La température de couleur

Cette semaine je vais revenir aux bases. Il est vrai que ces derniers temps j’ai répondu à un certain nombre d’entre vous qui souhaitiez lire des articles un peu plus poussés, un peu plus axés vers le semi-pro voir le professionnel. Dans cet article je vais aborder un sujet que je n’ai pas encore traité : la température de couleur.

Vous êtes beaucoup à essayer de tourner des courts-métrages avec les moyens du bord ou plus pro. D’autres font des ateliers vidéo et sont, à chaque fois, confrontés à la température de couleur. Je vous préviens tout de suite, je ne vais pas faire compliqué, je ne suis pas un expert en lumière… on ne peux pas être au top partout ;o) Vous comprendrez pourquoi dans le prochain paragraphe.

Pourquoi parle t-on de température de couleur/ lumière ?

On parle de température de couleur en photo ou lors d’un tournage … simplement parce que la lumière en extérieur, en fonction du temps et de l’heure de la journée, n’a pas la même couleur. Idem pour la lumière qui se trouve à l’intérieur d’une maison ou d’un décor en fonction de la lampe qui est utilisée….La lumière d’un lever de soleil n’est pas la même que la lumière de 12h ou de 16h. Notre œil fait automatiquement la correction car il est composé de cônes qui sont présents dans la rétine et qui nous permettent de recevoir et de décoder la lumière.

D’ailleurs votre serviteur est daltonien (dans les nuances ;o)). Je ne perçois pas les mêmes couleurs que vous car certains de mes cônes sont défaillants. Tout ça pour dire que, si notre œil fait la correction automatiquement et instantanément, la caméra que vous utilisez ne la fait pas. Certaines caméras font ce que l’on appelle la balance des blancs automatiquement mais parfois ce n’est pas le top. Il est donc préférable de la faire manuellement. Mais nous verrons ça un peu plus loin ;o)

daltonien 28 température de couleur

Si vous êtes capable de lire la réponse…moi pas ! ;o)

La température des couleurs est exprimée en Kelvin.

En quoi ?

Je me suis longtemps posé la question : pourquoi parle t-on de température ? Et pourquoi Kelvin ? J’ai bien écrit Kelvin et pas Kevin…(Si tu te nommes Kevin ne sois pas déçu ;o)). Il y a quelques années j’ai trouvé la réponse…enfin trouvé est un grand mot lol. J’ai posé la question à un chef op…Je ne vous cache pas que je me suis senti un peu bête sur le coup…puis au fond…on s’en tape ;o) Je vous dis ça parce qu’il y avait un technicien à côté qui me regardait d’un air de dire : « Tu ne connais pas ça ?!!! »

Ben non ! Et au final lui non plus lol. C’est pour cela que vous ne devez jamais penser que votre question est bête ou que vous allez passer pour une buse.

Donc pourquoi Kelvin (k) ? Il faut savoir que le kelvin à la même valeur que le degré Celsius. Ça peut paraître incroyable et pourtant c’est vrai sauf que le kelvin part du zéro absolu soit -273 degrés Celsius. C’est Lord Kelvin qui s’est penché sur le sujet et qui a trouvé comment mesurer la couleur d’une lumière. Comme toute personne qui trouve un truc, il a simplement donné son nom à sa trouvaille…et bien non car le véritable nom de Lord Kelvin est en fait William Thomson ! Humilité quand tu nous tiens…ou alors Thomson était déjà pris….Je vous rassure, il a donné son nom à un principe thermodynamique ;o)

temperature de couleur lord kelvin

Bref, Monsieur Thomson s’est amusé à chauffer un objet noir…

Je fais un petit aparté. Pourquoi un objet noir ? Simplement parce les objets noirs n’émettent pas de chaleur car ils absorbent la lumière alors que les objets blancs, rouges ou verts absorbent une partie de la lumière et renvoient ce qui ne peut pas être absorbé. Ce qui est « rejeté » c’est la couleur que nous voyons….On pourrait même s’amuser à philosopher sur la véritable couleur des choses…mais nous avons d’autres chats à fouetter ;o)

Donc Will (C’est un Lord mais je l’appelle par son petit nom) l’a mis dans un four. En chauffant, l’objet noir a commencé à changer de couleur sous l’effet de la chaleur. Il l’a comparé à différentes sources de lumière qui éclairaient une surface blanche. Lorsque l’objet dans le four a pris la même couleur que la source de lumière se réfléchissant sur la surface blanche, il a relevé la température du four et lui a ajouté -273 degrés Celsius.

température de couleur

jordache/ shutterstock

 

Imaginons que j’éclaire une feuille avec une allumette. La flamme de l’allumette va donner une couleur qui sera reflétée sur la surface blanche. Mon objet devra être chauffé à 1427 degrés Celsius pour avoir la même couleur que la lumière que renvoie la feuille. A cette température nous ajouterons 273 degrés pour avoir une température de couleur de 1700 k qui est la température de la lumière d’une allumette.

Voici un tableau qui va vous résumer les différentes températures en fonction des ampoules ou du soleil.

température de couleur

La balance des blancs

Tout ça pour dire que vous devez faire absolument une balance des blancs lorsque vous tournez pour être certain que votre caméra captera la véritable couleur ambiante.

Je vais vous raconter une histoire qui m’est arrivée à mes débuts…je vous rappelle que je suis daltonien pour ce qui concerne les nuances et les mélanges de couleurs. Je distingue les couleurs vives mais dès qu’il y en a trop je suis perdu, bref…il y a quelques années, jamais je n’aurais raconté ça lol

Lorsque l’on démarre, nous sommes prêts à prendre tout ce qui passe pour se faire la main, pour apprendre et être un peu payé etc… Et par le plus grand des hasards, je décroche un job de cadreur pour une entreprise institutionnelle qui avait obtenu un contrat pour une soirée d’une grande entreprise.

Forcément je suis au taquet, je connais la caméra par cœur… je commence à filmer le séminaire qui se déroule en journée, je fais ma balance des blancs à chaque fois que je change de lieu, bref tout roule. Vient la soirée, là plein de jeux de lumière se mettent en route…je sais que je ne pourrai pas faire une balance des blancs correct. Je décide donc de trouver un coin ou les spots ne polluent pas la lumière de base. Je trouve un mur blanc et je fais ma balance. La soirée se déroule bien et je fais des plans de fou. Le lendemain, j’arrive en montage, je dérush. Et là c’est le drame ! Toutes les images de la soirée sont vertes ! Le mur que je voyais blanc…ne l’était pas, le fait d’être daltonien m’avait joué un sale tour ! Lol Je ne vous raconte même pas comment j’ai stressé ! J’ai tout de même réussi à rattraper le coup et à livrer le film. Ils étaient tellement contents qu’ils m’ont engagé pour faire la lumière et pour cadrer un film pour la SNCF…et là j’ai refusé ! ;o)

température de couleur bonne balance

Tout cela pour dire que la balance des blancs est d’une importance capitale ! Elle permet à votre caméra ou appareil photo d’étalonner et de corriger la dominante de couleur, en fonction de l’éclairage, qu’elle soit naturelle ou artificielle. Dans mon histoire, j’ai eu la chance d’avoir plusieurs moments bien séparés les uns des autres. La soirée que j’ai filmée était un moment à part. C’est à dire qu’elle n’était pas raccord avec une scène comme cela peut se passer dans un film.

Il faut donc faire la balance des blancs une fois que votre lumière est installée ou que cela soit la lumière dans laquelle vous allez tourner…et ne pas être daltonien lol

Sur vos caméras ou dans le menu de vos caméras vous avez une option « balance des blancs «  ou « white balance ». Pour la faire il vous suffit de tenir une feuille blanche ou vous servir d’une surface blanche pour faire cette balance. Vous zoomez sur la surface pour qu’elle remplisse tout votre cadre puis vous appuyez sur le bouton correspondant à la balance des blancs.

Je sais qu’aujourd’hui la balance des blancs automatique marche plutôt pas mal. Mais je suis de ceux qui préfèrent le faire encore manuellement. En utilisant l’automatique je me suis fait prendre plusieurs fois lors de photos de repérage ou la couleur n’était pas la bonne…voilà pourquoi je continue à la faire manuellement.

D’ailleurs si vous avez un appareil photo vous avez dû remarquer les pictogrammes suivant :

tableau pictogrammes caméra température de couleur

 

Et bien ces pictogrammes sont, en fait, des balances de blancs prédéfinies en fonction du lieu où vous voulez prendre la prise de vue ou la vidéo. Si votre appareil n’a pas de possibilité de faire une balance de blancs manuel (ou si vous êtes vraiment daltonien) je vous conseille d’utiliser ces préréglages ;o)

Voilà pour cet article sur la température de couleur. J’espère que cela vous a éclairé (AHAHA blague naze obligatoire) sur les possibilités que vous avez. Si vous avez des questions n’hésitez pas à les poster en bas de cet article. Je suis certain que beaucoup d’entre vous savent ce qu’est la température de couleur ou une balance des blancs…mais un petit rappel ne fait pas de mal ;o)

Partagez sans compter le blog avec vos réseaux et vos amis, n’hésitez pas non plus à cliquer sur les pubs car cela aide le blog à rester en ligne et GRATUIT. Pour partager l’article il vous suffit de cliquer sur le bouton « like » en haut de cet article ;o) ainsi que sur le bouton de Google+, bref super facile ;o)

Merci à ceux qui le feront et qui le font déjà  ;o)

Vous pouvez maintenant retourner au plan du site (Onglet Article) pour lire d’autres articles, il vous suffit de cliquer sur le lien.

A bientôt,

Tom Weil

À PROPOS DE TOM WEIL

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • Patrice BOUVRY

    Grand bonjour et toujours grand merci Tom !

    Je ne viens pas trop pour commenter (En plein dans le sujet, en ce moment !!!). Juste pour saluer tout le forum et pour dire aussi à Maria que j’ai déjà eu à admirer une Directrice de la photo sur un tournage ! Une autre vision que purement masculine ! Une véritable découverte !!!

    (Puis, il n’y a rien à polémiquer sur la théorie du genre ! Il y a bien 2 sexes opposés dans la nature et dans l’espèce humaine ! On a déjà tout bâti et tout vécu avec çà ! Leur truc zinzin, là, c’est fait pour porter atteinte à l’identité et à l’intégrité ! Nos enfants sont concernés !!!).

    Pour finir, je retourne en quête d’une nouvelle idée (Toute ma reconnaissance à Tom car sans le savoir, il m’a appuyé sur un foutu détonateur !!! Je vous prie de croire que çà bosse grave sérieux !!!) …

    Bon dimanche à tous et à bientôt (à l’occasion d’une masterclass d’Avignon, par exemple ;o) …)

    Patrice !!!

    • maria

      Bonsoir Tom,
      Bonsoir Christophe et Patrice,
      Bonsoir vous tous !
      Ah ! ce rendez-vous du dimanche autour du cinéma. C’est pas sympa ?
      Ok tout à fait avec toi, Patrice.
      C’est l’avenir de l’humanité qui craint.
      Bonne soirée.
      Vite, « Un Cœur En Hiver » sur Arte !
      Tout aussi chaleureusement.

      • Patrice BOUVRY

        Coucou Tom et tout le monde ! Je vois comme toi sur quoi se questionne Georges et il y en a sûrement plein d’autres dans son cas !

        J’ai dit que j’étais en plein dedans en ce moment car je suis en pleine lecture de l’ouvrage le plus sérieux et le plus complet qui est connu, tout en restant accessible à tous !

        Il vient de sortir et je ne sais pas si je suis autorisé à le proposer, ne serait-ce que pour ne pas interférer avec tes propres explications et le rythme de tes cours ! (C’est d’ailleurs pour çà que je n’ai osé rien dire). Mais tout ce qu’il faut savoir avant de se lancer est dedans ! De plus, un chapitre est consacré sur le lien entre la structure visuelle et la structure dramatique. Il peut donc aussi aider un scénariste à aborder techniquement son contenu et épouser le langage cinématographique ! A utiliser sciemment son inspiration !

        Il n’est jamais trop tard mais moi, j’aurais bien aimé avoir ce bouquin dès le début ! Très professionnel et j’insiste accessible à tout néophyte se sachant toutefois sincèrement attiré par le domaine ! Celui qui le lit ne verra ou ne reverra plus jamais les films comme avant !!!

        Donc à disposition éventuelle !

        • commentfaireunfilm

          Bonsoir Patrice,

          Pas de soucis tu peux donner le nom de l’ouvrage ;o)

          A bientôt,

          Tom

          • Patrice BOUVRY

            Bonsoir et merci Tom !!!

            Justement une très belle manière de fêter le travail en ce 1er mai !

            « Composer ses images pour le cinéma » de Bruce BLOCK, éditions Eyrolles – 26 € (24,70 € si – 5%).

            Le plus beau cadeau à s’offrir quand on veut savoir jusqu’à comment écrire la beauté …

            Fraternellement à tous et à toi, Tom !!!

    • commentfaireunfilm

      Bonsoir Patrice,

      Lorsque l’on appuie sur un détonateur ça explose non ?

      Bon courage pour ta nouvelle idée,

      A bientôt,

      Tom

  • Georges

    Bonjour Tom, Maria et les autres.
    Je savais déjà qu’il fallait réaliser une balance des blancs avant de filmer.mais je ne savais pas que cela était si important. Me voilà prévenu.
    J’ai une petite question tout de même, est-ce à partir de la balance des blancs que l’on crée l’atmosphère d’un film? ou bien cela est géré par d’autres réglages que tu nous expliquera dans un autre article.
    Merci d’avance pour ce futur nouvel article et merci tout court pour celui d’aujourd’hui.
    A bientôt.

    • commentfaireunfilm

      Bonsoir Georges,

      La balance des blancs permet d’avoir la bonne température de couleur en fonction de ton éclairage. Pour les ambiances, tu peux les créer avec des filtres mais surtout avec l’éclairage. C’est d’ailleurs pour cela que les chefs ops sont sur un tournage, pour donner une couleur, une ambiance.

      Pourquoi pas faire un article sur les ambiances…mais là il va me falloir l’aide d’un chef op…parce qu’avec mes problèmes de perception de couleur ça risque d’être catastrophique lol

      A bientôt,

      Tom

  • Salut Tom!

    C’est la providence qui t’envoie: j’ai justement un souci de température de couleur à régler! J’ai besoin d’uniformiser au montage, sous Première Pro, des rushs tournés au même endroit et au même moment mais avec plusieurs caméras qui avaient un réglage de balance des blanc différent…

    Or il se trouve que comme toi, je suis un méchant Dalton! Pas de luk… heu de luck.. bref de chance! 🙂 J’aimerais donc savoir s’il existe un moyen sous Première Pro pour uniformiser automatiquement les couleurs/températures de couleur de deux vidéos sans qu’il soit nécessaire d’y aller au jugé avec les outils de réglage de couleur, vu que je ne fais vraiment pas confiance au jugement de mon oeil en la matière…

    Si un spécialiste de Première Pro nous lit? … 🙂

    En tout cas ça m’aura appris que selon le modèle de caméra (ici une 600D et deux 650D), les réglages de Canon en terme de balance des blancs automatique ne sont pas tout à fait identiques 😀 Surtout dans des situations de lumière un peu extrèmes (là, avec mon atelier on filmait un concert éclairé par des projecteurs dans une grande salle de spectacle obscure). Et surtout ça m’a donné la résolution de, désormais, toujours prendre les quelques secondes que demande un réglage de balance des blancs sur chaque caméra!

    Sinon, merci d’avoir cité les « autres qui font des ateliers ». *Touché*, comme disent les américain en employant un mot français (faut le lire avec l’accent 😉 ) !

    • commentfaireunfilm

      Bonsoir Cinémacam,

      La providence…tu y vas fort ;o) Le problème c’est que je ne connais pas Première pro…en revanche sur FCP, je sais (pour l’avoir fait) qu’il existe une option (filtre) étalonnage, qui tu permets de « copier » la bonne température depuis tes rushs et de la « coller » sur tes images ou la couleur est mauvaise. Grâce à la pipette tu cliques sur la couleur à reproduire puis tu la « dépose » sur tes images avec la mauvaise couleur et le tour est joué. Il doit y avoir le même filtre sur première.

      Effectivement tu dois prendre le temps de faire ta balance mais surtout la faire avec les vrais éclairages du show ! Sinon tu risques d’avoir d’autres surprises !!

      A bientôt,

      Tom

  • Patrick Lanza

    Déjà bravo pour ce site avec des propos à porter de tout les cinéastes.
    Pour revenir sur la balance des blancs, les préréglages ou presets sont figés et impossible à régler pour l’utilisateur.
    Il convient donc de faire quelques tests pour juger de leurs pertinences.
    Pour faire une balance manuelle il faut un vrai blanc, pas une feuille A4 qui est souvent « plus blanc que blanc » car il contient un azurant et cela fait que notre image aura une petite dominante bleue. Il est préférable d’avoir une charte de gris à 18%.
    Certaines caméras (rares dans le domaine amateur) permettent une balance des noirs. Sur une vectorscope (appareil de mesure des vecteurs couleur) cela se traduit par un point au milieu (blanc comme noir).

    Il faut faire la balance dans la lumière principale en éteignant les lumières dites d’effet, afin de ne pas fausser le réglage.
    Pour le cas d’un spectacle (quand on est autorisé à filmer) il faut faire quelques essais, en principe sur le réglage « artificiel ».
    Les pleins feux avec spot vers le public seront difficiles à capter.

    Donc on attend la suite, comment corriger la lumière avec des filtres.

    • commentfaireunfilm

      Bonsoir Patrick,

      Merci pour ces précisions et ces ajouts…ne serais tu pas un pro ? ou alors tu as « de la bouteille » niveau technique…

      Je crois qu’il est important de préciser de faire les balances et les essais caméra avec les vrais ambiances pour les spectacles ou concerts au risque sinon d’avoir de drôle de surprises ;o)

      Pour le prochain article sur les filtres…why not…mais là je n’ai pas les connaissances nécessaires…enfin je crois…ce n’est pas ma spécialité ;o)

      A bientôt,

      Tom

      • Bonjour Tom,

        J’ai travaillé pendant 40 ans dans le domaine audiovisuel, passant des caméras à tubes aux CCD, C-Mos…
        du montage film argentique au montage virtuel.

        Maintenant à la retraite je continue avec des clubs amateurs et en faisant de la veille technologique, histoire de ne pas être « has been ».
        Concernant les filtres, c’est un vaste domaine très bien expliqué dans un catalogue technique de Lee Filters : « The art of light ».
        Il faut en effet distinguer les filtres correcteurs des filtres de « colorisation ».

        Dommage que ton site ne soit pas sur un site francophone, j’en ai un peu assez de l’anglais un peu partout. Même si je l’utilise techniquement.
        A plus

        Patrick
        01 46 04 22 61

        Le 27/04/2014 22:34, Disqus a écrit :

        • commentfaireunfilm

          Bonjour Patrick,

          Je me disais aussi ;o)

          Comment Faire Un Film est un site Francophone, pourquoi dis tu dommages ?

          A bientôt,

          Tom

          • Je parlais du support du site Disqus.

            Le 28/04/2014 18:54, Disqus a écrit :

  • Kaladji Diomande

    Bonjour Tom,

    Je confirme pour la balance des blancs sur les
    sales tours que ça peut jouer. Et c´est bien d´ailleurs que tu le rappelle pour
    nous. Pour ta dernière rencontre, as-tu des photos ou des vidéos
    pour nous, juste pour soulager un peu les absents 🙂 ? Pour ce qui est des couleurs peut-être que tu
    pourrais si possible faire un article additif pour nous dire quelles couleurs
    en général utiliser pour quelles scènes. Je crois que ceci joue véritablement
    un rôle.

    Bon Dimanche.

    • commentfaireunfilm

      Bonsoir Kaladji,

      Oui ce n’est pas rien de le dire lol ça peut te foutre ton projet ou ta commande en l’air ! j’en sais quelque chose. Pour la masterclass, oui je vais la mettre en ligne..malheureusement je n’ai pas eu le temps de la monter…

      En revanche je ne comprends pas bien ta question sur l’article que tu souhaites…

      A bientôt,

      Tom

      • Kaladji Diomande

        Bonjour Tom,
        Je voulais en fait dire par là, quelles
        couleurs (températures) utiliser pour mieux exprimer quelles sensations ou
        quelles atmosphères ? Exemple utiliser la lumière rouge ou jaune dans une scène
        pour donner la sensation de danger ou autre chose.

        Merci et bonne journée.

        • commentfaireunfilm

          Bonsoir Kalaji,

          Je pense que tu te trompe avec le métier de chef op, qui est là pour créer des ambiances grâce à ses connaissances de la lumière et/ ou tu te trompes avec les filtres qui permettent de donner une teinte à l’image.

          La balance des blancs et comprendre la température de couleur permet de régler la caméra pour que l’image ressemble à ce que notre oeil perçoit naturellement.

          A bientôt,

          Tom

  • maria

    Bonjour Tom,
    Formidable !
    La technique n’est pas mon domaine, mais je suis tellement curieuse de tout, et les couleurs, ça me connaît !
    Pour le fait que tu sois un peu daltonien, sais-tu que c’est essentiellement masculin?
    Qu’on aille pas me polémiquer pour adepte de la théorie du genre, LOL, c’est une constatation scientifique et une constatation que j’ai maintes fois vérifiée chez de tous jeunes garçons et dans ma famille !.
    Bref !
    Si je dis « Formidable! » une fois de plus, c’est qu’hier encore je cherchais sur le Net, des renseignements sur l’infographique, cet art pictural qui dérive du numérique.( je sais, ce n’est pas la même chose; c’est une concaténation pas si opposée que ça )
    On a beau dire, mais le scénariste doit connaître les techniques de base pour vérifier si les images sont réalisables , sans avoir recours à des effets spéciaux trop onéreux.
    L’artisan rejoint l’artiste.
    Parce que, pour moi, les couleurs sont parlantes, autant que les mots. Elles sont symboles.
    Cette histoire de « Température des couleurs  » me ramènent à « La Nuit Américaine » de F. Truffaut.( toujours mon côté ciné club ! )
    Il me semble me souvenir ( je ne savais pas qu’un jour je parlerai technique du cinéma ! ) qu’un moyen de ces « artisans de la lumière » est carrément dévoilée: -des bougies ? – alors que le numérique n’existait pas, mais l’électricité, oui !!!
    Je me trompe ? : Il ne se serait pas inspiré de l’application de Lord Kelvin-Thomson ? Cette  » balance des blancs » me paraît si noble, applicable du temps de l’argentique, le temps de F.Truffaut. Il faudrait que je revoie son film, peut-être j’analyserais avec davantage de justesse.
    Toi, tu es dans l’ère du numérique, alors ce moyen noble, doit y être applicable !
    Sauf si toi, Tom, ou quelqu’un(e)…éclairait ma lanterne !
    Mais, je suis un vieille chouette et une vieille pie !.
    Il fallait bien que j’explicite ce « Formidable ! » LOL !
    Il me reste à te remercier pour cet article qui m’intéresse…- je le souligne !- …particulièrement.
    Et te dire à toi, Tom, et à ceux qui entrent ici, bonne fin de dimanche et …bonnes journées futures, évidemment !
    Cordialement

  • Kevin Beaujean

    Je m’appel Kevin et je suis déçu par Kelvin !! Ahah 😉

    Très bon article encore une fois, merci et perso je ne savais pas ce qu’était la température de couleur 🙂
    Par contre les pubs sur lesquelles tu veux que l’on clique sont où ? :/

    Kevin 😉

    • commentfaireunfilm

      Bonsoir Kevin,

      Ahahahah, ne soit pas déçu lol

      Les pubs…en réalité il n’y en a qu’une ;o) sur le côté droit du blog…

      A bientôt,

      Tom

      • commentfaireunfilm

        Bonsoir Maria,

        Pour le daltonisme…oui je sais…la faute à ma masculinité lol

        Pardon mais je ne saisis pas ta question en ce qui concerne « la nuit américaine »…peut être est ce la fatigue.

        Merci pour ton intérêt pour cet article qui ne devait pas exister à la base ;o)

        A bientôt,

        Tom

        • maria

          Bonjour Tom,
          Je n’avais pas lu ta réponse. J’ai cru que tu me boudais…LOL !
          Pour ta masculinité, oui, c’est ça et tant mieux ! Mais transmis par ta maman ! Même truc pour l’hémophilie !
          Je m’abstiens de faire un jeu de mots scabreux qui m’attirerait les foudres, non méritées, car je respecte tout à fait l’amour, sous toutes les formes.
          La seule chose, c’est que je ne saurais pas dire, ni écrire ce style d’amour dans un scénario.
          Quant à la théorie du genre, dont Patrice m’a rapidement interpellée, si je l’ai évoquée, c’est qu’elle prend des tournures qui font polémique en ce moment, et qu’on l’exagère.( ce-disant, un film peut exagérer le genre.) Personnellement, j’aime distinguer du premier coup un vrai homme et une vraie femme.
          Ça me ramène à une chanson !!! ! de Guy Béart:
          ♪ c’est la vraie grammaire, le masculin s’accorde avec le féminin ♪.
          Revenons au cinéma…(Cf. la suite: tu vois que tu es fatigué, tu en fais trop ! )
          À « La nuit américaine ».
          Comme je ne connaissais rien aux techniques d’un film, je n’avais pas trop apprécié celui-là. ( pour autre chose aussi, l’ambiance générale du tournage.
          Voilà que ton article me le remet en mémoire, alors que moi-même cherchait des techniques de traitement des images par les formes et les couleurs. La providence, je n’y crois pas, déjà davantage à la transmission de pensées, au hasard un peu dirigé ! Qu’importe !
          Oui, je me souviens de ce que ce réal montre carrément des « trucs », des sortes de moyens spéciaux.
          Des bougies ? Ce qui me fait penser à ce que tu expliques: chauffer le blanc pour faire apparaître la nuit en plein jour.
          Déjà, je m’étais demandée, pour « Notre jour viendra », si c’était le jaune d’un vrai pipi qui coloriait en vert le bleu de la piscine; !!! Je suis curieuse comme une vieille chouette, j’te dis !
          Et une pie !
          Cordialement.

  • Virgile Le Bigot

    Très instructif encore une fois !! Merci beaucoup pour cet article.

    • commentfaireunfilm

      Bonsoir Virgile,

      Merci pour le compliments ;o) N’hésite pas à partager le blog et ses articles autour de toi, c’est le meilleur moyen de me remercier et de permettre au site de bien se porter et de rester gratuit ;o)

      A bientôt,

      Tom