je te parle du conte des frères Grimm : « Les musiciens de Brême » , et d’un road- movie merveilleux : : » Trois enterrements » , deux histoires bâties, comme tu préconises, et qui s’imposent à moi depuis que je viens ici, oui, dis-moi !, suis-je sur le bon chemin du héros ?
        * Des obstacles !
        * des rencontres nécessaires.
        * des métamorphoses, par l’osmose.
        *Le bout de la Quête.
        *Le feu d’artifice final, qui emporte plus loin, plus haut ?
        Je n’aurai pas besoin du livre pour l’instant ; oui, j’ai vraiment « tout ce qu’il faut ici ».
        Comment te remercier ?

        • commentfaireunfilm

          Maria,

          La métamorphose se fait par le franchissement des obstacles. Car le héros s’y retrouve…se trouve.

          Thomas J.

          • maria

            Bonjour Thomas,

            Je t’ai dit que je fonctionnais à coups d’intuitions;
            Je possède une histoire cohérente , que je dois conter au fur et à mesure du voyage du héros .
            La carte d’identité de chaque personnage est prête et n’a pas changé.
            Je suis davantage dans la concrétisation de mon projet.
            J’ai trouvé la Quête, par suite mon but est net .

            Donc j’ai un début de synopsis générique, qui s’étoffe au fur et à mesure des trouvailles, présentées avec le souci d’arriver au but.

            J’ai une vue d’ensemble, un plan général.
            Je sais où je logerai les étapes du voyage.
            Ce qui l’empêche, lui , d’avancer.(et moi aussi !!!)

            Or, le héros a eu un début de transformation dans son monde ordinaire,celui de son travail. Ceci, on le comprend dans l’acte I , ou scène d’exposition.
            Il a rechuté.
            Ma question est la suivante : les étapes , claires pour moi, grâce à la précision de l’idée , peuvent-elles être distribuées dans les trois grands actes ?
            Ou, au cours de flashbacks? Mon héros n’est déjà plus le même, quand il se présente (aspect général, enjoué ) On n’en connaît pas la raison; c’est juste un effet .(ça amorce la « résurrection »)

            Autrement dit, je le prends en stop, sur une route qu’il a déjà parcourue.
            J’en suis à établir l’itinéraire restant de son parcours.

            En m’appuyant sur un schéma des « surfaces » occupées par ce parcours , puis sur une timeline , un axe orienté, avec des images en flashback accrochées ;mal accrochées, ou en trop ; il me manque ton aide .

            Tout ça doit te sembler confus.

            Pourtant, cette fois, je suis dans la réalité du plan,au sens dissert’ de scénariste; pas au sens du tournage, qui n’est pas mon domaine.
            Je pense n’être pas loin d’un synopsis qui tient la route . Je voudrais qu’il soit au point , déjà, sans détails superflus.

            J’ai écrit une sorte d’avant-propos, pour moi, , la genèse de l’ approche de l’écriture, pas n’importe laquelle, celle du scénario.
            J’ai vu d’abord une vue aérienne de loin: les surfaces.
            Puis, en me rapprochant, une carte avec des routes.
            J’ai trouvé la route générale.
            Je suis en train d’atterrir au plan.
            Je voudrais un terrain d’atterrissage :le plan du synopsis, peut-être final ?
            Avant de repartir: destination : suite des images.
            Encore merci de ton aide. Bonne journée.

          • commentfaireunfilm

            Bonjour Maria,

            J’espère avoir compris ta question…
            Oui les étapes sont à distribuées dans les trois actes.

            En revanche je ne comprend pas ce que tu veux dire pour les Flashback. Un Flashback est une remémoration d’un événement antérieur au moment présent. Soit ce qui est arrivé avant le début de l’histoire, de la quête. Soit c’est un moment de la quête dont le héros se remémore. Donc ton héros ne peut pas « changer » dans les flashbacks car sont aventure n’a pas commencé ou il est en train de la vivre.

            Bon Courage,

            Thomas J.