Réponse à un commentaire et propriété intellectuelle

Propriété intellectuelle

(IP)

 

La semaine dernière nous avons eu, sur le blog, un commentaire intéressant sur plusieurs points. Il était en rapport avec le sujet : créer une série et une web-série.

Nous avons trouvé intéressant et important de vous faire partager ce commentaire et nos réponses. Vous vous doutez bien que la réponse, via cet article, est plus importante que la réponse originale.

Voici le commentaire :

Bonjour c’est super intéressant, merci pour cette aide précieuse! J’ai toujours voulu écrire et travailler avec l’image mais, sans formation, je n’avais que des bribes d’idées que j’écrivais dans les grandes lignes. La plupart de mes idées n’aboutiront jamais même si je peux passer des mois à penser une histoire.

Sinon j’ai quelques questions :

1) que pensez-vous de la série Black Mirror où chaque épisode est indépendant des autres, avec des personnages et une intrigue toujours différente, où chaque épisode est conçu avec un début et une fin comme un film?

2) Comment vendre un projet de mini série (1 saison sans suite par exemple) ou une série au format atypique telle que Sherlock (de Steven Moffat, 3 ep par saison)

3) ou encore OA avec des épisodes à la durée variable?

4) Est ce qu’il faut fournir aux producteurs le scénario de chaque épisode avec note d’intention et tout?

5) Que faire quand on a en tête plusieurs idées de scénarios différents pouvant chacun être un projet de long métrage à part entière? Ils s’inscrivent tous dans un même univers qui marcherait plus comme une trame de fond ou un univers étendu (qui lui, a bien un début et une fin). Dans ce cas, est-il plus judicieux de faire une série ou d’écrire une saga à la manière de l’univers Marvel ?

Et voici nos réponses :

Les questions que tu poses sont intéressantes. Nous allons essayer de te répondre le plus clairement possible.

1) Black mirror. La série a comme thème central : les dérives des nouvelles technologies ou l’extrapolation de celles-ci. Effectivement, chaque épisode prend un héros différent…un univers différent…nous trouvons ça un peu gênant car les codes changent, les héros changent…ce n’est pas une série que l’on regarde en se disant « chouette, je vais retrouver mes héros et mon univers préféré ». On regarde ça en se disant « qu’est-ce qu’ils nous ont inventé encore cette fois ci ». Mais la série marche car les thèmes et sujets traités sont forts et bien écrits. De plus cela joue plus sur l’anticipation que la science-fiction et c’est en cela que la série est très forte car elle utilise les codes, l’univers et la technologie que nous connaissons ou que nous pouvons considérer comme vrais. C’est une critique de notre société, de ses travers et de ses dangers. Mais ce n’est pas simple à vendre à une chaîne. Certains épisodes et idées pouraient très bien être déclinés en série ou mini-série tant le sujet ouvre des possibilités, mais ce n’est pas le cas de tous.

2) vendre une mini série ce n’est pas compliqué. Il y a plein de mini-séries diffusées sur les chaînes (même françaises) :

– Le secret d’Elise

– La vie devant elles

– Les mystères du lac

– Dix pour cent

Lorsque je dis qu’il n’est pas compliqué de vendre une mini-série, il faut comprendre que cela se fait régulièrement ! Évidemment qu’écrire une série, une mini-série ou un unitaire reste difficile et encore plus de la vendre à une chaîne ou un producteur. On vend une mini-série comme une série avec : bible, scénario etc…

Les plateformes telles que Netflix ou Blackpills sont une porte ouverte vers les séries atypiques (Tom en a déjà parlé dans un article). Elles ne recherchent souvent que des séries atypiques que cela soit dans le genre, la durée ou le sujet traité. Ces plateformes redistribuent les cartes dans la manière de concevoir des séries ou des films, dans leurs modes de production, de financement et de diffusion.

 

3) Pour ce qui est la durée variable de OA…idem, difficile à vendre sur une chaîne et avec une diffusion toutes les semaines. Voilà pourquoi une plateforme comme Netflix peut se permettre cela…la série est disponible tout de suite. La durée est au service de l’épisode et de l’intrigue. Plusieurs séries devraient suivre cet exemple. Cela rejoint ce que je disais juste au dessus.

4) Tom a traité ce sujet dans plusieurs articles que tu trouveras dans l’onglet : Articles. Mais je vais tout de même te faire une réponse courte. Pour une série il faut une bible, un scénario, un cv, un moodboard etc…Si tu fais une recherche avec tous ces mots clés sur le site je te promets que tu vas apprendre plein de choses.

Et tu nous parles quand de la propriété intellectuelle ???

J’y viens avec cette dernière réponse :

5) Ta question sur l’univers étendu…c’est une question difficile. Tu prends l’exemple de MARVEL qui s’inscrit dans un univers étendu certes…mais qui n’en était pas un avant. Chaque comics avait son héros et au début les héros ne se rencontraient pas. Quand tu lisais : strange, nova, x-men, R.O.M, amazing spiderman, strange, the avengers…les aventures des uns ne prenaient pas en compte les histoires des autres.

L’important c’est de créer de la propriété intellectuelle (IP, intellectual property), c’est à dire que chaque héros a une histoire, un passé…et trouve un public. Cela veut dire que ce personnage fera vendre des bd, des films, des jouets etc…Donc l’important c’est de commencer quelque part pour fédérer des gens autour d’un héros, d’un univers. MARVEL a commencé avec iron man, thor, Captain America etc…

Et chaque film cartonne…viens ensuite : The Avengers…qui réunit tous les personnages et cartonne encore plus.

Puis MARVEL mise sur le transmédia, c’est à dire que l’univers est disponible sur plusieurs supports : long, série, jeux vidéo etc.. Mais tout cela n’est possible que parce que Les IP sont viables et connues de tous les fans. Si tu prends les premiers Spiderman avec Tobey Mcguirre il n’y a pas de passerelle avec les premiers Hulk, idem pour l’univers DC les premiers Batman de Burton ou ceux de Nolan n’ont pas de passerelle avec les premiers superman…

Avant de penser transmédia et univers étendu il faut créer une première IP et seulement ensuite penser à une application sur d’autres supports, d’autres héros se servant de l’univers du premier. Cela n’empêche que tu peux avoir en tête les différentes applications, ou les autres histoires et ponts possibles entre chaque héros ou chaque histoire. Mais tout doit pouvoir être diffusé ou regardé séparément et surtout viable commercialement.

Sans parler d’univers étendu mais juste de propriété intellectuelle il y a Asterix et Obelix, boule et bill, lucky luke ou les schtroumfs. Tous ces personnages sont la propriété de leur auteur, des ayants droits ou de ceux qui les ont achetés (possèdent). Il existe des films, des jeux, des dessins animés, des séries, des bd, des jouets, du linge de bain et j’en passe avec ces personnages.

Demain si vous faites un dessin animé ou une série, ou même un film (court, long etc..) vous créez de la propriété intellectuelle, c’est à dire que si cela fonctionne la valeur de ce que vous avez créé augmente.

Les suites de films en sont la preuve “vivante”. Si vous prenez les fast & furious, les missions impossibles, les James bond…le premier a créé des personages et un univers qui a plu et qui a appelé une suite…puis une autre pour se transformer en saga (franchise). Mission impossible était une série adaptée en film. Les personnages ont été repris, le concept aussi… Aujourd’hui, chaque épisode est un véritable évènement repoussant les limites des SFX et des cascades et s’est aussi transformé en franchise. Pour James bond c’était des livres…le personnage est toujours fidèle, même s’il est plus moderne par rapport à ce qu’il était il y a plus de 60 ans, mais le résultat est le même aujourd’hui que pour les autres exemples.

Pas la peine de vous parler de Star Wars, je pense que vous avez compris l’idée.

Voilà pour l’article sur la propriété intellectuelle et la longue réponse au commentaire d’un des lecteurs.

A bientôt,

L’équipe de Comment Faire Un Film

À PROPOS DE TOM WEIL

Tom

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • Yaya Allaoui

    Bonjour Monsieur Tom Weil,
    Je suis un Scénariste/Réalisateur autodidacte de Moroni-Comores.
    Je suis entrain de structurer mon Scénario (court) écrit en Français et les dialogues en comorien.
    J’ai découvert votre Blogue et Téléchargé beaucoup de leçons qui me sont très utiles. J’ai abonné à vos New Letters pour toujours enrichir mes connaissances en la matière.
    Je voudrais savoir si je peux vous l’envoyer, après l’avoir fini, pour que vous le lisiez et le corriger,s’il vous plait?
    Merci pour votre disponibilité à nous rendre ces services inoubliables.

    • Bonjour Yaya Allaoui,

      Nous ne lisons plus de scénario en dehors de scénario plus.

      A bientôt,

      L’équipe de Comment Faire Un Film

      • Yaya Allaoui

        Bonjour Monsieur Tom Weil,
        Merci beaucoup pour votre réponse qui me motive de plus
        Je prépare mon Scénario avec des dialogues en Français pour pouvoir Vous l’envoyer
        A bientôt.

        • Bravo ! Bonne continuation.

          A bientôt,

          L’équipe de Comment Faire Un Film

  • maria

    ☼) Bonjour Cédric et vous autres qui êtes de l’ Équipe de CFUF.
    C’est important de continuer l’œuvre de Tom, difficile et délicat aussi : merci en mon nom et, je pense ne pas m’avancer négativement, en celui des lecteurs assidus.
    Toutefois, la santé de Tom ne peut que nous préoccuper. Surtout qu’il s’accroche que ce soit pour déficience physique ou psychique. Notre présence ici et nos souhaits pourraient le réconforter.

    Cet article sur les séries ne me concernent pas vraiment. Pourtant, je comprends tout à fait l’importance de la création intellectuelle de l’auteur qui met en place toute une atmosphère avec un héros qui se perpétue d’aventure en aventure, ou dont « on » se sert pour le faire continuer de vivre, à des fins commerciales longtemps après.

    Pour les mini séries, j’ai aimé « Dix pour cent ».
    « Le secret d’Élise  » , malgré les cartons ( * ), présente une torsion du temps donc une structure assez difficile à appréhender.
    Une mini série en 3 épisodes d’affilée, diffusée sur Arte dans laquelle Tom a travaillé, c’est « Virage Nord » – malversations autour du foot, ce sport hautement pratiqué dans le Ch’ Nord.

    C’ était juste une petite participation en passant, histoire de montrer que, comme vous, je n’oublie pas ce blog, je n’ai pas envie qu’il disparaisse parce qu’il m’a tant apporté…

    Bon courage à Tom, et bien cordialement à tous de
    ☼) maria.

    ( * ) J’ai toujours détesté les « cartons », sauf ceux du temps de Charlie Chaplin. Jusqu’à me déplaire
    dans « Un long dimanche de fiançailles » Je sais…c ‘est là un jugement tout à fait personnel. Je ne savais pas qu’un jour, j’aurais envie d’écrire des scénars quand j’ai demandé, il y a 30 ans au moins, à un jeune homme de trouver un moyen de les éviter. Il allait passer un concours pour rentrer dans une école de cinéma belge. (En fait, il est devenu un infographiste talentueux).
    À l’aire de l’ordinateur, la date sur l’écran en bas à droit me paraît un judicieux palliatif…plus diégétique en somme.

    • maria

      PS oups !lire SVP  » à l’ère » de l’ordinateur ! merci ! Quoique…espace et temps se rejoignent ! ☼)

      • maria

        ☼) merci, Cédric et l’ Équipe de CFUF, et bon dimanche, ainsi qu’à Tom,

        Bien sûr, vous parlez aussi de long métrage.
        Et votre réponse me fait penser à la trilogie de Cédric Klapitch ( pardon si j’en écorche l’écriture ) où Xavier est le personnage qui évolue de 2002 à 2013 en passant par 2005. Les titres :  » L’ auberge espagnole, Les poupées russes, Casse-tête chinois ». D’étudiant, Xavier devient scénariste, écrivain. Il pourrait bien être ce scénariste réalisateur lui-même !, autrement dit ce Cédric-là pourrait bien s’inspirer de sa propre histoire. Ne le faisons pas tous, plus ou moins ? Ce qui est bien, à mon avis, plutôt ce que j’aime, c’est qu’on retrouve les mêmes personnages incarnés par les mêmes acteurs, à des âges différents. On peut les regarder indépendamment l’un des 2 autres.

        Pour mon premier long, je serais moi-même surprise de reprendre personnellement mes 3 personnages vivants, qui font agir et parler un 4 ème, une femme morte : cela relèverait du génie que je ne possède pas. Même…si quelque chose de cette histoire m’en inspire 2 autres.

        Ce 2ème long est en rade. J’ai écrit synopsis et « traitement » ou tout au moins un synopsis plus détaillé, sans dire la « fin », ( soit les climax ), pour l’intérêt dû au premier lecteur, qui devra ricocher sur le spectateur.
        Il faut que je visionne à nouveau « Forest Gump » , il y a dans cette nouvelle histoire quelque chose qui lui ressemble. Il faut que mon personnage principal arrive à capter l’attention de son vis-à-vis.
        Pas facile: j’ai plusieurs idées d’élément déclencheur de cet intérêt : je vais devoir choisir.

        Bien cordialement de
        ☼) maria.

        • Bonjour Maria,

          Oui les films de Klapish son un très bon exemple. Il a d’ailleurs plus de facilité à monter le deuxième film grâce au succès du premier. Nous te rejoignons aussi sur le fait que tous les auteurs et réalisateurs mettent quelque chose d’eux dans leurs oeuvres.

          Je ne connais pas ton histoire mais il est toujours possible de faire une suite ou de reprendre une partie des personnages et de les faire évoluer.

          Pour terminer, le choix c’est à peu « la croix » de l’auteur non !

          A bientôt,

          L’équipe de Comment Faire Un Film

          • maria

            ☼ ) Merci, l’Équipe ! Surtout de ne pas faire mourir ce blog.

            Pour ce scénario qui me porte, Il y a un bon mois, j’ai reçu une réponse de celui qui, en principe, lit les scénarios de  » CQMM  » , dont le directeur de production est Klapish. Quand je dis  » réponse », c’était au téléphone, il n’a pas le temps même de lire 9 pages de présentation ! Je trouvais quelque chose de commun avec sa trilogie : le monde de l’écriture, ou « les poupées russes » donc « gigognes ». Je la trouve aussi géniale sa trilogie, malgré ma déconvenue.

            Au moins lire mon travail, c’est déjà un pas en avant. 2 prod’ l’ont lu, m’ont fait des compliments,( originalité etc…) mais sans suite pour qu’il soit réalisé.
            À l’instant, j’ai un mail d’une autre prod’ . Ses mots :  » quel beau projet !  » + d’autres que je n’ai plus en tête ! mais…pas leur ligne éditoriale qui est restreinte.

            Je ne pense pas vraiment reprendre mes personnages. Pourtant, si jamais ce long était retenu, il ferait une super transition pour présenter le 2 ème. On prend le milieu qu’on connaît le mieux tout en étudiant d’autres univers.

            Je ne lâche rien. Une autre prod’ veut bien me lire les 1 ères pièces, après l’envoi d’un formulaire de contact. Une super prod !

            Mais…où en est la santé de Tom ? Je lui souhaite un prompt rétablissement..
            Bien cordialement à vous tous et à Tom de
            ☼) maria. .

            • Bonjour Maria,

              Avoir des retour est très important. Nous sommes surpris de voir qu’une production ait répondu : pas dans leur ligne éditoriale. Cela signifie que tu n’as pas dû bien sélectionner les sociétés à qui tu envoies ton projet…

              Après, sur un coup de coeur il est toujours possible d’obtenir un accord d’un producteur qui ne produit pas le genre que tu proposes…mais c’est rare.

              Bonne continuation dans tes recherches. Non nous ne lâchons rien.
              En ce qui concerne Tom nous avons appris aujourd’hui qu’un de ses amis lui a rendu visite la semaine dernière, qu’il n’y a pas beaucoup d’amélioration, mais sans en savoir plus.

              A bientôt,

              L’équipe de Comment Faire Un Film

              • maria

                ☼) Merci de me répondre.
                J’avais demandé à Tom pour la prod’ en question. Il m’avait conseillé positivement pour leur présenter mon topo. Leur ligne éditoriale est très restreinte. Oui j’ai relu leur mail : mon topo serait « de qualité », et  » c’est un bien et beau projet ».

                C’est un spec-script ; pour ceux qui lui « ressemblent », les réals et prod’ sont morts. Depuis la Nouvelle Vague, les scénaristes ne sont plus à l’honneur. J’ai été étonnée hier, sur la 23, de voir leurs noms dans le générique de début d’un bon téléfilm ( le titre m’échappe) sur les gamines confiées au soi-disant Bon Pasteur, auxquelles on a volé la jeunesse dans les années 50.
                De nos jours, les réals veulent souvent cumuler écriture et réalisation.

                Je ne lâche pas et frappe à d’autres portes. J’aime personnaliser mes envois. Il me faut trouver ce qui peut leur faire tilt. Après, c’est le côté pécuniaire qui sélectionne. Mon produit a un atout: il mixe plusieurs genres.

                Pour la santé de Tom, c’est inquiétant. Lui à qui on aurait acheté la santé. Comme on peut lui écrire d’après vous, je lui ai écrit dans l’après-midi.

                Merci encore de vos entrées ici, de votre dévouement pour nous répondre.
                Et bien cordialement à L’Équipe de
                ☼) maria.

                • maria

                  ☼) PS, 11 jours après le commentaire ci-dessus…
                  En fait, pardon Tom, j’ai fait une erreur de casting… LOL !… en ce qui concerne l’intitulé de la boîte de production: il se pourrait que je rectifie et que je l’envoie à celle qui pourrait être intéressée.
                  Pardon encore et reçois tous mes ☼)
                  maria.

                • Bonjour Maria,

                  Il fallait que l’on pose la question, mais si Tom à donné son feu vert, c’est qu’il devait avoir ses raisons et on peut lui faire confiance.

                  Pour la santé de Tom, Cédric à répondu en partie Dans le mail de Dimanche.

                  A bientôt,

                  L’équipe de Comment Faire un Film

                  • maria

                    ☼), Oui, chère Équipe de CFUF…

                    …Faire confiance à Tom, c’est ce que j’ai fait tout au long de ce cheminement dans ce blog et que j’ai appliqué dans l’écriture de ce premier long. Il connaît mon respect pour tout ce qu’il m’a appris. Sans lui, jamais je n’aurais pu transformer mes premiers prétextes en ma grande motivation.

                    Dimanche dernier, étant rentrée directement ici dans l’espoir de retrouver un article, ( et quel article ! ), je n’ avais pas lu le mail qui introduisait  » Souffler plus fort que la mer « .
                    Au sujet de la santé de Tom, ce mail me permet mieux de cerner cet obstacle qui l’empêche d’écrire lui-même. oui, ça m’attriste et je ne suis pas la seule.

                    Merci à vous de le relayer, avec tant de délicatesse.
                    Bien cordialement de
                    ☼) maria.
                    PS. Je crois que pour mon post ci-dessous, la productrice – lien avec deux prod’ différentes, ou plutôt son autre équipe de lecteurs n’a pas été mise au courant de mon produit.
                    Je reste dans le regret de m’ être mal exprimée, comme si je « n’avais pas fait confiance » à Tom., votre ressenti à vous.
                    J’en ai de ces compliments… Pourtant, aucune réalisation ne se profile à l’horizon…

                    • Bonjour Maria,

                      Tom te dirait de ne rien lâcher !!

                      A bientôt,

                      L’équipe de Comment Faire Un Film

                    • maria

                      ☼) Merci l’ Équipe.
                      Je viens de téléphoner sans trop bafouiller cette fois : suis tombée sur répondeur. Je recommencerai. Mais, personne ne m’attend …
                      Le contraire serait trop beau…
                      C’est sûr que Tom me boosterait une fois de plus ! Je l’entends encore dire  » On s’en fout ! « . (Lol.) Dommage qu’on ne peut plus lire les commentaires et réponses du début.
                      Bonne journée. J’ai des préparatifs à faire. ( matériel )
                      Et, surtout, une autre lettre d’intention ciblée.

                      Bien cordialement de
                      ☼) maria.

                    • Bonjour Maria,

                      C’est tout à fait ce qu’il dirait !

                      A bientôt,

                      L’équipe de Comment Faire Un Film

    • Bonjour Maria,

      Merci pour ton message. Il est vrai qu’ici nous parlons de série, mais nous parlons aussi de long métrage. Le long que tu écris ou que tu as écrit sont de la propriété intellectuelle. Les personnages et l’univers que tu créés sont uniques, si demain, d’aventure, un autre auteur souhaite utiliser tes personnages cela ne sera pas possible sans ton accord.

      De plus cette propriété à une valeur…il ne faut jamais l’oublier.

      A bientôt,

      L’équipe de Comment Faire Un Film