Combien doit-on payer un acteur ?

Combien coûte un comédien ?

 

Cette semaine nous allons parler : argent et comédien, tout un programme. Cela fait un moment que je veux faire cet article, pour deux raisons :

  • Parce que j’ai eu un commentaire sur un ancien article où j’avançais des tarifs de comédiens. Ce commentaire disait en substance « vous racontez n’importe quoi » sans évidemment démontrer que j’avais tort. Vous, qui êtes des lecteurs assidus, vous savez que je ne sais pas tout et heureusement. De plus, je peux me tromper et je suis le premier à le reconnaître. ;o)
  • La deuxième raison c’est que certains d’entre vous tournent avec des comédiens et se retrouvent bêtement coincés ou ne savent pas comment faire pour dealer avec leurs futurs comédiens.

Le comédien et son image

Commençons par traiter ce sujet un peu épineux. Dernièrement un lecteur m’a posé une question très simple ou du moins m’a exposé son problème : Un comédien avec qui il vient de travailler (de tourner) sans lui faire signer de droit à l’image ou de contrat, lui demande aujourd’hui de l’argent sous peine de quoi, il ne souhaite plus apparaître dans son film.

Et il en a tout à fait le droit ! Même si personne ne l’a obligé à tourner, qu’il a joué sciemment, s’il ne veut plus apparaître, il en a le droit. Peut-être a t-il pensé que le tournage de ce film n’était destiné qu’à un cadre privé et non pas à être diffusé…la mauvaise foi existe partout ;o)

 

Le réalisateur amateur a donc 2 choix :

  • Payer
  • Retourner les plans ou le film en entier si ce comédien était son personnage principal

 

Le problème de payer c’est que ça risque de faire boule de neige…et si les autres comédiens le savent ça peut vite devenir du grand n’importe quoi…Même si tous les comédiens ou personnes qui se disent comédiens ne sont pas tous des (heureusement) arnaqueurs de première. Ou alors tourner à nouveau son film en évitant de refaire les mêmes erreurs. Un figurant qui n’a pas signé de droit à l’image peut aussi s’opposer à la diffusion et demander de l’argent.

salaire acteur

Alors comment faire pour éviter de se retrouver dans cette situation ?

  • faire des contrats aux comédiens même s’ils ne sont pas payés !
  • Faire signer un droit à l’image pour les figurants etc…

 

ET C’EST TOUT ! Si vous suivez ces deux étapes vous n’aurez jamais de problème. Non seulement parce que dans le contrat il sera stipulé que le film sera diffusé sur tous les supports qui existent ou qui ne sont pas encore inventés. De plus, ce contrat protègera et vous protègera d’éventuels chantages comme : Tu paies ou ton film reste dans un placard !

 

Et ceci même si c’est un film amateur, semi-pro ou pro !

 

J’fais du court, j’ai pas d’argent pour les payer

J’en ai déjà parlé mais je vous le redis ici. Pour avoir de vrais comédiens pas besoin d’être Rothschild ou Besson ! Beaucoup de comédiens acceptent de tourner dans des courts-métrages ou des moyens-métrages sans être payés. Cela leur sert de bande démo et peuvent essayer ou jouer des rôles qu’ils n’ont pas l’habitude de faire. De plus, si le film fonctionne en festival, s’il est acheté par une chaîne, c’est une super vitrine. L’important pour un comédien c’est d’être vu ! Un comédien qui ne joue pas c’est un comédien qui n’existe pas. C’est la même chose que pour un scénario qui n’est pas lu ou un film qui n’est pas vu.

 

Alors, un comédien combien ça coûte ?

La réponse à cette question n’est pas si simple car il faut prendre en compte le projet.

Pour un long-métrage le tarif journalier de 8 heures d’un cachet de comédien est de minimum : 400 euros/ jour

 

Pourquoi un tel montant

  • Le cachet de base est de 219,20 euros (27,40/ Heure X 8 heures)
  • Indemnités pour l’habillage – Maquillage – Coiffure (HMC) de 16,40 euros
  • Majoration de 75% pour un cachet isolé. Uniquement sur les 8 premières heures.

 

Pour un long-métrage le forfait à la semaine (5 jours minimum) de 8 heures d’un cachet de comédien est de minimum : 1 212,25 euros/ semaine

 

Pourquoi un tel montant

  • Le cachet de base 27,40/ heure x 35 heures + 5 heures majorées de 25%
  • + 5 heures d’indemnités pour le HMC à 16, 40 euros
  • 6 jours seraient = à 1 502, 65 euros

 

Si nous devions comprendre ce que représente ce tarif et la prestation d’un comédien nous pourrions la décomposer comme cela :

  • 37% pour l’exploitation en salle de cinéma du secteur commercial et du secteur non commercial et dans tout lieu réunissant du public
  • 25% pour l’exploitation TV
  • 10% pour l’exploitation VOD
  • 15% pour les DVD, Blu-ray à usage privé
  • 13% pour les exploitations secondaires et produits dérivés.

 

Je ne vais pas vous donner le tarif de base pour les téléfilms car au fond cela ne peut pas vous concerner. M’enfin, si vous insistez tous, je vous le mettrai ;o)

Sachez tout de même que des seconds rôles sur des téléfilms et/ ou séries récurrentes peuvent prétendre à un salaire journalier de 1 000 euros/ jour.

Puis pour les 1er rôles(lead) on atteint 5 000 euros/ jour. Certaines stars du petit écran font parfois s’envoler ces tarifs avec des salaires à 5 zéros pour 21 ou 23 jours de tournage, avec des cachets/ jour autour de 8 000 à 10 000 euros. Mais cela ne représente pas la majeure partie des comédiens, ils sont même assez rare.

salaire acteur

Comment je vais faire pour mon court-métrage ?

Effectivement, on ne peut pas payer un comédien 400 euros/jour ou 1 212,25/ semaine pour un comédien et pour votre court-métrage !

Voilà pourquoi le SPI, le syndicat des producteurs indépendants, a trouvé un accord pour les comédiens travaillant sur du court.

Pour un court-métrage le salaire journalier de 8 heures d’un cachet de comédien est de minimum : 142,96 euros/ jour

 

Pour un court-métrage le forfait de 5 jours de 8 heures/jour d’un cachet de comédien est de minimum : 536,20 euros/ semaine

 

Pour un court-métrage le forfait de 6 jours de 8 heures/jour d’un cachet de comédien est de minimum : 643,35 euros/ semaine

 

Comment financer le salaire des comédiens ?

L’ADAMI est une structure qui vous permet de faire une demande de financement pour les courts-métrages de fiction. Cette structure permet de :

 

Financer 80% des salaires des comédiens TTC (sauf figurants)

 

Il faut remplir pour cela certains critères :

  • Court-métrage de maximum 30 minutes
  • Il faut 3 comédiens à l’écran (hors figurants)
  • Engager des comédiens professionnels selon le barème long-métrage)
  • Être une association ou une société de production

adami

Encore une fois je vous parle d’argent, de salaire car il ne faut pas se voiler la face, le cinéma c’est notre passion mais c’est aussi notre métier ou cela va le devenir. Faire un court-métrage demande beaucoup d’énergie et de moyens. Mais il ne faut pas faire n’importe quoi car vous avez peut être dans les mains un scénario qui vaut de l’or. Ne pas faire signer de contrat ou de droit à l’image c’est suicidaire. Ne pas se renseigner sur les éventuelles aides autour de vous c’est faire le boulot à moitié et mettre de l’argent perso dans ses projets revient à l’idée que c’est aussi suicidaire que de ne pas faire signer de droit à l’image CQFD.

 

Souvent les comédiens vont jouer pour vous gratuitement car ils aimeront votre projet, votre énergie et l’univers que vous avez construit. Mais maintenant vous savez combien cela coûte ;o)

 

Voilà pour cet article sur combien coûte un comédien

Laissez-moi vos commentaires en bas de l’article.

Partagez sans compter le blog avec vos réseaux et vos amis. Pour partager l’article il vous suffit de cliquer sur le bouton « like » en haut de cet article, d’envoyer le lien de cette page par mail, sur Facebook ;o) Ou de cliquer sur le bouton de Google+, bref super facile ;o)

Merci à ceux qui le feront ;o) et qui le font déjà ;o).

Vous pouvez maintenant retourner au plan du site (Onglet Article) pour lire d’autres articles, il vous suffit de cliquer sur le lien.

A dimanche prochain. En attendant, vivez votre passion à fond et ne soyez pas trop parano ;o)

Tom Weil

Voici d’autres articles pour vous aider à créer vos personnages et écrire vos scénarios

 (Cliquez juste sur le lien ci-dessous pour accéder directement aux pages)

Trouvez de la musique pour votre film

Comment apprendre le cinéma et y travailler ?!

Comment se débarrasser de la procrastination

Comment devenir réalisateur ?

Le 1er jour de tournage d’un assistant réalisateur c’est quoi ?

Être réalisateur (trice) c’est aussi devoir faire des concessions !

Les écoles de cinéma

Les BTS de cinéma

Utilisez le viseur de champs Panascout pour vos films

À PROPOS DE TOM WEIL

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • Elrich

    Bonjour Tom, tout d’abord merci pour votre article. Je suis préoccupé par une question de rémunération de mes comédiens. En effet je tourne le mois prochain une mini-série pour le web. J’aimerai savoir si je suis sujet aux minima de la convention collective tv ou s’il existe un barème pour internet? Merci d’avance et bonne journée.

    • Bonjour Elrich,

      Si tu es produit par une société de production oui. Si tu as une association…tu peux leur faire signer un contrat de participation et tes comédiens te couteront : Zéro.

      Après si tu as du budget tu peux aussi les payer, il existe des moyens pour t’en sortir mais je ne peux pas les expliquer ici.

      A bientôt,

      Tom

      • Elrich

        Merci beaucoup pour ta réponse. Je n’ai pas très bien compris, oui il existe un barème internet? Si oui où puis-je le trouver? J’ai une petite société de production et je produit donc moi-même le projet. Je voudrais payer les acteurs mais comme ils sont nombreux j’aimerais trouver une solution équitable.

        • Bonjour Elrich,

          Non il n’y a pas de carême internet. Un minimum syndical est un minimum syndical ;o) Si tu as une boite de production tu es obligé de déclarer les gens qui travaillent pour toi ! Si tu as un accident tu es couvert et le comédien aussi.

          Après tu peux essayer de t’arranger avec eux car être payer en dessous du minimum peux les pénaliser au niveau de leurs heures d’intermittence.

          Parfois il est préférable de leur faire un contrat de participation.

          A bientôt,

          Tom

  • felix

    Bonjour
    Je souhaites tourner un film x et l’exploiter sur le net
    Comment je fais pour rémunérer l’actrice
    Est ce que je peut demander une participation aux comediens qui souhaiteront tourner gratuitement
    Merci

    • Bonjour felix,

      Pour payer quelqu’un il te faut une structure : association ou entreprise, ou qu’ils soient auto-entrepreneur.

      Si tu gagnes de l’argent de quel que manière que ce soit, tu devras les déclarer.

      A bientôt,

      Tom

  • Stephane

    Bonjour
    Merci pour cet article
    On sent bien la passion dans vos écrits
    N’étant pas du tout du métier, j’ai trouvé vos explication claires et intéressantes
    Merci à vous et au plaisir de vous lire.

    • Bonjour Stephane,

      Merci beaucoup pour les compliments ;o) N’hésite pas à partager le blog autour de toi.

      A bientôt,

      Tom

  • Riplay

    Bonjour,
    « Pour un long-métrage le tarif journalier de 8 heures d’un cachet de comédien est de minimum : 400 euros/ jour »
    et « Sachez tout de même que des seconds rôles sur des téléfilms et/ ou
    séries récurrentes peuvent prétendre à un salaire journalier de 1 000 euros/ jour. »

    Un téléfilm paierait plus s’il s’agit d’un prix mini ou moyen, surtout pour un second rôle comparé à un premier rôle.

    Pas clair, faudrait le coût mini et maxi ou moyen, parce qu’il y a de quoi se perdre!

    • Bonjour RIplay,

      Que cela soi un long ou un série le salaire d’un comédie est de 400/ jour.

      Pour l’anecdote des second rôle payés 1000/ jour…c’est une anecdote. Il est impossible de donner un prix moyen ou maxi…le tarif syndical pour une journée de comédien est de 400/jour.

      A bientôt,

      Tom

  • basicevolution

    Bonjour Tom,
    Je me permet cette question ici j’espère que vous n’y avez pas déjà répondu ailleurs. Si je trouve une équipe technique et des comédiens qui acceptent de tourner pour moi gratuitement tant mieux pour moi. Mais si ensuite je désire vendre mon film le pourrais-je si je n’ai pas payé les gens qui travaille avec moi? En gros si mon film est top et qu’une chaine veut me l’acheter (par exemple) pourrais je me retrouver bloquer par le bénévola de mon équipe? Si oui… Y a t’il un moyen de rémunérer l’ensemble de l’équipe de manière symbolique (le fameux euros symbolique) et de leur proposer un intéressement… Le film rapporte de l’argent: 25 % répartit pour l’équipe technique, 25% pour les acteurs et 50 % pour la production par exemple?
    Merci pour le blog et pour la réponse.

    • Bonjour basicevolution,

      On ne tourne pas avec des personnes sans contrat, même si celles-ci ne veulent pas être payer; Simplement parce que si une des personnes changent d’avis et ne veut plus apparaitre dans ton film tu ne pourras plus l’exploiter.

      Il faut donc lui faire signer un contrat de participation. Il met son salaire « virtuel » dans la production, de ce fait tu valorise son salaire dans ton budget. Dans ce contrat il est indiqué que si le film est vendu, il touchera un pourcentage une fois le film remboursé.

      Franchement même si tu vends ton film 7 500 euros à une chaine cela ne remboursera jamais ce que la production à avancé comme argent. De plus en fonction des postes certains techniciens ou comédiens touchent avant les autres. D’abord le distributeur, le producteur, le réalisateur etc….(c’est un exemple).

      Donc ta répartition ne tiens pas la route ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • ronely

    Bonjour

    J aimerai d abord vous remerciez pour votre blog et le temps que vous passez a écrire et poster vos articles .
    J aimerai avoir votre avis sur plusieurs question

    – Comment faire pour tourner son court métrage en pellicule , ou ce fournir en pellicule ,ou louer une camera 35mm , combien ca me couterais environs et quel sont les étapes de post production etc . Est ce que cela est possible en 2015 a l’heure du tout numérique

    – Apres le salaire d un comédien , j aimerai avoir un barème approximatif pour les salaire de technicien et savoir ou pouvoir recruter son équipe pour des projets de courts métrage

    – Question bete mais a votre avis pourquoi il y a t il une différence d image entre le cinema Français et Américain ? Souvent le cinema Coréen se rapproche de l esthétique du cinema Américain dans l image . Cela est du a quoi a votre avis et est il possible de s approcher de cette qualité en France

    Je vous remercie

    • Bonjour ronely,

      Merci pour les compliments, n’hésite pas à partager le blog autour de toi, c’est le meilleur moyen de me remercier.

      Pur répondre à tes questions :

      1) Pellicule : chez kodac (01 53 99 33 33). Caméra chez les loueurs de caméras (transpacam ou tsf. Pour une super 16 1100 euros / semaine, pour une 35mm 3200/ semaine. Une bobine de super16 ça doit couter 150 euros (10 minutes de films) pour 122 mètres.

      2) Je te conseil de lire l’article : comment trouver son équipe.

      3) La lumière, le chef op, la fréquence…et le traitement. Beaucoup de film Français arrive à reproduire le côté « américain ». Les prod besson par ex.

      La différence est de plus en plus faible, voir inexistante sur les grosses prods.

      A bientôt,

      Tom

  • AMM

    Bonjour Tom,

    Je me sens tellement concernée par cet article qu’actuellement je prépare la production de ma série télévisée pour l’année prochaine. La première saison va entièrement être tournée en Afrique et j’ai des comédiens français et africains dans mon casting. N’ayant pas les mêmes budgets que les productions occidentales, je m’arrache les cheveux actuellement pour leur faire des propositions raisonnables, n’ayant pas une base de calcule à l’exemple du tarif journalier applicable au long métrage ou encore des tarifs forfaitaires applicables aux téléfilms et autres séries TV;
    Lire cet article m’a tout de même fait plaisir et aura été une piqûre de rappel quant au droit à l’image qu’on devrait impérativement obtenir du comédien qui accepterait de jouer même bénévolement.
    Bon dimanche
    Anna
    .

    • Bonjour AMM,

      Les tarifs de séries ou de téléfilms sont sensiblement les mêmes.

      A bientôt,

      Tom

  • Eliane Dix

    Bonsoir Tom

    Article intéressant comme d’habitude. C’est sûr qu’il est agréable d’être payé, mais si ce n’est pas possible, il faut le préciser.
    D’ailleurs dans beaucoup d’annonce de casting, il est précisé qu’il n’y a pas de rémunérations, où des prises en charge de déplacements ou de nourriture;
    Après la joie d’avoir un rôle peut mener à certaine folies, il y a 3 ans je suis monté sur Paris à mes frais presque 2000 bornes en voiture, plus 2 costards à acheter ( un problème de couleurs qui ne convenaient pas), plus les frais, essence, hôtel , bouffe, tous ça pour exactement 4 lignes de répliques, je ne regrette rien et si c’était à refaire, je le referai, parce que j’ai passé 2 des plus merveilleuses journées de ma vie! Plus récemment j’ai fais un court dans ma région avec le rôle principal ( non rémunéré) et effectivement j’ai eu un contrat de comédien stipulant ce que tu mentionnes plus haut.
    Perso je pense que c’est bien d’être rémunéré, mais qu’on me demande de jouer un rôle, je ne pose même pas la question de la rémunération, et Dieu sait si je suis dans la panade! mais là t’es tellement content que tu te fiches de tout, tu deviens dingue, et comme t’es un amateur t’es déjà bien content de plaire à quelqu’un, et l’ambiance d’un tournage même amateur c’est incomparable, rien que pour ça qu’on me le demande et je suis partant pour l’aventure!
    Après il est vrai que pour certains il faut connaître et appliquer pour éviter les emmerdes ce dont tu parles plus haut.
    Bien à toi
    Eliane.

    • Bonjour Eliane,

      Dés le moment ou il n’y a pas de défraiement il ne faut pas le faire ! C’est le minimum de respect à avoir pour le travail ou le temps accordé.

      Sinon, très vite, beaucoup de pseudo « réal » abusent…et certaine prod aussi , il ne faut pas se le cacher.

      A bientôt,

      Tom

      • Eliane Dix

        Bonsoir Tom
        Tu as raison Tom, sans doute ce n’est pas respectueux, évidemment certains doivent en abuser, mais l’envie de tourner te fais laisser ce genre de « détails » de coté surtout si tu n’es pas un professionnel.
        A+
        Eliane.

        • Bonjour Eliane,

          Ne pas être un pro ne signifie pas accepter tout et n’importe quoi ;o)

          A bientôt,

          Tom

          • Eliane Dix

            Bonsoir Tom
            Même pour le plaisir?
            A+
            Eliane.

          • Bonjour Eliane,

            Si mais ça ne peut pas durer éternellement ;o)

            A bientôt,

            Tom

          • Eliane Dix

            Bonsoir Tom
            Il est clair qu’au bout d’un moment…ce n’est pas quelque chose qui doit durer.
            A+
            Eliane.

  • anthony

    Bonjour Tom,

    Par rapport aux montants minimum des cachets de comédiens (long-métrage et court-métrage) est-ce que ce sont des montants TTC ?

    Cordialement
    Anthony

    • Bonjour anthony,

      Il n’y a pas de TVA sur le cachet des comédiens mais des charges sociales. C’est à dire que les tarifs que je donne dans l’article sont brut. Puis il faut ajouter les charges patronales.

      A bientôt,

      Tom

  • Steven

    Bonsoir Tom,

    Merci pour ces précisions, si j’ai bien compris, soit on paie tout le monde, soit on ne paie personne.

    Dans les conditions à remplir lors d’une demande de financement pour un court, il y a (Engager des comédiens professionnels selon le barème long-métrage), je ne saisis pas très bien, tu parles du salaire?

    Et puis l’Adami finance 80% des salaires, ce qui veut dire que les 20% restant sortiront de notre poche?

    Pour le gars qui est passé en coup de vent seulement pour dire (tu racontes n’importe quoi), ça me paraît être plus un troll qu’autre chose…heureusement c’est assez rare sur le blog.

    A bientôt,

    Steven

    • Bonsoir steven,

      C’est ça.

      Oui je parle de salaires ;o)

      Oui c’est à toi de financer les 20% restant ;o)

      Pour le gars…s’il avait justifié son propos j’aurais fait mon mea culpa sans hésiter.

      A bientôt,

      Tom

  • Anne Fauchon

    Bonsoir Tom, super intéressant 🙂 Bien à toi

    • Bonsoir Anne,

      Merci ;o)

      Tom

      • Anne Fauchon

        Tom, il y a un aspect que tu n’abordes pas, celui du fait de payer ou pas un comédien dans les courts ou longs « non professionnels ». J’en ai tourné plus de 30 et plusieurs fois je me suis fait la réflexion que j’aurais pu (du) me faire payer, même un montant de principe 50 € (pour plusieurs jours parfois). Il y a un manque de respect à l’égard de comédiens de la part de certains réalisateurs sur ce point ; je l’ai déjà senti. Luchini en parle très bien dans son interview à MOG dans le divan. Il raconte une aventure avec un fou (début de sa carrière) qui martyrisait tous ceux qui bossaient gratuitement pour lui et avait dit qu’il en respectait que Luchini qui avait exigé une rémunération symbolique… Bien sûr tout est question d’espèces…

        • Bonsoir Anne,

          Y a des cons partout. Moi un mec comme celui dont tu parles, je l’envoie chier sans sourciller.

          Après sur un projet..si personne n’est payé..c’est personne, ni comédiens, ni techniciens.

          Si il y a l’Adam dans le jeu..alors là ok, les comédiens sont payé mais pas les techs.

          Après si le budget le permet on donne à tout le monde.

          Après personne n’est co-producteur. Donc il faut un défraiement minimum (essence, bouffe etc..)

          A bientôt,

          Tom

          • Christophe

            Bonjour Tom, bonjour Anne,

            Un truc me chiffonne, ne pas être payé ok, après-tout… , mais le ticket de train ou l’essence pour la bagnole, la bouffe, le petit café à la pause, enfin les trucs de bases sont quand même pris en charge ? Une équipe, parce qu’il s’agit bien de ça au final, surtout dans ce cas, on la bichonne, on la soude. Bref c’est mieux que si tout le monde se fait la gueule sauf si c’est un drame…

            A bientôt.
            Chistophe

          • Bonsoir Christophe,

            Il ne faut pas que cela te chiffonne ;o) Je parle de défraiements c’est à dire qu’il faut au minimum que l’équipe soit nourrit au moins un repas par jour + un encas en fonction de l’heure. Puis que l’essence soit payé etc…

            C’est le minimum. Si l’équipe ou les comédiens doivent tourner à plus de 50 kilomètres du tournage, il faut que l’asso ou la prod paient le logement.

            Une équipe c’est effectivement un entité à laquelle il faut faire attention, j’englobe dans l’équipe, les comédiens.

            Un tournage sans défraiement, c’est un tournage qu’il ne faut pas faire.

            A bientôt,

            Tom

          • Henri-Pierre Juguet

            Cette discussion aborde des problèmes importants à mon avis.
            Tom a raison : sans défraiements : à oublier.
            Mais il y a une chose importante : ça doit TOUJOURS être « à charge de revanche ». On doit toujours être prêt soi-même à accorder aux autres ce qu’on leur a demandé. Ou donner autre chose en échange.
            Exemple. Deux fois dans ma vie de peintre ce sont des modèles qui m’ont proposé de venir gratuitement. Et pas une fois ! Avec la première nous sommes resté ensemble 2 ou 3 ans (je parle de travail, pas de couple !) Et comme ça me gênais qu’elle vienne gratuitement j’ai donné des cours de musique à son fils. Pour la deuxième l’aventure a duré au moins 5 ans. En échange je lui servais de conseiller littéraire. Et elle a enfin été publiée dans différentes revues, ce qu’elle tentait de faire depuis des années.
            Ce n’est pas « donnant-donnant », c’est mieux ! un échange tant que cela est possible. Sinon cela me laisse un peu perplexe…

          • Bonjour Henri-Pierre,

            Effectivement il faut toujours renvoyer l’ascenseur. Parfois cela peut prendre des années…Un exemple tout bête, en 2005 un jeune cadreur à fait du cadre pour un de mes courts (making off). Il n’a pas été payé. 10 ans plus tard, il réalise un court-métrage ambitieux et à besoin d’un premier assistant…il à été tout naturel que je lui renvoie l’ascenseur sans poser de questions ou rechigner ;o)

            A bientôt,

            Tom

          • Henri-Pierre Juguet

            C’est noble de ta part. Malheureusement tout le monde n’est pas comme ça…
            Moi je n’envisage pas autre chose. Qu’est-ce qui verrait le jour, sinon, dans le cinéma ou autre part ?…

          • Bonsoir Henri-Pierre,

            Non ce n’est pas noble, c’est un juste retour des choses.

            A bientôt,

            Tom

          • Henri-Pierre Juguet

            Dans ma tête cela voulait dire la même chose, par rapport à ceux qui vous oublient une fois qu’on leur a rendu service. La parole donnée et tenue est toujours quelque chose de noble. Normale, mais noble. Ne pas le faire serait déshonorant (sauf cas de force majeure)
            Et puis tu me connais, mon langage subit toujours une légère emphase….
            à plus, merci d’avoir permis par l’existence du blog cette belle discussion…

          • Henri-Pierre Juguet

            Bonsoir Anne, Tom, Christophe…
            Tout à fait d’accord avec cette façon de voir les choses. et ceci pour répondre aussi à Christophe.
            Dans le film que nous préparons on ne peut payer personne. C’est ça ou pas de film. Mais je travaille un peu avec la honte tout de même….
            Dans le suivant (déjà en préparation…) on essaiera de payer tout le monde, même si ce ne sera pas mirobolant.
            Par contre, tout est pris en charge. Transports, hébergement, repas midi et soir, petit déjeuner.
            Il y aura une cabane ou quelque chose comme ça avec boissons chaudes, gâteaux, sandwiches, etc…. Un endroit pour se reposer.
            Parce qu’il ne faut tout de même pas prendre les gens pour des imbéciles ! (ce n’est pas ce mot que j’avais à l’esprit…). Venir travailler (même si c’est « amusant », même si on forme un traîneau qu’on tire tous ensemble) venir travailler et dépenser en plus son propre argent : ben non !
            Les acteurs sont soit des copains, soit des non-professionnels. Idem pour l’équipe technique (notamment des étudiants d’école de cinéma ou des gens qui en sont sortis très récemment, en même temps que ma fille qui co-réalise avec moi). Après, il ne faut emm. personne et ne pas se prendre pour … (pas de nom…)

          • Bonsoir Henri-Pierre,

            Defraiements ! ;o)

            A bientôt,

            Tom

          • Henri-Pierre Juguet

            Voilà !! bonne soirée à toi !
            (Et un défraiement doit tout compter… ne pas trop faire le radin comme on voit parfois)

  • Bonjour Tom,

    Dans le cas d’un comédien qui accepte de tourner gratuitement, qu’est ce que le contrat aura de plus que la cession du droit à l’image?

    Dans le cadre de mon atelier je fais signer un droit à l’image pour tout le monde, comédiens ou pas, car il n’y a pas que nos films montrant les comediens qui sont susceptibles d’être diffusés mais aussi les making-of ou photos de plateau: ainsi tous les techniciens sont concernés! Par ailleurs je leur fait signer aussi une cession des droits d’auteur patrimoniaux car tous sont susceptibles d’être auteur ou co-auteur d’une ou plusieurs de nos oeuvres (une sorte de contrat de producteur à auteur quoi, à titre gracieux bien entendu). Bien sûr ce sont les parents qui signent pour les membres mineurs. Enfin je fais signer aux parents des autorisation de sortie (pour les tournages, etc…)

    Est-ce que j’oublie quelque chose à faire signer? On n’est jamais trop prudent! 🙂

    • Bonsoir Cinémacam,

      Le contrat prévois l’exploitation de l’image en terme de vente éventuelle, d’exploitation en salle etc…

      Le droit à l’image est là pour que la personne donne son accord sur le fait qu’il apparaisse dans le film. Mais un droit à l’image ne permet pas l’exploitation tel qu’on la conçoit pour un comédien.

      « La signature du contrat conclu entre un artiste interprète et un producteur pour la réalisation d’une oeuvre audiovisuelle vautautorisationdefixer,reproduireetcommuniqueraupubliclaprestationdel’artisteinterprète…»

      Malgré son rattachement aux droits de la personnalité qui échappent en principe au commerce, l’image peut faire l’objet d’une exploitation commerciale.
      La cour d’appel de Versailles35 a ainsi jugé que « dès lors que le droit à l’image revêt les caractéristiques essentielles des attributs d’ordre patrimonial, il peut valablement donner lieu à l’établissement de contrats, soumis au régime général des obligations, entre le cédant, lequel dispose de la maîtrise juridique sur son image, et le cessionnaire, lequel devient titulaire des prérogatives attachées à ce droit ».

      En ce qui concerne le « contrat » pour les droits d’auteur dans un atelier vidéo…je n’en sais rien du tout. Pour le making of c’est à prévoir dans le contrat de chaque technicien,. J’en ai signé plusieurs de ce type depuis le début de ma carrière. Je pense que pour un atelier vidéo…le droit à l’image suffit étant donné qu’il n’y a pas d’exploitation. (mais à vérifier).

      Je ne pense pas que tu oublies quelque chose..je pense même que tu en fait plus que certain ;o)

      A bientôt,

      Tom

      • En effet on n’exploite pas nos oeuvres commercialement. Je l’ai d’ailleurs bien spécifié dans la feuille que je fais signer à tous, en précisant que si d’aventure un jour on avait l’intention d’exploiter commercialement une de nos oeuvre, alors des démarches spécifiques seraient engagées auprès d’eux (c’est à dire qu’on signerait alors des contrats, quoi)

  • maria

    Bonjour Tom,
    Un moment, il faut bien parler gros sous. Ce n’est pas mon affaire directement, puisque j’ écris un scénar. Toutefois, ton article m’interpelle ainsi que les deux commentaires des lecteurs suivants : Jean Pierre et Christophe se reconnaîtront. Même si je n’ai que trois acteurs « visibles », plus un pour conduire un engin difficile à manier, des voix off, ( celles d’imitateurs qui changent leur voix à volonté ), des figurants, des permissions pour des droits à la rediffusion d’œuvres d’artistes, le réal en aura besoin. Ma naïveté les pressentait comme des personnes hors argent, fiers de paraître dans un film qui ferait leur publicité, devenant des mécènes, en quelque sorte.
    Tant pis, je laisse à d’ autres le soin de faire le devis de mon long métrage. Je crois au film qui sera la prolongation de mon scénar.
    C’ est un atout cette mise en garde.
    Merci de ce temps mis à nous éclairer. Merci à vous trois.
    Bon dimanche et bien sincèrement de
    ☼ ) maria

    • Bonjour Maria,

      Je ne suis pas d’accord sur le terme « gros sous » même si tu ne l’emploies pas péjorativement, certains lecteurs pourraient se laisser aller. Les tarifs que j’avances sont de bases, c’est le minimum. Mais au font ce n’est pas si cher payé que cela. Un comédien ne travaille/ Tourne pas tous les jours. Comme le disait très justement Henri-Pierre, les comédiens doivent travailler en amont « gratuitement » pour apprendre se préparer et parfaire leur art.

      A bientôt,

      Tom

      • maria

        Excuse Tom, mais tu l’as compris, ce n’était pas péjoratif. J’ai tendance à parfois vivre de… ma passion et d’eau fraîche. LOL ! Mais, je n’ai ni faim, ni froid… ce qui n’est peut-être pas le cas pour certains intermittents du spectacle, J’ exagère, je veux dire qu’ils doivent peiner à joindre les deux bouts. Donc, rassure-toi…
        Bonne fin de journée
        Cordialement avec tous ceux du cinéma.
        ☼ ) maria

  • Christophe

    Bonjour Tom,

    Voila un article, à ranger dans la rubrique intendance, qui va droit au but. En France, parler d’argent est tabou, et je pensais que le cinéma l’était encore plus. Tout comme la réussite qui fait des envieux et des jaloux ;o) Bon, je m’égare…

    C’est super intéressant, finalement le poste des comédiens n’est à priori pas le plus coûteux sur un court. La location du matériel, des véhicules, des lieux, des costumes, ça doit coûter une « jambe », voir les deux. Faut louer des cannes sinon ! Lol

    Les tarifs que tu précises sont ceux des comédiens « standards », attention il n’y a rien de péjoratif dans ce que je dis, tout travail se rémunère. Les comédiens avec une bonne image (second rôle par ex et en-dehors des comédiens « bancables » ) les cachets sont surement sur-mesure (et exponentiels ?!) avec des « options », comme un pourcentage sur le nombre d’entrées ?

    Même si je suis loin de ces tracasseries administratives, il est toujours bien d’être au jus des us et coutumes du milieu cinématographique.

    A très bientôt.
    Christophe

    • Bonjour Christophe,

      Intendance oui, mais ne jamais perdre de vue que tout à un coût et que les comédiens sont les seuls choses que le spectateur verra. Alors on peut dire que la réalisation est importante, que la lumière et le son aussi sauf que les comédiens sont souvent la 1ère chose qu’ils voient et qu’ils retiennent.
      Il ne faut pas s’empêcher d’aller vers eux, mais ne pas oublier ce que cela peut impliquer en terme de coût.

      Tu parles de « Standards » j’ai ajouté un petit paragraphe pour parler justement des seconds rôles et des leads dans un téléfilm ou une série. De cette manière ça remet aussi les choses en perspective ;o)

      Là tu parles d’entrées mais l’article ne traie que des cachets hors intéressement. Mais il se peut qu’un comédien cinéma touche un intéressement .

      A bientôt,

      Tom

      • Christophe

        Re Tom,

        J’avais bien compris qu’il s’agissait de salaires mini et je les trouvais « rikiki » car je suis d’accord avec toi, ils sont l’image du film et le font vivre ;o)

        Je m’interroge, vivre de son art est chaotique (même le dernier James Bond est une oeuvre cinématographique). Si les artistes percevaient un revenu mensuel ou régulier et rassurant en fin de compte, leurs œuvres ne seraient-elles pas plus fades ? Cette pression extérieure pousse à se surpasser pour atteindre le graal de la rémunération (en plus de la reconnaissance artistique) et créer de ce fait des œuvres majeures.

        Quand je regarde la carrière d’Orson Wells, c’est ça !

        Christophe

        • Henri-Pierre Juguet

          Vers la fin de sa vie Orson Wells regrettait amèrement d’avoir fait du cinéma. Il disait qu’il aurait dû rester dans le théâtre et d’autres activités qu’il avait, car il avait passé 98% de son temps à chercher de l’argent et 2% à pratiquer son art…. (interview récemment diffusée je ne sais plus où à la télé)
          Quant à l’artiste qui est meilleur parce qu’il crève de faim… euh…. j’ai 61 ans, plus de 40 de vie artistique derrière moi, et je pense que j’aurais fait de bien meilleures choses si je n’avais pas crevé de faim une partie de mon temps (rassures-toi , depuis une vingtaine d’années c’est arrangé, 😉
          Ce truc c’est juste une vision pseudo romantique qui assure un gagne-pain à des journalistes qui ne savent pas quoi écrire 😉 éh éh
          Bon, de toute façon on fait quand même, morts de faim ou pas. C’est ce qui distingue l’artiste, sans doute.
          Tiens, c’est vrai, ça ! Peut-être qu’un bout de définition de l’artiste c’est que c’est celui qui fait quand même ce qu’il a à faire, même s’il n’en vit que très mal, alors que d’autres abandonnent pour pouvoir manger (ou faire vivre leur famille). Et j’ai connu des musiciens « amateurs », qui avaient jeté l’éponge, mais qui étaient restés de sacré pointures !
          Super : aujourd’hui, échange d’idées ! j’espère (j’en suis sûr à 80%, que cela réjouit Tom.)

          • Christophe

            Bonsoir Tom, Henri-Pierre,

            Ma réflexion était dans l’absolue. Si c’était si simple, nous serions tous des prodiges, alcooliques, égoïstes, enfoirés et… Lol J’abuse, bien quet….

            Tom, le tableau en % représentant le coût d’un film permet de voir où va l’essentiel et pas forcément dans la création. Dommage.

            A bientôt.
            Christophe

          • Bonsoir Christophe,

            Plus parlant y a pas :o(

            Tom

    • Henri-Pierre Juguet

      Bonjour Christophe,
      Je suis un peu perplexe sur ton « tracasseries administratives »… C’est tout sauf cela ! La réponse de Tom me semble juste mais (Tom m’excusera) elle ne va pas assez loin. Le poste Comédiens n’est pas le plus coûteux…. si on ne les paie pas ! Mais le poste « 14 Rolls et 12 Ferrari » n’est pas non plus le plus coûteux dans un budget familial si on ne paie pas les voitures.
      Je pense que ce n’est pas une façon correcte (sans animosité, hein, en tout discussion amicale) que de voir les choses ainsi. Ce poste est coûteux. TRES coûteux. MAIS il y a des gens qui trouvent un avantage à faire le cadeau. Avantage de notoriété, de ne pas « perdre la main » ou avantage artistique. C’est totalement différent comme façon de penser.
      Et puis, même en tant que scénariste, on doit tout de même se poser la question du coût. Si pour un court de 12 minutes j’écris des séquences avec 15 comédiens confirmés et 2500 figurants ça va coûter beaucoup plus qu’une jambe ! Le scénariste a une responsabilité aussi. D’ailleurs en cas d’exagération le verdict tombe vite…
      Enfin, le poste Comédiens ce n’est pas que les cachets. Il y a aussi la restauration, l’hébergement, les transports. Les assurances éventuellement. Si on ne fait pas appel au bénévolat, aux astuces multiples, etc… (attention, ce n’est pas vraiment autorisé par la loi non plus…) on peut vite fait arriver à 200 ou 300 euros supplémentaires par jour et par comédien ! C’est un poste coûteux, si si !
      Bonne journée Christophe, et tous les autres. C’est formidable, on a l’impression de faire partie d’une petit communauté…

      • Christophe

        Bonjour Henri-Pierre, Tom,

        Ma réflexion sur la tracasserie administrative, ne concerne évidement pas les acteurs eux-mêmes, mais tout ce côté budget à prévoir. Là où je voulais en venir, c’est que j’imaginais des sommes mirobolantes pour les comédiens. Alors quand j’écris, je pense toujours au budget du film, pour avoir une chance d’être produit.

        Au final, tout coûte cher et les salaires minis ne seraient pas représentatifs ?!

        A bientôt.
        Christophe

        PS: je me disais bien en cliquant que j’allais peut-être provoqué un gentil remue-ménage ;o)

        • Henri-Pierre Juguet

          Bien vu !!!! Rires
          Eh oui ! tout coûte cher. Et je pense que parfois les prix sont un peu… poussés. Dans le domaine de la location par exemple. J’ai vu des steady-can loués 350 euros par jour !!! Il va sans dire que pour une association qui monte un court, n’est-ce pas….
          Finalement, c’est vrai que les tarifs « minimum syndical » donnés par Tom sont assez bas. Maintenant (en dehors de tout vision militante) combien faut-il de jours de tournage par mois, 12 mois par an, pour faire vivre décemment un comédien une fois qu’il a payé ses frais : coiffure, vêtement ne serait-ce que pour se rendre au casting, déplacements, communication, et j’en passe ! Quand on compare, le tarif « minimum syndical » est très très bas…
          Tu as au raison de cliquer pour provoquer le remue-ménage, c’est rigolo.

          • Bonsoir Henri-Pierre,

            350 euros/jour ne me semble pas dingue mais tout dépend le type de stead et les accessoire ;o)

            Après pour une asso je comprends que cela peut être un sacré cout. Mais il existe aujourd’hui du matos super à moindre coup pour les « petit » projet ;o)

            J’ai écris il y a quelques mois de cela un article sur le sujet, il suffit d’aller dans l’onglet : Articles.

            Il leur faut 43 cachets de 12 heures pour obtenir leur statut.

            A bientôt,

            Tom

          • Henri-Pierre Juguet

            Merci de ta réponse. Il me souvient avoir lu cet article, mais il y a longtemps…
            Nous allons faire autrement : ma fille, qui a fait les études pour et qui veut monter sa boite professionnelle, va emprunter ce qui lui manque et acheter du matériel pour elle, qu’elle prêtera aux Films du Chacal (l’association). Parfois il est à peine plus cher d’acheter que de louer, et on a le matériel pour le film suivant ! éh éh
            On se dirige vers un Panasonic GH4 (avec cage, pied, follow focus, etc…. bien entendu)
            Si tu as une idée sur cet appareil… (je profite de l’occasion…)

          • Si elle veut monter une boite de prod, acheter du matériel n’est pas une bonne idée. En revanche, si c’est une boite qui fera beaucoup de corporate, là, la question se pose.

            Il est vrai que parfois on se dit qu’entre l’achat et la loc il n’y a pas un cheval à dire sauf qu’une caméra seul pour tourner ne sert à rien, il y a les objectif….

            Mais c’est surtout la maintenance et les « couac » qui coûte cher. De plus la dévalorisation du matériel dans un plan d’amortissement fait plus que mal…

            Après c’est en fonction des projets et de la fréquence de sortie ;o)

            Après la GH4 est super ;o)

            A bientôt,

            Tom

          • Henri-Pierre Juguet

            Elle prendra ce qu’elle trouvera ! Mariages, films pour entreprise, ses propres documentaires, reportages divers, goûter des vieux, … je suppose que c’est certaines choses là-dedans que tu nommes « corporate ».
            Beaucoup de gens commencent comme ça. Elle a fait 2 ou 3 ans assistante d’un type à Bordeaux qui faisait de la captation de spectacle. Et qui sort ces jours-ci un long métrage documentaire.
            Pour la fiction, quand notre association les Films du Chacal aura une carte de visite avec des courts intéressants, on cherchera des maisons de production de plus grand envergure, bien entendu. Parce qu’on des ambitions plus ambitieuses ! éh éh (même si on adore tourner, quoi que ce soit)

        • Plus le comédien est connu plus son salaire est cher et parfois pas justifié..mais c’est un autre débat.

          Après il est vrai qu’un film coûte cher..d’ailleurs très cher en ce qui concerne la France par rapport à nos voisins étranger.

          A bientôt,

          Tom

      • Je vais donc aller plus loin ;o) Et donc allez à l’encontre de ce que tu dis sur le poste des comédien est très coûteux ;o)

        Il est couteux c’est vrai mais ce n’est pas le plus important sur un film. Là je parle évidement d’un téléfilm ou un long-métrage avec un budget de 2 millions. Mais les proportions restent les mêmes par n’importe quel projet sans « grosses star » dedans.

        droit artistique 7%
        equipe 25%
        Interpretation 15%
        Charges sociales 21%
        Décors et costumes 10%
        Defraiements/ voyage/ Frais bureau 12%
        Moyen technique 9%
        Labo/ video 0,3%
        Assurance 0,7%

        Réellement le poste le plus « gourmand » est celui de l’équipe technique avec les charges sociales. L’interprétation n’est , au fond, pas bien plus importante que les défraiements. Défraiements qui concerne surtout dans le devis détaillé…l’équipe technique ;o)

        Mais je te rejoint sur le fait q’un comédien coute : un repas, un billet de train (ou pas si on prend des comédiens régionaux), et l’hôtel. Mais au fond un catering sur un téléfilm de 90 minutes ne coute que 40 000 euros ! ;o) Et encore une fois il y a plus de techniciens que de comédiens ;o)

        Bon dimanche,

        Tom

        • Fred

          Salut Tom,
          Article tres interessant! Merci!
          J’aurai voulu connaitre la proportion du budjet alloue a la pre-prod et la post prod en moyenne. J’ai l impression que on parle ici que de la production a moins que Labo / video correspond a de la post production et un partie des Defraiements/ voyage/ Frais bureau correpond a de la pre prod?
          Merci 🙂
          A+
          Fred

          • Bonsoir Fred,

            La prépa et la post-prod sont compris dans ces pourcentages.

            A bientôt,

            Tom

  • Henri-Pierre Juguet

    Bonjour Tom,
    Très bien, cet article ! enfin : les deux en un !
    Oui, il faut penser à faire signer un contrat de droit à l’image. Si certains suiveurs du blog (amical bonjour à tous !) peuvent encore en douter après la lecture de l’article : c’est indispensable. Les mésaventures qui découlent de l’ignorer arrivent dans la vraie vie. (et donc dans le cinéma).
    Pensez aussi à acquérir les droits des musiques que vous utilisez. (Tom, tu pourrais peut-être compléter par un article – si ce n’est déjà fait…?) Des musiques et de bien d’autres choses quand il y a des droits. Et pensez que si une musique est suffisamment ancien pour être dans le domaine public, son interprétation ne l’est pas forcément !!!
    Pensez également qu’une voix off est un comédien !….

    Sur la deuxième partie, j’approuve aussi totalement. Un comédien ne travaille pas comme un banquier ou un électricien ou un employé de bureau. C’est par à-coups. Il s’ensuit que pour vivre il aura besoin de gagner plus par jour de travail que dans l’un des métiers cités au-dessus. Puisqu’il travaille moins de jours mais mange quand même tous les jours. Et s’il est caissier à Carrouf entretemps, comment et quand travaille-t-il ses rôles, son métier de comédien, etc… ?
    Mais j’approuve aussi le fait que être vu est parfois plus important qu’être payé ! C’est à considérer comme un investissement. Un artisan achète un outil cher. Il paie l’outil, il passe un temps fou à le choisir (éventuellement se former sur cet outil) et pendant ce temps il ne gagne rien puisqu’il n’est pas sur le chantier. SAUF que par la suite il va rentabiliser tout ça.
    Un comédien (sauf exagération) fonctionnera pareil. Il faut toutefois lui payer nourriture, hébergement, déplacement. Il ne va tout de même pas payer pour jouer (sauf si vous êtes Jean-Pierre Mocky….lol)

    Désolé, je suis toujours un peu bavard, c’est pour ça que je n’intervient pas trop souvent…
    Bon dimanche à tous, merci à Tom !

    • Bonjour Henri-Pierre,

      Merci pour ton commentaire. Désolé d’ailleurs vous avez tous reçu un mail avec le mauvais sujet…celui de la semaine dernière…Voila ce qui se passe lorsque l’on bosse jusqu’à 2 heures de Matin.

      En ce qui concerne les droits musicaux et la musique de film, il y a u lien en dessous de l’article qui mène vers un article sur le sujet. Mais je pense que je vais faire une mise à jour bientôt,.

      Les messages long ne me gène pas du moment qu’ils apportent quelque chose, ce qui est le cas ici.

      Merci Henri-Pierre pour cette pierre que tu ajoute à notre édifice.

      A bientôt,

      Tom

      • Henri-Pierre Juguet

        Mais il n’y a pas de quoi !
        Quant à bosser jusqu’à deux heures…. Nous sommes en pleine phase de production d’un court, il y a mille machins à trouver, gens à contacter, lettres à faire, devis à faire faire, et les sous à trouver, etc… Tu connais !