Personnages et archétypes

Les archétypes du héros

 

 Bonjour à tous. Je crois que l’article de cette semaine est un très bon complément à celui de la semaine dernière sur « comment créer un personnage en 3 étapes ». Si vous l’avez lu vous devez vous souvenir que je vous invitais à définir sa psychologie dominante. Dans ce qui va suivre je vais vous parler des différents archétypes de personnages qui existent. De cette manière le choix dominant de votre personnage/ héros en sera fortement facilité ;o)

 

Un archétype c’est quoi et ça sert à quoi ?

Nous avons vu la semaine dernière que créer un personnage demande de la méthodologie mais surtout de multiples connections entre les différents critères que vous lui donnez. Si vous pensez à un personnage sans lui fournir de la matière, vous allez créer un personnage sans relief, fade… bref, un personnage dont le spectateur va se détourner.

Le but, lorsque l’on crée un personnage, c’est donc d’éviter la caricature… le stéréotype. D’ailleurs lorsque votre personnage ou vos personnages sont fades, il est compliqué de faire avancer l’histoire. Voilà pourquoi il est important d’avoir du conflit et de l’attraction. Mais pour cela il faut des personnages qui ne soient pas lisses.

 

Si vous regardez ou analysez tous les personnages qui nous ont marqués en tant que cinéphiles (ou simples spectateurs) et bien ce sont des personnages complexes. Prenez Harry Potter, il a une part sombre ou encore Mc Call dans the Equalizer, je ne vais pas faire la liste ici des personnages incroyables qui nous ont scotchés et fait ressentir des émotions de folie. Mais je vous invite à me laisser le nom de vos personnages préférés dans les commentaires de cet article. …

archétypes

Zurainy Zain/ shutterstock

L’archétype au service des personnages et de votre histoire

Dites-vous qu’une bonne histoire ne suffit pas à faire un bon film. Il faut qu’elle soit couplée à des personnages forts car de tels personnages créeront une identification tout aussi forte et amènera votre film sur des hauteurs insoupçonnées. Mais pour qu’il soit intéressant, au delà du fait qu’il doive être complexe, il faut qu’il y ait une évolution. Il faut qu’il change, voilà pourquoi le voyage du héros ou le voyage initiatique est primordial dans votre histoire. Ce changement se nomme l’arc transformationnel du héros.

C’est l’archétype qui permet aux spectateurs de s’identifier plus facilement car l’Archétype que vous allez choisir va permettre à votre (vos) personnage(s) de réagir d’une certaine façon. Alors je vous entends déjà dire : « oui mais il n’y a pas 36 000 archétypes (et c’est vrai) ! Forcément, si on en choisit un il ressemblera au même personnage d’un autre scénario qui aura choisi le même archétype !

Soyons clairs, l’archétype vous donne une voie. Mais c’est la totalité des éléments que vous mettez dans la construction de vos personnages qui permet à l’archétype de votre scénario de se différencier d’un même archétype dans un autre scénario.

 

Quels sont les archétypes ?

  • Le héros

C’est l’archétype indispensable à tous les scénarios et il y a autant de héros différents que d’histoires ;o) Le héros est celui qui vit le voyage initiatique. Il fait ce voyage pour se trouver, pour découvrir qui il est. Ce personnage doit, pour pouvoir partir à l’aventure, vivre une rupture avec son monde, les siens etc…C’est au héros que le spectateur va s’identifier. Pour que cela fonctionne il faut que le héros ait des motivations universelles que le spectateur a forcément ressenties un jour : tomber amoureux, se venger, défendre les plus faibles, combattre l’injustice et j’en passe. Mais il faut faire attention à ne pas tomber dans la caricature. Voilà pourquoi il faut que la personnalité de votre héros soit en conflit. Par exemple : s’il est champion de karaté, il peut être timide avec les femmes. S’il est charmeur, il peut être impulsif etc…cette complexité rend votre héros plus crédible mais aussi plus humain et donc facilite l’identification avec le spectateur. Il y a une multitude de héros : héros malgré lui, anti-héros, le héros solitaire etc…Il est aussi possible de fusionner l’archétype du héros avec d’autres archétypes…mais là, c’est une autre histoire ;o)

 

  • Le métamorphe

C’est un archétype un peu particulier car il est là pour que le doute s’installe. C’est un personnage que l’on n’arrive pas à classer. Il peut être bon ou mauvais et parfois les deux. Il prend donc plusieurs formes dans l’histoire, il peut mettre en doute la quête, le héros etc…. C’est le cas typique de personnage qui trahit le héros.

 

  • Le gardien du seuil

L’archétype du gardien est là pour empêcher le héros d’avancer. Il n’est pas un antagoniste. Si je devais faire un parallèle avec les jeux vidéo, le gardien du seuil serait un sous boss de fin de niveau. C’est à dire que pour passer d’un niveau à l’autre il faut que le héros en vienne à bout. Mais le gardien n’est pas forcément un personnage contre le héros. Il peut, suivant vos besoins, devenir un allié. Passer et vaincre les gardiens permet au héros d’évoluer et de vaincre ses névroses, ses peurs…bref tout ce qui l’empêche d’atteindre celui qu’il est vraiment. Le gardien est là pour tester le héros.

archétypes

Tinseltown/ shutterstock

  • Le messager

Ce personnage est là pour annoncer le besoin de partir ou l’arrivée de l’aventure, le besoin de changement. Parfois le messager peut ne pas être un personnage mais un rêve ou un élément.

 

  • L’ombre

Cet archétype va rechercher la défaite du héros. L’ombre peut aussi représenter la part destructrice du héros. L’ombre est représentée par l’antagoniste mais pas que ! Tous les ennemis du héros sont des ombres.

archétypes

catwalker/ shutterstock

  • Le mentor/ La bonne mère

Cet archétype est important pour le héros car c’est lui qui le guide et le conseille.

A chaque fois que je pense au mentor c’est Jiminy Cricket qui me vient en tête. Le mentor est là pour guider le héros. Il a aussi pour rôle d’enseigner au héros les nouvelles règles qui régissent le nouveau monde. Mais attention, le mentor ne prend jamais part au combat (ou très très rarement). Le héros représente aussi ce que le héros doit devenir une fois son voyage terminé. Car souvent le mentor est un ancien héros. Si je prends comme exemple : hunger games, Haymitch Abernathy (woody harrelson) se trouve être le mentor de Catniss Everdeen, mais il est lui-même le vainqueur des jeux. Il est donc le mieux à même à aider et conseiller l’héroïne. Mais attention, le mentor doit laisser le héros affronter « seul » les épreuves. Mais cela ne l’empêche pas aussi d’agir de manière héroïque. Le mentor est aussi une sorte de précepteur, il peut aider le héros à être plus fort, plus intelligent ou bien utiliser ses capacités (will hunting) ou lui montrer ce dont il est capable de contrôler (la force pour luc skywalker).

  • L’allié

Je pense que l’on connait tous cet archétype. Nos scénarios en ont quelques uns ;o) Il a pour but d’assister le héros mais en aucun cas il n’est là pour guider le héros.

 

  • Le trickster

Cet archétype sert au héros à garder les pieds sur terre en lui faisant comprendre que rien n’est gagné. Il est là pour désamorcer une situation trop lourde ou trop dramatique. Le trickster affecte la vie du héros et des autres personnages afin qu’ils se surpassent. Le trickster peut aussi agir de manière héroïque. Vogler parle du trickster comme celui « qui soulage par le comique ».

 

D’autres archétypes existent : La bête amicale, le diable, la terre mère, la tentatrice, la mère et le père.

 

Mais au fond tous ces archétypes se retrouvent (plus ou moins) dans ceux cités ci-dessus. Gardez bien à l’esprit que pour créer des personnages forts il est parfois nécessaire (primordial) de mixer plusieurs archétypes ensemble, ou pour répondre à un besoin de votre histoire.

Vous pouvez avoir un mentor/ ombre, un héros trickster, un allié métamorphe, un gardien allié etc…

 

Vous aurez compris que chaque archétype peut correspondre à un personnage de votre histoire. Vous comprendrez, grâce à chaque résumé en dessous de chaque archétype, comment vous pouvez allouer un mode de fonctionnement qui va définir « le rôle » et la façon d’appréhender les situations pour chacun. Mais au delà d’appréhender tout cela les archétypes vous permettent de savoir quels personnages feront les attractions et les conflits.

Le spectateur percevra inconsciemment les signes des archétypes et permettra une plus facile identification. Vous pourrez alors terminer cette identification grâce aux émotions et aux situations que vous créerez autour d’eux.

Voilà pour l’article sur les archétypes. Laissez-moi un message pour partager vos impressions ou me poser des questions.

Partagez sans compter le blog avec vos réseaux et vos amis. Pour partager l’article il vous suffit de cliquer sur le bouton « Like » en haut de cet article ;o) ainsi que sur le bouton de Google+, bref super facile ;o)

Merci à ceux qui le feront ;o) et qui le font déjà ;o).

Vous pouvez maintenant retourner au plan du site (Onglet Article) pour lire d’autres articles, il vous suffit de cliquer sur le lien.

 

A dimanche prochain, en attendant vivez votre passion à fond.

Tom Weil

 

Voici d’autres articles pur vous aidez à créer vos personnages

Comment trouvez un nom à vos personnages

Comment donner de l’émotion à vos personnages

Voici comment créer vos personnages principaux et secondaires

Comment maitriser l’identification aux personnages

Comment créer vos fiches de personnages

Introduction à l’adaptation d’un livre Partie 1 et 2

L’importance des séquences de la vie quotidienne dans votre scénario

Le point de vue narratif

Combien de temps Dure un court-métrage !

Les 10 étapes pour écrire un film

À PROPOS DE TOM WEIL

Tom Weil

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

33 comments… add one

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.