Trouver un agent pour apprenti scénariste

Trouver un agent quand on est apprenti scénariste

 

À un moment ou à un autre l’idée de trouver un agent va vous venir à l’esprit. Vous écrivez depuis un moment maintenant, ou vous venez juste de vous y mettre, mais une chose est certaine vous comptez aller jusqu’au bout de l’aventure. Vous êtes motivé. Vous pensez vous donner les moyens. Alors pourquoi cela ne fonctionnerait-il pas, hein ?!

Et puis cela fait plusieurs projets que vous écrivez. Pour certains scénarios vous y avez passé plusieurs mois, voire plusieurs années… encore une fois, vous êtes prêt.

Mais très vite vous êtes confronté à deux problèmes

  • Vous êtes débutant et n’avez jamais rien écrit (qui a été produit par un producteur ou qui a eu du succès en festival)
  • Vous ne connaissez personne ou pas grand monde…

Un troisième problème vous touche régulièrement : Vous faites lire vos projets à votre entourage qui « souvent » aime ce que vous avez écrit.

  • Problème : ils ne connaissent pas plus de monde que vous et ne savent pas lire un scénario… Résultat : leur avis ne vous fait pas avancer ! Mais cela vous encourage à envoyer votre histoire à un producteur, réalisateur ou acteur. Et là c’est la catastrophe car eux savent lire un scénario… Vous n’êtes pas pris au sérieux car votre scénario ne correspond à rien, ou l’amateurisme transpire par tous les mots que vous avez écrits…Bref, les producteurs ne font pas partie de votre entourage… Si Tata Suzanne ou parrain Roger, qui ont aimé votre scénario, travaillaient dans le cinéma, vous le sauriez !

Tout cela pour dire que la solution que beaucoup d’entre vous entrevoient comme « LA solution miracle » c’est de trouver un Agent pour scénariste.

trouver un agent

Un agent d’auteur c’est quoi ?

L’agent pour scénariste c’est « en gros » la même chose qu’un agent pour les comédiens. Il est là pour parler de vous, de vos projets, de vous mettre sur des coups, de vous valoriser et en contre partie il vous prend un pourcentage sur les contrats signés.

C’est un brossage/ raccourci rapide de la profession, un instantané de ce que pense les apprentis scénaristes/ réalisateurs, mais en réalité c’est un peu plus complexe que cela.

Pourquoi un agent c’est plus que ça ? Je vous répète depuis le début qu’un producteur, un réalisateur sont des collaborateurs et non pas un porte-monnaie pour le premier et le sésame de faire un film pour le deuxième. L’agent c’est la même chose, ce n’est pas « LA solution miracle » qui va changer votre vie et vous donner accès au « monde du cinéma » et de la TV. Encore moins celui qui va vous rendre riche et célèbre.

Tout comme un producteur ou un réalisateur, l’agent ne doit pas être approché n’importe comment, n’importe quand et n’importe où.

Les erreurs des apprentis scénaristes

  • Penser que l’agent est un sésame (nous venons de le voir) et la solution à tous vos problèmes
  • Penser (et dire) que ce que font les autres, surtout à la TV, c’est de la merde. Et que vous êtes meilleur.

Penser que grâce aux scénarios vous allez devenir riche.

  • La méconnaissance du marché et des formats (90, 3X52, 8×52, 26×26 minutes)
  • De croire que vous pouvez écrire tous les formats (11×14, 2X65, 52×4 minutes et j’en passe… écrire des trilogies de 2 ou 3 heures… par exemple) et que la qualité de l’écriture va l’emporter sur ce qui se fait (voir ci-dessus)
  • Que vous puissiez être à la fois : scénariste, réalisateur, acteur, monteur etc… Et pourquoi pas cadreur, machino et coiffeuse !
  • Penser que la gentillesse et surtout l’humilité sont pour ceux qui n’ont pas « de talent ». Après tout, ceux qui réussissent sont tous imbus de leur personne et n’ont pas besoin des autres. Si tu n’es pas hyper exigeant, le meilleur, un incompris des productions, c’est que tu n’as pas de talent, le métier du producteur et de l’agent c’est de lire ton scénario car tu es le prochain grand scénariste ou réalisateur ! WHAT THE FUCK ! Toutes ces personnes (j’en ai d’ailleurs rencontré un, bien gratiné, cette semaine !) sont à côté de la plaque. Ils prendront encore une fois ce refus pour du snobisme, ils se diront encore plus incompris etc… finiront par s’auto produire et n’iront pas bien loin…et se planteront, ou en tout cas passeront à côté de leur film et du résultat escompté.

trouver un agent

Comment trouver un agent ?

C’est bien gentil de dire ce qu’il ne faut pas faire mais le but de cet article c’est de vous donner des trucs… une manière de faire…

Pour toutes les raisons que je viens de vous citer plus haut, l’agent ne lira pas ou très rarement votre scénario. Il ne faut pas oublier qu’un agent d’auteur c’est comme un scénariste, c’est un métier ! Les agents ne font pas ce métier pour la gloire. C’est un mélange entre les rapports humains, l’amour de l’écriture et l’envie d’un salaire !

Prendre un apprenti scénariste sous son aile c’est un long travail d’accompagnement, voire même de « formation » de la part de l’agent… alors que ce n’est pas son métier ! Prendre un apprenti scénariste c’est prendre un risque pour l’agent…car il va y passer du temps sans savoir si cet « investissement » lui rapportera quelque chose.

Car l’agent va devoir « former » l’apprenti auteur aux réalités du métier… et il y a de fortes chances pour que l’apprenti scénariste baisse les bras face aux difficultés du métier ! L’agent aura donc perdu du temps et de l’argent !

Voilà pourquoi un apprenti scénariste n’intéresse pas un agent !

Personnellement je le pratique tous les jours, via le blog et les gens que je rencontre. « J’ai un scénario super », « j’ai déjà des lettres de soutien de boîtes pros », « mon projet va révolutionner le genre », « il faut croire en moi, le cinéma c’est ma vie » etc… C’est d’ailleurs pour cette raison, qu’il y a deux ans, j’ai lu tous les scénarios que vous m’avez envoyés… car je me disais « ils ont peut-être raison… » Résultat : peu de ceux qui ont reçu une lecture et une analyse de leur scénario sont encore là aujourd’hui. Peu sont revenus vers moi pour un merci ou ont persévéré… ils ont baissé les bras car c’est un milieu et un métier difficile.

Sur les 100 lus, ça a dû servir à peut-être 10 personnes… L’énergie, le temps, et les compétences mises à leur disposition, sont trop importants pour le peu de personnes que j’ai aidé.

Lecture court-métrage :

LES LECTURES SONT FERMEES POUR LE MOMENTS, mais vous pouvez m’envoyer une demande ici : contact@commentfaireunfilm.com, en mettant en sujet : Lecture Court, pour que je puisse vous joindre.

Lecture long-métrage :

LES LECTURES SONT FERMEES POUR LE MOMENTS, mais vous pouvez m’envoyer une demande ici : contact@commentfaireunfilm.com, en mettant en sujet : Lecture Court, pour que je puisse vous joindre.

Je me souviens, il y a presque 20 ans, le premier producteur que j’ai rencontré m’a dit :  « Ton scénario est pas mal…mais tu ne connais pas le métier, tu n’en as pas assez chié. On se revoit plus tard ». Ce mec était un con ! Si si, même avec le recul c’était un con.

Mais il avait raison pour une chose : Se former, se documenter, approcher et parler à des gens du métier, aller dans des festivals, prendre des cours d’écriture, savoir ce que veut le marché, savoir le dompter avant de vouloir le révolutionner, c’est primordial.

Vous voulez trouver un agent d’auteur ?

Prouvez que vous avez quelque chose que les autres n’ont pas. Rencontrez les agents dans un premier temps. Parlez de leur métier. Apprenez à les connaître avant de vouloir vendre quoi que ce soit. Créez du lien !!!

Bougez-vous !

Vous voulez qu’un agent s’intéresse à vous ?

Alors je vais vous dire une chose qui va vous faire hurler…

Démarchez des producteurs, des réalisateurs, des comédiens. Une fois que vous aurez l’intérêt d’un producteur, que celui-ci sera prêt à signer un contrat d’option ou d’auteur, appelez plusieurs agents ou l’agent avec qui vous avez créé du lien… Vous allez voir que celui-ci ou celle-ci sera à l’écoute.

Je vous entends déjà : « forcément qu’il sera à l’écoute, j’ai fait tout le boulot à sa place ! »

Et vous aurez… tort ! Il n’est pas juste là pour prendre un pourcentage et se barrer ! Non seulement il pourra parler de votre projet, l’orienter mais surtout il défendra vos intérêts (et les siens) face au producteur. Mais c’est surtout que si vous êtes arrivé jusque là c’est que vous en voulez ! Il vous aura peut-être rencontré plusieurs fois dans des festivals, des avant premières, des salons etc…et là il pourra se dire que vous accompagner ne sera pas une perte de temps ou un investissement pour rien ! Ou il vous aidera juste sur ce coup là, mais gardera un œil sur vous ;o)

Il serait idiot de signer un contrat, surtout si c’est la première fois, sans se faire représenter par quelqu’un : agent, avocat, sacd etc…

Là je parle d’un long métrage, d’un téléfilm ou d’une série…le court-métrage n’est pas vraiment concerné…même s’il faut faire attention à ce que l’on signe ;o)

trouver un agent

La sacd, comme je le disais, peut vous aider dans un premier temps pour vos contrats. L’association séquence 7 peut vous faire rencontrer des pros grâce à leurs soirées et ateliers. Ils ont organisé jeudi 09/03/2016 une rencontre avec Jocelyne Resneau de Play Time.

Où trouver des agents d’auteur ?

Sinon voici quelques agences :

Voilà pour cet article sur : « Trouver un agent». Laissez-moi vos commentaires en bas de l’article.

Partagez sans compter le blog avec vos réseaux et vos amis. Pour partager l’article il vous suffit de cliquer sur le bouton « like » en bas de cet article ;o) ainsi que sur le bouton de Google+, bref super facile ;o)

Merci à ceux qui le feront ;o) et qui le font déjà ;o). Vous êtes tous les jours de plus en plus nombreux.

Vous pouvez maintenant retourner au plan du site (Onglet Article) pour lire d’autres articles, il vous suffit de cliquer sur le lien.

A bientôt,

Tom Weil

À PROPOS DE TOM WEIL

Tom Weil

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

49 comments… add one
  • maria dit :

    Bonjour Tom,
    Mon plus grand souhait est d’être parmi les « 10 %  » qui ont bien retenu tes instructions. Un jour, tu m’as confirmé mes progrès. Malgré tout, je me suis inscrite dés la première minute pour le script doctoring de mon long métrage que tu nous as proposé il y a peu de jours et que tu proposes encore ce dimanche à des conditions modiques. J’en ai besoin.
    Déjà, j’ai bénéficié gratuitement de ta lecture des balbutiements de scénariste. (Il y a des lustres ! enfin j’exagère ! ) Je ne t’en remercierai jamais assez. ☼ )
    Mais, j’ai toujours cru à mon histoire. Alors, j’ai espéré en elle, et j’ai persévéré. Tout ce que tu expliques dans la vidéo d’annonce, je le vis et comme je comprends que ce qu’en pensent les lecteurs de mon entourage ( très peu, en fait ) ne veulent pas me faire mal. Toutefois, ils me disent ne pas s’ennuyer : c’est déjà ça. Une amie m’a dit être portée, son compagnon pas OK avec ma « morale » ! .LOL !Il faut de tout pour faire un monde ! Et de tout pour aimer ou pas un film. !
    Je sais une chose : c’est l’ OBJECTIVITÉ de ton jugement incluant la RIGUEUR. Tout ce qui peut échapper aux gens qui connaissent mon enthousiasme au fur et à mesure de la compréhension de mon écriture.
    Et j’attends ta SÉVÉRITÉ, aussi.
    Bon dimanche, Tom et bien sincèrement de
    ☼) maria.
    PS. C’est par un lecteur de ton blog – il y a peu – et tes réponses que j’ai appris l’existence de ces  » agents ». Un scénariste aurait-il besoin de ces « impresarios » ?

  • stéphane dit :

    Bonjour Tom,

    Merci pour cet article et le temps que tu consacre pour nous, à nous donner des conseils.

    Cordialement.

  • Christophe dit :

    Bonjour Tom,

    Vendre son scénario est la partie la plus ingrate pour l’apprenti scénariste, perso je le ressens comme ça. Ce que j’ai bien compris, étant inconnu du métier, notre scénario d’auteur, notre histoire originale sera encore plus difficile à vendre. Et si en plus on veut passer à la réalisation, c’est quasi mort d’avance.

    Mais ce que j’ai compris aussi, c’est que si nous accrochons un producteur, nous devrons réécrire notre histoire originale pour qu’elle colle à son univers et peut-être même à ses propres idées.

    A force de rencontres, comme avec un réalisateur, nous réussirons peut-être à les faire vivre nos histoires ;o)

    A bientôt.
    Christophe

  • chan ra dit :

    Merci Tom c est marrant les sujets que tu aborde me parlent à chaque fois! j ai justement besoin d aide pour avancer , je ne voulais pas écrire le scénario de mon histoire (je me suis contentée du pitch , note d intention et Synopsis mais voilà je me lance pour le scénario mais à ton avis quel serait le logiciel le plus simple et gratuit? Merci pour ton aide , je te l envoie des que j’ai fini !Rachida

  • Stephy dit :

    Bonjour Tom,
    Est-ce que vous acceptez de lire des synopsis de long métrage?
    Merci d’avance

  • Steven dit :

    Bonjour Tom,

    Intéressant, je ne savais pas qu’il existait des agents pour scénaristes, si je comprends bien tu nous conseilles d’avoir un projet carré et l’approbation d’un producteur dans un premier temps pour pouvoir séduire un agent qui (une fois convaincu) nous accompagnera dans le métier.

    As-tu toi-même eu recours à ce genre de professionnel durant ta carrière?
    Et l’a tu été toi-même (en dehors du blog je veux dire)?

    A bientôt,
    Steven

  • maria dit :

    Bonjour Tom,
    J’ai attendu ta réponse à Steven pour te poser ma question.
    J’ai vu très peu du pourcentage de la série « Dix pour cent ». Or, il me semble avoir décelé une certaine ironie, non pas dramatique ( celle-ci étant indispensable dans tout film ou roman ). Je veux parler d’une ironie légèrement caustique à l’égard de ces agences.
    Peux-tu me dire si je fais erreur ou pas ?
    De toute façon, ce n’est pas en soi un documentaire. Alors, le (les ) scénariste (s ), qui ne peuvent être que des pros, doivent bien y avoir mis leur « patte personnelle » .
    Bien cordialement de
    ☼ ) maria

  • Marie-Claude Poulette dit :

    Bonjour Tom,

    Comment fait-on pour avoir un agent pour scénariste apprenti? Est-ce qu’il y a des frais rattaché à se service si nous n’arrivons pas à vendre nos projets?

  • Iris Unseen dit :

    Bonjour Tom!

    Encore un excellent article qui va beaucoup nous aider dans nos recherches! 🙂 merciiiii!
    J’ai une question (comme toujours 😉 ): pour un court métrage, peut-on démarcher un producteur sans agent?

    Je vous souhaite une bonne journée !

    A très bientôt.

    Iris.

  • Abraham Bliah dit :

    bonjour tom. j’avais il y a plus de 20 ans un agent qui s’apelait darpaillan ou pierre darmaillan. je n’arrive pas a le retrouver sur google. le connais tu . ou puis je le retrouver?

  • Bepino dit :

    Bonjour. Très intéressant votre blog et vos réponses toujours simples, pertinentes, directes et positives. Permettez-moi un petit témoignage concernant la relation scénariste-agent. Il y a quelques années, j’ai travaillé avec un agence parisienne. C’était très enrichissant (au figuré…) et l’appui de mon agent a été inestimable, vraiment. Comme vous le dîtes très justement, « avoir » un agent n’est pas une fin en soi. Je crois qu’il faut être y être préparé. Vous rêviez de parler à tel ou tel producteur, ben voilà, ça y est, vous êtes devant lui. Vous n’osiez rêver qu’un jour vous rencontreriez untel. Et bien voilà, votre agent vous présente. Le producteur a entendu parler de vous et de votre (ou vos) scénario(s). Et là, c’est à vous de jouer, de défendre votre écrit. C’est à vous d’entrer dans le réseau, de vous faire des relations. D’être mondain. Pour ma part, je n’ai pas su être mondain : je me retrouvais dans des cocktails sans savoir qui était qui. Et croyez-moi, les gens « connus » n’aiment pas vraiment qu’on ne les reconnaisse pas. A la question « Vous êtes », je répondais qui j’étais et ce que je faisais puis, poliment je disais « et vous ? ». Et là, patatra.
    Bref, je n’étais pas prêt. Pas assez convaincu moi-même de la qualité de mon travail pour convaincre qui que ce soit. Pas assez fier de mon parcours pour m’en servir d’appui. Trop franc parfois. Pas assez calculateur d’autres fois. Candide ici, imbu là. Jamais la bonne posture…
    Il faut savoir que je n’ai pas cherché d’agent. C’est elle (la directrice d’agence était une femme) qui est venue me chercher parce que plusieurs de mes écrits avaient suivi, de main en main, un chemin que je n’avais pas prévu. Elle croyait en moi et en mon travail. Elle m’a donné les clés, m’a ouvert les portes. Mais je n’étais pas prêt.
    Alors, pour conclure cette anecdote je dirai : Il faut toujours se préparer à ce qu’arrive ce que l’on espère !

  • Vincent Hubert dit :

    Bonjour Tom, je suis apprenti scénariste, j’ai écrit 2 séries (bible + scripte) que je suis en train d’adapter en bande dessinée. Je
    voudrais poursuivre leur développement en projet hypermédia. Cette
    deuxième étape comprend la réalisation des épisodes en film ou animation
    plus la création d’extension. J’ai structuré les 2 récits dans cette
    optique et dans une logique de gamification. C’est la troisième étape du
    développement qui comprend l’intégration du jeu sur smartphone et de
    réalité virtuelle sur casque. Je recherche un agent qui pourrait m’accompagner dans mon projet, j’ai écrit aux agences que tu cites dans ton article, aurais tu d’autres conseils pour orienter ma recherche ?

    • Bonjour Vincent Hubert,

      Le problème c’est que tes différents supports dépendent de tes séries…si celles-ci ne sont pas produitent comment pourras-tu vendre les autres supports ?

      Je pense que tu vas trop vite. 1) créer une IP (propriété intellectuelle) est une bonne chose. 2) vouloir la développer et penser à la décliner c’est important 3) avant tout cela il faut que ton IP soit reconnu par le public et puisse vivre…ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

      A bientôt,

      L’équipe de Comment Faire Un Film

  • Yassine dit :

    Bonjour Tom,

    Passionné de dessins animés malgré mon âge assez adulte, je me suis penché ces deux dernières année dans l’écriture d’un scénario pour film d’animation (quelque chose qui rimerait avec des films comme ratatouille, Cars ou Planes). Aujourd’hui je détient un scénario de plus de 300 pages avec une synopsis dans mon armoire digitale. Ainsi, et comme tout débutant je souhaite être accompagné sur la manière de présenter mon histoire à un agent ou un producteur. Par ailleurs je voulais vous demander si le faite de présenter un scénario écrit en français serait désavantageux si l’agence ou la maison de production n’était pas francophone.

    Ce serait très aimable de votre part si vous accepteriez de jeter un coup d’eil sur mon projet.

    En attendant votre retour,

    Bien Cordialement,

    Yassine

  • myriam dit :

    est-ce quil peut y avoir deux mentor dans un histoire ?!!

  • myriam dit :

    Bonjour , est-ce qu’il peut y avoir deux mentor /guide dans une histoire ?!

  • >
    ut ut ut odio Lorem dapibus id risus. ultricies