régisseur général, regisseur…mais ou est la régie ?

La régie

 

Je ne sais pas si je vous l’ai dit mais je suis en tournage depuis maintenant une semaine sur un court-métrage d’anticipation. Je profite de cela pour vous faire un petit article sur la régie d’un film. Je n’avais pas accepté de court-métrage depuis au moins 4 ou 5 ans simplement parce que mon emploie du temps ne me le permettait pas. Comme vous le savez maintenant je tente d’aider le plus possible les jeunes réalisateurs (quel que soi leur âge ;o)) que cela soit pour l’écriture mais aussi pour le tournage. Ce court-métrage est réalisé par Marc-Henri Boulier, avec qui j’ai travaillé la première fois en 2001, puis nous nous sommes « perdu de vue » pour diverses raisons. Autant dire qu’à cette époque j’étais encore tout jeune dans le métier ;o)

Au delà d’être très heureux de retrouver…

…ce réalisateur, le court-métrage est aussi là pour rencontrer de nouvelles personnes et notamment des techniciens encore en formation. Le film de Marc-Henri a une équipe plutôt pro, nous nous connaissons pour certain depuis plus de 15 ans et tournons régulièrement sur des téléfilms et des longs-métrages. Il y a tout de même des assistants qui débutent ou qui n’ont pas énormément d’expérience. Vous voyez donc qu’il est possible d’avoir une équipe pro sur un court-métrage. Bon je ne vous cache pas non plus que c’est un court qui a un budget au dessus de 100 000 euros.

régieTout cela pour dire que le manque d’expérience n’est pas un problème, loin de là, faire des erreurs, non plus, nous devons tous passer par là pour s’améliorer. Ce qui ne pardonne pas c’est de penser tout savoir, de ne pas écouter ce qu’on vous dit et surtout foncer sans réfléchir…

Alors vous allez me dire qu’est-ce que tout cela a voir avec la régie…justement j’y viens ! Ce que vous devez savoir avant tout, c’est que la régie est indispensable à un tournage, mais c’est un métier assez ingrat…c’est à dire lorsque tout roule, pour l’équipe de tournage c’est normal, mais dés qu’il y a des erreurs c’est la faute de la régie et quelle fait mal son travail.

La régie c’est quoi et à quoi cela sert ?

Je ne vais pas faire compliqué, la régie est la pour s’occuper de tout ce qui est logistique sur un plateau de tournage. Cela signifie tout ce dont a besoin une équipe pour travailler dans les meilleurs conditions. Cette mission va de la négociation des décors, d’indiquer ou le technicien doit garer sa voiture lorsqu’il arrive sur le plateau et j’en passe.

Pour que vous puissiez bien comprendre les tenants et les aboutissants je vais vous expliquer par étape les missions du métier de régisseur. Auparavant il faut distinguer la hiérarchie chez les régisseurs :

  • Régisseur Général
  • Régisseur adjoint
  • Régisseur
  • Stagiaire régie
la régie

Laszlo66/ shutterstock

La préparation du film en régie

Le regisseur général

Dans un premier temps c’est le régisseur général qui est engagé par le directeur de production. Le régisseur général doit faire « un devis » et composer son équipe. Bien évidemment le « devis » du régisseur général est en adéquation avec la ligne budgétaire du directeur de production qui a « évaluer » le coût de ce poste en fonction du film. Mais un réajustement peu avoir lieu si le régisseur général estime qu’il lui faut plus de personnel, de camion, de ventouseur etc…

Il se peut que le régisseur général, mais surtout le régisseur adjoint fasse des repérages…mais sincèrement c’est la mise en scène (2 second assistant, parfois premier) qui fait les repérages. Si aucun d’entre eux ne peut les faire ou s’ils ne sont pas encore arrivés sur le projet, la production engage un repéreur.

Mais revenons à la régie. Une fois que les décors sont trouvés, il faut que le régisseur général s’assure qu’ils soient « opérationnels » c’est à dire que les nuisances sonores ne soit pas trop fortes (en général la mise en scène a déjà écartée ce genre de décors), mais surtout voir si les camions peuvent se garer, décharger, savoir si des branchements électriques sont possibles, s’il faut prévoir un branchement forain ou si la production doit louer un groupe électrogène

Bref la régie doit savoir si les décors sont accessibles et praticables. Il ne faut pas hésiter à écarter un décor si ce n’est pas le cas ! Tous ces éléments sont déterminés lors des repérages techniques dont je vous ai déjà parlé lors des articles sur l’assistant réalisateur.

 

Mais il va de soi que le régisseur général doit connaître le scénario pour comprendre les contraintes/ les envies artistiques de la mise en scène. Par exemple c’est à la régie que revient la recherche de tous les véhicules de jeu, des animaux et je ne sais quoi d’autres en fonction dece qui se trouve dans le scénario. Le second assistant réalisateur donne un dépouillement véhicule ou animaux au régisseur adjoint pour facilité la recherche et être certain que rien ne manque. La régie est aussi en charge de la sécurité du plateau en ce qui concerne les routes si elles doivent être fermées par exemple. Il se débrouille pour avoir l’appuie des forces de l’ordre pour les routes ou encore les pompiers s’il faut faire une cascade. Appeller un médecin en cas de comédiens malades etc…

Une fois que les décors ont été validés la régie doit dealer avec les propriétaires les lieux et d’accepter le tournage. Ce deal, cette location, est forcément en corrélation avec le nombre de jour de tournage, ce qui va se passer dans les lieux et les différentes « contraintes ». Le régisseur général va donc faire l’intermédiaire entre la prod et les propriétaires.

Je ne vous raconte pas la pression que le régisseur a lors des négociations. car s’il n’obtient pas d’accord tout est à refaire. Il faut faire des repérages, des repérages techniques etc…Mais attention, le régisseur général a un budget à respecter, il n’acceptera pas n’importe quoi à n’importe quel prix ! Dites vous que les productions qui se préparent bien on toujours une solution de rechange au cas ou le propriétaire serait trop gourmand !

 

Une fois cela fait il doit s’occuper des autorisations de tournage pour les différents lieux ainsi que les conventions de tournage. Heureusement il n’est pas seul, il a un adjoint qui récupérera les dossiers des autorisations et des conventions (blocage de route etc) et de s’assurer que tout suis bien son cours.

 

En plus de tout cela, la régie va devoir s’occuper de la location des camions des différents postes : lumière, machinerie, costumes, régies, déco etc…mais aussi des parkings pour les véhicules des techniciens et des camions. Je vous en parlais plus haut, garder et prévoir les places de parking se nomme : le ventousage. C’est une personne, voir plusieurs en fonction de la taille du décor ou de la rue, qui garde et réserve au fur et à mesure des places de parking pour que le lendemain toute l’équipe puisse se garer sans devoir chercher. C’est un gain de temps énorme ! Celui qui ventouse se nomme un ventouseur.

la régie

Vladimir Wrangel/ shutterstock

La mission de la régie sur le plateau de tournage

La régie c’est : premier arrivé, dernier parti ! Car se sont les régisseurs qui ouvrent les décors et qui les ferment une fois que tout le monde a quitté le plateau. D’ailleurs, c’est une des choses que les jeunes régisseurs sur un court-métrage ne comprennent pas bien, car ouvrir un décor ce n’est pas juste ouvrir la porte ou lancer le café ! C’est plus compliqué que cela. C’est déployer les régisseurs pour :

 

  • Installer le HMC (Habillages, maquillages, coiffure) Installer les glaces maquillages, les tables, apporter les portants avec les costumes etc…
  • Guider les techniciens qui arrivent avec leur voiture pour leur indiquer ou se garer
  • Installer la table régie
  • Protéger les sols au cas où il y a du parquet ou un sol sensible comme, donner des sur-chaussures si les techniciens tourne sur un fond vert.
  • Guider les véhicules techniques
  • Prévoir la place pour la cantine

Pour un certain nombre de ces véhicules le régisseur doit connaître les axes dans lesquels la mise en scène va tourner pour éviter que la cantine ou que les camions techniques soient garés dans le champ à un moment ou à un autre. Cela évite de perdre du temps de tout bouger au dernier moment.

 

En ce qui concerne la hiérarchie sur le plateau et les tâches :

  • Le régisseur général n’est que très rarement sur le plateau de tournage car il anticipe les jours suivants. Il s’assure que les autorisations et les intervenants des prochains jours sont là et prévenus.
  • Le régisseur adjoint est en contact direct avec le second assistant mise en scène et veille à ce que tout « roule ». Il fait la feuille de service avec le second assistant mise en scène et la fond valider au régisseur général et au 1er assistant réalisateur. Il est aussi là pour faire des tours de magie lol trouver le propriétaire d’un véhicule à bouger, ouvrir une maison pour un branchement pas prévu, arrêter une tronçonneuse à l’autre bout du quartier ou encore demander a des ouvriers d’arrêter un chantier…
  • Le régisseur doit faire les transports comédiens, guider les techniciens, s’occuper de la table régie, aller à la pharmacie pour les bobos, bloquer la rue, poser des barrières, acheter les clopes de l’équipe du film etc…bref apporter tout les « bricoles » qui manquent.

La régie et la fin du tournage

Une fois le « fin de journée, fin de tournage » crié par le 1er assistant réalisateur, le travail du régisseur n’est pas terminé, il passe dans la phase des « rendus ». C’est à dire qu’il doit rendre les décors, faire des états des lieux, remercier tous ceux qui ont permis au film de se faire. Il n’hésite pas à serrer des mains, dire merci mais aussi distribuer des « cadeaux ». Il doit organiser le retour des camions, du matériel etc…en fonction du film les rendus peuvent prendre entre 2 jours et une semaine. Ce travail est essentiel (je parle des remerciements) de savoir si tous s’est bien déroulé pour les gens qui nous ont accueillit car il se peut que demain on revienne tourner là. Il ne faut pas pratiquer « la terre brûlé » c’est à dire se dire que l’on ne reviendra jamais là et que l’on peut partir de là sans prendre de gants en laissant tout en plan ! Un bon régisseur se doit de partir des décors avec des gens content et près à nous accueillir la prochaine fois.

Bref, pour être régisseur quel que soit le poste il faut être dynamique, sérieux et souriant.

la régie

Doua Images/ shutterstock

Alors pourquoi je vous parle de la régie cette semaine ?

Encore une fois je sais qu’il faut faire des erreurs pour apprendre…mais ce que je ne supporte pas c’est la désorganisation, ne pas avoir ce dont j’ai besoin, que l’on me réponde : « je n’ai pas le temps » ou encore m’apercevoir qu’il n’y a eu aucune réflexion ou que rien n’a été anticipé…J’ai l’habitude de dire qu’un film bien préparé c’est un film terminé ! Ce qui n’est pas vrai, vous l’aurez compris, mais cela veut simplement dire qu’anticiper les problèmes, ce poser les bonnes questions avant c’est mieux que pendant ! A la décharge des « nouveaux régisseurs » sur un court je ne vérifie plus les accès, l’implantation cantine, table régie, ou du HMC car pour moi ce sont des choses qui doivent être acquises pour un régisseur général…ce qui n’est pas toujours le cas…en tant que pro et « vieux » j’aurais du m’en préoccuper…j’aurais dû jouer mon rôle de « formateur »…la transmission n’est parfois pas simple lorsque l’on a le nez dans le guidon…

 Régisseur c’est un métier ingrat…mais c’est un métier absolument extraordinaire lorsqu’il est maîtrisé. Si demain vous décidez de prendre la régie général ou de faire de la régie faite en sorte d’être à l’écoute, disponible et malin ;o) Ne mettez pas le HMC juste à coté du plateau de tournage, c’est à dire que l’on doit passer devant la caméra pour atteindre le HMC ou le local figuration ! Prévoyez de savoir ou mettre votre table régie pour quelle ne soit pas dans le champ, apprenez à vous organiser pour remplir les feuilles de services, apprenez à vous servir d’une imprimante ou d’un ordinateur…réfléchissez avant de parler…

On fait tous des erreurs, moi le premier (si si j’vous jure ;o)) et ce n’est pas grave, nous sommes tous dans le même bateau. N’ayez pas peur de demander, de prendre conseil ;o) Mais un régisseur indisponible n’est pas un bon régisseur.

 

Voilà pour cet article sur la régie. J’espère que cela va vous permettre à mieux comprendre ce poste et ces métiers. Travailler avec moi en tant que 1er assistant n’est pas une horreur non plus lol…je ne suis pas un tyran….enfin je crois…je vais demander à mon assistante avant lol

Merci à ceux qui partagent le blog et ses articles autour d’eux. Merci aussi à ceux qui partagent la newsletter qu’ils reçoivent toutes les semaines. Pour partager l’article, il vous suffit de cliquer sur le bouton « like » en haut de cet article ;o) ainsi que sur le bouton de Google+, bref super facile ;o)

Ce petit geste fait beaucoup pour le blog et pour ses lecteurs.

Merci donc à ceux qui le feront ;o) et qui le font déjà ;o)

Vous pouvez maintenant retourner au plan du site (Onglet Article) pour lire d’autres articles, il vous suffit de cliquer sur le lien.

A bientôt,

Tom Weil

À PROPOS DE TOM WEIL

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • Rlnd

    J’hésite entre me diriger vers le métier de régisseur ou bien d’assistant réalisateur .. Peut tu me guider ? 😉

    • Bonjour Rlnd,

      Non. Ce sont deux métier complètement différent. Tu peux lire l’article sur l’assistant réalisateur pour te faire une idée entre les deux ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • Suzi Lou

    Bonjour Tom, je te souhaite une Belle année, meilleurs voeux pour 2015 🙂

  • Bonjour Tom,

    J’étais tombé sur ces deux articles un jour, un témoignage truculent d’un assistant régie racontant sa journée de tournage, très drôle et très instructif 🙂

    http://ahphilgood.tumblr.com/post/13397019565/la-journee-dun-assistant-regie-camion
    http://ahphilgood.tumblr.com/post/13364136538/la-journee-dun-assistant-regie-runner

    A bientôt,

    • Bonsoir Cinémacam,

      Je connais ces articles, merci à toi de les partager ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • maria

    Bonjour TOM,
    Merci de cet article intéressant, même s’il ne me concerne pas directement.
    Une fois de plus, ton article me conforte dans la nécessité d’une super organisation pour le tournage d’un film.
    Une entreprise, en somme. Il faut que chacun ait l’esprit cartésien mais aussi, l’improvisation dans l’urgence et l’esprit d’équipe pour que … » Silence, on tourne !  » . Et aussi , le respect de l’autre et des choses, après coup.
    Quand tu étais sur l’ île de « Souffler plus fort que la mer », n’as-tu pas assuré cette régie en plus de premier assistant réalisateur ?
    Au début de l’écriture de mon scénario de long,( complexe, il faut que je l’admette ), comprenant que des détails allaient faire obstacles à la réalisation, j’ai perdu un temps fou à chercher des sponsors, non seulement pour un apport d’argent, mais aussi des aides, des personnes pour collaborer. Et aussi faire des plans des lieux, dresser une liste d’accessoires indispensables, pour un peu collaborer moi-même .☼ )
    Des projets que je sais fous et inutiles : à chacun son métier.
    J’ai bien compris que la bonne démarche de ceux qui participent au tournage, c’est la solidarité, c’est savoir déléguer – tout un art !
    Jamais, auparavant, je n’avais même effleuré cette organisation comme tu nous la fais vivre.
    Le plus possible, malgré tout, c’est  » se mettre à la place de… » un peu notre devise, à nous, scénaristes, sans empiéter sur les spécialistes !
    Bonne semaine et cordialement
    maria. ☼ )

    • Bonsoir Maria,

      C’est important de savoir ce que cela implique certaines choses ;o)

      Sur l’île je n’ai pas assuré la régie, c’est une régisseur générale de talent, Marianne, qui a assurée ce poste oh combien délicat.

      A bientôt,

      Tom

      • maria

        Bonjour TOM,
        ☼ ) Les femmes ont été à l’honneur sur ce tournage dans l’île !
        Oui, le scénariste doit s’impliquer non seulement pendant l’écriture, ( penser au montage des séquences pour leur numérotation, penser si les images sont réalisables sur le terrain etc.), mais aussi s’impliquer avant la réalisation en donnant des « sponsors », des « mentors » éventuels.
        Tout ce que tu nous dis des divers métiers du cinéma, ton exposé des diverses techniques sont de formidables atouts sous-jacents à l’écriture proprement dite.
        Combien de fois je vais répéter que, sans ton blog, donc sans les questions posées par ceux-qui-osent, et tes réponses, par suite sans toi, je resterais muette, paralysée pour mettre sous forme d’un futur film la fiction que j’avais en tête. ( pour le court, tout a été si simple…)
        Je trouve qu’on ne dit jamais assez aux gens qu’on rencontre, qui nous enrichissent de leur apport, tout simplement ce mot court qui en dit long : « MERCI » .Tu comptes pour moi parmi ceux-là. De toute évidence, (!) sinon, je ne l’écrirais pas… Vérité de M. de La Palice ! ☼ )
        Je m’en retourne à la fin du séquencier, pour le relire ensuite. Le but est proche.
        Bien cordialement.
        ☼ ) maria.

        • Bonsoir Maria,

          Effectivement ce film à mis à l’honneur les femmes ;o) Malheureusement les scénaristes ne s’impliquent pas avant la réalisation…

          Merci encore pour tes compliments, je suis heureux de voir que le temps que je passe ici sert d’une façon ou d’une autre :o) Alors merci pour ton Merci cela me touche.

          Bon courage pour ton séquencier,

          A bientôt,

          Tom

          • maria

            Bonjour TOM,
            …et cette fois, un autre MERCI pour tes encouragements à propos du rédigé du séquencier. C’est un exercice difficile !
            Déjà, dans un premier temps, j’en ai fait un, un peu en dépit du « bon sens »,( signifiant en dépit du bon ordre, puisque je l’ai rédigé après une suite dialoguée qui ne sera plus la même, puisque à rectifier)
            Pourtant, cette première rédaction de séquencier m’a fait comprendre, d’une manière – si j’ose dire – plus  »cartésienne », ce que mon intuition me dictait. Celle-ci, encore à relire, m’éclaire davantage, devient plus nette. Parfois, je tombe sur mes anciens commentaires : j’étais à deux doigts d’arriver à me comprendre. Je piétinais parce que j’ai tout fait à l’envers.
            J’aurais dû loger ce commentaire à la suite de ton article intitulé « Le séquencier », mais mes réflexions, ma réaction, je les fais  » à chaud » .
            Bonne fin de semaine.
            ☼ ) Cordialement.
            maria. ☼ )

          • Bonjour Maria,

            ;o) Ce n’est pas grave ;o)

            A bientôt,

            Tom

  • anthony

    Bonjour Tom, est-ce que la régie doit aussi s’occuper d’aller récupérer le matériel technique auprès des boites de loc ? Et qu’on lui confie aussi le transport du matériel technique jusqu’au plateau de tournage ?

    • Bonsoir anthony,

      Non chaque chef de poste ou technicien va lui même chercher sont matos et le ramène sur le plateau ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • Anne Fauchon

    Hello Tom, oui tu as bien fait de décaler d’une journée. Enfin grâce à toi je comprends le métier (j’ai toujours confondu avec la seule fonction de « catering ») ; MERCI !! Belle semaine à toi