Le séquencier, Ecrire un court-métrage Partie V

Le séquencier

 

Aujourd’hui nous allons aborder le séquencier. Bien ! Depuis maintenant quelques semaines, nous avons défini un certain nombre de choses en ce qui concerne votre personnage. Nous savons qui il est, nous connaissons son objectif, nous avons défini les obstacles, les alliés et ses ennemis. Nous connaissons aussi les 12 étapes du voyages du héros, c’est-à-dire les 12 moments clés de votre histoire

Nous allons donc passer au séquencier : Le séquencier Késaco ?

Si vous n’avez pas lu « Mise en pratique du voyage du héros » qui vous explique comment agencer les séquences clés de votre scénario, je vous conseille d’aller y jeter un oeil dès à présent ;o)

Une fois que vos 12 séquences sont définies, il vous faudra assurément en créer d’autres que vous intercalerez entre chaque point de passage, bien évidemment en fonction des besoins de votre scénario. Car si votre court-métrage fait 3 minutes, vous n’allez pas pouvoir intercaler 24 autres séquences….  Une fois que cela est fait, il ne vous « reste » plus qu’à développer chacun de ces points.

Exemple :

Séquence 1 : Int – Supermarché/ caisse n°12 – Jour

Une jeune femme dépose les articles de son panier sur le tapis roulant. Elle porte son bébé, accroché sur le ventre . L’homme devant elle, finit de payer. La caissière lui dit au revoir et se tourne vers la jeune maman avec un sourire et un grand bonjour.

Le sourire de la caissière s’estompe rapidement pour laisser place à l’effroi.

Séquence 2 : Int – Poste de sécurité – Jour

Arthur regarde les écrans de contrôle. Les clients du supermarché vont et viennent sans se douter qu’Arthur épie leurs faits et gestes. Quelque chose attire son œil. Il prend le joystick dans une de ses mains et zoom sur la caisse numéro 12 : celle où se trouve la jeune maman et son bébé. Arthur saisit son talkie walkie. Il appelle Louis, son collègue, qui se trouve en magasin. Arthur le cherche sur l’écran mais ne le trouve pas. Louis lui dit qu’il est au rayon surgelés. Arthur appuie sur les boutons de commande des caméras et affiche le rayon surgelés, Louis apparaît. Arthur envoie Louis voir ce qu’il se passe à la caisse n°12.

Séquence 3 : Int – Supermarché/ caisse n°12

Etc…

Comme vous pouvez le voir dans cet exemple, le séquencier est simplement le résumé de chaque séquence. On y décrit ce qui s’y passe et ce qui s’y dit. Et tout cela, toujours au présent et SURTOUT SANS RENTRER DANS LES DETAILS comme si chacune d’entre elles était un scénario. Il faut définir son héros (personnage), l’élément déclencheur, l’obstacle ou le conflit ainsi que sa résolution (c’est-à- dire, le lien qui va faire que nous passons logiquement d’une séquence à l’autre).

Le séquencier va vous permettre de voir très rapidement, sans vous encombrer de détails de dialogues ou de détails tout court, si vos séquences s’enchaînent normalement (logiquement). Mais surtout de bien définir l’action, chaque obstacle, du plus petit incident au plus grand, pour que votre histoire gagne en intensité.

Cela vous permettra aussi de vite vous apercevoir que parfois vous avez pensé à une séquence que vous trouviez « sympa », « jolie » etc…et qui au fond, n’apporte rien à l’histoire. Ne perdez jamais de vue que vous devez être efficace. Vous pouvez ajouter un moment de poésie, de comédie, de calme, mais ces moments doivent servir votre histoire et non pas à combler des trous.

le séquencier

diecidodici/ shutterstock

Je vous entends d’ici « qu’est-ce qu’il me raconte ? »

Je vais donc essayer d’être encore plus clair. Il est important d’avoir des moments comme ceux-là dans un film, qu’ils soient courts ou longs,  car ils nous permettent de reprendre  notre souffle ou de renforcer une scène. Prenez le dîner de cons par exemple :  lorsque Menaud dit à Pinion (Villeret) qu’il passe la nuit avec la femme de Cheval (Prévost) et non avec la femme de Brochant (Lhermite) et que Pinion raccroche. Juste après l’appel que Cheval passe à Menaud est une pause. Elle contraste le bonheur de Brochant qui n’est pas cocu grâce au désarroi de Cheval. Elle renforce aussi le côté « Boulet » de Pinion, car même s’il a réussi sa mission en rassurant Brochant (Lhermitte), il met son autre ami Cheval(Prévost) dans l’embarras. C’est une pause dans l’histoire car ni Pinion, ni Brochant, ni juste Leblanc ne sont impliqués. De plus, ce rebondissement permet à Brochant de se débarasser du contrôleur fiscal un peu trop fouineur.

N’oubliez pas de reporter sur la timeline toutes les séquences que vous ajoutez ou de les retirer de la timeline si vous en supprimez. De cette manière, la timeline restera toujours votre référence en un coup d’œil.

ATTENTION : Il est important de ne pas créer une sous-timeline pour chaque personnage si celle-ci n’a pas d’incidence sur l’histoire de votre héros.

Par exemple : L’homme qui paie juste avant la jeune maman et son bébé n’est pas un personnage, c’est un figurant ! donc il n’a pas besoin d’apparaître.

RAPPEL: chaque séquence doit avoir son personnage central, ses conflits, ses contraintes et ainsi servir et s’imbriquer dans l’histoire générale.

RAPPEL 2 : la présentation de chaque séquence est comme suit :

N° de la séquence : Intérieur ou extérieur – Le lieu – L’effet (jour/Nuit)

Exemple :

Séquence 1 : Int- Supermarché – Jour

Bon courage à tous, n’hésitez pas à laisser vos commentaires si vous avez des questions ou si vous n’avez pas compris quelque chose. Je suis là pour vous aider. ;o)

A Bientôt

Tom Weil

À PROPOS DE TOM WEIL

Tom

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

145 comments… add one

Leave a Comment