Apprendre le Jargon professionnel des séries U.S et du cinéma

Le vocabulaire du cinéma et des séries US

Partie 2

Allons au-délà des midquels, spin-off et des suites dans cette 2ème Partie

Cette semaine, nous allons voir la suite du vocabulaire des séries et des films, qu’ils soient des USA ou de France. Comme je le disais la semaine dernière ou je vous parlais des suites et des prequels, il y a de plus en plus de mots anglais ou américains qui s’immiscent dans notre si belle langue. Ce vocabulaire doit être connu et maîtrisé pour être crédible en cas de discussion avec des professionnels, même Français, mais surtout si vous avez des projets pour l’étranger. Et puis, au fond, c’est toujours bien pour vos connaissances personnelles.

Aujourd’hui nous allons voir ce qu’est : une Franchise, un act-break, un Cliffhanger, une Four-act Struture, un Showrunners, un Free lancers, un Whodunnit/ Howcatchem, un spec-script, une storyline.

 

Allez, c’est parti !

La Franchise

Tous ou presque savez ce qu’est une franchise. Elle peut aussi bien être pour une série TV, un jeu vidéo ou un film. Les franchises sont par exemple : star wars, les dents de la mer, les experts, Star trek, X-files, Hunger games, les avengers, les X-men et j’en passe. Pour parler franchement, on peut allègrement remplacer le mot franchise par « Marque ».

 

Il y a deux types de Franchise :

  • Planifiée
  • Originale

 

Planifiée, signifie que les films ou séries sont tout simplement tirés d’un livre ou d’une bd. En cas de succès du premier volet cela permettra à la production de lancer une ou plusieurs suites et engranger plus de bénéfices.

 

Originale, c’est un scénario sans lien avec un livre ou une bd. Le scénario est une création originale qui a rencontré un succès au box-office et a engendré plusieurs suites. Sauf erreur de ma part : Terminator est une franchise originale qui a permis de faire 5 films, 1 série, des romans et des bd.

vocabulaire du cinéma

Peeranat Thongyotee/ shutterstock

Act-Break et Four act-Structure

Alors là ça risque de vous intéresser. Vous savez qu’aux États-Unis les séries sont coupées plusieurs fois par des pubs. Ces pubs sont appelées des Act-breaks, elles coupent tout simplement la série en actes ou en parties, si vous préférez. Comme vous le savez un long métrage ou une série sont construits en 3 actes : un début, un milieu et une fin. Mais réellement, avec ces act-breaks les auteurs de séries ont dû s’adapter et tout faire pour que le spectateur reste devant sa TV jusqu’à la fin des pubs. Pour que tout soit clair, les séries sont coupées par 3 sessions de pubs, une au bout d’un quart d’heure, puis une demi-heure et 45 minutes. Si vous regardez les séries Américaines directement sur les chaînes U.S, vous remarquerez que les rebondissements de chaque partie sont calqués sur les coupures des act-breaks, des pubs quoi ! Ces coupures pubs obligent les auteurs à établir une structure en 4 actes pour « coller » au pub et, comme je le disais plus haut, tenter de faire rester le spectateur.

Si je devais schématiser le four act structure, ça serait : Exposition – pub- fausse piste et remise en question – pub – changement de point de vue – pub – dénouement.

 

Le Cliffhanger

Nous venons, en partie, d’en parler avec le four act-structure et le act-break. Le cliffhanger c’est tout simplement un procédé dramatique, scénaristique, pour mettre en haleine le spectateur et le faire rester devant sa TV et tranquillement regarder les pubs. D’ailleurs si vous regardez certaines émissions, genre top chef, the Voice ou je ne sais quoi, ils utilisent tous ce même procédé, le Cliffhanger. C’est à dire qu’ils coupent par de la pub le moment où ils vont annoncer le gagnant ou la gagnante par exemple. Dans les séries c’est le moment ou un personnage crucial pour la série est dans une situation difficile, dangereuse ou mortelle.

Forcément les act-breaks utilisent les cliffhanger, mais chaque fin d’épisode d’une série utilise plus ou moins un cliffhanger pour que le spectateur soit devant son poste de TV pour la suite. Le Cliffhanger est aussi employé à la fin de la saison afin de donner envie aux spectateurs de regarder la saison 2.

 

Le Showrunner

Voilà un terme/ nom que vous avez déjà entendu si vous êtes féru de séries ou si vous vous intéressez au sujet. Alors un showrunner c’est qui et il fait quoi exactement ? Pour bien comprendre ce qui suit, il faut intégrer le fait qu’aux USA le réalisateur n’a pas autant de pouvoir qu’en France. Il n’est en fait qu’un technicien comme un autre, c’est un faiseur…bon je minimise peut-être un peu trop, c’est un super technicien, mais il n’a pas vraiment son mot à dire sur la série en elle-même. Et c’est donc là qu’intervient le Showrunner. Le showrunner est en fait à la tête de l’unité de la série qu’il dirige. Souvent le showrunner est un producteur/ scénariste, voire le scénariste à la base de la série. Il est là pour faire le lien entre l’artistique et la production. Mais il est surtout là pour que la série ne parte pas dans tous les sens. La production TV, en France et surtout aux USA, a des temps très courts d’écriture et de production. Il faut donc un staff d’auteur pour écrire les 21 épisodes (ou moins) d’une série. Le showrunner est donc là pour s’assurer que les auteurs se dirigent dans la bonne voie.

Le showrunner a donc un pouvoir total sur l’aspect créatif d’une série et surtout son homogénéité. Mais forcément ce genre de « pouvoir » a un revers ! Si la série est un fiasco, ou que d’une saison sur l’autre la qualité s’en ressent, c’est vers le showrunner que les autres producteurs vont se tourner…et clairement c’est le showrunner qui va tout prendre. Autant dire que le champ d’action du showrunner est vraiment large. Pourquoi est-ce si important d’être producteur d’un film ou d’une série lorsque l’on est scénariste, créateur ou réalisateur (et même comédien des fois) aux U.S.A ? Simplement parce que les productions sont toutes puissantes. Si je prends l’exemple d’un réalisateur, il n’a pas le final cut (décision finale), c’est la production qui l’a. Sauf si le réalisateur est aussi producteur. Idem pour le créateur d’une série ;o)

 

Le spec script

Alors là vous êtes tous concernés. Spec script n’est rien d’autre que l’abréviation de « On Spéculation », c’est tout simplement un scénario original. Vous allez me dire : « oui comme tous les scénarios non ? » Et bien non, il est très rare en France de réussir à « vendre » un scénario qu’une chaîne ou qu’une société de production n’a pas commandé à un scénariste…

Je vois des gouttes perler sur votre front, car vous vous dites que vous écrivez pour rien…et bien non. En tous cas, ceux qui écrivent un long-métrage, eux, n’écrivent pas pour rien lol Car presque tous les scénarios de longs-métrages, en tous cas les premiers longs métrages sont des spec-scripts car il y a beaucoup de films de commande aussi pour le long. En revanche pour les téléfilms c’est une toute autre histoire, mais il arrive qu’une production achète une option sur un spec-script de téléfilm afin de la proposer à une chaîne de TV. Un ami l’a encore fait il y a quelques mois. Donc C’EST POSSIBLE. Et puis il y a les courts-métrages qui sont forcément des spec-scripts ;o).

Je ne vais pas aller plus loin sur ce sujet, en tous cas ici car l’affaire du spec-script, en France, mérite un article à lui tout seul ;o)

 

 Le Freelancer

Ce qui nous amène aux Freelancers. Le freelancer est un scénariste extérieur au pool de scénaristes qui bossent sur une série (Aux USA). Les freelancers écrivent des spec-scripts, c’est à dire des scénarios non commandés par la chaîne, en utilisant les personnages et l’univers de la série, et les proposent aux showrunners. Si le scénario apporte de la qualité, ou est apprécié tout simplement, le showrunners peut intégrer pour un ou plusieurs épisodes le freelancer pour qu’il développe ses idées. Une fois « la mission » terminée, les freelancers (freelance) peuvent travailler pour une autre série ou d’autres projets.

vocabulaire du cinéma

Palto/ shutterstock

La storyline

Ce terme va intéresser tous ceux qui ont un projet de série et qui se demandent comment faire rentrer tous les épisodes de la saison 1 dans leur bible sans qu’ils ne deviennent fous. Souvent lorsque l’on parle de bible pour une série, les apprentis scénaristes pensent (si si je vous jure) qu’il faut tous les épisodes, voire les synopsis de tous les épisodes de la série. Or, la storyline c’est tout simplement les résumés des intrigues des épisodes, c’est la moelle épinière de chaque épisode qui permet de voir leur articulation d’un épisode à un autre et de donner au producteur une idée de la manière dont vous allez développer la série en lui donnant les grands axes et les intrigues SANS ECRIRE TOUT LE SCENARIO DE CHAQUE EPISODE.

 

Whodunit ou Whodunnit et les howcatchem…

…sont des termes qui vous sont sûrement inconnus mais que vous connaissez très bien lol

Ce sont des genres à part entière des séries TV et je peux vous dire que vous en regardez sûrement aujourd’hui. Whodunnit/ Whodunit veut, en fait, dire « Who has done it ou who did it» c’est à dire qui l’a fait. Le terme joue pour les séries policières. C’est à dire qu’un meurtre est commis, on ne connaît pas le meurtrier et tout le jeu ou toute l’intrigue, si vous préférez, sera construite autour de la recherche et l’arrestation du meurtrier. Autant dire que toutes les séries policières qui passent sur nos chaînes ne sont que des Whodunnit.

A l’inverse, il y a les « Howcathem » le principe c’est d’aller à l’inverse du Whodunnit, c’est à dire qu’un meurtre est commis, nous connaissons (nous spectateurs) le meurtrier et tout le jeu ou l’intrigue sera de savoir comment nos gentils inspecteurs vont faire pour attraper le meurtrier. La série Colombo est le précurseur (et je parle de série TV) en la matière. Plus récemment « Luther » utilise le même procédé.

 

Voilà pour cet article : « le vocabulaire du cinéma et des séries U.S  »

 

Laissez-moi vos commentaires en bas de l’article. 

Partagez sans compter le blog avec vos réseaux et vos amis, n’hésitez pas non plus à partager l’article, pour cela, il vous suffit de cliquer sur le bouton « like » en haut de cet article ;o) ainsi que sur le bouton de Google+, bref super facile ;o)

Merci à ceux qui le feront ;o) et qui le font déjà ;o).

Vous avez des questions ou vous voulez des conseils ? Laissez un commentaires ci-desous.

A bientôt,

Tom Weil

 

Plus d’articles sur Comment Faire Un Film ou Ecrire un film :

 La première partie de cet article : tout savoir sur la suite, la presque et le vocabulaire des séries

Créer une série ou une web-série

Comprendre ce qu’est une bible de série et ce qu’il faut mettre dedans

Voici les 10 étapes que vous devez suivre pour écrire votre scénario pas à pas

Comment doit-on présenter un scénario 

Comprendre ce qu’est le traitement, étape indispensable d’un scénario

Maitriser la présentation  séquencier et son intérêt pour votre scénario

Comment produire un court-métrage en auto-production (vidéo)

La recherche de financements pour vos films

Méthode simple pour donner vie à vos personnages 

Connaissances qu’il faut que vous sachiez pour faire du cinéma

Initiation à la méthode puissante pour écrire : la voyage du héros 

À PROPOS DE TOM WEIL

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • Benoit

    re-Bonjour Tom,
    Je disais sous la partie 1 que déjà que je subissais le syndrome de la page blanche ce
    matin… Je devrais peut être faire 4 longs plutôt qu’une série alors
    :oI
    et j’ajoutai que 5 pages pour un 1er acte c’est pas la mort non plus ;o)

    Mais pour cette série, je plaisantai évidemment… puisque je la tournerai moi-même :oD

    • Bonjour Benoit,

      Je ne connais pas le format de diffusion que tu vises, mais faire une série soi-même c’est quasiment aller au casse pipe.

      A bientôt,

      Tom

  • bouvaut

    Salut Tom, Tout est vraiment lier au business en Amérique. J’ai même lu que parfois dans certaines séries, il y avait un scénariste par personnage!. (bonjour le job) En tout cas sur le nombre, il y en a peu qui sortent du: le groupe de flics qui…. ex: Homeland, 24h
    les anglais (et américains) sont pas mal non plus:  » Affaires d’états ». et l’excellent et récent « Peaky Blinders »
    Les français s’accrochent: « Braco », » les Hommes de l’ombre »

    A + JJ

    • Bonjour JJ,

      Oui tu as raison, mais ça leur permet aussi d’avoir des staffs de fou en ce qui concerne l’écriture et la production. Mais elle à beaucoup de désavantage…

      Mais ce sont aujourd’hui les mieux placés en terme de nouveautés, prises de risques etc…

      A bientôt,

      Tom

  • maria

    Bonjour TOM,
    J’aime tellement notre « belle langue » – ce sont tes mots – qu’au contraire d’Anne, je ne me régale pas des mots américains.
    Au fond, l’ancêtre de ce que tu décris, c’est le feuilleton, le roman-photo. LOL avec les pubs pour enquiquiner tout en louvoyant pour ne pas couper le fil rouge !
    Du coup, ton article me renvoie à un vieux livre de… 1929, écrit par Eleonor Porter, intitulé « Pollyanna ou le jeu du contentement », qui m’ a marquée implicitement dans mon scénario de long. Il a marqué beaucoup de lectrices, qui cherchent comme moi, s’il a été réédité. En vain. Ma dernière recherche date… d’hier !
    Or Google m’apprend qu’ un film destiné aux enfants a été tiré de ce livre ainsi qu’une BD.
    Écrire une série , me paraît plus compliqué encore qu’écrire un long métrage.
    Bonne fin de dimanche, Tom.
    Tes articles ont l’art de me faire rebondir ! Celui-là de faire  »me » comprendre ce que je suis devenue. ☼)
    Écrire, je l’ai déjà dit, est le risque de se regarder le nombril. LOL
    Sincèrement. ☼)
    maria

    • Bonjour Maria,

      LOL Oui écrire une série demande encore plus de travail, enfin c’est mon avis ;o) Je ne m’en sens pas trop capable…

      Pour le nombril lol tu as raison.

      A bientôt,

      Tom

  • Anne Fauchon

    OMG !!!! Gorgeous Bro ! Ton lexique se déguste comme des friandises 🙂 Thank you so much and looking forwards for discovering more of them…

    • Bonjour Anne,

      LOL tu es en forme ! ;o) JE vais faire peut-être une 3ème partie mais pas d’ici 15 jours. Je vais changer de sujet ;o)

      A bientôt,

      Tom