voir un film, Voir des films et lire des scénarios

voir un film, voir des films et Apprendre le cinéma

passe forcément par voir des films et les lires des scénarios

voir un film et Apprendre le cinéma…nous commençons tout petit sans le savoir car Nous sommes tous influencés par les films que nous avons vus. Nos scénarios, l’univers que nous dépeignons dans nos oeuvres ont été nourris par les films qui nous ont fait vibrer, flipper, rire…

A chaque fois, la magie du film vous a emporté.

Vous allez écrire un scénario, une histoire à laquelle vous pensez depuis longtemps (ou pas.)

Mais voir un film c’est aussi savoir assimiler une méthode pour la mettre au service de votre imagination.

  1. Structurer vos idées
  2. Créer des lieux
  3. Des personnages
  4. Des conflits
  5. Des résolutions
  6. Inventer des plans

Reprenez vos films préférés et regardez les comme vous ne l’avez jamais fait. Prenez du recul, analyser, décortiquer, trouver la manière dont ils sont construits. Car la meilleur manière d’apprendre le cinéma c’est de prendre du recul.
Nourrissez-vous des plus grands. Voici une liste de films incontournables, tous genres confondus, dans lequel vous trouverez sûrement les solutions que vous cherchez.

ATTENTION : je ne parle pas de plagiat. Faire du copier coller de scènes connues et les utiliser dans votre scénario ne sert à rien.

Voir un film et comprendre ce qui fonctionne peut vous aider à débloquer une situation ou une séquence qui vous gène. De plus chacun de ses films et une mine d’informations sur la manière de tourner un film. Comprendre le langage cinématographique (que nous verrons plus loin en détail) ainsi que les ressorts scénaristiques sont primordiaux.

voir un film

rzstudio/ shutterstock

Autant apprendre avec les plus grand :

Le Parrain
Forrest Gump
Apocalypse Now
Le Bon, La Brute & Le Truand
2001 : L’odyssée De L’espace
Il Etait Une Fois En Amérique
Casablanca
Voyage Au Bout De L’enfer
Les Temps Modernes
Eternal Sunshine Of The Spotless Mind
Alien, Le Huitième Passager
Sueurs Froides
Autant En Emporte Le Vent
Les Aventuriers De L’arche Perdue
Edward Aux Mains D’argent
Star Wars 6 : Le Retour Du Jedi
The Dark Knight : Le Chevalier Noir
Le Silence Des Agneaux
American History X
Heat
Die Hard 1 : Piège De Cristal
Il Etait Une Fois Dans L’ouest
Million Dollar Baby
La Planète Des Singes
Le Cercle Des Poêtes Disparus
La Vie De Brian
Danse Avec Les Loups
The Thing
Trainspotting
Docteur Folamour
Les Incorruptibles
The Blues Brothers
Philadelphia
Jean De Florette
Les Trois Frères.

voir un film

Christian Bertrand/ shutterstock

Retour Vers Le Futur
Pulp Fiction
Les Affranchis
Citizen Kane
Seven
Raging Bull
The Usual Suspects
Taxi Driver
The Big Lebowski
Orange Mécanique
Full Metal Jacket
Blade Runner
Matrix
Le Dictateur
Psychose
Elephant Man
Amadeus, Shining
Shining
Fenêtre Sur Cours
Les Dents De La Mer
Barry Lyndon
Jurassic Park
Brazil
Monty Python
Casino
Un Jour Sans Fin
Les Enfants Du Paradis
Lawrence D’Arabie
ET L’extraterrestre
Metropolis
La Grande Evasion
L’impasse
La Grande Vadrouille
A Bout De Souffle
[/one_half_last]

voir un film

marekuliasz/ shutterstock

Ce n’est qu’une courte liste qui mélange chefs d’oeuvres et succès populaires. Ne soyez pas élitiste : succès populaires ne riment pas avec mauvais film !! Tout comme séries populaires ne riment pas avec mauvaises séries. Je pense notamment à des séries comme : les petits meurtres d’Agatha Christie. La série réunit 5 millions de personnes en moyenne. C’est une production Française, les scenarii sont très bien adaptés, les décors sont formidables. On peut ne pas aimer le genre, mais on ne peut pas dire, parce que c’est français et que ça marche, que c’est de la merde. Voir un film…un mauvais film peu aussi être une bonne leçon ;o) de ce qu’il ne faut pas faire.

J’aimerais terminer en disant que regarder, analyser, décortiquer des films va vous aider dans votre écriture.

Ce travail ne serait pas complet sans le comparer avec le scenario original. Il est primordial que vous lisiez des scenarios. Vous apprendrez beaucoup plus vite. Une catégorie que j’aime toujours regarder afin d’apprendre ce qu’il ne faut pas faire. Faire un film c’est aussi ça, apprendre le cinéma passe par le nanar ou la série Z (je vous le disais plus haut ;o) pour comprendre ce qu’il ne faut pas faire :o)

voir un film

Color Symphony/ shutterstock

Les mécanismes vous apparaitront plus limpides et vous gagnerez du temps. Parfois même, vous verrez qu’entre le scenario (prêt à être tourné) et le film, il y a quelques differences; soit dans les dialogues, soit dans les décors, ou même que certaines séquences ont disparu. Vous pouvez trouver des tonnes de scénarios de cinéma et de séries sur : The daily script, imsdb, the internet movie script database, horror lair, sci fi script.com, planet megamall.
C’est important d’en prendre conscience. Votre histoire/ scenario sera en changement perpétuel et ce jusqu’au montage !

ATTENTION : la plupart des scénarios que vous trouverez seront en anglais et si vous ne parlez pas la langue de Shakespeare, essayer le google translate ;o)

Voila pour cet article sur voir un film pour savoir comment faire un film , vous trouverez d’autres articles plus spécifiques sur comment écrire, comment réaliser, comment préparer. Bref, ici vous pourrez apprendre le cinéma et tous ces secrets, à votre rythme et gratuitement ;o)

J’essaie toujours d’être le plus clair possible dans mes explications mais si vous avez des questions n’hésitez pas à me laisser un petit message.

Si vous avez aimé cet article, la meilleure manière de me le dire c’est de cliquer sur le bouton « Like » en haut de la page. Vous pouvez retourner au plan du site pour lire d’autres articles.

Bon Courage,

Tom Weil

À PROPOS DE TOM WEIL

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • Adrien Schmidt

    Bonjour à tous, cela fait un moment que je lis ce site pour écrire un scénario, et pour un jour écrire et réaliser un long métrage. Merci pour votre travail Tom, je ne manquerai pas de parler de ce site sur les réseaux sociaux.

    Concernant cet article je viens de faire un exercice intéressant : comparer un extrait de scénario à son équivalent à l’écran. J’ai testé cette méthode avec « Délicatessen » de Jean-Pierre Jeunet : http://www.scenario-film.fr/scenarios-de-films/delicatessen/.

    J’ai d’abord lu les dix pages du scénario proposé, puis j’ai visionné l’extrait correspondant, en n’hésitant pas à mettre l’extrait en pause pour le comparer au scénario. Surprise, il y a un certain nombre de plans, de dialogues, d’actions des personnages qui sont remaniés, voir ajoutés ou supprimés ! Et ça sur seulement les dix premières minutes du film.
    Ça m’a permis en tout cas de voir comment on débute un scénario et comment on l’adapte à l’écran, comme quoi ce n’est pas aussi rigide qu’on le pense et qu’il faut se dire que le film ne sera pas un clone parfait de ce que l’on a écrit. Avis aux futurs réalisateurs :).
    Cordialement,
    Adrien Schmidt.

    • Bonjour Adrien,

      Merci pour les compliments et merci pour les futurs partages.

      Attention, là tu vois le montage final ! Il n’est pas dit que des scènes, dialogues ou même plans n’ont pas été coupé ! Cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas été tournés ;o)

      Mais je suis d’accord avec toi pour dire qu’il y a souvent une différence entre le scénario et le film.
      De plus un scénario devient vivant une fois que l’on passe au tournage, c’est à dire que le réalisateur, le producteur ou même les acteurs peuvent apporter des modifications au moment du tournage.

      A bientôt,

      Tom

      • maria

        Bonsoir Tom,

        Disqus m’a fait suivre ce commentaire à une adresse que je n’ ouvre pas souvent. Du coup, je relis les titres des films que tu conseilles: je mesure la qualité du cheminement depuis mon entrée dans ce blog. Jamais, je n’aurais pu visionner ni apprécier Forrest Gump, vu dernièrement.

        J’ai toujours aimé Hitchcock – Psychose, Fenêtre sur cour etc. – mais je les visionne avec un autre regard, celui qui cherche et découvre. Tout comme « Citizen Kane », « Le dernier métro », « La nuit américaine » et tant d’autres. « Sur la route de Madison ».

        J’ai compris les films de Chaplin grâce aux master classes que tu as mises à notre disposition.

        Quant au lien avec Lett Motiv, apporté par Adrien, j’avais un de leurs scénars sur papier –  » le fabuleux destin d’Amélie Poulain ». ( Énormément de protagonistes : ça peut dérouter). Là, il faut faire gaffe : ils sont écrits par des cinéastes accomplis. Comme Stephen King, ils peuvent se permettre des annotations que des novices – dont je suis ! – peuvent se permettre : fondus, volets, mouvements de caméras… etc.

        J’ai bien compris, Tom, mais il faut le souligner, bien s’en pénétrer une fois de plus.

        Après, j’ai lu un dialogue entre Sautet et son co-scénariste, Laurant , où ils racontent comment l’idée leur est venue. Ça m’a vraiment plu.

        Tu approuves Adrien : les scénars que l’on écrits peuvent être améliorés, transformés par le réal. Alors, se faire une raison…

        Merci Tom, de nous guider.

        Bien sincèrement de ☼ maria

        • Bonjour Maria,

          Merci pour le partage de ta réflexion et ce commentaire ;o)

          à Bientôt,

          Tom

  • SHA

    Bonjour ! Tout d’abords merci pour tout ce travail, pour ce partage de tes connaissances ! 🙂

    Juste un petit apport pour tous ceux qui comme moi sont léger en anglais.

    -> http://www.simplyscripts.com/non_english_scripts.html
    Une douzaine de scripts en français (il y a même quelques traitements, mais en VO)

    Et sur le Centre national du Cinéma, plusieurs scenarii de courts -> http://www.cnc.fr/web/fr/scenariotheque

  • nathan

    à la poursuite du bohneur, les sentier de la perdition.. ( que je me fait un plaisir à analysé et décortiqué ) .

    Par contre, impossible de trouvé des scenar français en libres accés 🙁

    C’est pas bien d’pas partagé :no:

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Nathan,

      J’ai répondu à un utilisateur du blog en lui donnant des adresses ou il(elle) pouvait trouver des scénarios en Français. Mais tu as raison, la plupart du temps ils sont payants. Je vais essayer de retrouver les liens.

      A bientôt,

    • monkeybusi

      Sept fautes d’orthographes en 3 phrases… C’est mal parti pour être ecrivain de scénario.

      • maria

        Bonjour Monkey ( et coucou Tom ! )
        Disqus m’a posté un mail me désignant ton commentaire.
        C’est pas beau de se moquer !
        Qui ne fait pas de fautes ?
        Toi-même, en a fais* 2 !
        (* je prends les devants : sujet sous-entendu « tu », donc deuxième personne du singulier du présent de l’indicatif du verbe faire ).
        Tu veux savoir où ?
        1 ) à orthographe ( le s est en trop )
        2) écrivain porte un accent aigu.
        C’est pas beau de décourager, non plus.
        Dans les commentaires de Nathan, j’ai lu de bonnes idées.
        OK ! De quoi j’ me mêle ? LOL !
        Signé: la clone de Zorro ! MDR.

  • Elle

    Parce que je ne suis pas sûre de moi, j’aimerais lire un scénario en français, je ne sais pas me servir de google tranlate; je ne suis pas de la génération du Net. Mes films préférés ne sont pas dans la liste. J’aime les films de Hitchcock, mais me sens incapable de m’en inspirer; j’adore les polars bien ficelés .

    Mais aussi:
    « La comtesse aux pieds nus », pour la maîtrise du play-back
    « Le train sifflera trois fois » pour le respect de la règle des trois unités .

    « Dialogue avec mon jardinier » « La tête en friche », « Deux jours à mourir », « Mon meilleur ami », » M. le maudit », « La Vérité » ; en résumé tous les films à thèse, qui font réfléchir. Ce que j’en oublie.!!! Ce qui serait idéal, serait de suivre l’écriture en même temps que la vidéo.

    Celui qui est en préparation, est un peu un conte philosophique . Pas d’action si ce n’est le mouvement de la pensée .

    Je n’aime pas trop les films fantastiques. Pourtant, en lisant « La Tempête du siècle » de Stephen King, je m’en suis inspirée pour donner forme à mon écriture scénaristique , et ce livre a été un bien : il m’a fait rechercher le vocabulaire du cinéma

    Dites-moi si j’abuse de ce blog, Thomas. Je suis en plein doute et n’arrive plus à réécrire cette histoire. Pourtant, il y a cohérence dans les dates, dans les faits. Chaque protagoniste a une personnalité , un passé. Il me semble qu’il y a concordance.

    Peut-être un jour, pourrais-je vous l’envoyer ? Mes scénes et actes sont encore en friche.

    J’espère que ce que j’explique là n’est pas source de découragement pour ceux qui me liront.

    Ils sont jeunes ,et dominent les nouvelles technologies .

    En fait, c’est ça mon problème.

    Merci de m’avoir lue.

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Maria et bienvenue,

      Les références que tu cites me parlent aussi beaucoup. Il est vrai que cette liste pourrait être élargie, je pense aussi à Jacques Tati….
      En ce qui concerne ta demande, il est vrai que de trouver des scénarii en français est assez compliqué, même sur le net. Voici un lien : http://www.scenario-film.fr/scenarios-de-films/ , malheureusement ils sont payants.
      Sache que je ne juge jamais le genre des scénarii qui me sont envoyés, en revanche, je me penche sur la structure, le séquencier, la cohérence des personnages et des situations.
      Le doute pendant l’écriture est tout à fait normal. Parfois nous nous retrouvons face à un mur. Nous nous évertuons à vouloir le franchir alors que souvent il suffit de le contourner. Il faut prendre du recul.
      Il arrive aussi que nos influences nous enferment. Il est aussi possible de se perdre. Il faut alors revenir à la quête.

      Il est possible de m’envoyer ton scénario. Il faut qu’il soit présenté et mis en page comme il se doit. Il peut être en .doc ou PDF. Voici l’adresse : commentfaireunfilm1@gmail.com

      Depuis le début de ce blog, je ne cache pas les difficultés de ce métier ou de l’exercice qu’est l’écriture. Je ne pense pas que ton message découragera les scénaristes en herbe de ce site.

      Pour terminer, je ne pense pas que de ne pas maîtriser internet et les nouvelles technologies soit un frein dans ton projet.

      A bientôt et bon courage,

      Thomas J.

      • Elle

        Merci de tes encouragements,Thomas . Je n’arrive pas à quitter ce blog. Je cherche; je me cherche.D’ailleurs, tu trouveras des traces de mon passage, ici . J’ai cliqué sur Twiztv.com , peu de choses en français , au sujet des scenari écrits dans notre langue. J’essaie de me rassurer.

        J’ai beaucoup écrit hors scénario, d’abors; sur le fait qu’ ECRIRE est une multitude de risques.

        Se trouver en face de soi: se trouver si petit ; fausse humilité, car écrire, c’est avoir l’orgueil de penser à laisser ses empreintes.

        C’est s’éparpiller , comme toutes les notes prises au hasard d’une idée, et au hasard d’un support de fortune.

        J’ai choisi la forme du scénario car il est la structure nécessaire à canaliser tout cet imbroglio. Comme une chanson doit presque tout dire en 3 mn , le film doit beaucoup dire en 1H 40.

        En ce qui concerne la technologie, même si je sais -presque !- me servir d’Open Office, il me faut apprendre quelques règles de typographie, ranger dans mes documents et faire suivre dans les mails choisis. Je suis nulle de tout ça !

        Je vais me renseigner : je compte sur mes fils ou mes belle-filles pour m’apprendre.

        Je serais heureuse de t’envoyer tout ça. Ecrire est le risque voulu de solitude mais aussi, écrire, c’est avoir ce besoin d’un accompagnement et cette envie : être lu, être compris…

        • maria

          Je reviens sur ce que tu m’as dit, il y a une bonne dizaine de jours.

          C’est tout à fait ce que j’ai ressenti. On voit que tu sais de quoi tu parles . Je suis rassérénée de savoir que je ne suis pas extraordinaire. ( mon héroïne se croit anormale, pour un autre sujet ) J’ai réfléchi depuis. Je sais que mes influences me portent au lieu de m’enfermer. J’ai compris que même si mon sujet a été maintes fois traité, je n’en disconviens pas, la façon dont je le montre, est originale car l’histoire m’appartient . Que, peu ou prou, il y a moi là-dedans .

          A ce propos, ce que je préfère dans le fait d’être scénariste plutôt qu’écrivain, c’est qu’il agit dans l’ombre; personne ne s’inquiète de savoir ce qu’il a mis ou pas de lui-même.

          (J’ai lu que Françoise Giroud écrivait les scénari de Renoir; chose improbable ; elle devait transformer les manuscrits en tapuscrits.)
          PS Je ne pense pas être désagréable envers qui que ce soit ; je viens d’avoir une mise en garde à l’instant.

          Je n’en suis plus à ces interrogations sur moi-même; je sais que je l’écrirai,ce scénario. J’ai voulu vérifier si le ciné pouvait faire l’effet , un effet sur moi, tout au moins. L’effet s’est produit; je suis sensible , trop peut-être !

          Je dis ça,en passant; je suis à la recherche du court métrage; je vais vérifier, si ma mémoire ou mes pensées déraillent !

          • maria

            Bonjour Thomas,
            Je parle en tant que future scénariste.
            Je viens toujours ici pour m’imprégner de tes conseils.
            Là, j’ai quelque chose de positif, à faire passer à ceux qui cherchent comme moi.

            Tu dis:  » Voir un film, voir des films  » . Tu parles aussi de « magie » du cinéma, je dirais pour moi,le mirage.
            Un problème m’arrête . Comment faire avaler la pilule d’une incohérence.? celle du monde ordinaire d’un homme qui n’est pas,ordinaire?
            Et si je trouvais un « truc » de cinéma pour résoudre mon problème?
            J’ ai dit déjà , à brûle pourpoint, les deux premiers films qui me sont venus à l’esprit,( j’en ai oubliés) De retour ici, un mois après, je lis les motifs qui me les faisaient préférer. Des motifs précis.
            Et voilà que je me sers de deux autres motifs de les préférer:
            Je savais que le premier m’était venu à l’esprit .Influence qui sera évidente.
            Et si, en repassant la vidéo,en le regardant avec le regard neuf de la novice que je suis, je trouvais ce truc magique, qui empêche de se poser des questions, qui fait passer la pilule, en orientant le regard du spectateur vers l’essentiel ?

            Pour le deuxième film, je ne comprends qu’ aujourd’ hui, je me suis servie, sans le savoir , de ce pourquoi je lui trouvais une qualité,
            Son titre me donne une autre idée: il pourrait me servir d’enchaînement.

            Et mon futur film, n’aura rien d’un calque, ni d’un copié-collé .

            Je suis loin de la continuité dialoguée . La continuité est seulement mentale. Quand je dis, je me suis servie, ce n’est encore pas fait.
            ( » se servir de … », une évidence pour mon futur film.)

            J’ai bien dit: je suis une future scénariste.

            MERCI et BON DIMANCHE À TOI, THOMAS ! et à ceux qui auront besoin de venir dans ce blog.

          • maria

            Je reviens pour dire que j’ai revu le film dont je parle ,un film culte pour moi.
            Dès les premières séquences, le coeur m’a tapé : j’ai su que je pourrais écrire mon scénario.
            Le subterfuge est un mirage ; on l’oublie.
            J’ai vu et entendu des choses comme si mon futur scénario en était l’ écho. J’ai eu peur.
            Par bonheur, ce n’est qu’ une vague ressemblance . je traite autrement .
            La quête de mon héros,est bien définie. , Tout s’en trouve transformé.
            L’ambiance est plus contemporaine. Le milieu, l’environnement plus simple.
            Je fais une petite critique : les dialogues sont trop touffus.
            Maintenant,je sais que la priorité doit être donnée à l’image.
            Le fait de revoir des films,comme tu dis,Thomas, a été bénéfique. J’ai l’ espoir : je continue mon projet.

          • commentfaireunfilm

            Bonjour Maria,

            Effectivement revoir ou voir des films peut apporter des réponses ou tout simplement se remotiver. S’inspirer aussi des fois ;o)

            Thomas J.

          • maria

            Bonjour, Thomas !

            Depuis mon dernier commentaire, J’en suis au sixième jour de réflexion.
            Je ne pensais pas que j’ exposerai ce probléme,issu directement de ce que je viens de lire, ailleurs, dans ce blog, à savoir, » s’il y a des incohérences, elles ne doivent pas exister. »

            La magie du ciné, c’est cet ensemble de « trucs » qui fait entrer le héros dans le film, par suite dans sa vie, dans l’univers de sa vie intérieure , de sa pudeur, sans que le spectateur ne s’inquiète de savoir comment ont été photographiées ces scènes, ni comment la pensée ou la voix intérieure par exemple a pu être enregistrée ?

            Je donne un exemple, un cas extrême :
            Un prêtre se confesse à un autre, par suite logique à nous , Il veut aller jusqu’au fond de lui-même, jusqu’à atteindre ce que la religion catholique appelle » la contrition parfaite » , jusqu’ au fond de sa sexualité , ( cette sexualité est aussi réprouvée par la morale laïque,) il y a comme une demande de voyeurisme du scénariste au spectateur. Même si on ne voit pas les images, la parole est là.

            Si ce prêtre, est pasteur, dans la religion protestante, c’est pire puisqu’il s’adresse directement à nous tous , il nous prend pour confident. Ne le le jugerons-nous-pas exibitionniste quelque part ? Un peu comme dans la télé-réalité ? Surtout qu’il est conscient que tous entendent. Pire: s’il sait qu’on le filme…

            Est-ce impossible à « dire » au ciné, surtout s’ ‘il le fait en sachant qu’on entend tout et qu’il est dans la désolation pour ce qu’il a fait ? Ou, parce qu’on est au ciné, tout passe ?

            On ne va quand même pas l’ espionner !

            Je répète, J’ai,évidemment pris un cas extrême. Si je soumets ce problème, c’est pour une certaine plausibilité du tournage.
            (Mon héros n’a rien d’un apôtre de la foi.)

            À plus… Bonne fin de journée.

          • maria

            Re-Thomas,
            J’ai pensé à une possibilité: un tel héros pourrait émettre des scrupules (comme moi,) à être filmé ,en pleine confession intime . Sauf, si les autres peuvent tirer profit de sa « dérive. »
            Mon héros n’a pas commis de crime.
            Quand même,ça me pose problème.
            Sinon, j’avance.
            Bonne soirée ,Thomas. .

          • maria

            Bonjour,Thomas.

            Oui, j’ai résolu, jusqu’à nouvel ordre ! , mes problèmes de présentation et de scrupules . Il y a toujours quelqu’ un qui trouvera la faille quelque part ! J’accepte. Néanmoins,je fais tout pour l’éviter.

            Hier, j’ai dit  » j’avance ».

            Le parcours de mon héros et le but de sa quête ( premier noeud dramatique ) sont définis .
            Or, j’ai trouvé le noeud dramatique essentiel, celui qui devra être dénoué.
            Du coup, l’acte N°1 que je croyais immuable sera à refaire.
            Le titre lui-même est à revoir.
            Je les laisse de côté, sans les nier.
            En ayant trouvé ce noeud dramatique essentiel, je frôle un plan, ( comme celui des dissert’) pour l’acte N° 2 .
            J’ai tout, mentalement , Acte N° 1, pour amener à l’histoire proprement dite. Je laisse de côté. Je me retrouverai.
            J’ai le climax, je sais quelle sera la récompense de mon héros (acte N° 3 ) Je sais que je ne le perdrai pas.
            À partir de cet instant, je m’emploie à travailler l’ acte N° 2) .
            J’avance et j’approche, je crois.
            Bon week-end,Thomas.

          • maria

            Re Thomas,

            Je reviens parce que je crains que tu te dises que je n’aie rien compris.
            Bien sûr que le plan se trouve dans le voyage du héros.
            Mon héros a, au moins ,deux parcours, qui se dénoueront quand tout concourra à ce point dramatique essentiel.
            Je ne sais pas si ces parcours seront menés conjointement ou parallèlement, pour arriver à se fondre à ce point là.
            Il me faut installer les étapes dans les mêmes portions du schéma que tu nous as donné.

            Je sais que mon projet est colossal. Je ne l’abandonne pas.

            Cette histoire, je la possède à fond. Elle se trouve dans des kilos de paperasses,de cahiers , de classeurs.
            Depuis que je suis entrée dans ce blog, je ne les consulte plus. Et je n’écris plus en écriture manuscrite. Je vais sur open office et je consigne tout ce que j’ amasse de jour en jour. J’ai d’ailleurs fait beaucoup de progrès pour taper , même si je tape d’un seul doigt, le débit s’est amélioré.

            Je sais que j’ai consigné des trucs intéressants qu’il va falloir ressortir. Mais quel foutoir !
            Je ne puis plus prendre ta méthode des post-it ( le décor,lol, )mais aussi parce qu’il est trop tard ; il me faudrait recopier.

            Je pense que je vais prendre des crayons de couleur différente. Trois, au moins. Davantage si je fais des sous ensembles. Au fur et à mesure, je colorierai ce que je peux loger dans chacun des actes.

            Peut-être le plan m’apparaîtra-t- au cours de ce tri. ?

            Ce que j’ai noté en vrac, sur Open Office, qui est plus élaboré, je vais le photocopier, et colorier de la même façon.
            Je donne cette méthode au cas où elle serait positive pour d’autres, pour ceux qui ont accumulé comme moi.

            J’aimerais arriver à une synthèse cohérente,donc au « synopsis carré « , ou plutôt rond .

            La timeline est prête; plutôt une durée, et deux dates phares, universelles dans notre calendrier. . Heureusement, cette timeline est relativement simple.

            Déstructurer une histoire complexe, jusqu’à arriver à la structure sricte est un excellent antidote à la confusion.
            Mon intuition me mène au raisonnement.

            À plus tard, en espérant ne pas avoir trop pris de ton temps libre, pour me lire.

          • commentfaireunfilm

            Bonjour Maria,

            La timeline remplace les post-it et les feutres de couleurs. La timeline est le plan simplifié de toutes tes séquences, de toutes tes idées. Tous ce qui fait ton film est consigné sur cet outil !

            Comme je le disais dans mon précédent post, je crois que tu penses trop. A un moment il faut se jeter à l’eau.

            Je me trompe peut être mais tu me fais penser à une petite fille qui n’ose pas sauter à l’eau : est ce que la température est bonne ? Est ce que j’ai le bon maillot ? Est ce que quelqu’un me regarde ? Et si je n’avais pas assez digéré mon repas, je risque l’hydrocution…?!

            Lance toi ! L y aura toujours quelqu’un pour te sortir de la flotte ! ;o)

            Bon courage,

            Le maitre nageur.

          • maria

            MDR !!!

            J’en suis loin d’ être une petite fille ! J’aimerais…Écrire m’ a rajeunie .

            Je sais nager, en mouvements désordonnés. Je me débats, un peu moins: j’ai attrapé la bouée que tu m’as lancée.

            Ne vois-tu pas mes progrès ? Je voudrais arriver à égaler Esther Williams …

            Je suis perfectionniste.

            Tu as raison, comme mon héros retarde de voir la vérité, il nie l’évidence pour rester dans le merveilleux . Je rêve mon film.
            J’ai peur qu’on me voie dans le miroir; et peur de m’y mirer.
            Il faudra bien que je plonge, que je ressente l’ ivresse des profondeurs ; que j’émerge.

            Cher maître nageur, me voici… naturiste !

            Bon dimanche ; sauve encore beaucoup de naädes de la noyade. LOL

          • maria

            Bonjour Thomas,

            J’ai lu le synopsis de  » The Truman shaw » .
            Je ne connaissais pas ce film, et il a quelque ressemblance avec mon futur film.
            La grande différence réside dans le fait qu’il est présenté comme une vaste comédie,dont les acteurs seraient tous les habitants d’ une ville fictive, et le héros un type qui est filmé à son insu. En somme, c’est une allégorie ; la sincérité de l’introspection peut passer.

            Je me souviens que j’avais eu l’idée de présenter mon film comme un « jeu de rôle » . C’est trop tard, pour mon film, mais cette vision n’aurait pas été stérile; je demanderai, le cas échéant : j’ai comme l’intuition qu’il y a un peu du voyage du héros dans ces jeux qui ont été dénigrés .( Oui,il y a eu des abus.)

            Mon film est plus courageux(.Lol ). L’histoire n’a rien d’invraisemblable. Même si c’est une fiction, la quête de mon héros est trop grave pour en faire une comédie .
            On verra mon protagoniste dans son vrai métier. Il a des difficultés à concilier le fait de se prendre lui pour « vedette », et des scupules à montrer tout ce qui, normalement, doit rester caché à l’intérieur delui-même.

            Ces mêmes soucis que j’ai eus, lui les investira de telle façon que le spectateur comprendra sa sincérité et le respectera.

            Pas d’angélisme.
            Pas de mélodrame.
            Un film comme j’aime : un film à thèse.
            Un film d’adulte, mature.

            J’ai dit plus haut: je rajeunis. Ce qui eut été plus exact, aurait été de dire: j’oublie de vieillir.
            (À force de vivre avec mon héros, je vais devenir schizo ! c’est lui le naturiste !)
            Il est temps que je plonge ! Il n’ y a pas deux mois, j’étais encore dans le doute. J’ai quand même avancé, en entrant ici.

            Je vais dans Open office écrire le synopsis qui accrochera mon premier lecteur.

            Ai-je bien compris,Thomas, s’il te plaît :

            À lui, que je dois accrocher, même si je n’entre pas dans les détails, je peux (ou je dois) lui dévoiler des mystères, des secrets que le spectateur découvrira ?
            Auparavant, l’échéancier n’étant pas prêt, à toi, Thomas, pourrais-je te faire lire ce synopsis spécial premier lecteur ?

            (C’est une vue d’ensemble, encore non structurée ; mais réfléchie )

            Bonne fin de dimanche !

          • commentfaireunfilm

            Bonjour Maria,

            Oui tu peux laisser planer des mystères, mais il faut qu’a la lecture du synopsis nous comprenions les tenants et les aboutissants. La fin du synopsis doit donner envie de lire le scénario : le héros va t’il réussir ou pas etc…

            Evidement tu pourras me l’envoyer,

            Bon courage,

            Thomas J.

          • maria

            Bonjour Thomas,

            Tout se décante.
            Je n’ai encore pas pu écrire le synopsis, malgré de multiples tentatives, Je crois à ce que c’est dû à ce que je connais trop l’histoire. Donc , l’acte I, m’arrive comme une suite dialoguée.
            Mais, tu parles de tenants et d’aboutissants.

            Cette fois, des aboutissants, j’en ai fait ma priorité.
            Alors, j’ai pensé à écrire l’histoire à l’envers ,si tu veux, j’ai mis la « vidéo » sur retour, au ralenti, LOL. J’ai obtenu un synopsis à rebours qui va m’aider, je crois, pour un « synopsis spécial premier lecteur » .
            Ce procédé de recul , me fait… avancer. !
            Pour arriver au but recherché, mon héros a trois quêtes:

            a) Une qui ne me pose pas de problème. Je la noie au milieu de l’acte N° 2;; je l’introduis avec juste une petite phrase dans l’acte N°1 ; on comprend son opportunité à la jonction de l’acte N° 2 et du N° 3; sa finalité arrive dans l’acte N° 3 .

            b) L’acte N° 2 est au coeur de l’histoire, évidemment . Je saisis
            intuitivement trois recherches .,J’ai ciblé l’aboutissant ( que j’ espère découper en trois tenants ou trois paliers,) j’ai encore du travail pour arriver au noeud essentiel; mais j’ai l’intuition d’y arriver, quitte à mettre la « vidéo sur retour » , C’est une question de présentation qui ne m’entrave pas , pour l’ensemble de mon futur film.
            c) L’ensemble de mon scénario contient les trois actes.

            La quête de mon héros est un parcours de combattant où toutes les quêtes mèneront à l’essentiel, soit le dénouement du noeud essentiel.
            Si tu veux, je tiens la structure de ce scénario..
            « Ma vidéo mise sur retour » , je l’ai traitée en tant que parcours du combattant , (c’est le héros dans l’exercice de son métier.)
            Je vais me servir des épreuves qu’il rencontre.
            ( Là, j’ouvre une parenthèse: Bertrand Tavernier, il y a qq jours à la TV, sur la 5, a eu les mêmes scrupules que moi: pour le tournage de MORT EN DIRECT, il y avait qq chose du voyeurisme; il a résolu l’affaire par la greffe dans l’oeil , du voyeur, d’une caméra cachée; ça m’a réconfortée; sans me mesurer à lui !!! )

            Ceci dit, j’approche les questions que je vais te poser.
            Je me rends compte qu’on ne peut écrire un scénario tout seul, parfois même si on est dans le monde du cinéma. Ça, ça va me servir.
            Cette » vidéo sur retour », m’a fait comprendre clairement ce que tu m’as dit il y a qq jours,à savoir, au cinéma la personne est un PERSONNAGE.. Oui, peu ou prou, mon héros est dans l’obligation de jouer un rôle.
            Pour toi, c’est une évidence que tu as assimilée. C ‘en n’ est pas une pour moi car la magie du ciné, qui m’en fait une contemplative, me fait oublier les ficelles, en amont .
            Je vais utiliser ces ficelles, pour qu’en aval, le spectateur n’y voie que du feu. Et,que les gens du cinéma, s’ils les voient, ne se gaussent pas, et de ma naïveté, et de ma prétention à parler de choses que je ne connais pas .,
            Je garde cette notion : le héros conte son intimité et je veux le montrer le plus sincère possible .
            Donc, ce sera montré, comme découlant naturellement dans l’exercice de son métier, ou ce sera en non-dit.

            Je dois te demander des renseignements en rapport avec la technologie.
            Mon héros n’est pas en état moral et physique ; il ne connaît pas les technologies avancées, style e-pod ou androïd dont tu parles. ( Moi non plus, LOL .)
            Avant il a vécu comme un ermite,
            Or, malgré lui, il ressent l’appel de l’aventure , un dynamisme éphémère qui s’explique. dans l’acte N°2.
            Par une sorte de réflexe dû à son métier, (photographe, par exemple), à son insu, il a écouté quelque chose qu’il a refusé d’entendre. et qui lui servira .(en fait, qui me servira LOL
            Ce sera non dit , suggéré Mais pour que ce soit vraisemblable, je dois aller à la source de cette acquisition .

            Situation du héros:
            Il est en voyage. On le comprend car on voit un train qui défile, sans voyageur; le paysage montre la saison. Sa voix en off s’étonne de cette sélection de renseignements; il en comprend le motif, en rapport avec son but. On se rend compte que ces acquis sont des guides pour qu’il poursuive l’aventure. Auparavant, il a eu un léger refus de l’appel, dû à son état physique et moral sérieux.
            Mes questions:
            1) un dictaphone ou un magnétophone , ou un vieux tél portable en état de fonctionnement , dans sa poche, ou dans un sac de voyage, donc à son insu, peut-il être le moyen qui lui donne un renseignement dont il se servira. ?

            Exemple: on parle de lui aux infos;un voyageur a mis la radio Il se bouche les oreilles pour ne pas entendre. C’est malgré lui et fortuitement que l’info a été enregistrée ; l’info est donc en sa possession; il la refait entendre au spectateur ,par mégarde.
            (J’ai bien pensé à une voix off de femme, à la radio, en dehors du film. Ça me plaît moins parce que je préfère regrouper lcertains rushs dans le voyage en train.)

            2) par contre, la technique de l’androïd me semble cohérente pour l’ami, qui pense à faire des photos ,des vidéos :Il est au courant du projet . Dans son désarroi, le héros accepte sans se poser de questions. Il a des hauts et des bas dans sa préhension des infos qu’il reçoit .
            Mon problème, c’est que ces photos sont prises de façon incongrue, dans une position bizarre, dans un lieu inconcevable ,( style paparazzi ).. Il faut que l’image apparaisse à l’écran sans qu’on voie la façon, seulement le résultat. Je suppose que c’est la spécialité du réalisateur ou du chef opérateur qui doit trouver le bon angle de la prise de vue . La didascalie du scénariste se résume au résultat ( la photo,) sans dire d’où elle a pu être prise. ?
            J’ai, à cet instant, une petite idée pour qu’il prenne la photo que je veux, sans contorsion.

            Au fond, c’est de la première réponse dont j’ai besoin.

            Tu te souviens, je t’avais dit que les jeunes qui entrent ici, avaient pour eux, la technologie que je n’ai pas .
            Je ne peux pas toujours demandé à mon entourage.

            Heureusement que tu me guides. Ça fait longtemps que j’aurais abandonné mon projet.
            Tu dois me dire:
            : » est-ce que je t’en pose, des questions, moi ?  » LOL

            Merci,Thomas! Bonne fin de journée.
            (

          • maria

            Bonjour Thomas,

            Je suis confuse de ce que j’ai dit des gens du cinéma. Ne prends pas ça à la lettre. En fait, c’est moi qui n’aime pas et ma vanité et mon impuissance.
            Parfois, j’ai tellement à coeur d’ aboutir que je crois être mon héros. Il faut que j’échappe à la schizophrénie. !!!
            Les personnages d’un roman, on peut en parler à partir du moment où on sait que l’on est le marionnettiste qui fait agir ses pantins selon son gré.
            Pour un film, c’est différent, car les images et les réactions de vos personnages, vous les vivez, surtout si on les rêve dans la réalité du quotidien chargé de nécessités , et qu’on reste en quelque sorte les acteurs de l’histoire qu’on veut transmettre.

            J’ai compris tout ça, ça fait déjà un moment .Mais impossible d’ écrire un synopsis , sans détails superflus.
            Cette intrusion dans ton blog et cette persistance à y revenir, n’auront pas été vains .Ok, j’ai mis le temps, mais j’en avais besoin.

            Ce matin, je suis en mesure de rédiger le synopsis, spécial script-doctor, ( puis, beaucoup plus tard producteur ) .
            Aboutissants et tenants.
            Après, ce sera le synopsis classique, je pense.

            À bientôt !
            (Il me faut, malgré tout , quelques jours.)

            PS il me manque quand même la réponse au n° 1, car c’est prévu dans les prémisses . Excuse-moi de prendre tant de place..

            Oui, je cliquerai, dans la mesure de mon temps libre. Malheureusement, je ne suis pas dans le bon milieu pour recommander ce blog. Quoi… que, je vois une future élève de seconde qui pourrait s’y intéresser, et une jeune amie enseignante, Pour structurer la pensée, ta méthode est extra.

            Merci pour tout. Bon WE !

          • maria

            Bonjour Thomas.

            J’en ai écrits de ces synopsis intitulés, » cette fois, c’est sûr ou j’abandonne, »,  » mon défi » , « dernier synopsis » etc

            J’ai désespèré. Je commençais et j’ arrivais à … rien.
            Quand je vois ces allers et retours, plus retours qu’allers, je me dis que tu as raison: J’ai trop cogité.
            En fait, je suis réellement entrée dans le rôle de mon héros, à vouloir en faire une personne, et non un personnage , je suis allée trop loin. dans ma recherche; je suis arrivée à quelque chose, c’est sûr, mais à force de tourner en rond, je me demande si je n’ai pas rêvé mon film.

            (J’ai confondu ma quête personnelle et celle du héros. Ma quête, c’est aux spectateurs éventuels de la découvrir.)
            Il a fallu que je me persuade qu’ un de ses collègues peut présenter mon héros, sans les problèmes que je me suis créés.

            Ce jour, mon héros est bien un personnage.

            Je me concentre sur son voyage à lui.

            Je suis revenue dans le VOYAGE DU HÉROS; sur ton blog, Tu expliques ce qu’est le monde ordinaire de Marty. Alors, j’ai compris. Je faisais fausse route. Le monde de mon héros, monde que je croyais extraordinaire pour moi, est en fait son monde ordinaire à lui. Il est passif dans un premier temps, actif dans un deuxième temps.

            Je recommence à zéro, J’ai bon espoir.

            J’ oublie pour le moment tout ce qui m’encombrait.

            Je tenais à le dire ici, pour ceux qui viennent: il ne faut jamais oublier ce  » voyage » , y revenir souvent.

            Je tiens à te remercier. Même si je n’arrive pas à un film primé au Festival de Cannes, LOL, écrire me permet d’oublier le temps qui passe.

            Bonne soirée, Thomas .

            .

          • commentfaireunfilm

            Bonjour Maria,

            Heureux de voir que tu fais ton chemin scénaristique. J’espère qu’a nouveau tu ne te perdras pas en route.

            Bon Courage,

            Thomas J.

          • maria

            Bonsoir Thomas,
            Merci encore pour tes encouragements.
            Du courage, j’en ai. Et à revendre, LOL; et en plus,ça me plaît
            J’ écris à mon rythme, et au rythme de mes loisirs.
            Je ne donne pas de date butoir.
            Le voyage commence.
            Plus haut, j’ai lu: « expose, explique, raconte »
            C’est ce que je fais.
            Je reprends l’histoire par le milieu, l’acte N°2
            Les prémisses dans lesquelles je me cantonnais, m’empêchaient d’avancer..Alors, je restais sur place. On verra après.
            Si j’ai bien compris, le premier synopsis peut être remanié.
            D’ailleurs, j’ai l’intention de le présenter autrement, dans un sens moins chronologiquue et de distribuer les infos de ce premier synopsis, en m’élevant au-dessus des faits .
            C’est un peu tôt. Pour l’instant les faits, les noeuds dramatiques etc..
            Bonne soirée.

          • maria

            Bonsoir Thomas et Tom,

            Oui, j’ai trop cogité; je suis montée trop haut dans mes recherches. Je reviens à la plus simple histoire. Mon héros est une personne comme les autres; autrement dit, c’est en terme de cinéma un personnage.
            Je suis certaine de présenter, à présent, un synopsis pour une histoire plus simple. Je m’en vais revoir les cinq grandes étapes du  » Voyage du héros » Ça colle pour mon histoire; ( il vaut mieux vérifier )
            Merci. .
            À bientôt; bonne soirée.

          • commentfaireunfilm

            Bonjour Maria,

            Pour ta première question c’est : oui
            En revanche pour la deuxième, tu dois juste exposer/ expliquer/ raconter/ écrire la scène et ne pas faire de la mise en scène.

            Bon Courage,

            Thomas J.

          • commentfaireunfilm

            Bonjour Maria,

            Je crois que tu penses trop ! ;o)

            Thomas J.

          • commentfaireunfilm

            Bonjour Maria,

            Je ne comprends pas où tu veux en venir. Tu dis qu’il nous prend pour confident, mais le personnage du prêtre ne sait pas que nous somme là : c’est un personnage !
            Il ne sait donc pas qu’il est filmé ! De plus, s’il savait qu’il était filmé cela ne serait pas une confession !! Il ne peut donc pas être « conscient » que tous entendent, vu qu’ils ne sont que deux dans le confessionnal.

            Soit je n’ai pas compris, soit l’exemple n’est pas parlant.

            Si ton personnage se fait filmer alors qu’il se « confesse » il faut que l’on y croit. Il doit donc y avoir un enchaînement : de situations, de dialogues, de retournements qui vont pousser ton personnage à oublier les caméras pour qu’il passe d’un personnage filmé à un personnage de l’histoire. Comme dans The Truman Show ou EDtv.

            Thomas J.

          • maria

            Souviens-toi, mon héros n’est pas comme les autres.

            Je me mets à sa place. Toi, tu saurais mieux que moi . te mettre à sa place … et tu ne le ferais pas.!
            Il y a manque de pudeur à exposer son  » moi. » .
            Je sais comment faire passer ça auprès de son équipe de travail, et auprès des spectateurs.

            Je vais lire le synopsis de  » The Truman Show  » et EDtv au cas où je verrais quelques similitudes.

            Pour la timeline, je pensais que c’était avant tout la ligne du temps. (cf un peu après. ). j’accrocherai, évidemment, toutes mes trouvailles sur cette ligne.

            C’est le dernier post pour aujourd’hui. Je te remercie pour tout.