Maitriser l’écriture, la réécriture et l’unité d’un scénario

L’écriture…la réécriture et l’unité

d’un scénario

L’écriture, cet art où le moindre changement peut modifier toute votre histoire.

Parfois… souvent, je ne sais pas de quoi je vais vous parler d’une semaine à l’autre. Puis « comme par miracle » je reçois un commentaire qui m’oriente vers un sujet important à traiter. Cette semaine, je vais donc parler de l’unité d’un scénario et des changements dûs à la réécriture…

…Hier, j’ai reçu le commentaire de l’un d ‘entre vous qui me faisait part de son interrogation face à son synopsis de long métrage qui ne faisait que 3 pages. Pour tout dire, un synopsis de 3 pages pour un long métrage est une bonne chose car ce n’est pas un traitement ou un synopsis long comme je le nomme parfois. Il ne fallait donc pas s’affoler. Or, notre ami scénariste en herbe me disait que malgré le fait qu’il avait énormément donné de détails dans son synopsis, il n’arrivait pas à compléter la timeline avec les étapes du voyage de son héros et qu’il n’arrivait pas à dépasser les 3 pages.

l'écriture

stock photo mania/ shutterstock

Et là, ce n’est pas normal !

Ma réflexion a été de lui dire qu’il ne devait pas uniquement se concentrer sur son personnage principal. Qu’il avait dû oublier d’inclure les personnages secondaires ainsi que leurs intrigues mais aussi d’inclure dans son synopsis une partie des étapes indispensables à la transformation de son héros. Il paraît donc évident qu’elles ne doivent pas y être étant donné qu’il n’arrive pas à compléter le squelette de sa structure…c’est à dire compléter les étapes indispensables au voyage.

Mais imaginons qu’il le fasse et que vous le fassiez aussi. Vous avez toute votre structure, les séquences intermédiaires… bref, que vous avez un scénario « complet ». Il ne faut pas oublier que, pour que toutes ces séquences fonctionnent entre elles, il va falloir les unifier.

Unifier cela veut dire quoi ?

Je parle d’unification mais en réalité je fais allusion aux annonces et aux paiements (voir article sur le sujet). Pour rappel, une annonce c’est un détail visuel, un dialogue ou une piste que le scénariste donne aux lecteurs/spectateurs. Ainsi, quelques minutes plus tard, cette annonce aura des répercutions sur l’intrigue et sur votre héros. C’est ce que l’on nomme le paiement. Ça donne aux spectateurs l’impression d’être « chez lui » c’est à dire de pouvoir anticiper et d’être inclus dans l’histoire.

Unifier un scénario, faire en sorte que toutes les séquences semblent ne faire qu’une ne veut pas seulement dire faire des annonces et des paiements. Vous pouvez aussi donner ce sentiment unité, de terrain connu, avec d’autres moyens comme la musique, la répétition de scènes, de situations ou de dialogues : le running gag par exemple dans les comédies peut en faire partie.

 

Un exemple d’unification ou d’annonce/paiement que j’aime beaucoup se trouve dans l’arme fatale 1. Au début du film nous voyons Riggs, un pistolet dans la bouche. Il souhaite se suicider mais renonce, il n’y arrive pas. Nous comprenons tout de suite qu’il ne va pas bien…lol. Puis la première mission de Riggs et Murtaugh c’est d’aller secourir un homme qui veut se suicider en se jetant du haut d’un building. En tant que spectateur nous savons que Riggs souhaite en finir. Il décide de monter à son tour pour « aider » cet homme. Murtaugh s’y oppose mais sans succès. Nous savons évidemment que les craintes de Murtaugh sont tout à fait justifiées. Le fait que Riggs dépasse les limites et oblige l’homme à sauter du building pour qu’ils se tuent ensemble prend alors une dimension incroyable. L’annonce du début nous permet de comprendre et de prendre part pleinement à l’histoire.

 Jouer sur les différences peut aussi permettre à un scénario d’avoir une continuité. Cela peut paraître bizarre mais cela marche très bien. Reprenons l’exemple de Riggs qui saute du building avec l’homme qu’il devait secourir. Le fait qu’il y ait un matelas gonflable de sécurité dont Riggs connaissait l’existence alors que l’homme (et nous) n’en savait rien. Cette séquence joue aussi sur le contraste car nous savons que Riggs a des pulsions suicidaires alors que dans cette situation il n’avait aucunement envie d’en finir. Mais en général les contrastes fonctionnent mieux lorsque l’on montre quelque chose et son contraire. Par exemple, la manière dont vit Riggs et la manière dont vit Murtaugh. Forcément ces deux façons de vivre vont s’entrechoquer et créer des situations que nous, spectateurs, pourrons anticiper. Vous pouvez aussi contraster sur des différences entre des époques, des comportements ou le niveau social etc…

Et la réécriture ?

Beaucoup d’entre vous ont des idées qui débordent de partout. C’est une bonne chose mais il faut, non seulement savoir les canaliser pour éviter qu’elles ne polluent votre scénario, mais il faut aussi savoir les utiliser, les imbriquer, bref savoir les exploiter intelligemment et ça c’est une autre histoire !

Je ne veux pas dire par là que vous êtes tous, ou presque tous, benêts ! Non ! Je veux juste dire que beaucoup d’entre vous ne font pas la démarche de réfléchir aux conséquences qu’une réécriture peut avoir.

En général, on ne réécrit pas tout le scénario ou la moitié de son scénario. Sinon, cela veut dire que vous n’avez pas bien réfléchi et pensé votre projet, votre histoire, ainsi que l’évolution de votre personnage. Dans la plupart des cas, vous réécrivez une petite partie de votre scénario, voire juste une scène par ci par là. Ce qui est une bonne chose en soi. Vous pensez, en faisant cela, que cela va apporter une plus value à votre histoire et vous avez sûrement raison. Sinon pourquoi changer ?

Le problème majeur qui se passe c’est que vous ne réécrivez que telle ou telle séquence en vous disant : « ça va, ça colle avec le reste… » Détrompez-vous, vous ne pouvez pas retoucher ou ajouter une séquence sans retoucher quelques séquences avant…et après. Car vous devez utiliser des annonces et des paiements mais aussi utiliser les contrastes etc… Bref tout ce qui unifie votre histoire. Ce qui veut forcément dire que les séquences qui se trouvent avant et après risquent de se modifier…et donc de modifier d’autres séquences qui sont liées par des annonces, des paiements, des contrastes ou des récurrences.

 

Alors ? Vous devez bien réfléchir à toute nouvelle idée et à tout nouveau changement ou ajout sur votre scénario.

Parfois une très bonne idée peut avoir des conséquences importantes et néfastes sur votre scénario.

Vous devez connaître la structure de votre scénario sur le bout des doigts. Avoir une vue d’ensemble de votre histoire afin de pouvoir agir sur ses éléments. Parfois un changement ou une bonne idée vous fera prendre la décision d’en annuler d’autres.

Voilà pour cet article sur l’écriture, la réécriture et l’unité d’un scénario… J’espère qu’il vous aidera ;o)

Grâce à vous le blog a de plus en plus de succès, alors cliquez sur le bouton « like » en haut de cet article ;o) Merci à tous ceux qui font ce petit geste, grâce à cela le blog se porte bien. N’hésitez pas non plus à cliquer où vous savez (les pubs !) ;o) ça permet de garder « comment faire un film » totalement gratuit ;o)

Vous pouvez aussi partager sur google+ Merci encore à vous tous ;o)

Vous pouvez maintenant retourner au plan du site (Onglet Article) pour lire d’autres articles, il vous suffit de cliquer sur le lien.

A bientôt,

Tom

À PROPOS DE TOM WEIL

Tom

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…