Le FlashBack

 

Cette semaine nous allons voir ce qu’est le Flashback, à quoi il sert et ce qu’il peut raconter. Je vais aussi vous donner un exemple concret avec une technique scénaristique pour introduire un Flashback et un exemple concret avec une technique scénaristique pour sortir d’un Flashback afin que vous puissiez comprendre, et si vous le souhaitez, reproduire la même chose dans votre scénario.

Ce n’est qu’un exemple…comme vous le verrez le Flashback et son utilité ont de multiples possibilités.

Encore un terme anglophone…le Flashback…oui je sais.  Pour franciser nous devrions dire : Analepse…Sauf que pour la plupart des personnes qui vous liront, soit :

–       Ils ne sauront pas de quoi vous parlez

–       Ou bien ils penseront que vous ne connaissez pas les codes de l’écriture scénaristique.

–       Même chose si vous décidez d’employer : retour en arrière.

Vous l’aurez donc compris, au delà d’être un anglicisme, employer le mot Flashback c’est surtout un code d’écriture.

Si vous avez lu : « comment présenter un scénario », vous savez qu’un scénario s’écrit au présent, on ne peut pas se servir d’un autre temps. C’est pourquoi le Flashback a été inventé car il nous permet d’écrire une scène passée… au présent. C’est un outil important.

Même s’il est vrai que depuis quelques années on peut entendre dire que le Flashback est « as been ».

Un Flashback c’est quoi ?

C’est un moment qui n’appartient pas à l’histoire mais qui apporte des précisions à celle –ci.

Je m’explique :

Dans un scénario il faut être concis, précis, pour que la trame de l’histoire soit cohérente et surtout quelle ne s’étale pas sur la longueur. Souvent en tant qu’auteur nous n’avons pas le temps d’expliquer certaines choses indispensables à la narration et à la compréhension sous peine d’être trop long. Et oui ! On ne peut pas tout raconter. Si votre histoire raconte le parcours d’un tueur en série et que ce qu’il est devenu est dû à son enfance, vous n’allez pas raconter toute sa vie !!! Pourtant ce sont des éléments indispensables à la compréhension du personnage.

C’est pour cette raison que le Flashback existe. C’est un élément passé que l’on intégre au présent : à notre Timeline. Bien maîtrisé, il permet de faire comprendre aux spectateurs qu’ils sont projetés dans le passé.

On peut l’utiliser pour faire passer différentes informations :

–       Donner des informations sur le passé d’un personnage qui servira à mieux comprendre la psychologie, le passé du héros. (Citizen Kane)

–       Dévoiler le tueur ou comment s’est déroulé un meurtre (pour un policier, thriller)

–       Raconter tout le film ou une grosse partie. (Le pacte des loups)

Il y a aussi d’autres outils qui permettent de jouer différemment avec la timeline. La ligne de temps peut être tordue voire dédoublée, c’est à dire que grâce au Flashback on peut inclure le passé dans le présent. Il existe aussi le Flashforward qui est un bond dans le futur. Si vous avez eu l’occasion de voir la série « Flashforward » cette technique ne vous est pas inconnue. Elle est aussi utilisée dans la série Lost ou dans l’armée des 12 singes.

Si vous ne connaissez pas la série Flashforward voici le trailer (bande annonce en vostfr)

httpvh://youtu.be/kVONTQq99_Y

Si vous voulez profiter des prix de notre partenaire…:o)

 

Le troisième outil à votre disposition, pour tordre la ligne du temps, c’est le Flash sideway qui est le doublement de la ligne de temps, créant ainsi une réalité parallèle (monde parallèle) comme dans sliding doors (pile ou face). Pour faire simple le Flash sideway (ou réalité alternative) est une scène A et une scène B qui se déroulent au même moment.

Voilà la bande annonce de Sliding doors (pile ou face) pour que vous compreniez comment fonctionne cet outil qu’est le Flash sideway.

httpvh://youtu.be/ZVE5x1-snwo

Si vous voulez profiter des prix de notre partenaire…:o)

 

Mais la série emblématique pour avoir utilisé ces trois techniques en même temps, du moins sur différentes saisons…a été LOST.

Si vous voulez vous refaire l’intégralité de la série c’est ici.

Les outils :

–       Flashback

–       Flashforward

–       Flash sideway

 

En ce qui concerne le Flahsforward et Flash sideway, si vous en émettez le souhait je ferai un article pour expliquer chacun d’eux dans le détail en vous donnant aussi un exemple technique concret. De cette manière vous comprendrez aussi le cheminement qu’a le spectateur en fonction de la technique que vous utiliserez.

flashback

megainarmy/ shutterstock

Comment les présenter et les utiliser dans votre scénario ? 

L’erreur que beaucoup de jeunes scénaristes commettent est d’écrire comme ça:

Séquence XX : Int – Appartement/ Salon – Jour

Jacques est assis sur son fauteuil préféré. La pièce est simplement éclairée par la télévision qui diffuse un documentaire animalier. Sur le petit guéridon à côté de lui : un verre d’alcool. Jacques le prend et boit une gorgée.

Il ferme les yeux.

Jacques est sur une plage,  une jeune femme se dirige vers lui. Elle lui sourit.

Il ouvre les yeux. La télé ne diffuse plus que de la neige.

ETC…

 

     Où est l’erreur d’après vous ?

Bravo ! si vous suivez ce blog et mes articles, vous savez qu’on ne peut pas mélanger dans la même séquence le présent (jacques dans son fauteuil) et le passé (jacques sur la plage).

Comme chaque changement de lieu ou de temps, un flashback nécessite que l’on crée une nouvelle séquence.

Les séquences doivent être écrites comme cela :

Séquence XX : Int – Appartement/ Salon – Jour

Jacques est assis sur son fauteuil préféré. La pièce est simplement éclairée par la télévision qui diffuse un documentaire animalier. Sur le petit guéridon à côté de lui : un verre d’alcool. Jacques le prend et boit une gorgée.

Il ferme les yeux.

Séquence XX : Int – Plage – Jour/ Flashback

Jacques est sur une plage,  une jeune femme se dirige vers lui. Elle lui sourit.

Séquence XX : Int – Appartement/ Salon – Jour

Jacques ouvre les yeux. La télé ne diffuse plus que de la neige.

 

Je pense que vous avez compris ;o)

A quoi sert le Flashback ici présent ? A nous faire comprendre que cet épisode de la vie de Jacques est important. Il nous dévoile le côté nostalgique de Jacques, un moment important de sa vie.

Il nous dévoile peut être une partie de la réponse que l’on se pose : Pourquoi aujourd’hui est-il seul et malheureux ? Ce Flashback nous interroge, il ouvre des possibilités de pistes. Il permet de nous rapprocher du personnage sans donner toutes les clés.

C’est ce que l’on appelle un Flashback partiel. Tout au long du film, le scénariste reviendra sur ce Flashback partiel en ajoutant des informations qui nous aideront à comprendre l’intégralité du Flashback et nous faire apparaître la vérité…

 

Voila pour cette première partie :o)

J’essaie toujours d’être le plus clair possible dans mes explications mais si vous avez des questions n’hésitez pas à me laisser un petit message.

Si vous avez aimé cet article, la meilleure manière de me le dire c’est de cliquer sur le bouton « Like » à gauche de votre écran. Vous pouvez retourner au plan du site pour lire d’autres articles.

à mercredi prochain pour la suite

Bon Courage,

Tom Weil

À PROPOS DE TOM WEIL

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • Sim Bb

    Merci D’avance Tom Pour toutes tes réponses

  • Sim Bb

    Bonjour Tom, J’aurai vraimenet besoin d’aide.. J’ai vraiment essayer de trouver mes réponses mais sans réel succès.. Donc voila pourai tu me montrai comment écrire une Reprise dans mon scénario ? C’est a dire Que la premiere sequence se trouve dans un trubunal.. Et l’accusé racconte son histoire.. La majorité du film est dans le passé Mais il y a des reprises en temps réel (Au tribunal).. Est ce que je marque comme ceci au Milieu d’une scene 24==> REPRISE SEQUENCE 1 Jour-Tribunal ……

    • Bonjour Sim Bd,

      Il suffit de faire comme cela :

      Séquence 20 : tribunal – Int – jour

      L’accusé arrive à la barre et le président l’invité à donner sa version des faits.

      Séquence 21 : Parc – Ext – Nuit – Flashback

      Blablablabla

      Séquence 22 : tribunal – Int – Jour

      L’accusé termine son récit les larmes aux yeux etc..

      A bientôt,

      Tom

      • Sim Bb

        Dieu vous bénisses Tom ! Merci bcp bcp pour votre réponse. Donc Si comprend bien au milieu de ma longue scene 24 (qu’ai un « flashback ») Je peux inserer ma séquence 25 qui se passe au tribunal Puis je peux continuer ma Séquence 24 ? en mettant sequence 26 ? Même si c’est la continuité de la scène 24 Avec meme héros meme endroit meme condition ? Dslllll pour la complexité hihi Merciii bcp bcp d’avance

        • Bonsoir Sim Bd,

          Oui tu as tout compris ;o)

          A bientôt,

          Tom

          • Sim Bb

            Merci Tom !!!!!!!! J’aimerais vous embrassezzzzzzz 😀 Thank you so muchhhhhhhhhhhhh !!!!!

          • ;o)

  • Yann Deparis

    bonsoir Tom
    Voilà , j’ai dans mon scénario, une mère qui décrit comment son fils de 12 ans est mort il y a de cela plus de 20 ans, quand la police retrouve le corps, elle n’est pas présente, mais je souhaite présenter la scène où l’on retrouve son corps, du coup, comme elle n’est pas présente à ce moment là, mais que c’est elle qui raconte la scène est-ce un flashback ?
    merci

  • Marc-Antoine

    Bonjour Tom,

    Je n’ai pas très bien compris le principe du Flash sideway mais cela peut m’être utile.

    Je vous explique d’abord l’histoire du scénario que j’écris :
    Damien, un braqueur de banques et de richesses en tout genre, perd 10 ans de sa mémoire suite à un accident de voiture. Il ne se souvient alors plus pourquoi est-ce qu’il est devenu un criminel alors qu’il était un employé de banque modèle, et pourquoi il est maintenant pourchassé par la police.

    Donc j’aimerais que quand mon personnage voit certains endroits, cela lui rappelle des moments qu’il a vécu mais comme si cela lui revenait petit morceau par petit morceau, que son souvenir revienne petit à petit (je ne sais pas si je me fais bien comprendre).

    Par exemple, il arrive dans un cimetière et se souvient qu’il était là donc il se voit plus jeune pendant 3 secondes, puis il revient à lui, puis il voit plein de monde autour d’une tombe, il revient à lui et s’approche de la tombe, puis il voit sa famille en flashback (ou flash sideway).
    En fait, comme s’il était dans son souvenir puis dans la réalité, souvenir, réalité.

    Je me demandais donc s’il s’agissait d’un flashback ou d’un flash side-way d’une part. Et d’autre part, s’il fallait changer de séquence à chaque fois qu’il passait du souvenir à la réalité.

    Merci d’avance pour votre réponse.

    Marc-Antoine

    • Bonjour Marc-Antoine,

      Ce que tu souhaites comme effet est clairement un Flashback. En ce qui concerne la rédaction de ces flashback dans ton scénario il va falloir être assez vigilant car si tu change toutes les 4 secondes entre réalisé et flash-back la lecture du scénario risque de devenir vite indigeste.

      Il va donc falloir que tu fasses une séquence particulière lorsque le flashback est plutôt long et inclure les « images » qui apparaissent directement dans la séquence « réel » pour que cela soit plus lisible.

      A bientôt,

      Tom

      PS : n’abuse pas trop de ce procédé car cela va vite devenir lourd à lire tout de même et a terme à regarder !!

      • Marc-Antoine

        Merci Tom pour ces précieux conseils,

        Je ne compte pas trop l’utiliser, il n’y aura que quelques flashback. Mon héros apprend juste après qu’il ait perdu la mémoire ce qui lui est arrivé depuis (il a tiré dans la jambe de son père, il revoit cette scène, sa mère est décédée, il revoit l’enterrement) et une suite d’autres à la fin pour expliquer ce qui s’est passé.

        D’ailleurs, c’est possible de faire un flashback à la fin du film de ce qu’il s’est passé pendant le film ? Je suppose qu’on remet le même intitulé de séquence (mis à part le numéro) et puis qu’on rajoute Jour/Flashback ?

        Merci en tout cas de tes conseils,

        A bientôt,

        Marc-Antoine

        • Bonjour Marc-Antoine,

          Ok. Oui pour la séquence de fin il faut faire que tu l’as écrit ;o)

          A bientôt,

          Tom

  • maria

    Re, ter, Tom,
    Prends ton temps et tes priorités.
    Dans quel ordre vas-tu lire mes commentaires au nombre de trois ? Deux suivent celui-là !
    Ouille, ! iou, iou, iouille !
    J’arrête le séquencier, pour le moment.
    Je travaille autre chose de mon ouvrage.
    Bon, mon problème se corse, en ce qui concerne le numérotage.
    Voilà !
    H., mon protagoniste, montre sa problématique en focalisant son regard sur l’objet unique que porte la femme ( M.).
    Cette focalisation est reprise en deux fois, car ce qu’il représente devient une obsession.
    On ne peut vraiment parler, dans ces deux reprises de souvenirs, donc ce ne sont pas des flash-back.
    C’est plutôt une inscription dans le mental de H. autrement dit: une idée fixe.
    Je ne sais plus si c’est toi, ou ton alter ego, Thomas, qui m’a dit que ce qui est psychologique était casse gueule… Je le redis encore, après l’ avoir remarqué ce matin.
    Intuitivement, je pencherais plutôt pour une séquence unique dans ce cas précis.
    Pause ! Pour toi, aussi. LOL !
    Cordialement.

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Maria,

      Il ne faut pas chercher des problèmes ou il n’y en à pas. Si tu changes de lieu, d’espace temps etc… tu changes de numéro de séquence.
      En revanche si un personnage « en rêve » apparait dans le vrai monde comme un « mirage » c’est la même séquence. Il faudra juste prévoir au tournage un effet spécial en fonction du traitement de cette apparition.

      A bientôt,

      Tom

      • maria

        Oui, Tom !
        Merci !
        Tu as l’art de la synthèse ! Droit au but !
        C’est ce que je pensais…intuitivement.
        Le tournage…ce n’est pas fait.
        Et ce n’est pas mon boulot !
        J’ai envie de faire bien des métiers du cinéma !
        Il faut dire que j’ai l’occasion de « jouer le jeu » !!!
        C’est un peu tard, LOL !
        Bonne soirée.

      • maria

        Bonjour Tom,
        Tu sais que tu as l’art de me faire creuser les méninges !
        Je m’en vais à ton article spécial sur le séquencier. ( du 25/02 )
        Je pense avoir compris…Tout ? en tout cas, beaucoup !
        À bientôt.

  • maria

    Bonjour Tom,
    Je viens de lire tes réponses à Daniel, il y a dix mois.
    Le cas que je soulève ce jour, tient un peu de son cas, pas tout à fait.
    ( Mon traitement est terminé; je n’ai plus qu’à le vérifier.)

    Je pense au flash-sideway.
    Comme tu peux lire ci-dessous dans mes questions et les réponses de Thomas, je pense avoir compris sa définition.
    (Un flash sideway exige un minimum de deux scènes, qui se superposent )
    J’ai bien compris aussi la portée du séquencier et sa place obligatoire avant la suite dialoguée.
    Voilà !
    J’en suis donc au découpage en séquences.
    Je tombe sur un os… du squelette. LOL.
    Soit: la numérotation des séquences, et le cas spécial cas du flash- sideway.
    Je ne te pose pour l’instant que ce cas particulier.
    La séquence se passe au même moment, dans le même lieu, dans une continuité.
    Dans cette unité, se trouve une distorsion du temps, dans trois scènes.
    Elle part du réel ( la lecture d’un texte).
    Elle continue dans un souvenir.( flash-back).
    Elle se termine par le souvenir se métamorphosant en rêve tout éveillé.( ou vue de l’esprit )
    J’imagine le travail du montage, entre le souvenir et l’imaginaire.
    Au départ, il faut deux rushs pour cela.
    Au labo, un monteur va superposer deux images, en les faisant  » fondre », pour mettre en exergue la dernière, celle de l’imaginaire.
    Pour que tu comprennes mieux, je te donne un exemple tiré de ma réalité.
    Il y a longtemps, LOL, un film m’a marquée.
    Il y a un an, j’ai voulu le revoir dans une vidéo.
    J’ai été étonnée des vêtements que la protagoniste porte « réellement » dans une scène.
    Moi, je l’avais habillée tout autrement dans mon imaginaire.
    C’est un peu ça, qui se produit dans la séquence de mon futur scénario qui implique ce flash-sideway-là..
    Bon ! j’espère ne pas t’embrouiller.
    Je sais que tu prépares ta master class et tu te préoccupes de nous tous en vue du début avril.
    Cordialement.
    PS
    1 ) Quand ce sont des sons ( paroles ou autres), qui se superposent aux images j’ai moins de problèmes et pourtant je pense qu’il s’agit de flash-sideways.
    Exemple: dans « M. le Maudit », au ballon de la fillette dans le terrain vague, se superpose le sifflement du prédateur.
    2 )Dans « Au cœur du mensonge » de Claude Chabrol, le climax est fondu dans deux rushs.
    Les amants-époux partagent le même mensonge. Ils voient la vérité dans l’art plus que dans la réalité.

    • maria

      PS 3 )
      C’est bizarre.
      Cet article m’a inspirée dans ma fiction.
      Et voilà que j’ai des doutes quant à ma bonne compréhension des trois manières de « traiter » le temps magique du cinéma.
      Je viens de relire ton article, ci-dessus.
      Tu dis que  » Lost  » a utilisé les 3 façons de distordre le temps, au fur et à mesure de ses séries.
      « Pile ou face » est un autre flash-sideway que ceux auxquels je pense.
      Je me demande maintenant si je suis dans la bonne définition du flash-sideway.
      Pourtant, il s’agit bien de réalités « alternatives ».
      Impossible de les écrire autrement qu’en décalage.
      Sinon, quel gribouillis !
      Toutefois, les images se prêtent davantage à cette superposition.
      C’est un avantage de plus que dans l’écriture d’une nouvelle, ou d’un roman. C’est une des supériorités du cinéma.
      Cette alternance fusionne dans le climax du film de Chabrol.
      Évidemment, il me faut distinguer trois séquences, mais comment les réunir en une même unité, comment faire comprendre au cinéaste, que tout se fond dans la même IDÉE.
      Le domaine de la pensée est bien casse-gueule pour le scénariste.!!!
      Ou, alors, le cinéaste s’en réfère au traitement du scénariste, dont l’ l’écriture est plus fluide.
      Enfin, tu me diras ou tu nous expliqueras.
      Je numérote différemment ces scènes, dans mon séquencier.
      Pardon, Tom, si je te prends la tête.
      À bientôt.

  • daniel dunne

    Bonjour, j’aimerais savoir si c’est la même chose pour une personne qui rêve.

    • commentfaireunfilm

      Bonsoir Daniel,

      C’est à dire ?
      Tu veux savoir si c’est le même intitulé de séquence ?

      A bientôt,

      Tom W.

      • daniel dunne

        désolé, c’est vrai ce n’était pas précis comme question, je voulais savoir si dans le script il fallait précisé que le personnage révait ou pas.

        Exemple :

        Séquence 1 : Int – Maison/Chambre – Nuit

        Jacques est allongé dans son lit, il éteint la lumiére de sa lampe de chevet.

        Il ferme les yeux.

        Séquence 2 : Int – Maison/Chambre – Nuit

        Jacques se réveille en sursaut, tout transpirant…………………

        Dans cet exemple la séquence 1 et dans la réalité et la séquence 2 il est en train de rêver.

  • Vincent M.

    Bonjour !

    Mon scénario repose entièrement sur un flashback. A chaque changement de séquence, je doit obligatoirement cité « JOUR/FLASHBACK » ? Ou je peut le signalé une seul fois, un début et à la fin ?

    Si c’est pas trop compréhensible, je peut comprendre …

    Cordialement, Vincent M.

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Vincent,

      Tu veux dire qu’un personnage raconte une histoire ?

      Si c’est cela tu peux commencer par :

      Séquence 2 : Ext – Montréal / 1936 – Jour

      Puis continuer normalement par :

      Séquence 3 : Int – Bar – Jour

      On comprendra que c’est dans la continuité. En revanche si tu reviens dans le présent tu devras lors le stipuler.

      La mention du Flashback dans le scénario sert uniquement si pour les besoins d’un souvenirs ou d’un détail nous avons besoin de revenir dans le temps. Comme ce moment et à part de la continuité temporelle il faut le signaler.

      Mais si tout le récit se situe dans le passé alors il n’y a pas besoin de mettre : Flashback

      A bientôt,

      Tom W.

      • Vincent M.

        Merci de ta réponse !

        A bientôt.

  • maria

    Bonjour Thomas, et Tom,

    Thomas, tu parles de « sideway ».
    Quand trois images se superposent, qu’une s’efface pour montrer la deuxième, et enfin que la dernière apparaît , peut-on parler de sideway?
    Merci d’avance.

    Je continue mon scénario; j’espère ne pas m’ être attaquée à trop « colossal » pour moi
    Pourtant, c’est réalisable au stade où j’en suis.!

    Bon dimanche, à vous deux et à tous.

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Maria,

      J’ai plus l’impression que tu décris un effet de montage…Le Flash Sideway sont deux séquences qui se déroulent au même moment.

      Bon Courage,

      Thomas J.

      • maria

        Bonjour Thomas,

        Merci pour ta réponse.

        Je n’en suis pas à transcrire en langage spécifique de scénariste mon film.
        Je me fais sans doute une fausse idée de ce procédé de » flash sideway ». Exemples:
        * je pense à l’écran coupé en deux, où A téléphone à un endroit X, et B à un endroit Y.
        *ou à deux personnes qui se donnent la réplique dans la même pièce.

        Maintenant, j’emploie le mot plan dans le sens géométrique du terme
        Ma question du commentaire ci-dessus pensait à trois plans, parallèles dans l’espace, comme le sont trois pages d’un cahier mis verticalement.
        Le spectateur verrait d’abord la page 1 s’ effacer, au profit de la page 2,
        Puis la page 3 serait en exergue pour le dénouement, et le point fort qu’est le climax.

        Je sais, j’extrapole. Comme tu dis: c’est sans doute un montage, fait par le chef opérateur, commandé par le réalisateur.
        Mais…
        Est-ce que ce peut être présenté comme si, d’un coup, le metteur en scène avait une idée géniale qui lui ferait employer ce stratagème ?

        PS J’ai le temps d’attendre ta réponse et tes exemples; toutefois, dans la rédaction de mon scénario, quelque chose m’y a fait penser.
        Merci; excuse-moi de te demander ça si tôt, dans le temps que tu nous réserves et aussi dans le mien.

        Et bonne journée, à toi, à Tom et à tous.

        • commentfaireunfilm

          Bonsoir Maria,

          L’écran coupé en deux est un : split screen.

          Ton exemple des pages d’un cahier est bonne : c’est un Flash Sideway. Le Flash Sideway est une réalité alternative. Donc, dans l’écriture ou la recherche de la mise en scène cela peut fonctionner.

          Bon Courage,

          Thomas J.

          • maria

            Merci Thomas !
            Je n’ai pu le faire plus tôt, raison familiale oblige.
            La rédaction d’un scénario selon les règles est bien difficile.!
            En tout cas,on en apprend des choses, ici !!!
            Bonne soirée.

  • harlesse

    Clair et net !! merciii