inside story, comprendre l’arc transformationnel

Le voyage intérieur : L’Arc transformationnel est une histoire

 

Je vous parle souvent de la structure de votre scénario, de larc transformationnel de votre héros et de vos personnages en général. Je sais que certains d’entre vous ont du mal à appréhender cette notion de transformation d’un personnage.

Souvent les apprentis scénaristes/ réalisateurs pensent que ce sont les événements, les obstacles que rencontre ou traverse votre personnage qui le font changer. Ce n’est pas aussi simple que cela. Pour simplifier il faut vous dire qu’il y a deux histoires qui se déroulent en parallèle et qui sont toutes les deux complémentaires pour que l’intrigue et l’histoire avancent logiquement.

Pour être franc vous faites très bien la première partie de l’écriture. C’est à dire que vous définissez les évènements et les obstacles qui vont s’interposer à votre héros. Vous construisez tout le cheminement qu’aura à faire votre héros et les défis qu’il aura à relever. Si vous faites bien le job tout cela doit s’enchaîner logiquement et créer une première trame.

Mais cette première partie, l’intrigue, ne va pas répondre aux questions : Qu’est ce qui change chez mon personnage ? En quoi il se transforme ? Que se passe t-il dans sa tête pour qu’il ne soit plus le même à la fin de mon histoire qu’au début ?

l'arc transformationnel

Prenons un exemple :

– Votre héros est un macho absolu au début de l’histoire.

C’est à dire que dans la partie de l’exposition de votre scénario (le monde ordinaire si vous préférez) vous allez le mettre dans des situations qui confortent son état d’esprit et les croyances profondément ancrées en lui. Puis dès qu’il sera passé dans le nouveau monde (l’acte 2) il commencera à être confronté à la première histoire que vous avez mise en place (les obstacles, les ennemis, les alliés etc…). Même si le fait d’être un parfait macho ne le dérange pas dans sa vie de tous les jours, une fois parti à l’aventure, ses convictions, sa manière de vivre, ses faiblesses vont être mises à jour par l’aventure.

Il ne suffit pas que le personnage s’entende dire qu’il est macho pour qu’il se transforme et arrête de l’être…non…Ça serait trop simple et, tout comme nous, votre héros a besoin de prendre du recul sur lui, d’apprendre des épreuves qu’il traverse et de prendre conscience de ce qu’il est vraiment.

Toutes ces découvertes, ces choses qu’il apprend sur lui doivent être autant de catalyseurs pour l’amener sur une autre voie…une autre forme de pensée. C’est ce mécanisme intérieur qui va permettre à votre héros de se transformer et d’être un meilleur homme ou une meilleure femme.

La différence entre ce qu’il était avant l’aventure et ce qu’il est devenu après doit être flagrante !

Les apprentis scénaristes ne savent pas comment « matérialiser » ce monde intérieur, ce que ressent le personnage, cette histoire qui se déroule à l’intérieur des personnages. Alors ils vont au plus simple et utilisent l’artifice de la voix off…de la pensée…du rêve…pour « montrer » à l’extérieur ce qui se passe à l’intérieur du personnage.

Vous savez à quel point je vous pousse à éviter cet artifice ! NE PAS UTILISER LA VOIX OFF, LA PENSEE etc…Car un film, un scénario, est là pour montrer les choses. Un scénario doit être dans l’action et non pas dans l’explication. Dès que vous rentrez dans le jeu de l’explication, l’intrigue ralentit…le rythme se brise…et votre histoire perd en efficacité


l'arc transformationnel

N’oubliez pas que vous devez montrer ! J’ai pris l’exemple d’un personnage macho car, autant il est facile de montrer un homme macho dans des situations de la vie de tous les jours, autant retranscrire le changement intérieur et la prise de conscience d’un tel personnage ce n’est pas évident…pourtant c’est possible.

Il est possible d’aller loin dans l’introspection…savoir d’où vient cette attitude, peut-être due à son père…à une histoire de cœur qu’il a eu plus jeune etc…revenir sur les traces du passé, revoir les personnages qui l’ont forgé peut l’aider à se transformer et avoir un autre regard sur lui-même.

Il y a quelques temps j’ai lu le livre suivant : Inner story : Understand your mind. Change your world.

C’est exactement ce que votre personnage doit faire, comprendre qui il est pour pouvoir changer le monde qui l’entoure (son monde).

Pour vous, en tant qu’auteur, c’est là qu’intervient la bible des personnages. Il faut travailler chaque fiche de vos personnages minutieusement. N’ayez jamais peur d’aller trop loin dans ce qui construit votre personnage. Qui est son père ? Sa mère ? Son copain d’enfance ou imaginaire ? Ses peurs, ses doutes, ses phobies, mais aussi ses talents, ses blessures ? (Amours de jeunesse, expériences traumatisantes etc…). Même si vous ne vous servez pas du tiers ou de la moitié de ce que vous avez écrit sur ces fiches, c’est autant de matière dont vous pourrez vous servir pour alimenter cette histoire intérieure. Plus vous en savez, plus il sera facile de trouver des éléments pouvant servir pour l’histoire intérieure et extérieure, c’est à dire l’histoire interne au personnage et externe.

Prenez le temps aussi de distiller une révélation, une vérité, elle aura encore plus de poids. Faites en sorte que votre personnage et votre spectateur prennent conscience en même temps.

Pour rythmer les changements intérieurs il faut que vous les combiniez avec les étapes clés du voyage du héros. Le voyage intérieur est intimement lié aux événements extérieurs que vit votre personnage et vice versa.

Voilà pour cet article sur : Le voyage intérieur

Je vous dis à la semaine prochaine. Laissez-moi un commenttaire sous cet article pour me dire ce que vous en avez pensé ou si vous avez des questions.

Partagez sans compter le blog avec vos réseaux et vos amis. Pour partager l’article il vous suffit de cliquer sur le bouton « like » en bas de cet article ;o) ainsi que sur le bouton de Google+, bref super facile ;o)

Merci à ceux qui le feront ;o) et qui le font déjà ;o)

Vous pouvez maintenant retourner au plan du site (Onglet Article) pour lire d’autres articles, il vous suffit de cliquer sur le lien.

A bientôt,

Tom Weil

À PROPOS DE TOM WEIL

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • khadidiatou

    Bonjour Tom j apprécie vraiment ce que vous faites on doit vous l dire souvent c une très belle initiative. Personnellement j’ai appris a mieux structurer mes scenarii grâce à vous.

    • Bonjour Khadidiatou,

      Merci pour les compliments. On me le dit de temps en temps, mais j’apprécie à chaque fois ;o)

      Je suis heureux que le blog te plaise et t’aide à aller plus loin.

      A bientôt,

      Tom

  • maria

    Bonsoir Steven,
    Tu as visionné Night Fare ? Tu as trouvé le DVD ?
    Bonne inspiration et bon courage!
    maria ☼)

    • Bonsoir Maria,

      Oui le DVD est dispo à la vente.

      A bientôt,

      Tom

      • maria

        Merci, Steven. ☼)
        Je vais tâcher, maintenant que je ne touche plus, jusqu’à nouvel ordre, à mon long de le visionner ainsi que ton « Enemy ».
        Encore plein d’idées en tête que je rédige dans le désordre au fur et à mesure du temps qui met, pour moi, plus de temps pour les choses quotidiennes obligatoires. LOL
        Pour écrire, j’ai gagné en vitesse !
        Bonne continuation et bonne inspiration!
        maria ☼)

        • Steven

          Bonjour Maria,

          C’est Tom qui t’as répondu, lol 😉

          Mais je confirme, il est disponible à la vente et oui, n’hésite pas à te procurer ces deux films si tu peux 😉

          A bientôt,

          Steven

          • maria

            Vi, Steven, tu as rendu à « César » ce qui lui appartenait. LOL !
            Alors, un merci mérité ☼).
            Pour les films, je migre un mois… sans oublier mon ordi et un téléviseur. Peut- être en streaming. Il faut qu’on m’explique, je ne l’ai jamais fait. (Domino de 4G pour remplacer ma live box).
            Je n’ai plus le temps matériel de les recevoir chez nous.
            Bonne journée.
            ☼) maria

          • Steven

            Bonjour Maria,

            Tu devrais regarder sur les sites comme Allociné ou Canal+ qui proposent des services de VOD (vidéo à la demande) par contre je ne sais pas si les deux films en question sont disponibles sur tel ou tel site.
            Je vais y jeter un coup d’oeil cet après-midi si j’ai le temps:)

            A bientôt,

            Steven

          • maria

            Merci Steven,
            J’ai vu et ne savais pas la signification de VOD. Je pourrais peut-être me rendre dans une FNAC ; j’y ai vu Night Fare. Le PB, si je commandais par correspondance, c’est qu’on me livre des blue-ray : je n’aurai pas le matos pour les visionner !
            Oui, si tu sais plus, je suis partante pour essayer. ( Canal +: je ne l’ai pas).
            Bonne journée et cordialement de
            ☼ maria.

          • Steven

            Re Maria!

            Alors voilà je te met deux liens où tu peux soit louer, soit acheter les films (j’espère juste que Tom n’y verra pas d’inconvénients):

            Night Fare : http://www.allocine.fr/film/fichefilm-237709/telecharger-vod/

            Enemy : http://www.allocine.fr/film/fichefilm-205131/telecharger-vod/

            A bientôt,

            Steven

          • maria

            Super, merci !
            @++++
            ☼) maria

          • Bonjour Steven,

            Oui pardon j’ai vu un peu tard que le message de Maria n’était pas pour moi…

            A bientôt,

            Tom

      • maria

        Oh ! merci, Tom,
        Aille, j’ sais pu lire ! LOL ! ( je retombe dans l’enfance ! Ça promet !)
        Excuse-moi de n’avoir pas lu jusqu’à la signature !
        Bonne journée !
        ☼) maria

  • Steven

    Bonjour Tom,

    Mouai…il va falloir franchement que je retravaille mon court.

    J’ai vraiment un problème avec ceci : ( La différence entre ce qu’il était avant l’aventure et ce qu’il est devenu après doit être flagrante !)

    Pas en général, car je comprends très bien ce que tu veux dire et je le constate assez souvent dans les films que je voie ( j’ai vu d’ailleurs l’autre soir Nightfare et c’est un très bon exemple pour ton article)
    mais dans mon histoire je pense que je donne beaucoup plus d’importance aux obstacles subits par le héros à et son environnement qu’une quelconque évolution, un changement.

    En écrivant ça, je me rends compte qu’il y’en a forcement une.

    Cela ne veut pas dire que mon personnage est plat (enfin j espère), mais que l’intrigue repose sur autre chose que sur une quête personnelle, ou des tares sur lui-même dont il viendrait a bout de par ce qu’il traverse.

    Mais c’est surement mon inexpérience qui parle, je vais méditer là-dessus et revoir pas mal de choses.

    A bientôt,

    Steven

    • Bonjour Steven,

      On ne vit pas une aventure pour vivre une aventure. On part à l’aventure car le héros est en recherche de quelque chose…qu’il en soit conscient ou pas. Il a un but et en parcourant son chemin pour atteindre son but, il apprend et c’est cette apprentissage qui le fait changer.

      Pour un court-métrage c’est un peu plus compliqué à mettre en oeuvre. Si ton court fait 3 minutes…je ne vois pas trop comment tu peux montrer cette progression. Mais il peut y avoir un changement entre le début et la fin. Faire vivre uniquement des obstacles à un personnage sans qu’il y ai une part intérieur de celui-ci qui évolue ça ne sert à rien…car le spectateur ne peut pas s’identifier…

      A bientôt,

      Tom

      • Steven

        Bonjour Tom,

        Ou peut-être que je ne sais pas encore « voir » le changement sur mon personnage car quand tu évoques l’identification du personnage et les obstacles qu’ils le font évoluer je n’ai pas de soucis avec ça, au contraire.

        Mais je trouve que l’évolution de mon héros à la fin de son parcours n’est pas « flagrante » ou du moins pas aussi significative que ce qu’il lui arrive, le climax.

        Encore une fois je vais revoir certaines choses, je suis peut-être à côté de la plaque sur ce point…

        A bientôt,

        Steven

        • Bonjour Steven,

          Pour un court-métrage ce n’est pas trop grave. Un court peut être une pastille ou reposer sur une chute…pas forcément sur le changement du personnage.

          A bientôt,

          Tom

  • maria

    Bonjour TOM,
    * Un article qui me parle, merci encore. ☼)
    Cette expression, elle m’ a toujours fait tilt quand tu l’as employée. Et les deux premières images que tu nous donnes, l’illustrent harmonieusement, je les ressens comme une envolée, une épopée…
    => J’avais oublié quelque chose d’important et dernièrement j’ai pu rectifier. Non seulement, l’amour vrai de la femme transforme le héros meurtri, mais lui transforme cette femme. Même les personnages secondaires sont transformés, moins fortement (« mon » héros, je l’ai choisi du départ et il reste mon héros).
    * J’aime cet exemple :
    « Sur la route de Madison », Meryl Streep, mariée, a eu une passion hors du commun avec un homme de passage, même pas une semaine. Elle a écrit sa belle histoire que ses enfants découvrent à sa mort. La fille, sur le point de se séparer de son mari, va mieux la comprendre, et en même temps aura un autre regard sur son couple. Le fils, outré de découvrir la sexualité de sa mère, va se transformer au cours de la lecture et comprendre sa mère.
    * Comme je passe à un autre projet ( moins « tortueux » que celui terminé), je tiendrai compte de l’arc transformationnel pour chacun de mes nouveaux personnages.
    * Je mesure tout ce que j’ai appris dans ton blog. ☼). J’espère l’avoir bien appliqué.
    Bien sincèrement de
    ☼) maria

    • maria

      PS. Re, TOM,
      * Il m’a fallu utiliser la voix off de mon héros, pas souvent mais un peu par obligation, pour renseigner en quelque sorte le spectateur ( l’ironie dramatique )
      Je spécifie alors « à lui -même ».
      a ) Je le fais au sujet de son intimité que lui seul peut exprimer, ou un médecin.
      b ) pour des choses aberrantes ( sa folie passagère).
      c ) pour les prises de conscience comprises dans sa « descente en enfer », en fait son introspection.
      * Au sujet des deux voyages dont tu parles, l’intérieur et l’extérieur, j’en vois se greffer d’autres.
      Exemples, dans certains films ou séries, le policier mène de front ses histoires d’amour ou de famille avec la réussite de son enquête. (obstacles en filigrane qui ajoutent au cheminement du héros ).
      Idem pour l’avocat, pour le truand, le prof ou je ne sais quel corps de métier ; même dans des films de guerre, peuvent se greffer des histoires d’amour, des drames etc.
      * Décidément, tu en fais ricocher de mes réflexions.☼) et j’aime ça, cet enrichissement. !
      * Pour le cinéma, avec toi et vous autres qui lisez.
      ☼) maria

    • maria

      PS. Re, TOM,
      * Il m’a fallu utiliser la voix off de mon héros, pas souvent mais un peu par obligation, pour renseigner en quelque sorte le spectateur ( l’ironie dramatique )
      Je spécifie alors « à lui -même ».
      a ) Je le fais au sujet de son intimité que lui seul peut exprimer, ou un médecin.
      b ) pour des choses aberrantes ( sa folie passagère).
      c ) pour les prises de conscience comprises dans sa « descente en enfer », en fait son introspection.
      * Au sujet des deux voyages dont tu parles, l’intérieur et l’extérieur, j’en vois se greffer d’autres.
      Exemples, dans certains films ou séries, le policier mène de front ses histoires d’amour ou de famille avec la réussite de son enquête. (obstacles en filigrane qui ajoutent au cheminement du héros ).
      Idem pour l’avocat, pour le truand, le prof ou je ne sais quel corps de métier ; même dans des films de guerre, peuvent se greffer des histoires d’amour, des drames etc.
      * Décidément, tu en fais ricocher de mes réflexions.☼) et j’aime ça, cet enrichissement. !
      * Pour le cinéma, avec toi et vous autres qui lisez.
      ☼) maria

      • Bonjour Maria,

        ça fait beaucoup de voix off tout ça ! Je suis certain qu’on pourrait tout enlever ou du moins réduire fortement ;o)

        Merci pour les compliments,

        A bientôt,

        Tom

        • maria

          * Non, Tom, pas tant que ça ! 3 ou 4 .
          C’est important pour sa prise de conscience, véritable psychanalyse qui va chambouler son récit. Je le connais tellement comme si …je l’avais fait LOL!
          Mon scénar contient un thriller psychologique. Il ne peut pas réaliser son projet s’il n’était pas guéri. Et encore, je crois qu’il l’est, en apparence, mais pas complètement. Si tu lis la dernière séquence, il a besoin de revenir sur ses « maux ». Chacun verra ce qu’il veut; après tout, l’histoire n’est pas fermée. ☼)
          L’ami « distille » des vérités, mais pas tout !
          (Dans « Juliet », j’ai vu une voix off dont les paroles iraient à mon héros. je l’ai ajoutée sans plagiat; j’en ai écrit une autre pour celle qu’il aime. => je trouve leurs amours plutôt…spéciales, même si ça marche !).
          * Les compliments, tu les mérites; j’aurais mauvaise grâce à ne pas le reconnaître. ☼) Et puis, je ne peux pas liker : c’est ma participation !
          * Passe une bonne soirée.

    • ;o)