Produire un film, Produire Un Court-Metrage Partie I

Produire un film

SANS SOCIETE DE PRODUCTIONS

Produire un film…Je me suis demandé si je devais aborder ce sujet. Mais,  au vue des commentaires que l’on me fait ou que je lis ça et là, au grés de mes surfs sur le net, je me rends compte que certains d’entre-vous se demandent : à qui est destiné ce blog?

Il a été créé pour aider tous ceux qui sont désireux d’apprendre ou de s’améliorer sur l’écriture, la technique, la réalisation et tout ce qui touche à : comment faire un film. Produire un film ou un court-métrage doit aussi être traité.

En effet, les internautes qui visitent ce site n’ont pas tous le même niveau, les mêmes attentes. Je m’aperçois que je me suis concentré sur ceux qui veulent écrire pour la télévision ou le cinéma et qui travaillent sur des projets lourds ou du moins des projets plus longs et ambitieux.

Cette semaine,  j’aimerais aider les autres :  ceux qui veulent faire du  format court (série), du court-métrage, qui ont fait des films « maisons » et qui souhaiteraient passer  à la vitesse supérieure. Faire un film avec un peu d’argent, une équipe, de la lumière et tourner en pellicule ou en HD (ou pas).

Nous allons parler tout de suite des sociétés de productions. Il est effectivement super d’avoir une production pour produire votre film. Voilà,  une fois que l’on a dit ça, on a tout dit….et bien non !

produire un film

Joseph Sohm/ shutterstock

Trouver une production peut prendre du temps. On peut aussi ne pas être prêt à travailler avec cet outil qui est un peu lourd. Le problème c’est qu’on se fait souvent lourder. Vous pouvez aussi avoir un projet dit « film de genre » et là, je peux vous assurer qu’il y a peu de prods qui produisent ce genre de films. Vous avez peut être déjà tenté cette solution et vous croulez sous les lettres de refus :

« Madame, Monsieur,  malgré l’intérêt de votre projet, nous sommes au regret de ne pouvoir donner suite à votre demande. Notre production a trop de projets en cours »….et blablabla. Doit-on pour autant abandonner son projet ? bien sûr que non !

 

ATTENTION : Pour produire un film il ne faut jamais mettre un euro de sa poche ! Jamais !  Nous avons tous entendu qu’un tel ou un tel,  qui a misé ses économies, a réussi à vendre son projet ou est rentré dans ses frais.  Peut être…j’en doute…moi je n’en connais pas perso et ça me suffit ! Je connais surtout des jeunes réalisateurs qui ont misé leur chemise sans résultat. De toutes façons, tout le monde ne peut pas mettre de sa poche 2000 euros et encore moins 25000 euros !

Deux solutions s’offrent à vous :

–       Intégrer une association

–       Créer une Asso

Pourquoi ? Car pour certaines structures qui financent des projets,  il est indispensable d’avoir ce genre d’outil.

Vous allez demander de l’argent ou du matériel et votre nom seul ne suffira pas.

Donc, il existe aujourd’hui (depuis quelques années maintenant) des structures qui vous aident à financer, font des Prêts de matériels ou font de grosses ristournes sur le matos. Voilà les adresses et les personnes à contacter :

Défi jeune/ envie d’agir :  individuel ou associatif !! » Envie d’agir » apporte un soutien à la fois pédagogique, technique et financier permettant d’accompagner les jeunes,  de l’idée à la réalisation du projet quel que soit leur âge (entre 18 et 30 ans !!!! ), la situation ou l’envergure du projet. 
Les critères et modalités peuvent être différents d’un projet à un autre ou selon la localisation. Mieux vaut prendre contact avec la direction régionale de la jeunesse et des sports et de la cohésion sociale ou la direction de la cohésion sociale de votre département pour en connaître les détails techniques : critères d’éligibilité, critères de sélection, démarches, calendrier.

Voici le lien qui vous expliquera tout ça. Vous trouverez aussi l’adresse et le contact par région.

Soutien pouvant aller jusqu’à : 8500 euros (suivant la région)

produire un film

alexkich/ shutterstock

Le clap (comité local d’aide aux projets) :  individuel ou associatif :  Vous avez entre 16 et 25 ans :  le clap vous aide à monter votre projet et vous oriente vers les bonnes pistes de financement.

Des associations, des organismes et des personnalités affiliés au Clap vous apportent leurs expertisent, leur temps et leurs expériences de l’idée à sa réalisation.

 

Voici quelques villes ou régions :

– Nantes : http://www.nantes.fr/vie-quotidienne/actualite-vie-    quotidienne/clap_pour_les_16_25_ans

– midi-pyrénées : http://www.clapmp.com/

– roubaix : http://www.jecree.com/cid107571/clap-roubaix.html?pid=1030

– boulonnais : http://www.agglo-boulonnais.fr/quotidien/citoyennete/le-clap/

 

Soutien de : 1000 euros

Les claps sont des initiatives du Nord/ Pas de Calais, mais le principe est repris par plusieurs régions ; à vous de faire vos recherches. Grâce aux structures régionales ci-dessous vous allez avoir l’interlocuteur qui va pouvoir vous aider et vous aiguiller.

ADAMI :  Aide à la rémunération. à l’emploi des comédiens, au développement de carrière, la promotion des artistes interprètes professionnels.

Soutien de l’aide : entre 3000 euros et 12000 euros.

Le GREC :  aide les auteurs pour leurs premier films. Il ne doit pas excéder 15 minutes. Si le dossier est reçu il se verra produire par le GREC. 3 commissions se réunissent par an. Le réalisateur prendrons en charge le devis de leur film et choisir son équipe et ses comédiens. Si le film dégage des recettes le réalisateur touchera 50%.

le soutien maximum est de : 18500 euros

 

CNAP :  Image/mouvement : aide au développement, à la production, ou à la post-production. Il n’y a qu’une commission par an.

Le soutien est de : 10000 euros à 20000 euros.

 

NOTE : si vous souhaitez monter une société de production (les détails dans un prochain article) vous pouvez vous servir de ces structures pour financer votre projet et les montants sont plus importants).

Pour trouver l’adresse et les noms des contacts dans votre région,  cliquez ici : Les structures régionales / accueil des tournages et productions.

Grâce à ces adresses et aux contacts associés vous allez pouvoir avoir toutes les informations sur les tournages de courts métrages en préparation, en tournage ou à venir dans votre région.

Vous allez savoir comment faire pour déposer le dossier de financement de votre court-métrage associatif ou produit.

Mais l’intêret aussi est de connaître les tournages de longs métrages et de téléfilms si vous cherchez des stages ou des contacts.

Avec la personne responsable de la gestion du bureau d’accueil des tournages vous pourrez rencontrer des technitiens grâce à la base TAF ainsi qu’une  base de décors (FILMFRANCE) pour trouver vos décors.

Certaines régions ont un parc de matériel avec des prix défiant toutes concurrences. Il suffit pour cela d’avoir une association, Loi 1901.

Il n’y a pas plus simple que de créer une asso !!! alors foncez !

 

produire un film

Ficus777/ shutterstock

De plus, l’aide à la production associative est une première étape, vous pouvez cumuler certaines des aides régionales comme l’aide à l’écriture ou l’aide à la post-production (ATTENTION : certaines de ces aides sont accessibles uniquement avec l’aide d’une société de production).

Vous pouvez aussi demander une aide matérielle en plus de l’aide financière suivant certaines régions.

Je suis désolé pour la Belgique, le Liban, la Tunisie, le Maroc, l’Algérie, le Canada, le Bénin, la Côte d’ivoire mais je n’ai pas les éléments nécessaires pour leur donner les adresses des bureaux d’accueil dans leur pays, si toute fois il en existe.

Tout ce que je peux dire c’est qu’en terme de production il existe des partenariats entre la France et le Canada ainsi qu’avec la Belgique. Je vous en dirai plus dans un autre article.

Pour trouver de l’argent pensez aussi aux mairies, aux commerces. Lorsque j’ai voulu réaliser mon premier court-métrage,  je ne connaissais personne. J’ai donc demandé à rencontrer l’élu à la culture et à la jeunesse de ma ville. Pour faire court, j’ai monté un dossier expliquant mon projet.  Lors d’un conseil municipal une subvention exceptionelle m’a été allouée (1800 euros). La seule chose que je devais faire était de tourner une partie du film sur la commune et de faire parler du film dans la presse locale.

Vous ne pouvez pas imaginer le nombre de personnes interressées par le cinéma. Les commerçants près de chez vous font peut être partie de ceux-là. N’hésitez pas à les démarcher. C’est un peu ardu mais ça marche. Pour l’anecdote :  lors d’un déplacement dans le sud (Cannes ;o) hors festival),  j’ai réussi à convaincre le taxi qui m’emmenait de la gare à mon point de chute de mettre de l’argent dans mon projet contre une mention au générique (rien de plus) Il m’a subventionné de 700 euros !!

Foncez !!! Encore une fois vous ne risquez rien.

Encore un mot sur  » produire un court-métrage ». Si vous créez votre asso ou pas, je vous conseille de ne pas tout faire tout seul. Entourez -vous d’un pote ou deux aussi passionnés que vous. Car faire un film n’est pas de tout repos. Vous aller devoir chercher des partenaires, une équipe, des comédiens etc…VOUS NE POUVEZ PAS TOUT FAIRE TOUT SEUL ! Votre film en souffrirait. Un seul mot Déléguez !!!!!

Un autre conseil : n’ayez pas peur de décrocher votre téléphone ou de vous déplacer pour rencontrer des loueurs (transpa, bnl pana, kodac, fuji, tapage etc…) pour obtenir des prix. Ils en font tous les jours !

Pareil pour les techniciens, appelez- les pour leur parler de votre projet.  S’ils ne sont pas dispos  pour vous aider,  ils vous aiguilleront vers un autre technicien.

produire un film

Denis Makarenko/ shutterstock

Vous voulez une tête d’affiche pour votre court !? Bougez- vous et appelez,  laisser des mails ou rencontrez des comédiens de votre région. Qu’est- ce que vous risquez ?! Hein ?! Qu’ils vous disent non ! C’est tout.

Tout ce travail va vous former à vitesse grand V. Vous allez commencer à constituer votre réseau. Vous confronter au comité de lecture associative de votre région, défi jeune, clap ou les autres structures qui aident vos projets sont des premières étapes importantes.

En bref :

–       Pour trouver de l’argent,  frappez à toutes les portes : défi jeune, régions, mairie, particuliers, commerces etc…

–       Ne mettez jamais de l’argent perso dans votre projet

–       Montez une association loi 1901

–       Rencontrez des techniciens

–       Appelez les loueurs

–       Rencontrez le responsable de l’accueil des tournages de votre région (cliquez ici)

–       Répartissez -vous les postes et les tâches

Voila pour ce premier tour d’horizon sur le sujet : produire un film. Je vous propose de retourner au plan du site pour lire d’autres articles si vous le souhaitez.

A bientôt,

Tom Weil

À PROPOS DE TOM WEIL

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • René-Bazin Elie

    Bonjour Tom,

    Sa fait longtemps que je n’avait pas commenter un article car j’avais fait une pause avec le cinéma. Mais voilà, j’ai aujourd’hui un très gros projet en tête et qui pourrais nécessiter beaucoup de fond: je souhaite faire un film « coming-out ».
    Je suis entrain de réunir des idées pour voir comment le faire mais je reste vraiment bloquer à cause de mes problèmes de fonds (en plus je suis jeune donc sa n’aide pas), mais je me demandait si certaines chaînes de télévisions pouvait m’aider. Aussi j’ai repéré certaines assos que tu as mit et qui ont l’air interressantes.

    Merci pour ta réponse,

    Elie.

    • Bonjour René-Bazin,

      Dans un premier temps il faut écrire ton scénario sans te soucier de tes problèmes de fond. LEs chaines de télévisions peuvent t’aider mais dans un second temps. Il te faut d’abord trouver un producteur.

      A bientôt,

      Tom

      • René-Bazin Elie

        Bonjour Tom,

        Merci pour ta réponse et je viens de m’apercevoir que j’ai fait une erreur dans mon commentaire car j’ai mit « coming- out » au lieu de Prime Time.
        Ton conseil d’écrire sans se soucier des problèmes financiers et je trouve essentiel et je t’en remercie pour, aussi j’avais envoyé un mail à une petit boite de prod qui est intéressé par des projets menés par de jeune gens talentueux ( loin de là de dire que j’en suis un ) mais cela correspond complètement à ma vision d’une boîte de prod et j’espère que même si il n’y a pas d’aide financière il y aura au moins une aide conseillère.

        Encore merci,

        A bientôt

        Elie.

  • Valenzuela Solís Angel

    Bonjour Tom,

    Super ultra merci, je viens de lire toutes tes réponses et je ressens que tu vraiment veux aider aux gens. Bravo! Je vais partager ton site dans mon blog en mode de remerciement.

    Je suis un autodidacte. Je fais des petites vidéos chez moi pour m’amuser et je voudrais faire de courts. Alors, j’ai bien compris qu’il faut faire une association. Ce que je ne comprends pas est ce que si on peut survivre avec telle. Je veux dire, si je monte un association et je obtiens les aides, une parti de telles aides sont pour payer mon louer ou est ce que c’est impérative d’avoir un emploi à côté?

    J’ai planifié lancer un campagne de crowdfunding, monter mon association et commencer a faire le tour des festivals. Mais après ton blog il semble beaucoup mieux de chercher directement un boite à prod (corrige-moi si je me trompe). Alors que là, n’ayant aucune expérience semble risqué et long….et j’ai trop des envies de faire et temps libre maintenant. Je pense à faire un site web avec plusieurs courts, sou-titres en plusieurs langues et avoir ça comme portfolio et LÀ, après, chercher une boite à prod pour faire un court plus poussé. Je suis animateur 2d, illustrateur, et scénariste non confirme(mais d tout la vie). Je veux devenir réalisateur en live.

    Mon blog est http://www.alenz01.blogspot.com

    Merci encore.

    Miguel

    • Bonjour Valenzuela Solis Angel,

      Merci pour les compliments et merci pour le partage ;o)

      Une association peut vivre et te payer…mais elle ne vivra pas grâce aux court métrages que tu fais. Elle vivra grâce aux courts, aux ateliers ou aux prestations que tu feras.

      Il est préférable si tu ne veux pas trop mettre le nez dans les financements de trouver une production. Mais effectivement c’est plus long…mais le cinéma ne se fait pas en quelques jours. Le processus est long et il y a une raison à cela.

      Pourquoi pas faire un site pour montrer ce que tu sais faire, c’est une bonne idée. Il est toujours mieux de venir avec des images et des projets lorsque tu démarches un producteur.

      A bientôt,

      Tom

  • Sofiana

    Bonjour Tom,

    Merci pour cet article, c’est vraiment très utile !
    Mais je demandais si, lorsque l’on crée une association loi 1901 et qu’on obtient de l’argent pour un projet (subvention, crowdfunding etc…) et qu’on achète du matériel avec, est-ce que le matériel appartient à l’association et donc il ne peut pas servir pour un projet lucratif par la suite ? Il faudrait alors racheter tout le matériel à l’association pour pouvoir faire un film où nous serions payés ?
    Si l’on crée une entreprise par la suite est-ce que ça ne pose pas problème ?

    Merci encore,
    Sofiana.

    • Bonjour Sofiana,

      Une association loi 1901, signifie que tu ne peux pas pas faire de bénéfice avec ta structure. Cela veut dire que tu peux louer ton matériel pour un projet ou des gens seront payé. Même ton association peut payer des gens, des techniciens…

      But non lucratif ne veut pas dire tout le temps bénévolat !

      A bientôt,

      Tom

      • Sofiana

        Bonjour Tom,

        Merci beaucoup pour ta réponse ! C’est vrai que j’ai un peu confondu les deux.
        Mais est-ce qu’il est possible que les techniciens payés par l’asso, fassent eux-mêmes partie de l’asso ?

        Merci encore,
        Sofiana

        • Bonjour Sofiana,

          Oui c’est possible. Il faut que tu ailles sur le portail du gouvernement qui parle des associations.

          A bientôt,

          Tom

          • Sofiana

            Bonjour,

            Ok super merci !
            Je vais aller voir ça 🙂

            A bientôt,
            Sofiana

          • ;o)

  • Laurent Franchet

    « Jamais mettre un euro de sa poche »? Qu’est ce que c’est cette règle à la con?! C’est ça votre philosophie. Je dirais précisément l’inverse. Si vous croyez en votre projet, investissez votre propre argent au lieu d’aller mendiez. Vous vous attendez à ce que des producteurs croient en vous et votre projet alors que vous-même refusez de miser un euro de votre propre argent? C’est pitoyable.

    • Bonsoir Laurent Franchet,

      Ma philosophie c’est de donner les bonnes pratiques. Penses-tu qu’un réalisateur qui fait de la tv, du ciné ou de la pub à dû miser X milliers d’euros pour qu’un producteur accepte de le produire ?! évidemment que non ! C’est le scénario et/ ou le film qu’il a réalisé qui compte et non pas la somme d’argent qu’il a investis.

      Idem un producteur ne met pas un euro de sa poche lorsqu’il produit un court-métrage, mais va chercher des financements, des subventions etc..pour produire le film.

      Tu peux penser que c’est une règle à la con, c’est ton droit. Tu as même le droit de miser toutes tes économies et ton salaire pour faire tes films. Mais ce n’est pas parce que tu fais ça que tu seras produit un jour.

      De plus se confronter un des structures, des fonds d’aides se n’est pas mendier ! Mais se confronter à des professionnels qui vont statuer sur ton scénario et ton plan de financement.

      Tu as le droit de trouver tout cela pitoyable et de continuer à dépenser ton argent dans tes films :o)

      A bientôt,

      Tom

  • Croissants Show

    Salut Tom ! Et en ce qui concerne les « jeunes » sociétés de production ? quel est la bonne démarche ? Pouvons nous faire des demandes auprès de ces organismes également ? ( toute jeune productrice qui se lance 🙂 )

  • Thomas Dahirel

    Super comme article, je pensais que le Clap ne concernait que la ville de Villeneuve d’Ascq!

    En ce qui concerne la production associative, je me permet de préciser que les apports des aides subventionnées (je penses notamment à Pictanovo) sont maximisés à 49% de la production globale du film: Il faut donc financer le reste en numéraire, c’est à dire avec des fonds privés!

    Excellent article surtout pour l’anecdote sur le financement obtenue via le Taxi, je n’y aurais jamais pensé!

    Merci Tom 🙂

    • Bonjour Thomas,

      Pour l’histoire des 49%, tu as raison, en revanche il est possible de valoriser ! Donc 49% c’est énorme ;o) Mais attention Pictanovo ne peut pas mettre réellement 49% de ton budget. Si tu As un Budget de 30 000 euros, il ne mettrons pas 14 700.Je crois que le plafond est fixé à 12 000 euros.

      A bientôt,

      Tom

  • Olivier Fichou

    Bonjour,

    Merci pour l’article, il aide bien !

    Je souhaite faire un film de montagne et compte créer mon asso « production » pour demander des sources de financement. (Je suis le caméraman, le réalisateur, celui qui fera le montage, … )
    * Par contre, avec le statut d’asso, peut-on gagner de l’argent sur le film ? A savoir, peut-on vendre notre film pour qu’il passe dans des festivals, ou gagner de l’argent dessus avec des droits d’auteurs…?
    * De même, peut-on vendre les images que l’on faits avec un statut associatif 1901 ?
    * Peut-on se faire rémunérer pour filmer, ou pour un shooting photo avec un statut asso ? (Si cela reste exceptionnel)

    Merci 😀

    Olivier

    • Bonjour Olivier,

      Le statut d’une asso 1901 c’est un statut à but non lucratif. Ce qui signifie que tu ne peux pas faire de bénéfice. Mais tu peux facturer sans récupérer la TVA. Attention tout de même je crois me souvenir qu’il peut y avoir concurrence déloyale avec des boites de resta etc…dans certains cas…

      Tu peux donc vendre ton film sans problème. Mais tu ne vendras pas à des festivals ! Tu vendras peut être à une chaine…mais c’est tout.
      Les droits d’auteur sont payés par la production, si tu es la production, tu dois te payer des droits, faire un contrat etc…

      Mais on ne gagne pas d’argent, ou très rarement et très peu, avec un court-métrage.

      A bientôt,

      Tom

  • Loïc

    Bonjour Tom,

    Tout d’abord merci pour ce site sur lequel je tombe à chaque fois que j’ai la moindre question 😉
    Ensuite je voulais savoir si tu lisais toujours les projets ? J’aurais besoin de conseils pour la suite de mon projet…

    Bien à toi,

    Loïc.

    • Bonjour Loïc,

      Merci pour les compliments, n’hésite pas à partager le blog autour de toi c’est le meilleur moyen de me remercier. Je ne fais plus de lecture depuis plus d’un an. Mais je sais que vous êtes nombreux à me demander cela. Je vais organiser des séances de lectures d’ici peu et je préviendrais tout le monde via la newsletter.

      A bientôt,

      Tom

  • Isa

    Bonjour,

    Merci pour cette aide précieuse. J’aimerais savoir comment établir les comptes définitifs de production.
    Bien cordialement,

    • Bonsoir Isa,

      Et bien il faut que toutes les factures soient arrivés et que la post-prod aussi.

      C’est étrange comme question…ou je ne l’ai pas comprise.

      A bientôt,

      Tom

      • Isa

        Bonjour,

        Nous avons co-produit avec un prod et nous devons remettre les comptes définitifs de co-production. (C’est une première pour nous). Nous avons réuni toutes les pièces justificatives. Je voulais donc savoir comment se présentent les comptes définitifs de production : y a-t-il un tableau à faire avec le détail des salaires et des charges, le détail des dépenses avec le bilan final + les pièces justificatives en annexes ?

        Dans l’attente de vous lire,

        Isabelle

  • Dim

    Bonsoir !

    Tout d’abord, je suis ravi d’être tombé sur un article aussi bien détaillé et où je me retrouve ! J’ai créé mon premier court métrage avec une subvention du programme envie d’agir, j’ai construis une association et je suis sur le point de créer une web série.

    Je compte me tourner vers une aide ADAMI (allant jusqu’à 25000€). Le problème c’est que je suis novice dans les tournages « pro ». Je m’explique le 1er court métrage était sur la base du bénévolat et les frais ont été les transports, le matériel etc… j’ai donc plusieurs interrogations !

    L’aide ADAMI est donné pour des dossiers vraiment complet et l’une des caractéristiques est qu’il y ait 3 artistes interprètes dans la web série. Comment fonctionne la rémunération dans le cinéma ? Je n’arrive pas à m’y retrouver ! Je compte fonctionner avec 9 ou 10 techniciens rémunérer entre 100 et 200€/ jour. et les acteurs pour 300€/ jour. Mais je fais avec ce que je trouve… ça te semble possible ?

    Comment fonctionne la création de contrats ? Je dois contacter l’URSAFF ? AUDIENS ? Est-ce que tu aurais un lien pour me rediriger sans avoir besoin de m’expliquer ma question un peu banale !

    Est-ce que tu penses qu’il est possible d’inclure de l’ACHAT de matériels dans le budget ? Je souhaiterais vraiment avoir une bonne fois pour toutes mon matériel !

    La web série n’est pas encore finalisé, mais elle fera surement 6 épisodes de 6 à 7 minutes environs. Est-ce qu’il y a une règle d’ailleurs ? Je pense que c’est libre mais peut être que tu as une petite idée de ce qui est accepté par ADAMI !

    Aussi, moi même ayant une formation théâtrale (Troupes, puis conservatoire) puis-je prétendre à avoir ce statut d’artiste interprète ? Je compte jouer un des rôles dans la web-série et pourquoi pas continuer, de toute façon je ne m’engage à rien ?

    Voilà, beaucoup de questions auxquelles je ne sais même pas si tu peux me répondre, mais en tout je te remercie d’avance de me lire !

    A bientôt,

    Dim

    • Bonsoir Dim,

      L’aide dame ne peut être utilisé que pour les comédiens et non pas pour les salaires des techniciens. Un comédiens à un salaires minimum de 400/ jour. Pour les techniciens il te faut donc d’autres subventions en sachant qu’il te faudra un forfait, tu ne peux pas descendre en dessous du smic et il est toujours recommander de payer les chef de poste un peu plus (ils ont plus de présence et de prépa).

      Il existe des contrats type tu peux les trouver en ligne.On rapproche toi du bureau d’accueil des tournages de ta région.

      Je ne te conseille pas d’acheter du matériel mais de le louer.

      La durée est libre il n’y a pas de limite pour l’Adami.

      Oui je pense que tu peux te déclarer en tant que comédien et avoir un salaire prévus en partie par l’Adami.

      Bonne soirée,

      Tom

      • Olivier

        N’importe quoi! 400jour minimum…. Verifiez vos sources svp

        • Bonjour Olivier,

          Ahahahahah, j’adore ce genre de commentaire ! Parce qu’au fond tu n’apportes aucun fondement à ce que tu avances.

          Il m’arrive de faire des erreurs et je suis le premier à remercier les lecteurs qui les relèves. Mais là je suis désolé de te décevoir mais mes sources sont plus que vérifiés ! Mais sur ce tarif de 400 euros je dois apporter quelques précisions.

          La convention cinéma oblige les productions cinéma à payer un comédien : 400/Jours (dont une heure de prépa inclus). En 2009 le salaire/jour était de 351,12.

          La convention Uspa : 273,27/ Jour

          Une autre convention signé par le SPI permette de payer un comédien : 142,96/ Jour.

          Que dire de tout cela ? Tout dépends si le comédien fait du cinéma ou de la TV ou un court métrage. Bien évidement ce tarif de 142,96 n’est applicable hors aide de l’ADAMI. Si tu montes un dossier pour une aide, il faut prendre en compte le tarif de 400/Jour, pour avoir le maximum d’aide.

          Voila pour mes sources :o)

          A bientôt,

          Tom

  • Bonsoir sen,

    1) Ce n’est pas prêt de s’arrêter ;o) Les films indépendant vont devoir trouver de nouvelles formes de financement pour survivent, leur financements va être de plus en plus compliqués.

    2) non. Sauf si tu parles de financement, dans ce cas la tv l’est déjà

    3) Chaines tv et distributeurs

    4) Car presque toutes les pros viennent de Paris. Il y a peu de prod en région qui font du long. Donc presque tout se passe là-bas.

    5) Idem que le film indépendant, le financement est très compliqués. Donc la rémunération des équipe et des producteurs aussi. Les chaines donnent de moins en moins d’argent.

    6) Je ne serais plus seul. J’aurais un capital de 7500 euros (que j’vais) + un fond de roulement de 30 000 euros. J’aurais fait de la co-pro très vite.

    7) Non car un auto-entrepreneur ne peux pas décrocher une chaine ou un distributeur. Un producteur qui écris c’est souvent une erreur en tout cas au début, certes tu économises les droits d’auteurs pour un temps ou le développement mais aucune chaine ou distributeur ne te fera confiance car tu n’as rien fait avant. Tu n’es pas reconnu comme producteur ni comme auteur.

    A bientôt,

    Tom

    • sen

      Salut
      Plus ou moins d’accord avec ce que tu dis. Excepté que, si produc t’es pas connu, tu peux être entouré par des connus et primés ;o), je parle de point de vue technique et / ou expérience
      Que penses tu du concept eco-prod ?

      • Bonsoir sen,

        Le problème pour un producteur pas connu c’est de réussir à convaincre qu’il est solide et qu’il sait faire. LE fait d’être bien entouré est un plus…pourquoi pas…mais cela dépend à quel poste ;o)

        Pour l’écoprod…mouais je ne vois pas ou tu veux en venir. Je sais que transpamédia à signé la charte, mais que cela vient il faire dans tes questions :o) ?

        A bientôt,

        Tom

        • sen

          Bah si je mets en avant une production ecolo, ça peut être une valeur ajoutée
          Sinon, j avance au niveau écriture et pense le déposer au Cnc
          Quand aux ‘primes’ c’est l es postes techniques

          • Bonjour sen,

            Mouais…ça ne changera rien que tu sois écolo ou pas…

            Bon courage,

            Tom

  • DeeJay’ Quent

    Bonjour,

    Merci pour cet article complet;

    SI je veux tourner un documentaire de 52min, pour avoir des Subventions; je doit passé par une prod où une asso suffit ?

    Cdlt

    • Bonsoir DeeJay’ Quent,

      Cela dépend si tu souhaite une diffusion sur une chaine ou pas.

      A bientôt,

      Tom

      • DeeJay’ Quent

        Bonsoir Tom,

        Oui en effet, je souhaiterais faire une diffusion sur chaîne TV.
        Une chaîne comme France5 où autres, c’est un film documentaire un peu dans le « style » d’échappé Belle.

  • DeeJay’ Quent

    Bonjour Tom,

    Merci pour cet article qui doit surement servir pour les novices comme moi.

    Je suis en pleine écriture d’un film-documentaire sur la catastrophe de Tchernobyl. A ce jour cela fais déjà deux fois que je vais en zone interdite pour créer un docu fais un 5D avec l’aide d’une assoc de prod.

    Aujourd’hui je vois les choses plus en grand, je voudrais vraiment réaliser un gros projet, j’ai l’accord du ministère en Ukraine, je suis juste perdu, sur les différentes sources de financement.

    Je veux, vendre soit en achat où en pré-achat mon film-docu à un diffuseurs. Seulement pour demander toutes les aides et financement, je ne sais pas ce que je dois faire, dois-je créer une société où alors une assoc ? Une auto-entreprise ? Juste pour la prod de mon projet ainsi obtenir des aides ?

    Merci beaucoup !

  • sen

    Bonjour
    Alors, en pleine étude de marché, je me demandais si tu accepterais de repondre à quelques questions sur la production via mail…eventuellement.
    Merci

    • Bonsoir sen,

      J’accepte de répondre à tes questions mais sur le blog, simplement parce que d’autres utilisateurs peuvent se poser les mêmes questions et aimeraient avoir les réponses.

      A bientôt,

      Tom

  • amiri

    je suis realisateur tv que pas lentemps que jai deblome jaime bien connaitre comment faire pour financer pour faire les Emissions et des rires voila

  • Riplay

    Bonjour Tom,
    S’il s’agit d’avoir écrit un film et de démarcher pour le réaliser:
    – Faut il trouver le réalisateur ou la prod en premier?

    Car j’ai remarqué qu’en démarchant des réalisateurs pas très connu qui se mettent en avant en annonce sur Bepub, ils ne répondent pas. Sans doute car je n’ai pas la prod. OK

    Dans l’autre cas de figure, est ce que je peux démarcher les sociétés de production sans avoir de réalisateur?
    Parce que sinon ça coince.

    Merci pour votre avis.

    • Bonsoir Riplay,

      Dans le premier cas : peut importe ! Tu peux faire l’un ou l’autre. Si tu n’a jamais « vendu » de script, c’es mieux d’avoir un réalisateur qui défend ton scénario.

      Bepub lol on ne trouve pas de réalisateur comme ça ;o) Je ne dis pas qu’il n’y en a pas qui le font, mais ce ne sont pas des réals « validé » pour la tv ou le ciné.

      Dans le deuxième cas : Oui

      A bientôt,

      Tom

      • Claire Duhamel

        Bonjour,

        En réponse à vos commentaires : sur bepub.com nous
        pouvons trouver des réalisateurs « comme ça ». Malheureusement, nous ne pouvons pas suivre toutes les demandes et les forcer à répondre même si cela
        est notre but.

        Nous souhaitons que tout le monde y trouve son compte et que, malgré les réponses négatives, il y ait des réponses pour ne pas vous décourager dans vos recherches.

        En requête plus large, je peux toujours vous proposer de déposer un appel d’offre qui est uniquement envoyé à nos prestataires.

        Dans tous les cas, je vous souhaite bon courage dans la suite de vos recherches !

        Bonne journée à vous,

        Claire

        • Bonjour Claire,

          Merci pour ton commentaire et les précisions. Le « Comme ça » dans ma réponse était pour signifier qu’un apprenti scénariste ou réalisateur aurait beaucoup de mal à prendre contact (et être pris au sérieux) avec l’envoie d’un mail via une plateforme comme bepub surtout pour un projet de fiction.

          en revanche, je ne doute pas de la qualité des réalisateurs présentés sur le site.

          A bientôt,

          Tom

  • Bonjour Senior,

    Pour un manque de fond de roulement.

    Ce n’est pas un enterrement avant la naissance, seulement penser qu’il est possible de faire ( de produire) un long assez vite (Deux ans par exemple) avec une jeune société de prod fraichement créée, ce n’est pas possible (à moins d’un miracle). Il faut donc passer par un long processus de production de courts, afin de se faire connaitre, d’avoir des réalisateurs à défendre, se faire connaitre des chaines et des distri etc…

    A bientôt,

    Tom

    • senior

      Mince, oui, le fond de trésorerie c’est capital
      Ca m’interesse de savoir comment une Ste de Prod contacte et choisi le ou les distributeur ? Qui lui je suppose contcte l’exploitant. L’asso c’est bien pour les courts mais un court gagne rarement assez pour rembourser les frais engagés. ..quel intérêt? Se faire plaisir ? Bah j’ai qu’a prendre ma caméra dans ce cas. Et aller filmer au zoo.Non, j ai envie de me jeter dans la vrai arène et je vise dans un premier temps la TV…T’as des conseils ou tuyaux sur le sujet ? Sinon oui, suks consciente qu’il faut du temps…je garde mon job, ne monte mon dossier, je trouve des fonds, je monte ma ste commerciale, je dépose des dossiers, je fais de la pre vente, je tourne, je livre, je fais la promotion…et là oui, je me
      fais vraiment plaisir
      merci

      • Bonsoir senior,

        Une fois que tu as un scénario, un réalisateur, tu leur proposes ton projet. Ils acceptent ou non. C’est aussi simple que cela.

        Tu ne gagnes pas d’argent avec le court, mais tu peux survivre. Tu ne dégage pas de marge mais tu peux faire tourner la boite sans prendre de salaire ou très peu etc…si tu produit un court il faut que tous les frais soient absorbés par les subventions, les pré–achat etc..sinon ça ne sert à rien de produire. Un producteur ne met pas un centime dans ses productions !

        A bientôt,

        Tom

        • senior

          Salut Tom
          Un peu casse tête, faut avoir la boite de prod pour solliciter les subventions mais il faut justifier l’argent pour monter la boite de prod !?! Contradictoire.La subvention est elle parfois refusée et pour quelle raison ?
          Merci

          • Bonjour senior,

            Pas besoin d’avoir un boite de prod pour avoir des subventions, une asso peut suffire. Pour monter un boite de prod il te faut un capital social, cela n’a rien à voir. ;o)

            Si tu montes une boite de prod et que tu demande des subventions, elles peuvent t’être refuser pour de multiples raisons : scénario pas à la hauteur, devis mal ficelé, trop de projets pour aider tout le monde, manque de confiance dans le réalisateur ou la prod elle même etc..

            A bientôt,

            Tom

          • senior

            Bonjour
            Merci mille fois du temps que vous prenez pour repondre. En fait la plupart les subventions CNC =doivent etre présentées par la production ou alors avoir déjà un CV…qui plus est sélectionné C est aberrant Où est l’aide à la création s ils aident les ‘déjà’. Suis qu’au début mais j’en arrive à la conclusion qu’il vaut mieux proposer son scénario à un produc…

          • Bonsoir senior,

            Pour les aides du CNC cela dépends. Effectivement pour avoir droit au fond automatique il faut avoir déjà produit. Mais les aides à l’écriture sont tout à fait possible pour une société qui n’a jamais rien produit.

            Pour ce qui est de proposer un scénario à une prod plutôt que de se produire soi-même…c’est une autre histoire, mais c’est certes « plus simple » que de monter sa boîte et surtout moins risqué !
            A bientôt,

            Tom

  • Padrhaic

    Attention jeunes gens, oui on peut toujours, de bric et de broc (Workflow simple avec un Canon 5D, cartes mémoire, Adobe première, AE et/ou Da Vinci), faire un film « sauvage » et obtenir quelques sous en se posant sur une association.
    Mais si vous voulez produire des films pour la TV ou le cinéma, il faut constituer une société commerciale – seul « support » légal qui permet de bénéficier des subventions et autres ASR du CNC.

    • Bonjour Padrhaic,

      Merci pour ton commentaire qui est juste ! Simplement rappeler aussi que pour faire et produire un court-métrage pas besoin d’avoir une prod. Une asso suffit ! et pour vendre le court à une chaine tout comme pouvoir le diffuser en salle étant donné que le visa est possible via une asso.

      en revanche, pour un téléfilm ou un long métrage la société de prod est indispensable comme vient de nous le rappeler Padrhaic.

      A bientôt,

      Tom

  • Bonsoir Senior,

    Bon courage pour ta boîte de prod, pour en avoir créé et dirigé une je sais que c’est une énorme aventure.

    Pour l’aide à la création dans le cinéma pour les jeunes (plus tout jeune ;o)) il n’existe presque rien. La limite d’âge est généralement à 25 ou 28 ans.

    Sinon il y a les aides à l’écriture ou au développement et j’en parle déjà sur le blog ;o)

    A bientôt,

    Tom

  • Loïc

    Bonjour Tom,

    Tout d’abord je tiens à te dire un grand merci pour la mine d’informations que tu mets à notre disposition. Je parcours ton site de long en large depuis quelques temps maintenant et cela me permet de m’orienter au mieux selon mes besoins.

    Je me permets une petite question vis à vis du financement par Le G.R.E.C. En effet j’aimerai bien faire passer mon scénario en collège de lecture, néanmoins j’ai quelques interrogations sur la constitution du dossier.
    A savoir d’une part sur la fiche technique et plus précisément sur le support de tournage et de projection. Car celui ci (Canon/Red/Alexa…) ne sera bien entendu par le même selon leur soutien ou non. D’où ma question.

    Dois je prendre en compte dans mon calcul le montant de leur aide ou faire un plan financier selon mes moyens ?
    Ils demandent également de joindre au dossier une iconographie. Sais tu ce qu’ils entendent par là. Storyboard ? Lookbook ?

    Merci.

    • Bonsoir Loïc,

      Merci pour les compliments. N’hésite pas à partager le blog et ses articles autour de toi, c’est le meilleure moyen de me remercier ;o)

      Pour répondre à ta question :…Tu prends le problème à l’envers car qui peut le plus peut le moins. C’est à dire qu’il faut que tu fasses ton budget en te disant qu’il faut faire ton projet dans les meilleurs conditions. Donc si tu veux tourner en Alexa il faut mettre Alexa dan sale dossier, les montants et le maths qui va avec. Si tu n’es pas soutenu par le G.R.E.C, tu pourras tourner en Red !

      et si tu l’es tu tourneras en Alexa ;o)

      Donc dans ton devis il faut prendre en compte le G.R.E.C, sinon ils vont se dire que tu n’as pas besoin de leur aide s’il n’apparaissent pas dans le devis ;o)

      Pour l’iconographie….je pense que ce sont des planche, des photos d’univers etc…une sorte de bible. Mais je t’avoue que je ne sais pas bien ce que cela peut être. Je me renseigne et reviens vers toi.

      Si jamais ça prend du temps, reviens vers moi ;o)

      A bientôt,

      Tom

      • Loïc

        Salut Tom, merci pour ta réponse, effectivement j’avais pris un peu le problème à l’envers. 🙂
        Pour le G.R.E.C j’ai eu ma réponse, ayant eu l’occasion de rencontrer l’une des membres de direction, à un festival.
        Et tu avais vu juste, il s’agit bien d’une sorte de bible ou lookbook pouvant donner un aperçu de l’univers dans lequel le film s’inscrit.

  • Bonsoir senior,

    Non pas le moins du monde ;o) Vas y fonce ! N’hésite pas à revenir ici si tu as des questions.

    A bientôt,

    Tom

  • D. Sandrine

    Bonjour et merci pour vos informations.
    Avec des amis on va faire 2 courts métrages de comédie et par la suite on veut faire un long métrage pas pour une sortie nationale mais des séances commerciales payantes (6 au maximum par an). Ma 1ere question est la suivante:
    1. Pour le long métrage, est-ce obligatoire d’avoir une société de production ou bien on peut toujours conserver notre association à but non lucratif?
    2. Avant d’obtenir le visa d’exploitation dans le cadre d’un long métrage non exploité en sortie nationale et pa rune association, est-on obligé de signer des contrats à tous les paricipants? Surtout que nous nous connaissons. LEs contrats peuvent etre ils juste des contrats qui stipulent qu’on se fera payer en fonction des bénéfices des séances payantes?
    Merci pour votre retour.

    • Bonsoir Sandrine,

      1) une asso, mais vous n’aurez pas de subventions et vous n’aurez pas les financements qu’a une société de prod…de plus vu les moyens que cela demande vous serez loin d’un résultat pro…alors de là à faire payer les gens…
      De plus il va falloir trouver un ciné qui accepte de faire ça régulièrement et ce n’est pas gagné. A moins d’un petit ciné de campagne… et encore…
      2) Il doit y avoir des contrats d’auteurs que cela soit une asso ou une prod. Les autorisations de tournage et des contrats comédiens doivent être signés. Pour terminer une asso n’a pas le droit de faire de bénéfices !

      A bientôt,

      Tom

      • D. Sandrine

        Merci Tom pour les réponses apportées. Il doit avoir un.contrat de cession de droits d’auteur pour faire une demande de visa d’exploitation. Mais je ne vois pas sur le.site cnc dans la.liste des pièces requises, les contrats des comédiens. Je me demande si ces contrats ne sont pas nécessaires pour plutôt demander des subventions.
        Merci.

        • Bonsoir Sandrine,

          Non, je dis juste qu’il vous faudra tous les contrats pour vous protéger. Si vous engagez des comédiens ou des techniciens il vous faudra les contrats.

          A bientôt,

          Tom

  • Gallina22

    Bonjour imaginons que je suis scénariste et je cherche un producteur puis-je allé voir une association?

    • Bonsoir Gallina22,

      Oui si c’est un court-métrage. En revanche si tu as un scénario de long métrage il te faut un producteur.

      A bientôt,

      Tom

  • Chaïnaze

    Bonjour
    J’ai lu ton article et je le trouve super intéressant!!! Sa nous aides vraiment, j’ai partagée cette article autour de moi, j’ai plusieurs question a te demander par rapport a la production d’un film, je t’ai envoyé un e-mail a ce sujet et j’aimerais que tu prennes le temps d’y répondre
    Coordialement

    • Bonjour Chaïnaze,

      Merci pour le partage. Je vais essayer de répondre à ton mail au plus vite.

      A bientôt,

      Tom

  • anthony

    Bonjour Tom,

    J’aurais voulu avoir plus de conseils par rapport à l’option d’auto-produire son court-métrage en intégrant une association.

    Comment cela se passe-t-il ensuite d’un point de vue contractuel pour permettre à l’association d’aller faire des demandes de subvention au nom du film ?

    Est-ce qu’il est possible dans ce cas de figure de garder une qualité de producteur du film même en étant qu’un simple membre de l’association ?

    Merci d’avance pour tes éclaircissements.

    • Bonjour anthony,

      Il faut céder tes droits avec un contrat comme une société de production. Pour que la structure puisse aller chercher des financements sauf si évidemment tu es à la tête de l’asso.

      Je n evois pas l’intérêt d’être producteur et réalisateur du film. Voila pourquoi il est important de signer un contrat en cas de succès du court…

      A bientôt,

      Tom

  • TM

    Bonjour , je suis realisateur/ acteur d’une serie web qui marche plutôt bien mais j’aimerais passer a la vitesse supérieur et que ma serie soit produite
    Comment je peux faire ????

    • Bonjour TM,

      Lorsque tu dis que ta web série marche bien, que veux tu dire ? Quel est ton audience ? ou comment quantifies tu ton succès ?

      Une que tu as répondu à cette question tu vas pouvoir avoir des arguments pour démarcher des productions ou des partenaires.

      Sous quelle forme(structure) tu produit cette websérie ?

      A bientôt,

      Tom

  • Kalewou kafo christian martial

    Bonjour, je suis christian M. K. kAFO je suis l’auteur et le réalisateur du film wamba l’Espoir qui joue actuellement en salle j’ai un scénario que j’aimerais réalisé au Burkina Faso, cependant j’aimerais avoir un soutien financier. Qu’elle est la démarche a suivre pour le financement et quelle sont les structures que je peu approche.

    • Bonjour Christian,

      Ta question me parait étrange, dans le sens ou tu as déjà fait un ilm….comment l’as tu financé ?

      Et je ne connais pas les ressorts des financements au Burkina Faso.

      A bientôt,

      Tom

  • Jey

    Salut,
    Article très instructif ! Deux petites questions j’ai une scénario dont l’histoire se déroule en Guadeloupe. Je pense le proposer au bureau des tournages la bas et quelques boîtes de prod avec qui j’ai déjà travaillé. Je ne sais pas trop par ou commencer mais je possède une association à Paris avec laquelle j’ai réalisé des projets photos il y’a plusieurs années. Aujourd’hui on va dire que je n’ai plus rien fait avec cette structure depuis que j’ai terminé mes études il y a maintenant 8ans. Est ce que ça vaut la peine de reprendre l’association pour porter le projet ou il est préférable que celle ci soit en Guadeloupe?

    Deuxième alternative, un proche de ma famille possède une petite société de production qui travaille essentiellement sur du reportage et de la pub au niveaux local ? Je pourrais sans problème utiliser sa structure pour porter mon projet mais ne pourrais pas compter sur cette personne pour vraiment s’investir la dessus parce qu’elle est assez occupé par son propre travail et n’a pas forcément pr ambition de faire du court. Est ce que ça vaut la peine de passer par sa prod ?

    Ou est il plus simple de monter une association en Guadeloupe ?

    • Bonjour Jey,

      Merci pour les compliments, n’hésite pas à partager le blog et ses articles autour de toi, c’est le meilleur moyen de me remercier.

      1) Pour répondre à ta question : Si tu n’as pas fermé ton asso, elle est donc toujours d’actualité. Ce qui veut dire que tu peux peut-être obtenir des aides de la région parisienne et de la Guadeloupe. Pourquoi ne pas t’associer (co-pro- avec une asso de là-bas pour qu’elle demande des financements ?!

      2) Hummmm, c’est toujours délicat…En effet tu auras plus d’argent avec une prod. Mais cela prend du temps de faire les dossiers et les demandes. Mais au final le jeux en vaut la chandelle. Le soucis sera de pouvoir dépenser l’argent, avoir la signature du chéquier etc…il faudra forcément un moment un dir prod que lui connait et en qui il a confiance. Si tu fais le court avec le producteur, il devra quoi qu’il arrive s’investir à un moment ou à un autre.
      De plus si lui n’a jamais eu de financements de la région cela risque aussi d’être un frein…

      A bientôt,

      Tom

  • cedric Deneubourg

    Bonsoir exusez moi, j’ai réalisé et produit un long métrage action avec l’aide d’une association.Je vous place le lien sur le site prémiére.fr ci dessous

    Je réside sur Paris maintenant et j’aimerai trouver un distributeur ou une société qui accepterais de racheter les droits de mon film afin qu’il puisse connaitre une sortie que ce soit en france ou ailleurs. Auriez vous peut être quelques conseils à me donner?

    Merci

    http://www.premiere.fr/film/Svolta-3831274

    • Bonjour Cedric,

      Bravo pour ton projet, produire un long seul et le réaliser est une sacrée aventure. De plus tu as trouvé des partenaires de poids ! Comme quoi avec un peu de temps et beaucoup d’énergie on peut arriver à déplacer des montagnes. Surtout avec un budget aussi bas ! ( j’ai lu ton mail en MP ;o))

      Mais comme toujours, je trouve dommage de dépenser autant d’énergie pour ce genre de format (long) alors qu’il est voué à l’échec dans 99% du temps. Alors je ne parle pas forcément de la qualité mais je parle d’échec pour sa diffusion dans les salles obscures comme (je pense) tu le souhaiterais. Alors qu’un format plus court t’aurait permit de t’exprimer et de montrer ce que tu savais faire avec carrément plus de chances d’être vu.

      Alors tu trouveras surement des festivals qui le passeront, mais une prod ne rachètera pas les droits et un distributeur ne se lancera pas dans la diffusion de ton film car chaque copie DCP coûte 1000 euros pour du 2K et 3000 pour du 4K. Tu as effectivement Philippe Nahon ou Joe prestia, mais ces comédiens « très bon d’ailleurs » n’attirent pas assez de monde en salle sur leur seul nom. De plus ce ne sont pas les têtes d’affiche. Ce qui veut dire que le risque pour le distributeur de ne pas rentrer dans ses frais est énorme.

      Alors doit-on se morfondre et pleurer toutes les larmes de son corps ??? Non, évidemment, et de toutes les manières, vu ce que tu as fait jusque là tu ne vas pas t’arrêter. Je suis certain que tu as été voir certaines structures pour financer ton film et qu’ils t’ont dit non et ça ne ta pas empêché de le faire, je me trompe ?!

      Alors il faut que tu trouves une prod qui produit ce genre de film (si ,si ça existe en France !;o)), il ne te rachetons pas les droits à proprement dit, tu signeras peut-être une option avec une somme symbolique en attendant de trouver un distributeur et des financements complémentaire, comme tenter d’obtenir la qualité CNC….Mais rencontrer c’est personnes te fera connaitre et ils te proposeront peut-être autre chose, un autre projet etc…en tous les cas, si j’avais encore ma société de prod ça me donnerait l’envie de t’aider.

      Pour terminer, j’aimerais te dire à nouveau bravo, car tu as réussi à réaliser ton projet, tu as appris énormément. Je ne connais pas ton parcours mais je pense que tu es autodidacte, comme moi, qui n’est pas fait d’école de cinéma. C’est la meilleure école qui soi ;o) Elle est plus dur et impitoyable que les bancs d’une école mais cela forge le caractère. Tu as été multi-casquettes : comédien, scénariste, réal (et bien plus je suis certain), ce n’est jamais bon (je sais je l’ai fait aussi), mais tu n’as certainement pas eu le choix…Alors bravo, si tu réussis à diffuser ton film dis le moi, ça m’intéresse de voir pour me faire une idée. Et puis c’est un genre que j’aime..et c’est un karatéka qui te le dit ;o)

      Je te souhaite bon courage pour la suite, tiens moi au courant.

      A bientôt,

      Tom

      • Cedric Deneubourg

        Merci pour cette réponse, et désolée de la mienne qui se fait assez tardivement…Oui en effet je sais que cela trés difficile pour ne pas dire plus de sortir ce film, aprés je ne suis pas du genre à baisser les bras et j’envisage d’autre possibilité.Je te tiendrai au courant quoi qu’il arrive.
        Merci encore à toi et plein de réussite pour l’avenir.
        Cedric

        • Bonjour Cedric,

          Oui ça je me doute que tu ne vas pas t’arrêter là ;o)
          Bon courage pour la suite et tiens moi au courant.

          A bientôt,

          Tom

      • Tom rhins

        Bonjour Tom,

        Je voudrais juste réagir à propos du DCP. C’est la fabrication du premier DCP qui coute 1000 euros. Pas chaque copie.

        Cordialement.

        Tom

        • Bonsoir Tom rhins,

          Oui les copies sup. il faut compter 150 euros…en moyenne après cela dépend de la longueur du film.

          A bientôt,

          Tom

  • lili

    AS QUE JE PEUX CHOISIR DES ACTEURS DE HOLLYWOOD POUR MA S2RIE Télévisée

    • Bonjour lili,

      oui. pour cela il te faudra beaucoup d’argents, un producteur, avoir la majorité et un scénario en béton.

      A bientôt,

      Tom

  • lili

    salut je m’appelle lili je suis canadienne j’ai 15 ans j’ai écrit un scénario et je veux faire une série de science fiction et je veux choisir les acteurs de mon opinion comment je peux faire ça sans quel qu’un change les lieux ou les acteurs que je veux faire

    • Bonsoir lili,

      Pardon mais ta question n’est pas très claire….

      A bientôt,

      Tom

  • Gwenvi

    Bonjour à tous !
    Je suis actuellement à la recherche d’un distributeur pour mon long métrage de 64 min, la postprod esters que termine. Si toutes fois des personnes on une idée de me renseigner sur des contacts sachant que mon film est basé sur des faits réels et pourra interpellé beaucoup de gens ou pas lol ! La bande annonce est disponible sur Youtube, bon je ne sait si on peut mettre des liens donc je préfère attendre l.accord du site
    Cordialement

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Gwenvi,

      Tu n’as qu’une chose à faire les rencontrer ! Mais la chute risque d’être difficile si ton film n’est pas à la hauteur. Mais d’autres ont réussi à le faire…ce qui m’inquiète c’est que tu demandes des contacts ce qui signifie une mauvaise connaissance du milieu de la production…Mais peut être que ta question est mal posée ;o)

      Le chemin est encore long, bon courage,

      A bientôt,

      Tom

      PS : tu as les grosses machines : wild bunch, bac films, pathé, studio canal, mars etc…
      puis des plus petit : diaphana, équation, haut et court etc…

      • Gwenvi

        Bonjour,
        En tout cas merci de ta réponse rapide
        le film est plutôt à la hauteur ça c’est sur mdr

        • commentfaireunfilm

          Bonjour Gwenvi,

          Je l’espère pour toi, tu vas vite être fixé ;o) tiens moi au courant.

          A bientôt,

          Tom

        • Gwenvi

          voici le liens de la bande annonce

          https://www.youtube.com/watch?v=N6K3JqgMuAw

          • commentfaireunfilm

            Bonsoir Gwenvi,

            Ok, merci.

            A bientôt,

            Tom

  • Thibault

    Bonjour,

    Je passe régulièrement sur votre site pour m’enrichir de son contenu, vraiment très bon ! Mais une question me tracasse encore…

    Je souhaite réaliser mes propres courts-métrages, pour cela j’ai investi dans du matériel (oui, je sais que sur votre site vous précisez que ce n’est pas bien…), j’ai du dépenser en tout 1200 euros grand maximum pour l’ensemble (caméra, steadicam, projecteurs… etc).

    Je commence le tournage de mon premier court-métrage le mois prochain, mais je me demandais ce que je devais mettre au générique pour la production ?

    J’aimerais que mes investissement puissent me profiter pour les autres films que je prévoie de faire, mais aussi pourquoi pas à des amis ou autres. Pour cela j’aimerais donner un « nom » à cet investissement, cependant je me demande si c’est vraiment légale de proclamer une « fausse société » sous un nom du style « ABCD Production » ? Et y a-t-il une différence avec un nom « ABCD Studio » ?

    Mes courts-métrages seront probablement envoyés à des festivals si le résultat me satisfait, donc même si ce n’est pas illégal de placer des noms de production ou de studio de la sorte, peut-être cela donne-t-il un aspect trop amateur à mes courts-métrages devant un jury professionnel ?

    Merci d’avance de votre réponse pour m’éclairer à ce sujet.

    Bien cordialement.

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Thibault,

      Merci pour les compliments n’hésite pas à parler du site autour de toi et à partager ses articles. C’est le meilleur moyen de me remercier ;o)

      Pour répondre à ta question : je ne dis pas que ce n’est pas bien d’acheter du matériel, je dis juste que rien ne sert de dépenser des fortunes pour tourner :o)

      Pour donner un nom il faut une structure, c’est à dire une société ou une association. Tu peux très bien monter une association loi 1901 et lui donner le nom que tu souhaites. De plus cela te permet de demander un visa d’exploitation pour faire les festivals :o)
      Tu pourras aussi faire racheter ton matériel par l’asso ;o) de cette manière tu pourras le louer et te rembourser :o)

      Il faut surtout que tu te renseignes bien si le nom que tu veux donner n’est pas déjà pris :o)

      Ce qui fera la différence devant un jury, ce n’est pas le nom que tu vas utiliser mais la qualité de ton film.

      A bientôt,

      Tom

      • Thibault

        Merci beaucoup de ta réponse rapide !

        Mais quelles sont les démarches pour créer ce type d’association ?

        Et en parlant de visa d’exploitation, ce n’est pas le festival auquel on propose le court-métrage de l’imposer ?

        • commentfaireunfilm

          Bonsoir Thibault,

          Il faut remplir un dossier, monter un bureau(un secretaire, un trésorier etc…) et faire paraitre une annonce dans le journal officiel. Cela coûte en gros 50 euros. Mais ça te permet de demander des subventions, de louer du matis pour presque rien dans certaines structures etc…
          Mais tu ne peux pas faire de bénéfices :o)

          Si tu veux montrer ton ou tes films à des spectateurs, dans un festival, il te faut un numéro de visa d’exploitation.

          A bientôt,

          Tom

          • kambou

            EN AFRIQUE IL EST TRÈS DIFFICILE POUR AVOIR SES PAPIER .PARCE Quelqu’un de bonne volonté comme vous n’existerait jamais sur son passage pour lui guider.

          • Bonjour Bambou,

            Merci;o)

            A bientôt,

            Tom

          • kambou

            merci mon frère tout le plaisir est pour moi.

            2015-06-19 16:27 GMT+01:00 Disqus :

          • ;o)

  • Jean-Yves

    Bonjour,

    J’ai investi 40000 euros dans un long métrage car si vous attendez les aides, ça peut durer longtemps…très longtemps. Nous sommes en phase de montage et avons un plan d’action pour le vendre à l’international.

    Au plaisir!

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Jean-Yves,

      Bravo pour cette aventure ;o) En revanche, investir de l’argent (40 000 euros ou une autre somme)) pour tourner un film c’est toujours possible. Le problème c’est de pouvoir payer l’équipe comme il se doit et surtout que le film soit diffusé et ça c’est une autre histoire.

      Je pense que ton expérience pourrait nous intéresser si la vie de ton film et l’aventure que tu es en train de vivre arrive à son terme et sans encombre. Je serais heureux de pouvoir émerger une nouvelle sorte de manière de produire.

      LA recherche de financement et effectivement longue, parfois injuste, mais nous permet de nous confronter à certains aspects de la profession et des process de décisions.

      Au plaisir de lire la suite de tes aventures bonnes ou mauvaises ;o)

      A bientôt,

      Tom

      • Jean-Yves

        Bonjour,
        Je reviens vers vous pour vous informer que nous sommes en contact avec une grosse société de distribution et qu’il est possible que je puisse avoir l’agrément de production du cnc. Cela n’augure pas forcément d’une sortie salle car le marché est saturé mais au moins d’une sortie « technique » qui puisse nous permettre d’avoir une visibilité.
        Je vous tiens au courant pour la suite.
        Cordialement,

        Jean-Yves

        • commentfaireunfilm

          Bonjour Jean-yves,

          Merci pour ce retour. Ce qui m’étonne c’est qu’ils ter disent que le marché est saturé. Franchement un distributeur qui reçoit un film terminé ou il n’a pas eu à mettre un centime sur la table c’est un cadeau du ciel. Surtout si ce même distributeur trouve le film bon ! Il trouveront forcément une place pour le sortir s’ils sentent qu’il y a du blé à faire, de surcroit si le distributeur est très gros.

          Je suis curieux de savoir pourquoi ils te disent ça. Mais bravo pour l’avancé de ton projet. Cela reste une très bonne nouvelle.

          A bientôt,

          Tom

  • VC3000

    Si vous voulez créer un film, court et long métrage, vous avez l’association nationale des intermittents du spectacle, qui collecte des fonds pour produire.
    Inscrivez vous dans ce nouveau forum.

    • commentfaireunfilm

      Bonjour VC3000,

      une entreprise derrière un forum, je trouve cela étrange…le nom prête aussi à confusion : association nationale des intermittents du spectacle ! soit vous êtes une asso, soit vous êtes une entreprise. Mais que cela soit l’un ou l’autre vous proposez du crowdfunding….
      de plus n’importe qui peut s’inscrire sur le site : intermittent ou non…bizarre.

      J’efface donc l’adresse et attendant de voir ce que cela donne.

      Cordialement,

      Tom

  • bibi

    pour ma part le gars qui a créer ce post n’a pas tort. De formation direction de production je n’ai jamais vu un producteur financé son projet. Vendre des droits de diffusion, vendre des droits voisins oui. Mais investir dedans non

    • commentfaireunfilm

      Bonsoir Bibi,

      Bienvenue sur le blog. Ce n’est pas un post mais un article ;o)

      Merci d’appuyer mes dires ;o)

      A bientôt,

      Tom

      ps : n’hésite pas à partager le blog et ses articles autour de toi ;o)

  • NotAgree-lol

    Bonjour,

    Je réchauffe ce sujet dans l’utopie que cela a évolué entre temps…

    La partie financement me fait bondir lol En effet, le conseil de ne pas mettre d’argent perso et de se faire financer est la triste règle franco-française.

    Je suis entièrement contre cette démarche car c’est le meilleur moyen de ne jamais réussir à vivre correctement de son travail. Donc si vous faites du film par passion/art sans aucune volonté de rentabilité et uniquement dans un contexte de bénévolat global mon commentaire ne vous concerne pas du tout et l’aide peut sans doute se justifier…

    En revanche, pour les autres, créer un film c’est créer un ‘produit’ qui doit être vendu plus cher qu’il n’a couté. Vous êtes a cet instant un entrepreneur audiovisuel. Quand on met ses propres deniers, on fait des choix réfléchis, on ne gaspille pas le moindre centimes inutilement et c’est très formateur pour la suite.

    Un prêteur d’argent s’attend a faire un bénéfice, et c’est normal ! Vous n’obtiendrez jamais sa confiance si votre trésorerie est dépendantes des aides. Ou alors si, mais au final lui seul décidera de tout à votre place !

    Selon moi, l’aide ne doit jamais décider de la réalité ou pas du film. Elle doit faciliter au mieux. Le film doit pouvoir se faire sans, même si cela augmente considérablement les contraintes et les délais.

    J’ai crée une société de service pour financer mon 1er court, 1 an et qq après un dur labeur, j’ai 15k€ alloué a ce projet et je finalise la préprod. Je n’ai pas demandé le moindre euros à qui que ce soit. Cela me permet de ne rien devoir non plus.

    Je suis convaincu de ma démarche, pour preuve, j’ai trouvé 4 techs en moins de 24h ultra motivés… Comment ? C’est simple j’ai un vrai budget pour les payer qui n’est pas soumis a une attente d’aide et qui n’est pas à 30€/jours comme j’ai pu le constater trop souvent. Cela change tout.

    L’objectif est de le vendre, j’ai déjà un courtier intéressé selon la qualité à 25K€. Il peut le négocier au double, mais qu’importe, cela fera un bénéfice de 10K€ et ainsi de suite dans 2 ou 3 ans je pourrais peut-être produire un 1er long métrage !

    Je conserve mon anonymat, car de la même manière que je refuse toute aide financière, je ne souhaite pas non plus me faire de la pub détournée.

    En résumé, n’attendez pas que le ciel vous aide, vous voulez faire un film, n’écoutez personne et foncez, il n’existe pas de réussite sans prise de risque (mesuré).

    Mes propos n’engagent que moi, ils ont pour but de donner espoir à ceux qui, comme moi, ont une fierté démesurée les empêchant de s’abaisser a quémander une aide. C’est d’ailleurs valable au delà de la création de film. Ce sont des propos d’entrepreneur pour l’industrie du film et non pour le septième art. (je respect ce dernier mais ce n’est pas ma démarche)

    En espérant avoir été utile au moins à une personne même si j’ai bien conscience d’être totalement à contre-courant en France. (au canada et uk c’est l’opposé…)

    • commentfaireunfilm

      Bonsoir NotAgree-lol,

      Sur ce blog nous respectons tous les avis. Tu as en effet le droit de ne pas être d’accord avec le fait de ne pas suivre le conseil de ne pas mettre d’argent perso dans les films.

      Sache tout de même que les producteurs Français doivent oblogatoirement financer une partie de leurs films sur leur fond propre (5% du film). ce qui sur un budget moyen de 4 millions d’euros représente une petite somme rondelette : 200 000 euros…

      Mais ce n’est pas tout il y a ensuite les prêts auprès des banques, ensuite viennent les subventions et avance sur recette. En gros l’avance sur recette du cnc peut atteindre 500 000 euros puis si ils ont la chance d’avoir une régions cela peut grimper jusque 300 0000 euros. soit 800 000 sur 4 millions….

      Evidement les subventions sont un plus car toutes les prod n’ont pas l’avance sur recette ni les régions.

      Là ou je te rejoins c’est qu’un producteur au delà de faire u film pour l’art (il y en à) il faut qu’il vive de son métier, afin de se payer et de pouvoir réinvestir une partie de ses gains pour produire d’autres films. Mais soyons honnête un producteur ne met pas un seul centime de sa poche ! Lorsqu’il monte sa boite il trouve des fonds ailleurs que de son compte bancaire ! Les seuls deniers qu’il investit son utiliser pour le capital.

      Soit 7500 euros pour une sarl. (par exemple).

      Même si aujourd’hui la législation à changé et qu’il est possible d’avoir un capital moindre, le fait d’avoir un capital « intéressant » constitue un gage de sérieux auprès des banques.

      Maintenant parlons du court. Je trouve très courageux d’avoir monter une société (je ne comprends pas pourquoi de service…mais bon. Auto entrepreneur ? SARL ?

      Aujourd’hui monter sa société n’est pas très compliqué, le faire sans essayer d’avoir des aides pour la monter…soit. Tu as la chance d’avoir de l’argent et te permettre de tout perdre si tu te plantes très bien. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde. J’ai monté ma boite en 2004 je sais de quoi je parle ;o)

      Tu nous dis que tu as au bout d’un an et quelques mois 15 000 euros…bravo. encore une fois tout le monde ne peut pas le faire. De plus sur une année de temps tu aurais eu le temps de monter des dossiers, passer des commissions, trouver des partenaires et obtenir non seulement plus de 15 000 euros et évidemment économiser les 15 000 euros que tu as réussis à gagner sur l’année. Pourquoi pas d’ailleurs mettre ces 15 000 euros supplémentaires pour être plus large niveau budget !

      Parlons des techniciens. Comme tu as une entreprise et que tu fais du cinéma pour réaliser des produits il faut forcément que tu payes la main d’oeuvre : les techniciens. Techniciens qui exercent donc leur métier, il faut donc les rémunérer pour cela. Sais tu combien coûte un technicien ?

      – régisseur 90 euros/ jour
      – Assistant réalisateur 250 euros/ jour (1er), 190 euros/ jour (2nd)
      – Chef opérateur 500 euros/ jour

      etc…Evidemment tout cela est hors charges ! et basé sur un salaire à la semaine (forfait) si ton court est tourné sur une seule journée le tarif est un peu plus élevé.

      Donc tu n’as pas un vrai budget pour les payer, tu feras comme plusieurs productions, tu leurs payeras une journée alors qu’ils travaillerons 5 jours (10 jours ?)

      Ton budget vient de prendre une sacrée claque. Il te reste encore tes décors et ton matos. Matériel que tu vas devoir louer…les loueurs vivent de des locations…leurs demander du matos gratuitement ou pour presque rien ne peut s’inscrire dans ta démarche non ?

      Encore une fois on ne vie pas du court-métrage, enfin pour être exacte on ne fait pas de business avec le court métrage.

      Les courts métrages sont fait pour promouvoir un réalisateur, des comédiens. Ils sont des cartes de visites. Ils sont fait pour être diffusés en festivals. Si le court est bon il pourra peut être être acheté par une chaîne.

      Le courtier ne pourra rien pour toi. Ce n’est pas comme cela que cela fonctionne. Une chaine de tv, ARTE par exemple achète à la minute. Le tarif est au alentour de 550 euros/ la minute. Cela correspond en gros à 45 minutes de film ! pour le montant de 25 000 euros dont tu nous parles….

      45 minutes cela se tournent en 3 semaines de 5 jours…comment vas tu payer tes techniciens ? le matos, puis le monteur, le mixeur etc…

      Au delà du fait qu’il faille demander une aide et non »quémander » c’est aussi se confronter à des commissions composées de pro (producteurs, réalisateurs, distributeurs) qui émettent un avis sur le fond des scénarios. Passer pour des commissions c’est se confronter au métier. Il n’y a rien de rabaissant là dedans, bien au contraire.

      Pour finir, en ce qui concerne l’Angleterre et la canada, c’est pays offre aussi des aides, il y a même des conventions entre la france, le canada et l’Angleterre. Des structures comme screen south au sud de l’Angleterre propose aussi des subventions.

      Prenons la série le Tunnel qui va sortir d’ici quelques semaines. Production anglo- française, pure série tv, c’est à dire pour ramener de l’audience ainsi que des espaces pub, et bien tu sais quoi ? cette série existe aussi grâce à ces subventions !

      La série canadien : grand star, à existé aussi grâce à des subventions !

      Bravo en tous cas pour ton projet. C’est en forgeant que l’on devient forgeron. C’est de nos erreur que l’on apprends le plus. Je pense que tu fais fausse route. cela n’engage que moi.

      Je te souhaite néanmoins bonne chance dans tes démarches et pour ton court ;o)

      Tom

      • NotAgree-lol

        Je reste globalement sur mes positions mais j’accepte de nuancer car peut être que je suis finalement dans un cas particulier et que la grande majorité n’aura pas d’autres choix que de suivre la voie ‘habituelle’ qui demande des contorsions et des courbettes dont je ne suis pas capable… L’avenir me dira si j’ai eu raison ou tord mais dans tous les cas aide ou pas aide Un 1er court c’est comme un bébé, c’est aussi merveilleux que difficile 🙂

        En ce qui concerne la diffusion, c’est sur une chaine câblée française + une diff au canada (même groupe…)
        Mon court fait 24min pour seulement 3j de tournage (oui c’est l’usine, j’ai tout minuté comme aux us, aucune place à l’improvisation), je fais toute la postprod (60 jours), c’est mon métier à la base. pour l’instant le tarif est bien de 25K€…

        Merci dans tous les cas pour votre réponse !

        • commentfaireunfilm

          Bonjour NotAgree-lol,

          Le but de ma réponse n’était pas de te convaincre ;o) Mais plutôt d’expliquer comment cela fonctionnait même pour les « produits » Tv ou ciné.

          24 minutes en 3 jours…cela me parait compliqué…sur un téléfilm ou une série Tv nous sommes entre 3 et 4 minutes utiles…et c’est déjà un très bon rythme !

          Je pense qu’effectivement on apprends de ses erreurs alors fonce ! ;o)

          Comme tu fais de la post-prod tu dois aussi connaitre la réalité du métier donc why not.

          En tous les cas ton expériences est intéressante tiens moi au courant de tes avancés, de ton tournage ainsi que ton film une fois terminé…

          Je suis de ceux qui pensent qu’on en apprends tous les jours. Tu tentes quelque chose et c’est déjà énorme. Je te souhaites de réussir ;o)

          A bientôt,

          Tom

    • shaffercoogan

      Bonjour,

      Intéressant comme contre-article ! par contre, une zone d’ombre pour moi lorsque tu parles de la création d’une société de service. En quoi consiste t-elle? Est-ce cette dernière qui te permet de payer les gens qui travaillent sur ton projet ?

      • commentfaireunfilm

        Bonsoir shaffercoogan,

        Pardon mais je ne retrouve pas le paragraphe ou je dis qu’il faut créer une société de service….??

        A bientôt,

        Tom

        • Sylvain

          Je découvre cette discussion un an après, au moment où moi-même je cherche une solution pour obtenir un visa d’exploitation après coup. J’imagine que la montée en puissance du crowfounding peut à la longue faire bouger les cadres. Mais cette histoire de distributeur qui fait espérer l’obtention du visa a posteriori, ça me branche !

          • Bonsoir Sylvain,

            Tu peux obtenir un visa avec une association ! Pas besoin ‘un distributeur. En revanche pour être diffuser en salle dans un réseau de salle,alors là oui il te faut un distributeur. Mais pour passer dans une salle quelconque, obtenir un visa est à la portée de n’importe qui ;o)

            A bientôt,

            Tom

  • Marianne

    En fait voici la situation actuelle :

    – Une asso (dont on ne fait pas partie)a fait immatriculer le film (court-métrage) au RCA. Désormais, notre asso aimerait récupérer les droits du film et le visa d’exploitation (l’autre asso est ok pour ça).

    Il y a une certaine activité autour du film. Nous avons un festival pro qui
    veut diffuser le film. De plus un éditeur DVD a proposé de sortir le film.

    Considérant la situation, est-ce que les statuts de notre asso permettent
    de racheter les droits du film et de pouvoir émettre légalement contrats et
    factures avec les différents interlocuteurs (festivals, éditeurs DVD…) ?
    Est-ce que notre asso peut devenir officiellement la structure portant le
    film ?

    Merci pour la réponse rapide et les conseils ;o)

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Marianne,

      Oui je comprends.

      Mais en fait, les droits n’appartiennent pas à l’asso mais au réalisateur qui a cédé ses droits pour une durée déterminée. Soit l’asso lui rend ses droits. Soit l’asso détenant les droits vous les rétrocède. Je pense d’ailleurs que c’est le plus simple. Les droits peuvent être rachetés pour 1 euro symbolique. D’après mes souvenirs il doit y avoir forcément un montant (A vérifier).

      Pour ce qui est de vos statuts je pense qu’il n’y a pas de problème pour faire ce que tu veux. Mais encore une fois, on dépasse un peu mon domaine de compétence.

      Pour ce qui est des factures je ne vois pas d’inconvénient non plus. Une asso peut facturer avec tva ou sans tva en fonction du montant de facturation sur l’année et donc si vous êtes assujettis à la TVA ou pas. Mais de mémoire il faut facturer plus de 76000 €….sur l’année…

      Tout me paraît bon pour que vous puissiez récupérer les droits et faire usage du film comme bon vous semble. Mais je ne suis pas avocat du droit intellectuel ;o)

      Bon Courage,

      Thomas J.

  • Marianne

    Bonjour,

    Nous
    sommes un collectif de vidéastes tarnais et nous souhaitons créer prochainement
    notre association pour produire nos courts métrages. Nous avons du coup
    quelques questions et j’avoue avoir un peu de mail à trouver des réponses
    précises et complètes à mes questions.

    – Est-ce qu’une association de loi 1901 peut gérer la production d’un film
    ? (contrats avec distributeurs, exploitants, éditeurs)

    – Le cas échéant, est-ce que ces statuts lui permettent de le faire ? : « Accompagner la réalisation et la diffusion de projets audio-visuels de tout type (longs métrages, moyens métrages, courts métrages, documentaires, clips musicaux…) » – 9499Z Autres organisations fonctionnant par adhésion volontaire

    – Dans le cas de figure ou une structure immatricule le film en
    amont au RCA, est-ce qu’elle peut faire la démarche de confier le visa
    d’exploitation à une autre structure ?

    Merci d’avance de votre retour,

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Marianne,

      Oui une association peut gérer la production d’un film. Là on parle évidemment d’un court-métrage ! Il est impossible pour une asso 1901 de produire un long ! Le but d’une association loi 1901 étant d’être à but non lucratif. C’est pourquoi parler de distributeurs, exploitants et d’éditeurs est pure fiction. Aucun d’entre eux n’acceptera de travailler avec un asso, c’est une hérésie.

      En revanche produire un court, chercher les financements (subventions etc..), le matériel, les contrats d’intermittents etc… là oui. Libre à vous ensuite de faire le tour des festivals et l’immatriculation du film (oui une asso peut demander un visa) Pourquoi vouloir passer par une société ???

      Voici le numéro des visas et de la classification : 12 rue de Lübeck 75116 Paris Tel : 01 44 34 37 22 ou 01 44 34 36 18 Fax : 01 44 34 35 85

      Document à fournir pour un numéro de visa :

      – Lettre pour une demande de passage (cf cnc)
      – Une lettre pour la constitution du dossier (cf cnc)
      – Un chèque bancaire de 0,82 € par minute (0,03 € par mètre en 35 mm)
      – Un synopsis
      – Le générique début et fin + numéro d’immat (futur numéro de visa)
      – 4 exemplaires de renseignements type (cf cnc)
      – Les dialogues
      – Le film

      Les statuts me paraissent OK. Mais là on dépasse un peu mon domaine de compétence.

      Voilà, si tu as besoin n’hésite pas,

      Bon Courage,

      Thomas J.

      • val

        Une petite remarque concernant les associations à but non lucratif.

        Ce type d’association peut tout a fait gagner de l’argent. C’est une erreur de croire le contraire. En effet, ce n’est pas interdit à la condition qu’elle l’utilise pour se développer. En fait, ce qu’elle ne peut pas faire, c’est distribuer le bénéfice aux « associés ». La distribution de bénéfices est interdite.

        Il est donc possible d’imaginer que l’association vende ses films et utilise l’argent récolté afin d’acheter du matériel.

        Mais bon, il y a bcp de désavantages aussi avec les associations concernant par exemple l’achat du matériel (pas de récupération de TVA)…. ou la prise de décision (élection d’un bureau)…

        Mais peut-être certains responsable d’asso ciné pourront préciser ce sujet, ou même je pense que cela pourrait faire l’objet d’un article.

        • commentfaireunfilm

          Bonjour Val,

          Oui tu as raison une asso peut gagner de l’argent. Mais si mes souvenirs sont bon (à vérifier) à la fin de chaque années les comptes de l’asso doivent être à l’équilibre. C’est là ou est le problème (en plus de ne pas pouvoir distribuer les dividendes), De plus les sommes engagé pour un film sont trop importantes pour une telle structure,sans parler des prêts bancaires etc..
          Il y a aussi le financement qui peut s’étaler sur plusieurs mois….

          Au delà, de ces problèmes juridiques, aucune asso ne trouvera d’accords avec des distributeurs ou ne trouvera de co-prod, aucune banques ne suivra non plus.

          La tva (comme tu le soulignes) est aussi un énorme frein.

          Merci en tous cas pour ton commentaire ;o)

          A bientôt,

          Tom

  • abdoul dia

    salut je suis jeune réalisateur Mauritanien, j’ai un cour métrage auto produis par la maison des cinéaste en Mauritanie, mais ces dernier n’ont pas voulu me donner les information qui me permet d’inscrire mon film dans d’autres festivals. ce qui fais que le film na pas dépassé les frontières de la ville ou je suis.
    j’ai donc decidé de le publié avec mes amis sur youtube que vous pouvez voir içi http://www.youtube.com/watch?v=e_U-gzkhkbI ou sur chercher destin d’un petit peul sur youtube ou dailymotion.
    et ils m’ont demandé de continué le film, maintenent je cherche un producteur pour faire la suite, vous pouvez me dire comment faire ?
    merci Dia Abdoul

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Abdoul,

      J’ai regardé ton court-métrage. Je comprend bien qu’il à été fait avec les moyens du bord. Le gros problème est le son. On ne comprend pas ce que les personnages se disent. Néanmoins je trouve ton film intéressant, on sent une recherche dans les cadres et une atmosphère se dégage. Malheureusement je n’ai pas compris (du au son) la problématique de ton héros, même si on peut en comprendre une partie grace aux images.

      En ce qui concerne la production dans ton pays je ne peux malheureusement pas t’aider. Je vais tout de même faire quelques recherches. Je reviens vers toi dés que j’ai une réponse.

      Bon courage,

      Thomas J.

      • abdoul dia

        merci de m’avoir répondu.
        je ne trouve pas les mots pour vous dire à quel point j’aime ce blogue.
        merci pour tout les service que m’avez rendu a moi et tout ceux qui utilise ce blogue

  • Loïc

    A vrai dire il s’agit d’une jeune production qui recherche des auteurs réalisateurs, j’ai déjà quelques expériences dans le domaine je tente donc ma chance. Pour répondre à ta question je suis du Nord Pas de Calais, je me suis créé un tout petit réseau via le CRRAV notamment.

    • commentfaireunfilm

      Tu as raison de tenter ta chance :o)
      En me disant que c’est une jeune prod, tu répond au pourquoi du cv ;o)

      n’hésite pas à me tenir au courant ou à partager d’autres questions ou doutes. Très bientôt un technitien confirmer de ta région devrais écrire et proposer quelques conseil sur ce site et pourquoi élargir un peu plus ton réseau.

      A bientôt,

      Thomas J

  • Loïc

    Merci pour ta réponse Thomas mais non tu ne m’aides pas vraiment dans le sens où la production elle-même réclame ce CV (traitant uniquement des expériences audiovisuelles), je n’ai pas décidé d’intégrer ce CV au dossier moi-même.

    • commentfaireunfilm

      Re,

      Je suis surpris d’une telle demande de leur part. Mais soit !

      Dans ce cas il est effectivement préférable de séparer tes expériences pro.
      Réalisation
      Scénariste
      régie (par exemple)
      etc…
      Pour ce qui est de l’obstacle tout dépend ce que tu cherches. Si c’est pour vendre ton scénario, je ne vois pas d’obstacle. Si c’est pour le vendre et le réaliser là oui. Mais si ta production veut vraiment travailler avec toi alors, elle mettra tout en oeuvre pour se rassurer. Par exemple produire un court avant le long….
      Pour être franc sans réseaux il est très difficile (mais pas impossible) de se faire lire…et produire…
      tu peux notamment te rapprocher de la structure qui gère les tournages dans ta région pour te faire des contacts car ils sont en relation avec bon nombreux de producteurs. Dans quelle région es tu ?

      a bientôt, tiens moi au courant de tes avancés,

      Thomas J

  • Loïc

    Salut, désolé mais j’ai deux petites questions, l’un de vos membres (inscrit sur Cinéastes et Cinéma) m’a conseillé de les poster ici.
    je vais envoyer un dossier à une production, à mon scénario, note d’intention et synopsis je dois joindre un CV (traitant uniquement des expériences audiovisuelles). Je voudrai savoir quelle mise en page vous paraît la plus adaptée?
    J’ai pour l’instant fait ceci:
    (classement en 3 catégories)

    – Formations et diplômes (dans le ciné)
    – Expériences professionnelles (stage ciné, figuration film, réalisation cm à l’étranger…)
    – Loisirs

    Cette présentation vous paraît-elle correcte? Ou dois-je peut être séparer les expériences de réalisation (écriture, réal) et « acteur » (figurant)?

    Autre question, étant donné que je suis encore jeune, mes expériences sont limitées dans le domaine (même si j’en ai quelques unes plutôt intéressante: réalisation CM dans une association à Berlin, co-scénariste sur un projet…), pensez-vous que cela sera un obstacle?
    Merci, Loïc

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Loïc et bienvenue,

      Je trouve ta question intéressante et pertinente, donc merci de la poser ici.
      Trop souvent jeunes scénaristes et/ou réalisateurs font l’amalgame entre présentation d’un projet et entretient d’embauche ! ;o)
      Je m’explique : s’il est important pour un futur employeur de connaitre le maximum d’information sur son futur employé (cursus scolaire, permis, parcours pro) il en est tout autrement pour un producteur.
      En effet ce qui prime c’est le scénario, le synopsis ainsi que la note d’intention c’est tout ! ;o)
      Pourquoi ? juste parce que le fait d’avoir fait une école ne fait pas de toi un bon scénariste ni un bon réalisateur.
      Il faut donc oublier le cv avec tes formations, diplômes, expériences pro.
      Pour les loisirs idem : à la poubelle :o)
      Ce qui va faire mouche chez un producteur c’est ce que tu as réalisé avant ! et que tu peux montrer, car si le producteur visionne un de tes courts-métrages et qu’il le trouve mauvais…c’est à double tranchant !
      Donc, dans ta note d’intention rien ne t’empêche de glisser que tu es issu d’une école de cinema et de parler de ton expérience en temps que scénariste et/ou réalisateur etc….mais c’est tout !

      j’espère avoir répondu à ta question,

      A bientôt,

      Thomas J.

  • Witt

    Bonjour Thomas,
    Très intéressé par le dispositif « Envie d’agir », j’aimerais savoir s’il existe encore réellement. Car, même après pas mal de recherches sur le net, je n’arrive pas à trouver de réponse tellement les informations sont confuses, voire contradictoires !
    Merci de ton attention et merci pour ton site.

    • Witt

      Non, ce n’est pas dans mon habitude de répondre de moi-même aux questions que je me pose !
      Sérieusement, je pense que cela peut t’intéresser, Thomas, et éventuellement d’autres personnes.

      J’ai appelé la direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale de Paris. Eh bien, j’ai appris que le dispositif « Envie d’Agir » a été supprimé suite à une décision ministérielle en 2010…
      Je vous laisse le soin d’en penser ce que vous voulez.

      • commentfaireunfilm

        Bonjour Witt,

        Hum ! oui je viens de voir cela. Ce qui est incroyable c’est que le site envie d’agir existe toujours. Les mises à jours web sont de 2012. Mais ce qui est déroutant c’est que le site incite toujours à déposer les projets. Merci en tous cas pour l’info. Je vais de ce pas chercher une autre solution de recherche de financement. Tu disais être intéressé par le dispositif, je suppose que c’est un projet ciné, doc ou boite de prod…peut être que je peux t’éclairer un peu plus ?….merci pour tes commentaires à bientôt. TJ

        • commentfaireunfilm

          ps : normalement je réponds beaucoup plus vite. ;o)

          • Witt

            Du même avis que toi concernant le site d’EdA. C’est irrespectueux de la part des responsables qui laissent une porte ouverte à des porteurs de projets motivés.
            Sinon, oui, j’ai un projet de court métrage en route (mon 1er). J’ai écrit le scénario et veux réaliser le film avec un ami qui serait mon assistant. Nous progressons peu à peu dans la prépa et il devient évident que nous allons avoir besoin d’une certaine somme d’argent pour pallier à certaines difficultés (transport, repas, location d’un des lieux principaux de tournage, etc.)
            Justement, concernant une autre solution de recherche de financement ne figurant pas dans ton article, j’en ai une à te soumettre. Je ne citerai pas le nom du site Internet car je ne sais pas si tu peux et / ou veux qu’il soit nommé ici. En quelques mots, il s’agit d’un site qui propose à des particuliers de financer des projets créatifs en offrant la somme qu’ils veulent. Ce système est appelé le crowdfunding.

          • commentfaireunfilm

            Bonjour Witt,
            Oui je connais le système de crowdfunding. J’ai hésité à le mettre dans l’article. cela me fait penser un peu à my major compagny. Je pense que cela peut être une solution mais seulement de finalisation de projet. Les budget de longs, de docs ou de court-métrages ont une économie fragile. Je n’ai pas mis ce système car tous les porteurs de projets sur ce genre de site comptent sur ce système pour financer l’intégralité de leur projet et (je trouve) tombent dans la facilité, le projet est financé il vie sinon il meurt…ce n’est pas comme cela que cela doit fonctionner. De plus ce confronter à un fond associatif ou « grand fond » en région ou tout autre système de financement : La bourse beaumarchais pour les auteurs par exemple. Permet d’avoir un véritable retour sur l’oeuvre en gestation et éviter des pièges, mais aussi d’avoir un certain recule. je vais peut être ajouter ce mode de financement dans l’article avec les bémols que je viens de te donner. En ce qui concerne la location de décors pour un court-métrage c’est assez rare de devoir en arriver là (excepté peut être en région parisienne ;o) ). Essai de trouver un régisseur dans ta région afin qu’il puisse dealer le lieu (les lieux) gratuitement (en proposant aux propriétaires une mention au générique, en devant partenaire du film) ou pour une somme dérisoire. Pour ton ami qui fera l’assistant, c’est une grande responsabilité car c’est lui qui donnera le « la » sur le plateau. je vais d’ailleurs très prochainement dédier un ou plusieurs articles sur le sujet. @+

  • Nicolas L.

    Bonjour,

    Je me permets de vous poser ces questions :

    1) Avec des formations professionnelles du cinéma et non des diplômes de
    grande école a-t-on une chance de pouvoir percer dans ce métier ?

    2) Les films de genre sont refusés en France. Pourquoi ? Faut-il changer de
    registre ou persévérer ?

    3) Comment peut-on reconnaître si l’on a du talent ?

    4) Ayant réalisé un court-métrage comment doit-on procéder pour trouver un
    producteur ? D’autant plus que c’est un court-métrage dit de genre.

    5) Faut-il un prix décerné par 1 festival pour être reconnu dans le métier ?

    6) Faut-il être présent à un festival, même si notre court-métrage n’a pas
    été sélectionné pour démarcher ?

    7) Comment aborder un producteur ? Comment le persuader que l’on a du
    potentiel ?

    8)Peut-on se lancer dans l’écriture d’un long métrage et le soumettre à des
    producteurs ?

    9) Faut il absolument habiter à Paris pour travailler dans le cinéma ,

    10) La note d’intention est elle obligatoire, même si on ne souhaite que
    vendre son scénario et non le réalisé ?

    11) J’ai entendu dire que le système de la Belgique en terme de production de
    court-métrage est bien meilleur qu’en France, faut-il s’exporter là-bas ?

    12) Avec mon court-métrage en poche, j’ai démarché la France en terme
    d’acheteur ou  de diffuseur, sans succès, c’est un court-métrage de genre. Est-ce
    pour cela qu’il ne s’achète pas ?

    13) Faut-il aller au short film corner et démarché des producteurs avec un
    court-métrage de genre ?

    14) Enfin dernière question, Comment trouver un agent artistique ?

    Merci par avance pour toutes ces questions.

    Nicolas . L

    • commentfaireunfilm

      bonjour,

      Que de questions…cela mériterait un article….je vais donc faire des réponses courtes.
      1 ) je te conseille de relire : https://commentfaireunfilm.com/?p=3986
      J’ai bien peur de te décevoir, les formations que tu m’as décrites n’ont malheureusement aucune valeur pour « percer ». Mais elles t’ont permis d’apprendre la théorie ce qui n’est pas négligeable. La réponse est oui on peut percer dans ce métier sans écoles.

      2) le film de genre n’est pas refusé en France (cf : la meute de franck Richard ou haute tension d’alexandre Aja). il est juste plus difficile de se faire produire. Je pense que le pb se situe ailleurs : scénario, univers etc…Si c’est ce que tu veux réaliser ou écrire tu dois continuer.

      3) Difficile. Tout ce que je peux te dire c’est que si le talent était une qualité obligée pour faire du cinema, peu en ferait. Crois juste en ce que tu fais, remets toi en question (c’est ce qu’il y a de plus difficile), prends les critiques et les conseils, mais ne baisse pas les bras.

      4) Le producteur, c’est avant qu’il faut le trouver. Un producteur n’est pas juste là pour donner ou trouver de l’argent. C’est un véritable travail artistique qui s’engage entre les deux parties. Comme ton film est déjà fait, il peut te servir de carte de visite auprès d’une production pour les convaincre de te suivre sur ton prochain projet.
      Pour trouver un producteur plus « ciblé » liste les productions qui ont déjà produit des films courts de genre et contactes-les. (unifrance).

      5) Non. mais un succès en festival (les lutins, clermont, cannes etc…) ouvre des portes. De plus pour être retenu dans ce genre de festivals il te faut un numéro d’exploitation (à vérifier tout de même).

      6) hummm. être visible est toujours important pour se faire des contacts. Mais attention tout de même à ne pas devenir le mec qu’on évite parce qu’il est trop envahissant…

      7) En tant que scénariste seul ce que tu écris est important. C’est avec ton script que tu vas le convaincre et non pas parce que tu as de la tchache.

      8) Evidement ;o)

      9) lol non heureusement. Maintenant la plupart des productions se trouvent là-bas. Mais il y a plein de prods en région qui sont très actives.

      10 ) Obligatoire non. Mais certains producteurs souhaitent en avoir une.

      11) Non plus. Le système en France est très bien. En ce qui concerne les commissions d’aide de financement en région, les comités sont composés de pros. C’est à dire que, se confronter à eux est assez important. Si ton projet est refusé cela ne veut pas dire que c’est à cause du « genre » mais plutôt des faiblesses du scénario par exemple.

      12) Non. Peu de chaînes de tv diffusent et achètent du court. La sélection est très compliquée (je dirais même rude), le fait de ne pas avoir de prod peut être un frein.

      13) Tu peux y aller pour agrandir ton réseau. Pour ton court-métrage je ne crois pas.

      14) Très peu de scénaristes ont un agent artistique. Franchement en chercher un pour le moment est une perte de temps.

      • maria

        Bonne journée à tous,
        C’est plutôt Tom que je voudrais avertir de ce que la newletter de dimanche n’est pas accessible depuis ma boîte mail.
        Je ne suis même pas encore scénariste ; le budjet des films n’est pas trop mon problème.
        Toutefois, je me tiens au courant.
        Merci à Thomas et à toi, de votre dévouement.

        • commentfaireunfilm

          Bonjour Maria,

          Je ne comprends pas bien ton problème ;o)
          Pour ce qui est des articles de la newsletter ou du site, ils tentent de répondre aux questions que se posent certains utilisateurs du site. Evidement ils ne peuvent pas intéresser tout le monde….

          ça serait trop long de ciblé chaque utilisateur en fonction de leurs questions ou de leurs centres d’intérêts ;o)

          A bientôt,

          Tom W.