La logline

 

Vous allez voir, cet article n’est pas très long comparé à la majeure partie des articles sur le blog. A cela il y a deux raisons :

  • Vous allez voir que ce sujet a déjà été abordé (mais aujourd’hui nous allons beaucoup plus loin)
  • Je suis en vacances ;o)

Mais ne vous inquiétez pas. Pour la première raison vous allez tout de même apprendre des choses. Si ce n’est pas le cas vous allez pouvoir réviser…ou vous remettre sur le droit chemin.

Franchement, je suis certain que la plupart d’entre vous passez par cette étape de la logline une fois votre scénario écrit…et je peux vous dire que c’est une IMMENSE Bêtise…cet article est donc indispensable aussi pour vous.

Pour être tout à fait franc avec vous vous allez apprendre des choses (une infime partie) dans cet article que je n’ai partagé qu’avec mes élèves de la formation scénario+

logline

Alors la logline c’est quoi ?

Attention, roulement de tambour…la logline appelée aussi one-liner c’est tout simplement le pitch de votre histoire.

Le pitch c’est votre histoire racontée en quelques mots seulement, maximum deux phrases.

Allez ! Passez tout de suite à cette étape. Vous avez une idée de film ? Vous êtes en ce moment même en pleine écriture d’un scénario, de court, de long ou même de série ? Alors lancez-vous. Prenez un papier et un crayon et écrivez l’idée de votre film en une phrase…maximum deux ! Avec un maximum de 30 mots !

ATTENTION : Ne vous trompez pas avec la Tagline qui est la phrase que vous voyez souvent en dessous d’un titre de film.

Exemple :

  • Rencontre du 3ème type : Nous ne sommes pas seuls (We are not alone)
  • Retour vers le futur 2 : Le retour n’était que le début (Getting was just the beginning)
  • Robocop : « 50% homme. 50% machine. 100% flic. » (Part man. Part machine. All cop)

logline robocop

Vous allez comprendre d’ici peu que la Tagline et la logline n’ont rien à voir l’une avec l’autre.

Bon, je sais déjà qu’une partie d’entre vous se dit :  « pfff ce n’est pas possible, on ne réduit pas 120 pages de scénario en une ou deux phrases ».

Une autre partie se dit : « facile.  Alors c’est l’histoire de… » Et se rend compte qu’elle se perd dans des détails, qu’on ne comprend pas vraiment ce qui va se passer etc…

et pour terminer une dernière partie se dit : « c’est bon, j’ai fait un synopsis, le producteur comprendra de quoi je veux parler…je n’ai pas besoin de logline ou je la ferai vite fait, je connais mon sujet par cœur » (et rejoindra la deuxième catégorie citée plus haut).

Le problème c’est que si vous ne savez pas écrire ce pitch, logline ou one-liner, appelez ça comme vous voulez, et bien cela signifie que le concept, l’idée de votre film n’est pas claire

Une idée pas claire…c’est un film loupé…ou en tous les cas mal vendu…voire pas vendu du tout.

Et si ce n’est pas clair pour vous cela ne peut pas être clair pour votre interlocuteur.

Si vous ne savez pas parler de votre film de manière simple et accrocheuse, comment allez-vous faire face à un producteur que vous pourriez rencontrer ? Ou comment accrocher un producteur ou un financeur potentiel avec votre dossier de production si votre logline fait…4 pages !?

logline

Comment faire un pitch/ logline simple et qui tient la route ?

Voilà la recette, vous devez y mettre :

  • Héros
  • Objectif
  • Antagoniste

Si votre pitch ne contient pas au minimum ces éléments vous êtes foutu.

Amusez-vous à pitcher votre film préféré, vous verrez non seulement que c’est un super exercice pour vous entraîner mais que surtout vous vous habituerez à aller à l’essentiel.

Si nous devions aller plus loin pour comprendre ce qu’il doit y avoir dans votre logline ce serait :

  • Qui
  • Quoi
  • Quand
  • Comment

Les premiers 3 points sont indispensables, mais couplés aux 4 questions ci-dessus vous avez, à coup sûr un concept, une idée : Forte, claire et porteuse.

Le but d’une logline n’est pas de vendre votre scénario, surtout en France et pour un débutant, mais c’est de scotcher votre lecteur ou votre interlocuteur pour en savoir plus. C’est le coup de starter pour qu’il aille plus loin dans la conversation ou dans la lecture du dossier que vous venez de lui remettre.

Parce que je suis très gentil et que je suis en vacances, je veux vous aider à comprendre ce truc bizarre qu’est le pitch/ Logline, Allons donc un peu plus loin.

Voici 8 trucs pour vous aider à écrire votre logline :

Je vous ai déjà donné le 1 et le 2.

  • Qualifiez votre héros, dites qui il est ou ce qu’il est
  • Qualifiez l’antagoniste ou donnez-lui de la profondeur au besoin (s’il y a un antagoniste au but principal)
  • Mettez ou faites comprendre l’enjeu ou mettez un ultimatum
  • Ne révélez rien de la fin (laissez planer le doute)
  • Si votre film ne se passe pas dans notre monde ou un monde qui obéit à d’autres lois vous devez l’indiquer dans votre pitch.
  • Votre héros doit être au centre de l’histoire
  • Ne donnez pas de prénom à votre héros

Si votre Pitch est bien écrit votre interlocuteur doit être transporté. Dans votre pitch on doit sentir le potentiel, vouloir en savoir plus, trouver l’idée géniale et, cerise sur le gâteau, votre interlocuteur ou votre lecteur doit commencer à imaginer l’histoire qu’il y a derrière la phrase qu’il vient de lire ou d’entendre !

logline retour vers le futut affiche us

Pour terminer, je ne vais pas vous laisser comme ça…vous pourriez me prendre pour un menteur ou un donneur de leçon…il est possible de faire une logline d’un film de 2 heures. Je vais donc m’y coller. Pour cela je vais prendre un de mes films préféré : Retour vers le futur.

Logline :

Un adolescent débrouillard est projeté dans le passé où il doit faire se rencontrer ses parents pour ne pas disparaître et rétablir le cours du temps qu’il a changé.

Ce n’est peut-être pas la logline de Zemekis mais elle rassemble bon nombre de points cités plus haut…et en 30 mots s’il vous plait.

Voilà pour l’article sur la : Logline.

Je vous dis à la semaine prochaine. Laissez-moi un commentaire sous cet article pour me dire ce que vous en avez pensé ou si vous avez des questions.

Partagez sans compter le blog avec vos réseaux et vos amis.

Pour partager l’article il vous suffit de cliquer sur le bouton « like » en bas de cet article ;o) ainsi que sur le bouton de Google+.

Merci à ceux qui le feront ;o) et qui le font déjà ;o)

Vous pouvez maintenant retourner au plan du site (Onglet Article) pour lire d’autres articles, il vous suffit de cliquer sur le lien.

Au final j’ai fait aussi long que d’habitude ;o) 

A bientôt,

Tom Weil

 

 

 

À PROPOS DE TOM WEIL

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • Benoit

    Bonjour Tom,

    Merci beaucoup pour l’article et le blog en général, j’apprends énormément grâce à vous !

    J’ai une petite question !

    Dans cet article, vous dites que la logline c’est le pitch de l’histoire.
    Vous dites dans « les 8 trucs pour vous aider à écrire une logline », qu’il ne faut pas donner de prénom au héros.
    Pourtant, dans l’article « Le pitch c’est quoi », dans votre exemple de pitch, vous avez nommé le héros :
    «Et si toute la vie de Mike disparaissait : sa femme, sa famille, son métier, comme si tout ça n’avait jamais existé, …sauf pour Mike qui va tout faire pour retrouver sa vie».

    La logline et le pitch sont-ils vraiment une même et unique chose ?

    J’ai l’impression qu’en fait la logline c’est une phrase qu’écrit le scénariste pour lui-même, pour se guider, savoir où il va lorsqu’il écrit sa continuité dialoguée, alors que le pitch c’est plutôt un paragraphe qu’il écrit pour raconter son histoire à un producteur.
    J’avoue être un peu perdu.

    Pouvez-vous m’éclairer ?
    Merci d’avance.

    Benoit

    • Bonjour Benoit,

      La logline c’est une phrase qui annonce qui est le héros (sans donner de nom) ce qu’il va devoir affronter et ce qui est en jeu. La logline est une accroche commerciale elle est là pour donner envie d’en savoir plus et de lire : le pitch ou le traitement. La logline est là pour attiser l’intérêt d’un producteur que tu rencontres en live par exemple.

      Le pitch est un peu plus long et va un peu plus loin dans l’exposition de l’histoire.

      A bientôt,

      Tom

  • maria

    Bonne fin de journée, Tom,
    * Je l’ai faite  » l’immense bêtise » dont tu parles, à savoir: j’ai écrit le pitch plus concis accrocheur une fois le scénario corrigé par tes soins, ☼) autrement dit presque achevé Mais, au cours de mon écriture, les loglines – et il y en a eu ! – ont changé, ou plutôt ont évolué. Seul, le thème est resté. Au cours de l’histoire et même en écrivant le séquencier, il y a eu enrichissement de l’idée première.
    Tout ça parce que je n’arrivais pas à me dédoubler de mon héros. Et parce que je rêvais toute éveillée ce  » spec-script », que j’ai encore bien du mal à « qualifier » de vraiment personnel. <= On ne fait rien à partir de rien ! Et…on invente rien ! On assemble les pièces d'un puzzle autrement, c'est tout.
    * Je viens d'écrire le pitch de mon 2 ème long : 22 mots, 2 à 3 lignes, avec l'arc transformationnel.
    * Mais…la présentation orale du premier – qui approche – me magne. Alors, j'écris des trucs par ci par là pour l'instant et les garde précieusement au cas où je pourrais écrire ce scénar que je pense plus personnel.
    * Merci encore de tous tes conseils. ☼ )
    * Avec toi et tous, pour le cinéma.
    ☼) maria

  • Cesarum

    Bonjour Tom,

    Merci pour ton blog je l’adore. Toutefois, j’ai une question et je suis un peu perdu.
    J’ai fini mon scénario, je possède mon pitch et ma note d’intention. Lorsque je vais envoyer mon scénario, j’ajouterai dans l’enveloppe le pitch et la note d’intention avec ma carte de visite agrafé dessus.

    Ma question est : est-ce que dans ce dossier Pitch + note d’intention, nous devons y inclure aussi un synopsis ou ce n’est pas la peine ?

    Deuxième question : Je me suis fais faire des cartes de visites pour faire plus professionnel et les agrafer lorsque j’envoie un scénario ou bien pour les distribuer et me vendre en festival. Mais, est-ce que j’ai eu une bonne idée ? Car n’étant qu’amateur, j’ai peur que les personnes en face de moi, les professionnels, me voient comme une personne qui se voit déjà trop beau alors qu’il n’écrit pour l’instant que des scénarios et n’en a proposé aucun à des producteurs pour le moment. 🙁

    Merci d’avance pour ta réponse !

    Cesarum.

    • Bonjour Cesarum,

      Merci pour les compliments ,

      1) oui il faut inclure un synopsis ou un traitement
      2) Avoir une carte de visite c’est toujours mieux. LE truc, c’est quoi mettre dessus ??? Scénariste ? réalisateur ? auteur ? etc…Si tu n’es pas reconnu ou si tu n’as pas d’expérience c’est étrange…et tu ne seras pas pris au sérieux.

      Je pense que tu dois avoir une carte de visite pour les rencontre en live, les rdv etc…mais n’agrafe pas de carte sur un scénario. Il est préférable de mettre ton nom et ton adresse sur la première de couverture.

      Sur la carte de visite pour les rendez-vous n’indique pas de métiers, mais juste ton nom.

      A bientôt,

      Tom

      PS : Un pitch et un nraitmeent ce n’es tua sia mêem chose. En gros un pitch c’est 2 lignes alors qu’un traitement c’est 20 pages.

      • Cesarum

        Bonjour Tom,

        1) D’accord, merci pour ta réponse !

        2) Il est vrai que j’ai déjà crée mes cartes de visites avec écrit dessus : Scénariste / Réalisateur. De toute manière, il ne faut pas voir le mal de partout, je les gardes au chaud si jamais j’arrive à vendre mon scénario, voir si je réalise un court-métrage. 🙂

        A bientôt,

        Cesarum.

  • SEF

    Bonsoir tom pour la pharma j ai du essuyer des dizaines de refus, j ai mouiller la chemise avant d avoir un accord et encore le gerant me dit ok je vous laisse un creneau entre 12h et 13h et seulement le samedi vous me prevenez 15j avant par contre. Il fallait donc prevenir les acteurs present pour la scene plus le preneur de son resultat j ai mit des mois 6 voir plus pour arriver a tourner enfin cette scene de plus elle devait etre de nuit et plus grande, pour arriver au resultat que j avait en tete, c est donc le coup de grace, mais bon premier film, on fait avec on s adapte, je c est que tu connais ca mieux que nous, le prochain sera beaucoup plus simple effectivement, un decors 4 acteurs, le reste ce situe surtout au niveau de l intrigue. pour le son c est vrai j en ai voulut a mort a quentin, un ami venu me depanner sur le tournage mais bon apres coup j ai relativiser sachant qu il est comme moi il y connait pas grand chose au metier du son, malgrer tout je continu d apprendre en esperant m ameliorer sans cesse. Avant le jour ou enfin je ferait un court professionel avec une vrai equipe et un budget.

    • Bonjour SEF,

      Merci pour ce complément d’information ;o) Les aléas des tournages !

      A bientôt,

      Tom

  • SEF

    bonjour Tom.
    merci de ton retour et d’avoir pris le temps de le regarder.

    pour le son j’ai utilisé un micro rodes, je sais pas ce qui s’est passé mais beaucoup de piste n’ont pas été enregistrer, j’ai donc dû composer avec celui du 5D mark II qui est une catastrophe.

    Pareil pour les mouvements, on perd le point a chaque mouvement de personnages.

    Pour les comédiens j’ai eu énormément de mal a les trouver, étant donné que c’est un tournage amateur, et donc pas de budget derrière, j’ai donc parfois dû faire appel à certaines personnes de mon entourage, qui avait au moins une petite expérience de théâtre.

    La lumière, pas de budget pour, au départ on m’a prêté des mandarines, elles étaient vieilles et n’ont pas tenu le coup, j’ai donc fait sans.

    Pour la durée j’ai énormément coupé, je me suis retrouvé avec un film qui aurait pu facilement dépasser les 30 min, j’ai donc sabré au montage et à l’écrit aussi tout ce que je pouvais, pour ne laisser que l’essentiel.

    je t’avouerai une dernière chose je bouillonne d’impatience de faire un vrai court, avec une équipe derrière, et un minimum de budget, je ne désespère pas et vais continuer de plus belle, j’ai déjà terminé l’écriture de mon prochain court.

    encore merci pour ton retour, ton aide et tes encouragements.

    • Bonjour SEF,

      Dés le premier plan je me suis dis : « Houla ». Parce qu’il y a un à-coup…c’est con ! Mais la suite du plan est pas mal, la voiture qui avance sous le pont etc…je me suis dis à ce moment : »tiens c’est pas mal…donne une chance ».

      Le décor de la pharmacie aussi m’a fait rester car je sais combien il peut être difficile d’avoir ce genre de magasin…

      Malheureusement le son met tout à terre…et le point aussi. Il y a des maladresses de raccords aussi parfois, mais ça ne serait pas grave si le son suivait.

      Je sais, mieux que personne, ce que tu à voulu faire et ce que tu as du ressentir lorsque tu t’ai aperçu que le Rode n’avait pas fait son tan, ou que le mec en charge du Rode n’a pas vérifié s’il y avait un signal…

      Après tu as ait ce que tu as pu.

      Je te dis aussi bravo pour le recule que tu as fasses aux critiques que je t’ai fait dans mon premier commentaire…bravo car c’est une preuve de professionnalisme que d’admettre ses erreurs et les points faibles de son travail.

      Franchement il y a de la recherche dans pas mal de plan, on voit que tu tentes de maîtriser ton sujet. J’espère que ton prochain court est plus court, moins compliqué dan la narration. Je sais que c’est souvent les histoires les plus courtes et les plus simples qui m’ont mis à terre !

      Tu sais ce court ou tu te dis : « Putain, c’est tellement simple, pourquoi j’ai pas eu l’idée avant ! » Et au fond de toi, même si l’histoire parait simple, la mettre en scène, monter le projet c’est un truc de fou…et tu apprécies encore plus le travail du réal ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • Kader Aissaoui

    Bonjour Tom et bonnes vacances,
    c’était « ZE » truc qui me manquait pour écrire mon histoire. J’avais tenté d’adapter une histoire biblique à la vie moderne et je me suis perdu en cours de route. Allez, je balance tout à la poubelle et je réécris tout ça.
    Un grand merci pour cet éclairage.

    • Bonjour Kader Aissaoui,

      Merci ;o) Je ne sais pas si tu as vraiment besoin de tout « balancer à la poubelle » comme tu dis ;o)

      Content d’avoir pu aider en tous les cas.

      A bientôt,

      Tom

  • SEF

    bonjour Tom,
    je vient de terminer un court métrage auto-financer, si tu as le temps bien sur,
    j’aimerait avoir ton avis sur le film, il est dispo sur youtube tu tape:
    court métrage sang pour sang avi
    merci, et bonne vacance a toi.

    • Bonjour SEF,

      J’ai tenté de regarder…le son c’est une catastrophe, c’est le son de la caméra…c’est compliqué; De plus il n’y a pas de mixage, le son monte et descend, soit ça hurle, soit on entend rien. Les mouvements ne sont pas géniaux…ça donne un peu mal à la tête et pour finir certains comédiens….ne sont pas des comédiens et ça nous sort de ton film. La lumière est inexistante.

      A près , il y a de bonnes idées. On voit que tu cherches tes axes et à vraiment composer ton image. Tu es ambitieux, pas mal de comédiens, pas mal de plans, de lieux etc…Je trouve dommage que tu te sois lancé sur une durée de presque 17 minutes.

      J’aurai aimé voir un truc plus court, max 10 minutes avec un son, une lumière et des comédiens au top.

      Il y a du potentiel, on sent que tu aimes ça. Maintenant il faut passer à la vitesse supérieur en faisant un film un peu plus pro en gérant tous les aspect de la production d’un film.

      A bientôt,

      Tom

      • maria

        Re, Tom,
        J’aime ta réponse à SEF. Le son, pour moi, a la même importance que l’image, que la lumière. Ça doit se « voir » et s » entendre » dans l’écriture de mon long…et dans le titre !
        Deviendrais-je sourde ? : des films réalisés par des pros me donnent cette douloureuse sensation.
        Après tout, j’ai l’âge. LOL !
        Cordialement de
        ☼) maria

  • Anne Fauchon

    Hello Tom, Excellent comme d’habitude ! merci et profite de ton repos bien mérité 🙂

  • Valaire Fossi

    merci Tom pour cet article sur le pitch. il m’a vraiment interressé et m’a permis de comprendre franck HARO qu je lis actuellement

    • Bonjour Valaire Fossi,

      ça c’est un sacré compliments ! Merci ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • bertrand

    merci tom, je m’appelle bertrand je suis un scenariste en meme temp un acteur, j’ecris des courts metrages de 3 minutes, est ce que on peut faire un pitch d’un court metrage de 3 minutes? merci

    • Bonjour Bertrand,

      C’est un peu plus compliqué mais c’est possible oui.

      A bientôt,

      Tom

      • maria

        Oui, Tom, c’est un peu compliqué pour un court. Le pitch du court écrit pour  » Femmes et Cinéma  » ne se réduirait-il pas au titre que je lui ai donné ? Je peux le rappeler ici:  » Jeune et vieille à la fois ».
        Sinon, merci d’ effacer.
        Un autre court plus long de pros, dont toi: ☼)  » Lundi, CV « . ( Je ne le trouve plus sur You Tube ).
        Ou  » Les phalanges de pierre « , => bien trouvé, non ? ☼)
        Bien cordialement.
        maria

        • Bonjour Maria,

          Non le titre ne suffit pas pour un court, il faut un ptich ;o)

          A bientôt

          Tom

          • maria

            OK, TOM, et merci.
            1) Pourtant, je trouve disproportionnés le nombre de mots dans un long et celui d’un court dans le pitch ! Mais, dans le court, il remplace le synopsis.
            2) Les « combinaisons » de ton article ont été efficaces:
            => J’ai trouvé pour le pitch de mon premier long 2 phrases:
            * Le plus court a 28 mots.
            * Le moyen, 31 mots.
            * Le plus long, 34 mots.
            L’arc transformationnel existe, l’ hameçon pour le désir d’en savoir plus, aussi.
            En plus, ce travail me permet de dominer l’ensemble de ce que je voulais exprimer.
            Évidemment, le fameux pitch avec « si » prend la relève.
            3) Même s’il n’est pas pris dans ma soutenance par la prod’, ce long m’aura fait faire un sacré remue-méninges…grâce à toi. ☼)
            Mais, sans être maso, j’aime ça !
            Cordialement de
            ☼) maria.

    • Henri-Pierre Juguet

      Tiens, ça m’amuse, je vais répondre. Oui, bien sûr, on peut !
      Exemple : un épisode de la Minute Nécessaire de Monsieur Cyclopède, Pierre Desproges, 1982 : « Comment reconnaître la Joconde », durée 1 mn 24 (génériques de début et de fin compris…)
      Pitch : « L’inimitable Monsieur Cyclopède pose une question importante mais jamais posée au sujet du célèbre tableau. Ne pas s’inquiéter si intervient un vélo. » (22 mots, 148 caractères)

      Il y a une astuce dans cet ultra-court : La question de Desproges n’est pas exactement celle du titre. éh éh. C’était un rusé !!! Ce pitch au-dessus pose la question de la question, et ma phrase est plutôt surréaliste comme l’est le clip de Desproges. Il est aussi plus court que la plupart, ce qui correspond bien au format de la Minute.
      Donc, mon cher Bertrand : si on peut faire un pitch sur un film de 1.24, on peut en faire un sur un film de 3 minutes !
      Si mon post peur servir à quelque chose…

  • Abdelkader Benaricha

    Merci encore à vous Tom, C’est toujours un bon travail de votre part et que de bons conseils; Vous idées et vos précieux notes devront être initiés dans une grande école de cinéma.vous savez rendre le compliqué plus accessible et simple à saisir et c’est déjà beau..Bravo!

    • Bonjour Abdelkader Benaricha,

      Merci pour les compliments ;o)

      A bientôt,

      Tom

      PS : N’hésite pas à partager le blog autour de toi ;o)

  • Cédric Clap

    Yeah super, merci Tom.
    Halala…le pitch, exercice difficile à chaque fois, suis en train de bosser le miens actuellement. ; )

    Bonne vacance

  • Henri-Pierre Juguet

    Salut Tom ! C’est sympa de penser à nous pendant tes vacances. Ah, la Bretagne… Ma famille l’a quittée il y a 200 ans pour aller vivre dans le petit pays d’à-côté qui s’appelle la France (sympa aussi…)
    Cet article m’a amusé. Je me suis piqué au jeu, et voici quelques exercices (pour rire, je fais pas une tentative pour suivre gratuitement le cours, hein ? 😉

    RETOUR VERS LE FUTUR
    (31 mots, 175 caractères)
    Et si ses parents ne se rencontraient pas ? Pour éviter cette catastrophe qui l’empêcherait d’exister, un ado suit un vieux savant fou dans sa voiture à voyager dans le temps.

    (31 mots, 162 caractères)
    Avec sa voiture à voyager dans le temps, un bonhomme génial aide un ado à ce que ses parents soient les meilleurs du monde… et n’oublient pas de se rencontrer !

    (30 mots, 172 caractères)
    Une voiture à voyager dans le temps, un bonhomme farfelu, et un ado ami du bonhomme qui veut intervenir dans la jeunesse de ses parents pour qu’ils soient meilleurs encore.

    LE CORBEAU (Clouzot)
    (32 mots, 206 caractères)
    Epris de justice mais rebelle à l’amour, un médecin plein de mystère est confronté aux médisances et aux dénonciations dans une petite ville. Laquelle des deux femmes qu’il côtoie emportera-t-elle son coeur ?

    LES GRANDS DUCS (Patrice Leconte)
    (31 mots, 190 caractères)
    Trois vieux cabots d’acteurs à la ramasse envahissent la tournée d’une troupe de théâtre de boulevard, sur fond d’escroquerie à l’assurance. Et si le chemin de Guingamp les menait à Broadway ?

    BIENVENUE CHEZ LES CHTI (Danny Boon)
    (26 mots, 164 caractères) (bon, celui-là ressortit plutôt à la critique, c’est vrai)
    Le Sud, le Nord, le Sud, le soleil pas toujours où on l’attend. Une aventure humaine dans le rire, l’autodérision, et des personnages émouvants, hilarants, humains.

    (31 mots, 201 caractères)
    Par mesure disciplinaire un postier du Sud est envoyé dans le Nord. Loin de rencontrer l’enfer il découvre un monde hilarant d’amitié, de rires, d’autodérision. Que croyez-vous qu’il fera en repartant ?

    Bon, on peut faire mieux, certes, mais c’est juste « à la volée » !
    Bon dimanche à toi et à tous !!

    • maria

      Coucou, Henri-Pierre !
      « À la volée » ? T’es entraîné à faire cet exercice ! T’es qui dans le domaine du cinéma ? Déjà, tu voulais écrire sur les dialogues.
      Une remarque en passant : Tom nous donne ce cours gratos !
      Bien cordialement de
      ☼) maria

      • Henri-Pierre Juguet

        Bonjour Maria,
        Ben oui, à la volée… Et oui, je suis entraîné à écrire ! ça fait plus de 50 ans que j’écris, avec plus ou moins de bonheur. Et aussi dans le cadre de ma profession. Et j’adore ça !! Et ça fait plus de 40 ans que je suis un artiste professionnel (même modestement), ça donne un certain entraînement…. Mais je ne vais pas faire ici ma pub, ce n’est pas l’endroit.
        Ce que je suis dans le cinéma ? à peu près pas grand chose ! lol Mais un gros passionné.
        J’ai passé toute ma vie à créer. Dans la musique, la photo, la littérature ou les arts graphiques. Mais dans le cinéma (et accessoires) je suis débutant. Perchman sur un long fait par des pros mais à très très petits moyens il y a 30 ans puis, depuis quelques années, quelques courts « à l’arrache » seul ou avec ma fille (qui a fait des études d’audiovisuel à Angoulême, un bon endroit) et dernièrement j’ai réalisé toujours avec ma fille un court-métrage de fiction (en cours de montage). Nous avions tout de même une petite équipe. Et en tout, avec les bénévoles, il devrait y avoir plus de 100 noms au générique !
        Par contre je n’ai pas l’impression de faire quelque chose totalement en dehors de ma sphère : c’est juste que je change de crayon : papier à musique, traitement de texte, brosses-pinceaux-et-couleurs, et maintenant l’image-qui-bouge… différents crayons !
        Donc tu vois : pas grand chose…. mais ça va venir !
        Pour ce que je voulais dire sur les dialogues… euh… j’ai grande honte ! je ne l’ai pas encore fait. Merci de me remettre ça en mémoire.
        Et pour le blog de Tom et tout ce qu’il nous apprend : ben oui, il a la grande grande gentillesse de partager gratuitement ! Mais comme les artistes et les techniciens mangent tous les jours (si si ! ) il a eu l’idée excellente d’ouvrir des cours, cette fois payant. (il a l’air costaud, il faut bien qu’il mange, et qu’il mange bien ! ). Comme Tom est généreux il y pratique des prix largement au-dessous de ce qui est proposé la plupart du temps. Ma réflexion c’est que je ne voulais pas donner l’impression de profiter du cours payant (les conseils personnalisés et tout) dans le « cours gratuit » (le blog). Blog sur lequel j’ai appris des milliers de choses d’ailleurs !

        Et pour répondre à Babylon Slave (bonjour bonjour) : mais c’est pas une punition d’aller en vacances dans les Côtes d’Armor !!! Surtout dans le Trégor !! pffff ! au contraire ! 😉 😉 Allez, sans rancune… mdr

        Voilà, chère Maria. Je ne sais pas si je réponds à tes questions. En tout cas c’est toujours un plaisir de discuter avec toi, une des plus fidèles ici. Je suis régulièrement tout ce que tu postes, même si je ne poste pas grand chose moi-même.
        Amitiés à toi, à Tom, et à tous !!!

        • maria

          ☼) Merci, Henri-Pierre de ces renseignements sur ton parcours, intéressant, et riche.
          Je ne « raisonne » le cinéma que depuis si peu de temps, avec un si grand retard. Jusque-là, je le « vivais » autrement, plus avec mes sensations et mes sentiments, côté spectatrice.
          L’art, même si je ne le pratique pas, est mon univers. Le septième – c’était mon objectif – est arrivé dans ma vie avec ce blog.
          Amicalement à toi, à tous et à Tom, auquel je dois beaucoup d’enrichissement.
          ☼) maria.

          • Henri-Pierre Juguet

            Merci de tes encouragements.
            Je reviens sur ce que disait Tom. Il y a une chose qui est absolument essentielle : pour rédiger le pitch il est totalement indispensable d’avoir compris ce que l’on fait (raconte, etc…), comment on le fait, et pourquoi on le fait. Dans ses travaux à soi ou dans le film d’un autre. Et ceci est valable pour le cinéma, la littérature, la peinture, etc… Tom a raison, il est IMPOSSIBLE de mener quelque chose à bien sans raisonner sur ce qu’on fait, sans ligne directrice, sans un « projet » artistique (narratif, etc…). Et c’est indispensable même dans un documentaire sans personnages !
            Une astuce : sortir de soi (au figuré, hein !) et se mettre à la place de quelqu’un d’autre qui observerait ce qu’on fait (raconte, montre, etc…) . C’est très très productif !

          • Bonjour Henri-Pierre,

            Tout à fait d’accord. Une autre chose, il faut tester ! Tester son pitch sur des victimes et observer leurs réactions…et ajuster le pitch en fonction.

            A bientôt,

            Tom

          • Henri-Pierre Juguet

            J’adore le coup des victimes !! mdr
            C’est exactement ça !
            Et l’exercice que tu proposais de le faire pour des films connus est excellent.

        • Abdelkader Benaricha

          You are welcome Henri-Pierre, En lisant vos mots , On est tout simplement devant un artiste , un passionné , quelqu’un qui aime donner et partager les belles choses avec les autres .C’est un plaisir de vous lire et de vous dire que pour etre dans le monde du cinéma , il faut d’abord être un artiste , un passionné peu importe son statut.

          • Henri-Pierre Juguet

            Merci, c’est gentil. J’essaye juste de partager le peu que je connais.

        • Bonjour Henri-Pierre,

          Oui je suis costaud…et je mange bien ;o)

          Il va falloir que tu nous montres le film de ta fille un de ces 4 ;o) Teaser, trailer….enfin un truc quoi ;o)

          Oui je te confirme que nous avons (nous les techniciens) aussi besoin de manger. Je pense que la formule gratuit sur le blog et cours payant plus pointus et une bonne formule ;o)

          Malgré tout elle ne me convient pas encore. Je pense à une autre formule permettant encore au plus grand nombre de profiter des infos sur ces cours payant…work in progress ;o)

          A bientôt,

          Tom

          • Henri-Pierre Juguet

            Salut Tom.
            Alors tu ne pleures pas trop ? C’est dur de quitter la Bretagne hein ? 😉
            Le « film de ma fille » (Anne) est en fait mon film (Ecriture, réalisation, bande son). Anne a été ma très précieuse 1ère assistante. En fait on fait des « bricoles » vidéo ensemble depuis plusieurs années. Tamanoir est le film de Anne et Henri-Pierre Juguet (on signe à deux, comme Lennon et McCartney, yeah !!). Moi je suis plutôt autodidacte et Anne a étudié. On fait, je pense, une bonne équipe.
            Pour l’instant Tamanoir n’est pas fini de monter, je suis (ce matin par exemple, pendant que je reçois ta réponse) en train de composer la bande-son. Et il reste voix off, des enregistrements, le mixage, l’étalonnage, le générique, etc…. Tu connais. Et pas les sous pour tout… Aïe aïe ! Mais on va le faire, zéro doute !
            Alors promis, dès que c’est prêt : on en fait profiter ! Et si c’est pas aussi réussi qu’il le faudrait : on fera mieux la prochaine fois. C’est le premier truc avec un peu d’envergure qu’on fait.
            Pour ce qui concerne blog et cours : oui, je trouve aussi que c’est une bonne formule. Toute ma vie j’ai été confronté au « Mais vous faites ça pour le plaisir ! »… (ce qui se traduit par : « on ne voit pas pourquoi on vous paierait »…) Ben oui, mais ça n’empêche pas de gagner un peu d’argent ! Un boucher qui adore son métier, ou un commercial, on lui proposerait de bosser gratuitement ? Ah là là !

          • Bonjour Henri-Pierre,

            Bon courage pour la fin de la post-prod. N’hésite pas à me montrer des images quand tu pourras.

            A bientôt,

            Tom

          • Henri-Pierre Juguet

            Promis !
            merci

  • maria

    Bonnes vacances TOM, ☼) et merci de penser à tes « élèves ».
    Article super.
    * J’ai rédigé le pitch de mon scénar en 3 lignes et 2 phrases (commençant par le fameux « si » ….) mais c’est plus pour l’oral. Je m’en vais rédiger une autre logline, spécialement pour l’écrit. Il n’est jamais trop tard.
    * Pour le second long, je l’attaque d’entrée.
    J’en ai rédigé une mais je vais vérifier car le nom de l’héroïne apparaît.
    * T’es où? Au soleil ?
    * Pour nous, l’ambiance, c’est le soleil « tamisé » normand (!).
    *Bonnes vacances à toi et à tous.
    Encore merci. Bien cordialement de
    ☼ ) maria.

    • Bonjour Maria,

      Je suis à côté de Lannion (côte d’Armor). Je serai à Majorque d’ici une semaine…là il fera un peu plus chaud. Enfin je dis ça et pour le moment il fait super chaud ici.

      A bientôt,

      Tom

      • Babylon Slave

        des vacances en Bretagne? T’es puni? t’as dû faire une grosse bêtise!

        bonne vacances en tout cas reviens nous vite

        • Bonjour Babylone Slave,

          Ahahahaha non ! Enfin je ne crois pas…bon je dois t’avouer que j’ai eu 2 jours de soleil sur 5…tu m’as porté la poisse ;o)

          A bientôt,

          Tom

          • Henri-Pierre Juguet

            pourtant, comme me le disait un jour un marin de Roscoff, l’eau est toujours à 25°
            12 le matin et 13 l’après-midi….

          • Bonjour Henri-Pierre,

            Ahahahahahah c’est tout à fait ça !

            A bientôt,

            Tom

      • maria

        Bonjour Tom,
        Qu’elle est belle, la côte bretonne ! Que ces quelques jours t’apportent ce que tu lui demandes ! ( pas une punition, dixit Babylon ). J’ai lu ton article directement sans passer par mon courriel.
        Majorque…j’ai visionné un superbe film tourné là-bas, haut en couleurs. Mais, j’oubliais…tu es daltonien, lol !
        En Normandie, ça caille les nuits comme celles d’ automne, sans chauffage, même si le jour, ♪ le soleil donne ♪ !
        Parler du temps qu’il fait, c’est du domaine du monde quotidien, une récré en somme. Quant au temps qui, du futur, retourne vers le passé et transforme le cours des choses, c’est du cinéma, du beau cinéma !
        Bien cordialement de
        ☼) maria
        PS. Pour le pitch de mon premier scénar, j’ai écrit le prénom de mon héros. => Grâce à tes précieux conseils, j’écris son métier et ça change beaucoup de choses: merci !

        • Bonjour Maria,

          Côte d’armor, proche de Perros ;o)

          Heureux d’avoir pu t’aider ;o)

          A bientôt,, et bonne vacances en Normandie,

          Tom

          • maria

            Presque bonsoir, Tom, et tous,
            La Bretagne, nous y allons souvent.
            Lannion, Perros…je connais.
            L’an passé, nous avons pu passer 2 semaines près de Lorient.
            Landrélec aussi, dans le 22. Je t’assure qu’on n’y sent pas le moisi, là-haut, lol
            Nous sommes de retour de Normandie, à l’instant.
            Il fait meilleur ici, mais nous n’avons plus le pittoresque des bords de la Manche, ni les poissons et crustacés vendus directement par les femmes des pêcheurs !
            Du coup, ça me fait penser à ce que Henri-Pierre dit de ton solide appétit ! Si tu savais, j’avais 4 hommes et des costauds comme toi à nourrir ! J’ai toujours pris du plaisir à les gâter !
            Mais c’est hors cinéma.
            Profite bien de ton séjour à Majorque, du dépaysement et de la chaleur.
            Cordialement de
            ☼) maria

          • Bonsoir Maria,

            Mes grands-parents sont proches de Lannion que je connais très bien. 3 jours de pluies sur 5…mais le soleil était ailleurs ;o)

            Passe de bonnes vacances,

            Tom

          • maria

            Oui, Tom,
            Souvent, sans qu’ils en soient conscients et qu’ils ne le fassent pas dans cette intention, les grands parents illuminent la vie de leur descendance. ☼) Il y aura un peu de ça, dans mon futur scénar. Ils sont des mentors, des guides. ( Je ne pense pas à moi, mais aux grands-parents paternels de mes fils, morts à présent ).
            Bien cordialement de
            ☼) maria.

          • Absolument ;o)