le steadicam, partie 2

le steadicam, une sacré invention

partie 2

 

Aussitôt dit, aussitôt fait, voici la deuxième partie de l’article sur le steadicam. Dans cette 2 ème partie je continue à vous expliquer ce qu’est le steadicam.

Je vous expliquais en fin du premier article que le choix du steadicam dépendait de ce que vous vouliez raconter avec votre réalisation. Mais il faut savoir que le steadicam n’est pas un outil sans contrainte.

Inconvénients du steadicam :

Même si le steadicam est une invention et un outil incroyable il a des inconvénients et par des moindres.

Tout d’abord tout le monde ne peut pas se servir d’un steadicam !

Le poids !

le steadycam

Alexander Lukatskiy/ shutterstock

 

le steadicam peut accueillir des caméras allant de 1 kilo à 50 kilos ! Je vous laisse imaginer courir ou marcher avec ce poids là et faire des dizaines de prises. Il ne faut pas être un athlète de haut niveau mais vous devez tout de même être en bonne condition physique.

Steadicamer, un métier !

Je crois que le point le plus important et la raison majeure pour laquelle tout le monde ne peut pas se servir d’un steadicam c’est que c’est un métier !

Être steadicamer est complexe et demande une précision hors norme. Certes un opérateur steadicam doit avoir une bonne condition physique mais il doit maîtriser son steadicam comme personne. Il doit le connaître par cœur et le point le plus important c’est qu’il doit avoir une fibre artistique incroyable !

Une fibre artistique ?? Oui ! Le steadicamer doit être force de proposition dans le cadrage et les mouvements qu’il peut offrir grâce à son outil. Il est le seul à savoir ce qu’il peut ou ne peut pas faire. Le steadicam et l’opérateur sont là pour que le plan soit beau mais surtout pour retranscrire parfaitement ce que le réalisateur veut dire. Il faut donc que le steadicamer sache donner au réalisateur ce qu’il souhaite ;o)

Et le point alors ?

Bon maintenant que vous savez qu’un steadicam fonctionne grâce à un équilibrage complexe et une grande maîtrise de la part du steadicamer, une question devrait vous brûler les lèvres….non ?…toujours rien….comment fait t-on le point ?!

Le point…vous savez c’est rendre le personnage filmé net. Lorsque l’on tourne un film ou un téléfilm (et un court métrage aussi ;o)) on ne travaille pas en auto focus pour éviter des flous ou des changements de lumières non maîtrisés. On fait donc le point manuellement.

Mais alors comment le steadicamer peut-il faire le point en ayant les deux mains prises ? Bon c’est un faux problème car sur un steadicam ou une caméra sur pied ce n’est pas le cadreur qui fait le point mais le 1 er assistant caméra (ou le pointeur).

Donc je repose ma question : comment fait le 1er assistant caméra pour faire le point ? Il court à côté de la caméra tentant de tourner la bague de mise au point au petit bonheur la chance ?

Évidemment que non ;o) La moindre intervention sur le steadicam pendant la prise le déstabiliserait. En fait, le haut du steadicam est muni d’un moteur de pointHF (sans fil, remote control)) ainsi que d’un émetteur vidéo HF (sans fil). Vous imaginez un câble vidéo relié au steadicam, lol, ce n’est pas possible ! Donc tout est HF. Comme tous les équipements de ce type, cela a un coût !

Le pointeur repère le parcours du steadicam et prend les points à différents endroits puis reporte les mesures sur sa bague de point HF. Lorsque le steadicamer passe d’une mesure à l’autre le pointeur tourne la bague pour que le personnage suivi soit toujours net.

Un steadicam combien ça coûte ?

le steadycam

Africa Studio/ shutterstock

Alors…autant vous le dire tout de suite un steadicam  ce n’est pas donné !

Il faut que vous comptiez 35 000 euros ! Oui vous avez bien lu ! Là je parle d’un modèle pro comme l’ultra 2.  A cela vous devez évidemment ajouter quelques accessoires qui vont de 200 euros à 10 000 euros. Pour tout dire un set complet pour avoir un stead digne de ce nom va vous coûter pas loin des 50 000 à 90 000 euros ! selon le modèle.

Allo ?! Vous êtes toujours là ?!

Je vous met le PDF en lien pour que vous puissiez regarder : http://www.tiffen.com/userimages2/Steadicam/Ultra2.pdf

 

En revanche, aujourd’hui il existe un autre type de steadicam que je qualifierai de semi-pro.

Il faut compter entre 6000 et 8000 euros,  type : aigle. Pour vous montrer que je ne vous mens pas je vous mets aussi le lien du site ;o) :

http://www.laigleparis.fr/english-chd.htm#tarifs

Comme vous avez pu le voir avec le lien ci-dessus il existe plusieurs choix de « pack » comprenant la vest, le sled, l’arm, la station d’équilibrage, moniteur sac de transport, cage low mode  etc..

Autant dire que ce n’est pas non plus à la portée de toutes les bourses. Ce prix bien évidemment ne comprend pas la caméra !!!!

Et à la location ?

Si vous souhaitez louer le steadicam dites vous que vous allez aussi devoir louer l’opérateur qui va avec !

Un steadicam se loue pour les versions semi pro « c’est une moyenne » entre 200 euros et 400 euros en fonction du type de steadicam et des ses accessoires par jour de tournage. A cela vous devez ajouter 400 euros pour l’opérateur (le cadreur).

Pour terminer dites vous que le steadicam vous permet toutes sortes de folies…de liberté si vous préférez car vous pouvez le coupler avec d’autres systèmes afin d’avoir des plans de fou.

Je vais vous mettre en lien une vidéo de l’Eurovision. Oui bon ce n’est pas ma tasse de thé mais ce que l’opérateur steadicam a fait sur une des chansons est vraiment incroyable. Je ne vais pas vous mentir mais en regardant ce plan je me suis demandé comment il avait fait ! Regardez la vidéo jusqu’au bout, vous allez être bluffé.

 

Pour vous prouver que ce n’est pas un fake (faux) je vous mets une deuxième vidéo.

 

Voilà pour cette deuxième et dernière partie sur le steadicam. Cet article m’a donné l’idée d’un autre article qui devrait vous intéresser…vous passionner peut être ;o) : le gidecam et ses copains…qui est en ligne depuis 2 semaines.

J’espère que cet article sur : le steadicam vous a plu.

Merci encore à vous tous ;o) Je vous l’ai déjà dit dans la première partie mais encore merci pour votre amour du cinéma, de l’écriture et de la réalisation.

N’hésitez pas à me laisser un commentaire au bas de cet article. N’oubliez pas que si vous souhaitez me faire lire vos œuvres, vous devez me laisser une demande dans l’onglet : contact.

Vous pouvez maintenant retourner au plan du site (Onglet Article) pour lire d’autres articles, il vous suffit de cliquer sur le lien.

A bientôt,

Tom

À PROPOS DE TOM WEIL

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • Lilas Roble

    IMPRESSIONNANT !

    c’est seulement le premier mot qui me vient à l’esprit.

    Merci encore pour tes précieux conseils, tes articles me passionnent. C’est toujours intéressante de savoir les techniques du cinéma, et tu nous dévoile comment font les pros.

    MERCI ! ! ! ^_^

    je vais tourner prochainement un court-métrage, et ce savoir que nous transmet à travers tes rubriques m’aide beaucoup à ne pas avoir  »l’appréhension » ( je ne sais pas vraiment comment dire : sauter dans l’inconnu ?! ) de tourner.

    Bon courage
    Continue ce site car c’est très précieux !
    Bien à toi

    Lilas Roble
    ( si tu vois un jour le nom Elisabeth Robin apparaître dans un générique, c’est moi ! ;o)

    • Bonsoir Lilas Roble,

      Merci pour ce gentil message. Je suis toujours touché de voir que mes articles et mon expérience aident les autres. Je serai heureux de voir ton nom sur un générique 😉

      N’hésite pas à partager ton film ici une fois qu’il sera terminé.

      A bientôt,

      Tom

  • Lilas Roble

    IMPRESSIONNANT !

    c’est seulement le premier mot qui me vient à l’esprit.

    Merci encore pour tes précieux conseils, tes articles me passionnent. C’est toujours intéressante de savoir les techniques du cinéma, et tu nous dévoile comment font les pros.

    MERCI ! ! ! ^_^

    je vais tourner prochainement un court-métrage, et ce savoir que nous transmet à travers tes rubriques m’aide beaucoup à ne pas avoir  »l’appréhension » ( je ne sais pas vraiment comment dire : sauter dans l’inconnu ?! ) de tourner.

    Bon courage
    Continue ce site car c’est très précieux !
    Bien à toi

    Lilas Roble
    ( si tu vois un jour le nom Elisabeth Robin apparaître dans un générique, c’est moi ! ;o)