être réalisatrice c’est aussi faire des concessions

La réalisatrice et le funambule

 

Parfois, dans notre métier, nous rencontrons des moments plus difficiles que d’autres. Des moments qui devraient être des moments de joie, des moments de création et des moments de réalisation… de film et de soi. Lorsque vous avez réussi à fédérer un producteur, des comédiens expérimentés, talentueux, et une équipe technique prête à déplacer des montagnes pour vous et votre film, bref, que tous les éléments semblent être réunis pour faire du cinéma…d’un coup rien ne fonctionne plus ou pas comme vous l’avez prévu. Le film que vous aviez en tête s’étiole peu à peu pour des problèmes de logistique, d’argent, de mauvaises nouvelles ou de partenaires qui vous lâchent ou des partenaires en qui vous croyiez mais, qui eux, ne vous ont pas fait confiance…

réalisatrice

Esteban De Armas/ shutterstock

…Cet article est intitulé « la réalisatrice et le funambule » mais il devrait s’intituler : réalisatrice, toi la funambule !

Simplement parce qu’à un moment, quand vous avez rêvé et même travaillé sur votre film pendant des mois voire des années, il est inconcevable que vous abandonniez tout car « les éléments » et la « chance » semblent être contre vous !

Cet article est là pour que vous puissiez avoir la bonne attitude face à des situations où vous allez devoir vous adapter pour que la vision et votre art voient le jour…mais devez-vous tout accepter ? Jusqu’où devez-vous aller pour votre film ? Et si à force de concessions, d’efforts, de coupes, de changements vous vous trahissiez et que vous perdiez l’essence même de ce pourquoi vous vous battez corps et âme…votre film, votre histoire…

Je prépare actuellement le premier film d’une réalisatrice. De l’argent, il n’y en a pas assez. L’équipe est réduite au strict minimum. Le travail à accomplir est gigantesque.

Comment fait-on quand votre film devrait tenir en 32 jours… allez 30 ! et que vous n’en n’avez que 24 ? Comment faire entrer tout le contenu de votre histoire alors que vous avez déjà consenti à des coupes drastiques dans votre scénario ?

Le fait de manquer de moyens permet d’être affûté, inventif… cela vous permet d’aller à l’essentiel car les choix que vous devez faire doivent justement ne pas trahir l’histoire que vous souhaitez raconter… mais jusqu’où ?…

La question peut être posée autrement. Est-ce que tous les films doivent exister…se faire et ce à n’importe quel prix ? Je ne suis pas certain.

 Être réalisateur c’est surtout faire des concessions

Les premiers films en France sont souvent l’œuvre de scénaristes/ réalisateurs. Ils ont écrit leur film, c’est leur bébé et parfois la préparation à l’accouchement et l’accouchement lui-même a été difficile. Une fois donc que vous avez consenti à faire des coupes dans votre scénario et que cela ne rentre toujours pas car votre découpage est trop lourd, que fait-on ?

Et bien on l’allège ! Mais jusqu’où ? Tous les réalisateurs vous diront : « Je veux bien faire des efforts pour réduire mon découpage mais je ne ferai pas n’importe quoi ! Je ne vais pas faire 1 ou 2 plans par séquence, ça ne rimera à rien ! »

Alors après la réécriture il revoit son découpage technique, puis à la fin, l’assistant prononce la sentence : « ça ne passe toujours pas ! ». Car il ne faut pas prendre le problème dans ce sens là. Il ne faut pas se dire : « voilà mon découpage et les plans que je souhaite, comment ça peut rentrer en 25 jours ?» et on croise les doigts pour que ça soit bon. Mais : « j’ai 25 jours, je vais penser ma réalisation en fonction ! » Et c’est là que vous pouvez trouver des solutions incroyables. Après il y a toujours des ajustements à faire, on ne tourne pas soit la nuit, soit le jour ! On tourne parfois en mixte, c’est à dire une partie de jour et l’autre de nuit…et c’est là que le bas blesse. Car en tant qu’assistant on ne peut pas construire le plan de travail comme on veut. Nous sommes soumis à différents paramètres : la disponibilité des comédiens, le temps, la disponibilité des décors, l’emplacement du soleil et j’en passe.

réalisatrice

PathDoc/ shutterstock

De ce fait, certaines séquences que vous avez allégées ne passent toujours pas dans le plan de travail…que faire ? Que faire lorsque cette séquence ne fait qu’un plan et que selon les prévisions nous n’aurons pas le temps de la faire ? En sachant que nous ne pouvons pas la déplacer ou avoir un autre jour de tournage ! Et bien on la supprime et on incorpore l’essentiel de cette scène ailleurs…

Oui vous avez bien lu ! Mais attention, il faut toujours qu’il y est une cohérence et que le film, l’esprit du film ne soit pas trahi…mais ce n’est pas si simple.

Alors je vous rassure, ce que je vis en ce moment sur la préparation de ce film et ce que vit la réalisatrice est extrême !

Je vais me faire l’avocat du diable, la réalisatrice est comme sur un fil de funambule. Chaque décision qu’il prend peut lui faire faire un pas vers son but ou le faire chuter. Mais à force de faire une concession par ci, une concession par là, au bout du compte il a fait sûrement plus de concessions qu’il n’en aurait accepté…mais il est déjà allé trop loin, il s’est engagé. Le jour du tournage approche et maintenant il ne peut/ veut plus faire marche arrière ! Peu importe ce qu’on lui demandera de couper, il veut tourner coûte que coûte.

Et la production dans tout ça ? Et bien je crois que, comme la réalisatrice, il est difficile à une production de dire stop ! La préparation d’un film coûte de l’argent, cet argent vient des subventions, des banques et j’en passe. Ne pas faire le film signifierait rendre l’argent…mais des salaires ayant été déjà versés, cela ferait un gros trou dans la caisse…alors ils y vont ! Avec un peu de chance, ça va passer ;o) Au final ça joue gros !

réalisatrice

Gajus/ shutterstock

Doit-on tout accepter pour réaliser un film ou travailler sur un film

Alors je posais la question tout à l’heure : est-ce que tous les films doivent exister coûte que coûte ?

J’ai du mal à répondre, mon statut de technicien me fait dire que non alors que le passionné de cinéma a envie de dire oui. Malheureusement on ne vit pas que de passion…

Pour ce qui est du film que je prépare, je pars aujourd’hui pour un mois avec 6 jours sur  7  de tournage. Je sais que ça va être difficile mais c’est une belle histoire et la réalisatrice (en plus d’être une amie) a vraiment l’œil et une sensibilité qui transparaît dans ses films.

Elle va devoir s’adapter aux conditions météo, à la mer, aux comédiens ainsi qu’à la mécanique d’une équipe. Moi je suis là pour l’épauler, faire en sorte que toute l’équipe n’aille que dans un sens, le sien, et pour optimiser les journées et trouver des solutions en cas de problèmes pour qu’elle fasse le meilleur film possible.

10 ans qu’elle pense à ce long-métrage, 10 ans qu’elle se bat pour le monter…et le premier jour de tournage c’est demain ! Imaginez un peu la pression, la joie, la peur, l’excitation qu’elle peut…que nous pouvons ressentir ;o)

Le réalisateur doit garder en tête que rien n’est figé, tout peut changer. Il faut alors faire en sorte de sortir le meilleur de soi pour créer le meilleur film qui soit.

Et avoir un super 1er assistant…bon là je me jette des fleurs lol Mais ça fait du bien !!! ;o)

réalisatrice

ondem/ shutterstock

Je vous tiendrai au courant, les prochaines semaines, de ce tournage afin que vous puissiez être un peu avec nous.

Voilà pour cet article : « la réalisatrice et le funambule ». Laissez-moi vos commentaires en bas de l’article.

Partagez sans compter le blog avec vos réseaux et vos amis, n’hésitez pas non plus à cliquer sur les pubs car cela aide le blog à rester en ligne et GRATUIT. Pour partager l’article il vous suffit de cliquer sur le bouton « like » en haut de cet article ;o) ainsi que sur le bouton de Google+, bref super facile ;o)

Merci à ceux qui le feront ;o) et qui le font déjà ;o). Vous êtes tous les jours de plus en plus nombreux. Grâce à vous je vis une aventure extraordinaire  faite de partage et de cinéma ;o)

Vous pouvez maintenant retourner au plan du site (Onglet Article) pour lire d’autres articles, il vous suffit de cliquer sur le lien.

A bientôt,

Tom Weil

À PROPOS DE TOM WEIL

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • guimbayara

    je me nom baya guimbayara je veut etre un grd star autent qui un tournirre de film

  • Adweuz

    Je sais que ça peut paraitre paradoxal mais personnellement ça me donne tellement envie de vire une expérience comme ça ! Que ça se passe bien ou mal, un tournage est une aventure de fou qui vaut la peine d’être vécu. En tant que réal amateur de courts-métrages je rêve un jour de participer à un vrai tournage de long métrage ^^. J’ai hâte d’avoir des nouvelles de votre tournage ! Je me délecterai de tes prochains articles 🙂

    • Bonjour Adweuz,

      Je comprends ce que tu veux dire, mais je peux te promettre que lorsque cela se passe mal, c’est surtout un sentiment de frustration et de gâchis.

      Dés dimanche je vous mettrais en ligne un nouvel article,

      A bientôt,

      Tom

      • Adweuz

        Oui oui bien sûr je ne souhaite en aucun cas qu’un jour un tournage se passe mal, je voulais juste exprimer le fait que ton article, bien que parlant de mauvaises expériences, m’a furieusement donné envie de participer à un vrai tournage 🙂

        • Bonsoir Adweuz,

          Pas de pb ;o) je suis content que cela te donne envie ;o) Alors fonce et tourne !!! ;o)

          A bientôt,

          Tom

  • Ezemann

    Bon courage ! Je le dis sincèrement car, je sais ce qu’elle peut ressentir. Heureusement, elle a le meilleur 1er assistant qu’elle pourrait avoir. Un passionné avec un grand coeur, quelqu’un qui a pour vocation l’aide et l’entraide. J’attends passionnément la suite, car son histoire est aussi la mienne. Dix ans que je traîne avec un chef d’oeuvre. Je l’ai peaufiné au fil des jours, des mois et des années. Votre site, vos articles, vos vidéos, je les dévore comme des petits plats succulents. Je vous suis énormément reconnaissant. Vous avoir comme 1er assistant serait la meilleure chose qui puisse arriver à mon qui au fait, est l’adaptation cinématographique de mon premier roman historique. Bon courage encore et big respect Tom pour ce que vous faites.

    • Bonsoir Ezemann,

      Tout d’abord merci ;o) N’hésite pas à partager le blog et ses articles autour de toi c’est le meilleur moyen de me remercier ;o)

      Je sais à quel point il est difficile de monter un projet…encore plus si c’est un film historique…je te souhaite bon courage et je serais ravi de faire un film historique ;o)

      A bientôt pour la suite,

      Tom

  • maria

    Bonjour Tom,
    J’éprouve encore le besoin d’ajouter quelques réflexions tirées de ton article personnel et des commentaires de ceux qui ont l’expérience du tournage, confortées par celui qui me suit, que je n’avais pas lu.
    Ce sont des techniciens, comme tu le dis, mais en fin de compte, quand le film terminé apparaît, magique, leur savoir-faire est au service de l’art – en l’occurrence le Septième !
    « La Nuit Américaine » le démontre en privilégiant la technique.
    Le scénariste aussi est un technicien. Il lui en faut des « moyens détournés » au service de l’Idée à faire passer. D’autres, comme moi, qui viennent eux aussi commenter ici, ne le savent que trop bien !
    Que dire de toi, de la réal de « Souffler plus fort que la mer  » ?
    J’ai mal interprété dans un premier temps, ta phrase:  » Est-ce que tous les films doivent se faire à n’importe quel prix ?  »
    Dans mon idée, c’était des films qui, même pensés comme celui que tu sers actuellement, ( les BONS films et de ça, j’en suis sûre car je te fais confiance en ce qui concerne le jugement donné de la réal ) ne pouvaient plus être réalisés, tellement on les meurtrit avec des problèmes, somme toute, matériels.
    Du coup, j’ai cru que c’était fichu pour celui auquel je travaille. Je voudrais tant être à l’origine d’un tel film auquel ton blog et tes analyses ont contribué. ( quelle chance que tu aies pu les faire ! merci encore, Tom.)
    Certains films desservent le cinéma : ceux qui utilisent des gens ayant fait leurs preuves dans le jeu d’acteur, dans la mise en scène, donc ils emploient leur notoriété comme attrape nigauds ! dans des buts commerciaux .( j’ai horreur que ça m’arrive ! ) Ils produisent des navets même pas si beaux que ceux des maraichers !
    C’est mon admiration pour le travail de l’équipe cinématographique dont j’ai voulu t’entretenir, suivie d’un  » coup de g. » pour d’autres !
    J’aurais dû commencer par le dernier ! LOL.
    ☼ Cordialement.
    maria.
    PS. Si j’ai la chance de voir ce film un jour, il est destiné à la télé ou au cinéma ?

    • Bonsoir Maria,

      Oui ce film pourra être vu…à mon avis pas dans tous les cinéma car le distributeur n’est pas énorme…mais cela sera possible ;o)

      Par ma réponse tu auras donc compris que c’est un long-métrage ;o)

      A bientôt,

      Tom

      • maria

        Bonjour TOM,
        Surtout, ne prends pas sur tes heures de sommeil pour me répondre.
        J’ai toute la vie devant moi ! LOL!
        En tout cas, merci de l’avoir fait.
        Je me doutais qu’il s’agit d’un long métrage en partance, quand tu as expliqué qu’il aurait fallu 30 jours pour sa réalisation. Et puis le titre …
        Je suis avide de savoir quel est « Ce souffle plus fort que la mer ». ( Bien sûr: top secret ! pour l’instant.!)
        Focalisant sur la production, j’avais oublié la distribution !
        J’y pense, les nouvelles technologies peuvent diffuser de beaux films, par exemple les DVD, ou autres « blue-ray ».
        Si c’était l’avenir des films ?
        ☼ Bonne continuation à toi, à la réal, à toute l’équipe présente en ce moment dans un coin paumé du Morbihan.
        J’ai souvenir d’un coucher de soleil, donnant sur l’ Île aux Moines, depuis une petite crique : quel instant ! ☼
        Cordialement.
        maria.

        • ;o)

          • maria

            Bonjour Tom,
            Je n’ose pas m’intercaler entre Ezemann ( commentaire ci-dessus ) et toi.
            J’ai comme dans l’idée que non seulement, dans cette  » aventure », tu es premier assistant réal, mais que tu as fait aussi les repérages.
            Aurais-tu immortalisé l’instant ? le soleil se couchant sur l’ Île aux Moines depuis une petite crique du continent breton ?
            ☼ Intuition toute féminine et / ou trompeuse ?
            Cordialement.
            maria.

          • Bonsoir maria,

            Non je n’ai pas fait les repérages on ne peut pas tout faire ;o) Mais les repérages techniques oui !

            Et perdu, point d’île aux moines ;o)

            A bientôt,

            Tom

          • maria

            Lol ! perdu !
            Mais difficiles, les repérages techniques.
            ☼ bonne soirée, Tom.!
            maria.

  • (Désolé pour ce commentaire un peu hors sujet, mais je voulais partager ça ;-))

  • Bonjour Tom!

    Avec mon atelier nous sortons d’un week-end de fous: nous avons participé au 48h films project. Un boulot énorme condensé sur 2 jours et un immense challenge pour mon atelier amateur, dont beaucoup de membres n’ont pas 15 ans.

    Je crois qu’on expérimente un peu tout avec ce genre d’expérience, y compris le genre de problème dont tu parles ici: la nécessité de faire des choix, et des sacrifices, parfois a la dernière minute sans avoir le temps de se retourner!

    Et on expérimente aussi la catastrophe! En l’occurence, perte de toutes les images de l’unique journée de tournage possible (formatage de la carte par inadvertance), en fin de ladite journée alors qu’il ne reste qu’une heure de jour et que tout le scénario se déroule de jour. Il faut gérer la déception, la colère, ceux qui baissent les bras (y compris le réal)… Remotiver les troupes pour terminer les derniers plans coûte que coûte, faire semblant de croire que les données sont récupérables, faire comprendre a tout le monde qu’on l’aura encore plus mauvaise si les données sont recuperées et qu’on n’a pas tourné ces plans!!

    Alors on les a tourné ces plans, la mort dans l’âme… Et bien nous en a pris car le miracle a eu lieu, un copain informaticien de génie a fini par nous les récupérer, ces données 🙂 Très tard, trop pour qu’on ai eu le temps d’achever la post prod après le montage, mais au moins on a rendu un film et dans les temps! Persévérer a payer 🙂

    Bref un week-end riche d’expérience humaine et d’émotions, comme seul le cinéma sait en apporter 🙂

    • Bonsoir Cinémacam,

      Merci pour ce partage qui reflète bien « la vie » que peut prendre un tournage et les émotions par lesquelles ont peut aussi passer ;o)

      Bravo pour le challenge, Bravo à toi et ton génie information ;o)

      Merci encore pour ce partage ;o)

      A bientôt,

      Tom

      PS : Et non ton commentaire n’est pas hors sujet ;o)

  • Bonjour Tom,
    Ben une fois parti… Never step back down. Bon tournage à tous.

  • Christophe

    Bonjour Tom,
    Ça sent l’aventure et l’adrénaline !
    J’imagine qu’une fois tout mis en boite, le doute continue pour le réalisateur(rice). Car à force de coupes économiques, le montage doit provoquer des sueurs…pourvu qu’il ne manque pas un « p’tit bout » de scène devenu indispensable.
    Bon voyage ;o) et à bientôt.
    Christophe

    • Bonjour Christophe,

      Nous avons une scripte qui veille au grain et moi aussi ;o)

      Mais tu as raison c’est une aventure !!!!

      A bientôt,

      Tom

      PS : aventure qui, comme tu le soulignes et continuera au montage et au mixage.

  • Jean de Dieu Konan

    Bonjour Tom, c’est toujours un grand plaisir pour moi de te lire, moi qui suit scénariste, assistant réalisateur, et acteur!
    J’espère vivement qu’un jour je pourrais te rencontrer et travailler avec toi sur un projet cinématographique. Reçois en attendant mes salutations et mon soutiens indéfectible et confrère!

    • Bonjour Jean,

      Merci pour les compliments et tes encouragements ;o)

      Au plaisir de te rencontrer sur un plateau ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • juni_Or

    Bjr Tom,
    c’est un grand plaisir et une aide agréable de lire cette article pour des gens comme moi qui sont au coeur même de ce semblant de problème et dont le désespoir commence à nous envahir peu à peu!
    Merci à toi…

    • Bonjour juni_Or,

      Merci pour tes compliments, n’hésite pas à partager le blog et ses articles autour de toi, c’est le meilleur moyen de me remercier ;o)

      Il ne faut pas se laisser aller au désespoir, il y a toujours des solutions…il faut souvent anticiper les problèmes, mais des solutions existent même en cas de tuile de dernière minute…il faut s’adapter ;o)

      Bon courage, à bientôt,

      Tom

  • maria

    Bonjour Tom,
    Je reviens ce matin, pour ajouter mon grain de sel…en fleur…
    C’est la notion de risque, lors d’un tournage ( que je pressentais ) qui se « conforte » à la lecture de cet article.( si on peut appeler ça confort !)
    Vous, cinéastes, êtes des marins; gare  » au chant des sirènes  » !
    <> = lutter contre les éléments, le soleil imposant ou se débinant ( comme ceux qui ont trahi en partant ), la mer se déchaînant ou récalcitrante à la caméra du chef op… et tant d’autres risques:
    Ré – écrire au pied levé, sans changer l’esprit, l’essence.
    Risquer la mauvaise entente qui tue le moral des troupes, faisant ricocher le risque d’affadir l’enthousiasme de ceux qui ont foi au film et en la réalisatrice – ce risque engendrant le spleen dans l’éloignement de ceux qu’on aime.
    Maintenant que je commence à être au courant de chaque métier du cinéma, maintenant que je sais à quoi correspond ton travail d’assistant réalisateur, je sais aussi que repose en partie sur toi la qualité de vie de chaque membre de l’équipe.
    Alors,☼ ☼ ☼, oui, ça ira ! ça va déjà !
    De tout cœur avec vous tous.
    maria.
    PS. J’adore les titres évocateurs. Ils me font rêver !

    • Bonjour Maria,

      LOL je me doutais que le titre te plairait ;o)
      Merci pour tes encouragements, pour ce qui est de la vie du groupe…attendons un peu ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • Yin

    Bon courage pour le tournage ! 🙂

  • nad

    Coucou Tom,
    En lisant ton article, j’ai pensé à ma petite expérience quand j’ai décidé de participer à un concours de court métrage et je n’avais absolument rien! Ni l’expérience, ni matos ni rien du tout, j’avais juste un ami qui a décidé de me donner un coup de main, je l’ai réalisé mon projet, ce n’était pas à la hauteur de mes ambition s mais c’était avant tout une belle leçon de vie et surtout un révélateur qui m’a fait découvrir des facettes méconnues de ma personnalité ! Je la ressens ta motivation et certes la réalisatrice est aussi motivée et je vous souhaite beaucoup de réussite . bonne chance

    • Bonjour nad,

      Merci pour se partage de ton expérience , merci aussi pour ton soutien ;o)

      Je suis d’accord avec toi sur le côté : révélateur, de ce genre d’expérience et puis il n’y à pas plus formateur que de tourner !!! ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • Kaladji Diomande

    Bonjour Tom,

    c´est presqu´un
    film à lui seul cette aventure. Mais au moins on sait tout ce qui nous attend quand on se jette dans ce milieu grâce à toi. Souvent on s´y attend un peu, mais quand quelqu´un de plus ou moins proche vous l´explique c´est un peu plus réel. Ça fait un peu peur mais on a besoin de le savoir.

    Bon Dimanche.

    • Bonjour Kaladji,

      Les conditions sont un peu extrême pour ce film, ce n’est pas non plus toujours le cas, mais le plus important à retenir c’est que rien n’est jamais simple…avec ou sans argent…d’ailleurs souvent l’argent complique un peu plus.

      A bientôt,

      Tom

  • Patrice BOUVRY

    Bonjour Tom et bonjour à tous ! Pas si facile d’encourager dans ce moment charnière (tel le noeud dramatique passant à l’acte II). Tout ce que j’ai appris, si çà peut aider, c’est qu’il faut lester tout çà de tout égo et de tout état d’âme ; et que la contrainte est propice à l’imagination ! Le tournage est une étape prioritairement technique qui implique plusieurs métiers d’artisans ! Rien d’introspectif et d’artistique là-dedans …
    Madame la réalisatrice ne verra jamais le film dont elle rêve et ne le découvrira que quand il lui aura été donné vie ! Il n’y a personne à trahir, il n’y a que le sujet …
    Mais du moment que tous et chacun y mette tout son coeur et son talent à le défendre, il devrait en sortir quelque chose et çà c’est un ordre, le meilleur !
    C’est au public de dire si le film a le mérite d’exister ! C’est à lui seul qu’en revient la décision …

    • Bonjour Patrice,

      Le cinéma n’est fait que d’égo ;o) lol LE tournage est effectivement prioritairement technique mais n’oublions pas la direction d’acteur qui doit prendre aussi de la place, même si celle-ci je te l’accorde à moins de temps pour s’exprimer…ce qui est un comble. Mais ce film devra prendre le temps du jeu…

      Pour le public…ça passe ou ça casse ;o)

      A bientôt,

      Tom

      • Patrice BOUVRY

        Cher Tom, y a intérêt qu’il faut laisser sa place à la direction d’acteur et je regrette que des coaching soient à présent proposés aux comédiens pour apprendre à se passer du réalisateur en raison des priorités de temps et liées à la lourdeur de la technologie numérique ! Alors qu’il est important pour l’acteur ou l’actrice de se sentir aimé(e) ou du moins en confiance … Repos et on se calme, tout devrait bien se passer ! La Bretagne, c’est au grand air, alors on respire 😉 ! …

  • maria

    Bonjour Tom,
    Devant tant d’énergie, de désirs, d’aspirations, comment ne pas te dire que je comprends, et d’autres avant moi le font et le feront après, que le courage, l’abnégation t’animent, ainsi que la réalisatrice.
    Je pense qu’elle est bien tombée en t’engageant à ses côtés. Tout ça, pour nous donner, un jour, devant l’écran, un peu de merveilleux, ou tant d’émotions qui nous transportent loin du quotidien.
    Donc à toi, à la réalisatrice, à toute l’équipe de tournage, je veux vous dire de garder tout votre enthousiasme même devant l’adversité du hasard. Et puis, vivre loin des siens est une épreuve supplémentaire.
    Bien sûr, c’est de mauvaise augure pour ceux qui écrivent leur scénario avec leurs tripes. Mais comme je comprends tous les obstacles à surmonter pour la réalisation.
    Ça ira, j’en suis sûre.
    Que faire ? Sinon vous soutenir par la pensée, et vous donner l’espoir dans une équipe unie dans la passion du cinéma et dans des moments conviviaux.
    De tout cœur avec vous tous.
    Une pensée particulière pour toi que je connais.
    ☼ ☼ ☼ maria.

    • Bonjour Maria,

      Merci, merci pour ton soutien et tes encouragements. Je te rejoins sur la difficulté de vivre loin des siens. Je crois que cela va déterminer mon humeur sur le plateau…je croise les doigts pour que cela ne soit pas trop compliqué…sinon nous sommes gonflés à bloc !

      A bientôt,

      Tom

  • Yann DUBOIS

    Bonjour Tom,
    je souris parce que j’ai rencontré ce genre de problèmes aussi lors de ma dernière réalisation ( non professionnelle et à des moindres mesures certes ! ) mais sur le fond c’était un peu ça : la date de tournage étant arrêtée, une fois qu’on saute dans la piscine, difficile de faire machine arrière… Il ne reste plus qu’une chose : se concentrer sur la réussite du film (J’ai dû manger quelques couleuvres et mettre mon (foutu !) égo dans ma poche ). Bravo à toi et à la réalisatrice, car pour arriver à ce stade, il faut déjà ( sûrement ! ) du courage et de la ténacité. Merci aussi de partager ton expérience Tom, et tout comme Jean-Marie (plus bas) si ce n’est pas très loin de chez moi, je serais ravi de vous donner un coup de main ( même si ça manque de bras pour apporter le café ) juste pour partager une bonne expérience de cinéma pro !… Moi, je vous dis bonne chance à tous !
    Yann

    • Bonjour Yann,

      Merci pour ton soutien ;o) et merci de partager ton expérience avec nous ;o)

      N’hésite pas à revenir ici une fois que ton film sera terminé pour que l’on puisse y jeter un oeil.

      A bientôt,

      Tom

  • Claude Carron

    Salut Tom : Je vois que rien n’est gagné d’avance dans ce métier. Je ne suis qu’un simple auteur de polars rigolards vintage et décalés et j’essaie d’imaginer mes œuvrettes dans cette turbulence artistico-financière : çà sent le massacre à la tronçonneuse. Et pourrait-on connaître le titre de l’oeuvre en question ? Quoi qu’il en soit je vous dis M…. (çà porte bonheur). CC

    • Bonjour Claude,

      Ce n’ai pas toujours le cas pour tous les films, même s’il y a toujours des compromis à faire car un réalisateur n’obtient jamais complètement ce dont il a besoin pour tourner…ou alors très très très rarement.

      Le film se nomme : Souffler plus fort que la mer (Titre provisoire)

      A bientôt,

      Tom

      • Claude Carron

        Et qui aura le premier Eole ? A bientôt Tom.

  • Anne Fauchon

    Bonjour Tom, c’est fou comme cette leçon de cinéma s’avère avant tout une leçon de vie ! Surfer sur la vie ou « funambuler » 🙂 Juste une petite question à laquelle tu ne réponds pas il me semble mais que tu soulèves, à quoi comprend-on qu’on accepte trop de compromis et que justement le projet perd son âme… ? Merci encore et surtout tous mes voeux pour cette belle aventure que tu t’apprêtes à vivre 🙂 PS : sur mon écran toujours pas de « like » sur lequel cliquer…

    • Bonjour Anne,

      Je crois vraiment qu’on ne le sais malheureusement qu’après en tout cas en tant que réalisateur…ou alors trop tard…L’envie d’y aller et plus forte que tout…un peu comme le chant des sirènes :o(

      Même l’assistant ne peut rien…après le challenge c’est de faire au mieux pour que le réalisateur obtienne le plus possible.

      Je crois que le réalisateur pense toujours pouvoir sauver le principal.

      A bientôt,

      Tom

      • Anne Fauchon

        Alors je te souhaite un bon tournage et croisons les doigts pour le tournage 🙂 À bientôt

        • Bonjour Anne,

          Merci beaucoup ;o) Je vais donner des news rapidement.

          A bientôt,

          Tom

  • Jean-Marie PERON

    Bonjour Tom, Je t’ai envoyé un mail pour savoir dans quel coin de bretagne vous tourniez.. Je suis prêt à vous donner un coup de pouce si c’est pas trop loin de chez moi 😉 Bonne journée.

    • Bonjour Jean-Marie,

      Je tourne dans le Morbihan ;o) au sud ! ;o) Je ne peux pas dire ou exactement pour le moment ;o) Merci pour ta proposition en tous cas ;o) Je vous en dirais plus bientôt.

      A bientôt,

      Tom

      • Jean-Marie

        Ok sache que je suis de Vannes et que si vous avez besoin de quelqu’un pour le off ou pour donner un coup de main je suis assez dispo.

        • Bonsoir Jean-Marie,

          Ok merci, je n’hésiterais pas au cas ou.

          A bientôt,

          Tom

  • JP

    Merci Tom de partager cette expérience de cinéma et cette experience de vie, je suis impatient de lire la suite. Ce qui m’intéresse énormément c’est d’une part la description concrète de cette aventure et d’autre part de suivre le cheminement des pensées, des émotions et des sentiments de chacun des acteurs du tournage

    • Bonjour JP,

      Je vais essayer de vous faire vivre ça de l’intérieur ;o)

      A bientôt,

      Tom

      • MargauxBoun

        Totallement d’accord avec JP, merci pour cette expérience que tu nous partages ! Ca fait peu de temps que je suis ton blog mais ce type d’article donne vraiment envie de continuer à te suivre. Alors bon courage pour la suite !!!

        • Bonjour MargauxBoun,

          Bienvenue sur le blog ;o) Merci pour ton soutien et tes compliments, n’hésite pas à partager le blog et ses articles autour de toi, c’est le meilleur moyen de me remercier et de permettre à ce blog de rester gratuit ;o)

          A bientôt,

          Tom