Tourner comme un pro avec : la mise en place

Truc de Pro 

 

Optimisez votre tournage avec : La mise en place

 

La semaine dernière nous avons vu un « truc » ou plutôt un document pour faciliter vos tournages : le « jour à jour ». Grâce à ce document votre équipe et vos comédiens sont toujours en possession des bons textes sans se trimballer un scénario encombrant qui pèse 3 tonnes. Bref, grâce à l’article de la semaine dernière vous avez une partie de l’équipe qui est heureuse et ça, ça n’a pas de prix ! ;o) Cette semaine je vais continuer à parler de tournage et de mise en scène avec un sujet que j’ai abordé en Janvier : La mise en place.

La quoi ?

La mise en place ! Encore une fois, un tournage ça se prépare et il y a une méthode pour que celui-ci se déroule sans accro ou presque. Il existe une méthode qui permet à tous les corps de métier de savoir ce que l’on fait…bref, une méthode qui dit à tout le monde ce qui va se passer et vers quel objectif tout le monde doit tendre. C’est la méthode de la mise en place.

La mise en place est un élément à connaître et à appliquer dès que c’est nécessaire.

la mise en place

La mise en place c’est quoi ?

Je sais ce que vous pensez. Vous devez vous dire : « mais la méthode je l’ai et je l’applique. J’ai préparé mon film. J’ai fait un dépouillement, un plan de travail, des feuilles de services…tout le monde doit savoir ce qu’il a à faire non ?! ».

Vous avez en partie raison. Mais ce n’est pas parce que votre équipe sait que tel jour la journée commencera par la séquence 4, qu’il y aura tel et tel comédien, besoin d’un steadicam et j’en passe que l’équipe va savoir réellement ce qui va se passer.

La mise en place va permettre à toute l’équipe de voir les comédiens évoluer dans le décor, voir toutes les actions principales qui vont s’y dérouler pour appréhender tous les besoins : l’axe, comment le chef op doit éclairer la scène, ce qui va jouer ou pas en terme de décor et d’accessoires, quelle partie du décor sera hors champ pour entreposer le combo, le matériel etc…

C’est le 1er assistant qui est à l’origine de la mise en place, surtout à chaque changement de séquence. La mise en place de la première séquence de la journée, avant l’heure de prépa est de l’initiative du premier assistant mais souvent c’est le réalisateur qui en fait la demande.

Quand faire une mise en place ?

Voilà la question qui tue ! Dans un premier temps il faut que vous vous mettiez dans la tête que la mise en place n’est pas systématique. Si votre séquence est statique, pas besoin de mise en place. Mais :

  • Elle se prévoit la veille pour le lendemain
  • La mise en place se fait en début de journée pour la première séquence et ensuite à chaque changement de séquence

Exemple : Votre journée commence à 9H, PAT (Prêt à tourner), vous préparez donc, en général, une heure, c’est à dire dans notre exemple, 8H. Votre mise en place se fera donc à…7H45 ! Sur votre feuille de service vous convoquerez donc les comédiens concernés par la première séquence à 7H45 sur le plateau.

Si votre première séquence de la journée est un champ contre champ de deux personnages assis à une table…qu’il n’y a pas de mouvement…pas besoin de faire une mise en place avec les comédiens…deux doublures feront l’affaire.

Pourquoi avant l’heure de préparation ?

Car la mise en place ne doit pas prendre sur le temps de préparation de la lumière, de la caméra, des décors (accessoiriste) et surtout du HMC. Elle se fait donc avant ces étapes. En fonction de la complexité de la scène elle peut prendre plus ou moins de temps. En général 15 ou 20 minutes.

la mise en place

Les pièges de la mise en place

Alors, une mise en place ce n’est pas un moment de création ou de mise en scène. C’est à dire qu’elle n’est pas là pour aller dans l’émotion du jeu, dans le détail des gestes…Non, la mise en place est juste là pour voir grossièrement comment vont se déplacer les comédiens, ce qu’ils vont se dire en gros et avec quoi ils vont interagir…point barre ! C’est juste pour voir comment le chef op va devoir éclairer, où le perchman va, en gros, devoir se mettre etc…Elle n’est là que pour que l’équipe comprenne et voit ce qui va se passer.

Il ne faut pas traîner et commencer à se servir de la mise en place pour mettre en scène. Si vous êtes assistant vous devez laisser le réalisateur faire sa mise en place car c’est lui qui la dirige mais vous êtes le garant de l’optimisation du temps de celle-ci. Car si la mise en place s’étale…vous décalez d’autant la préparation qui suit.

Note : Même si le réalisateur est maître à bord, le premier assistant rythme la mise en place. Le réalisateur a toujours plus ou moins besoin d’un cadre (d’une structure) pour rendre cette mise en place efficace. Vous êtes l’homme (la femme) de la situation.

La mise en place n’empêche pas de confronter le découpage prévu par le réalisateur à la réalité de l’espace, des déplacements etc…On peut voir ce qui fonctionne ou pas. La mise en place peut être un moment de propositions d’éléments techniques, mais sans matériel.

Pour être clair : la mise en place N’EST PAS UNE REPETITION !

Comment bien faire une mise en place ?

C’est très simple…

La veille 

  • La mettre sur la feuille de service
  • Consulter le réalisateur et le chef op pour la pertinence ou non de prévoir une mise en place
  • Annoncer à l’équipe qu’il va y avoir une mise en place. Certains peuvent être intéressés en fonction de la séquence à tourner

Le jour même

 

Sont présents pour la mise en place

  • Les comédiens (nécessaires à la première séquence de la journée)
  • Le réalisateur
  • Le premier assistant
  • Le chef opérateur et cadreur (si le chef op n’est pas cadreur)
  • La scripte
  • L’ingénieur du son
  • Le perchman
  • Le chef électro

Le déroulement de la mise en place

Tous les membres de l’équipe sont là, sur le plateau, à l’heure de la convocation de la mise en place. Si je reprends mon exemple, tout le monde doit être là à 7H45. Les comédiens aussi !!!

  • Les comédiens sont amenés directement sur le plateau (non maquillés, ni en costumes)
  • Les « jour à jour » sont distribués
  • Le réalisateur, aidé de l’assistant, dirige la mise en place

la mise en place

IMPORTANT pour une bonne mise en place

  • Pas de matériel technique sur le plateau (caméra, perche etc…)
  • Pas de figuration
  • Le silence
  • Sont présentes uniquement les personnes utiles
  • Pas de travaux sur le plateau pendant la mise en place (les électros n’amènent pas de projo, de pied, pas de décorateur en train de fignoler le décor etc)

La mise en place entre deux séquences

Il faut être vigilant une fois que l’on a dit : « On change de séquence, on passe à la séquence machin ». Car les comédiens ont tendance à s’enfuir ou sont happés par le HMC pressé de faire leurs raccords, leur changement de costume ou je ne sais quoi…le comédien qui veut rentrer dans sa loge pour piquer un roupillon ou consulter son portable…

L’assistant doit tout de suite engager une mise en place de la séquence suivante pour que l’équipe sache, encore une fois, ce qui va se passer et préparer (éclairer, accessoiriser, monter un travelling, préparer la caméra avec le bon objectif).

  • Les comédiens doivent rester sur le plateau
  • Leur indiquer le numéro de la séquence (jour à jour)
  • Vider le plateau : c’est à dire que toutes les personnes qui n’ont pas besoin d‘être là sortent (figuration, visiteurs lambda, membres de l’équipe etc…)
  • Faire le silence

Cette mise en place, comme celle du matin, ne doit pas prendre trop de temps. D’ailleurs elle doit, en fonction de sa complexité évidemment, prendre moins de temps que celle du matin…10 minutes, tout au plus c’est suffisant souvent pour voir et dégrossir la séquence.

Encore une fois cette mise en place n’est pas une répétition !!!!

Voilà pour cet article sur : La mise en place

Je vous dis à la semaine prochaine. Laissez-moi un commentaire sous cet article pour me dire ce que vous en avez pensé ou si vous avez des questions.

Partagez sans compter le blog avec vos réseaux et vos amis. Pour partager l’article il vous suffit de cliquer sur le bouton « like » en bas de cet article ;o) ainsi que sur le bouton de Google+, bref super facile ;o)

Merci à ceux qui le feront ;o) et qui le font déjà ;o).

Vous pouvez maintenant retourner au plan du site (Onglet Article) pour lire d’autres articles, il vous suffit de cliquer sur le lien.

A bientôt,

Tom Weil

 

À PROPOS DE TOM WEIL

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • Steven

    Bonjour Tom,

    C’est donc une préparation avant la préparation, mais je me pose une question.

    A quel moment doit-on s’occuper du décor? Je ne parle pas de l’aspect technique (lumière, cadrage, ect…) mais de ce que la scène exprime dans ses détails.Par exemple, un moment de la vie quotidienne.

    A bientôt,

    Steven

    • Bonjour Steven,

      Ce n’est pas vraiment une préparation avant la prépa, car ce ne sont que les comédiens qui bougent dans l’espace de jeu. Cela évite que l’équipe prépare la scène et s’apercevoir qu’au final les déplacements des comédiens ne correspondent pas tout à fait à ce qui à été préparé ;o)

      Je ne comprends pas ta question sur le décor…

      Le décor doit être préparé en amont, c’est à dire avant que le jour de tournage prévus dans ce décor. En fonction de ce qu’il y a à faire, cela peut être la veille ou une semaine avant…

      A bientôt,

      Tom

      • Steven

        Bonjour Tom,

        D’accord je comprends mieux, et si, je pense que tu as compris ma question car tu y as bien répondu.

        En fait ma phrase n’était pas claire, je voulais dire plutôt ce que le lieu exprime.
        Le fignolage si tu préfères.

        Je te demande ça car j’avais en tête le documentaire « I’m fucking Kassovitz » où celui-ci pète un plomb au moment de tourner une scène car il se rend compte que les techniciens ne se sont pas foulés sur ce point (sur le tournage du film Babylon A.D).

        Si je me souviens bien, il dit qu’ils auraient pu au moins laisser un cendrier plein ou du linge traîner histoire de montrer que le héros est un célibataire qui vit dans une piaule pas terrible.

        A bientôt,

        Steven

        • Bonjour Steven,

          Oui je comprends. Le truc c’est que tu prends un exemple un peu à part…Kassovitz a un peu morflé et était un peu entouré de bras cassé…Tout bon réalisateur aurait eu la même réaction…un décor c’est fait pour ressembler à tout sauf…à un décor ;o)

          A bientôt,

          Tom

          • Steven

            Bonjour Tom,

            Je ne sais pas si c’était des bras cassés comme tu dis ou qu’ils s’en foutaient complètement, j’ai vraiment eu l’impression qu’ils avaient du mépris pour lui…
            Mais bon, c’est une autre histoire…

            A bientôt,

            Steven

          • maria

            Bonjour TOM et STEVEN,
            Décidément, vos discours m’interpellent.
            Cette histoire de décor d’un appart’ de célibataire. Un de mes héros, personnage pas si secondaire que ça, l’est ( vieux garçon !) et est bordélique. Son « rival » et ami d’autrefois est maniaque. Or, le jour où ils se rencontrent, après 20 ans de silence radio, l’appart’ du premier est impeccable, car la femme qui y a séjourné quelques jours avant y était présente. Alors, une présence féminine est là: des rideaux à fleurs, un coussin assorti, un bouquet sec…mais les tiroirs sont en fouillis.
            Quand une autre femme va y rentrer, un an après, j’ai oublié ce désordre dans mon scénar. Peut-être que le réal l’ajoutera ou l’accessoiriste, ou la scripte ?
            Qu’en penses-tu Tom ?
            Faut que je regarde si je puis l’ajouter sans décaler les sauts de page.
            Merci pour cette réflexion positive.
            Bien sincèrement de
            ☼) maria

          • Bonjour Maria,

            Tu peux ajouter des éléments au scénario dan les didacalies, ça rendra ta séquence plus forte.

            A bientôt,

            Tom

          • maria

            Bonjour et merci, TOM,
            Oui, j’ai trouvé une didascalie d’une ligne. À peu près ça:  » Pour arriver à s’asseoir sur le canapé, Ariel pousse une pile de vêtements et de papiers griffonnés).
            Bon dimanche en famille = c’est le jour !
            Bien sincèrement de
            ☼) maria.

          • Bonjour Maria,

            Tu peux encore appuyer tout au long de la scène si tu le souhaites.

            A bientôt,

            Tom

          • maria

            Bonjour et merci, Tom,
            Je suis contente d’attraper internet, même si c’est sur un autre ordi. Je pense que le mien est surprotégé ; il me faut reconfigurer ma 4 G; En Ardèche, ça marchait mais pas ici dans le Var.
            Bonne semaine et à bientôt ?
            Cordialement de
            ☼) maria

          • Bonjour Maria,

            Passe de bonnes vacances ;o)

            Tom

          • maria

            Merci, Tom,
            Des vacances… j’en ai toute l’année ! LOL ! Je n’aime plus la formule pourtant prisée autrefois: avec les années, les goûts changent ! Un avantage; le climat.
            Internet me manque, impossible de connecter mon ordi ! Heureusement, nous remontons début juillet. Ça ne m’empêche pas d’écrire, c’est déjà ça !
            Et toi, t’es en tournage ou ailleurs ?
            Bien sincèrement de
            ☼) maria

          • Bonjour Maria,

            Non je ne suis pas en tournage et je ne le serai pas pendant un moment. Ma vie à pris un tournant inattendu mais toujours dans le monde du cinéma ;o)

            A bientôt,

            Tom

          • maria

            Bonsoir TOM,
            Tu m’ intrigues ! Ce « tournant inattendu » te propulse-t-il plus haut sur l’arc transformationnel ?
            Le principal, c’est que tu gardes ton enthousiasme !
            Et tu continues le blog ?
            Crois en mes sentiments cordiaux.
            ☼) maria

          • Bonjour Maria,

            En quelque sorte plus haut oui ;o) Et oui je continue le blog, je ne veux pas vous lâcher…je ne veux pas arrêter…je vais avoir encore plus de choses à partager d’ici peu ;o)

            A bientôt,

            Tom

          • maria

            Super ! ☼) et bravo, Tom !

          • ;o)

          • Oui aussi sûrement.

  • maria

    Bonsoir Tom,
    Convivialité oblige, je ne peux lire que maintenant cette  » mise en place ». Comme toujours, j’imagine la somme de boulot qu’un film demande.
    Pour la « surprise », géniale et quel humour ! Après tout, une Juliet vaut mieux qu’une emm…! Quand même, un peu froide, non? LOL. Vous avez dû vous marrer.
    Ce court métrage, à qui est-il destiné? à une pub ?
    Bonne fin de long WE et cordialement de
    ☼) maria

    • Bonjour Maria,

      Oui nous nous sommes bien amusé…mais ce n’était pas un film facile, nous avons beaucoup travaillé.

      Ce film est destiné au festival, d’ailleurs il remporte un nombre de prix incroyable à travers le monde ! Il a aussi été acheté par Canal+

      A bientôt,

      Tom

      • maria

        Bonjour Tom,
        Oui, j’imagine tout ce travail sous-jacent pour que le scénariste déjà voie son boulot réalisé. J’ai vu ton nom et ton titre « Premier assistant réalisateur »! Bravo ! ☼)

        Je pensais en re-visionnant « Juliet », qu’on ne crée pas à partir de rien !
        Là, j’imagine – c’est visible – que le logiciel, pour faire naître cette femme  » idéale » (hum!) est née de pixels, autrement dit des fameuses cartes perforées par des 0 et 1, la base 2 en maths ! Formidable et je comprends son succès!
        Merci de le donner aux inscrits à la newsletter.
        Passe une bonne journée et bien cordialement de
        ☼) maria

        • Bonjour Maria,

          De quel logiciel parles-tu ?

          A bientôt,

          Tom

          • maria

            Bonjour Tom,
            C’est sûr que , à la base, Juliet est pur produit informatique, numérique. Il a fallu un logiciel pour qu’elle naisse, qu’elle fasse les tâches ménagères, qu’elle remplisse son …devoir conjugal (LOL !), qu’elle parle etc…
            D’ailleurs, les transitions de ce court métrage, sont explicites pour moi : ce sont des pixels innombrables embrouillés, comme sur les écrans de TV quand l’image n’est pas au top.
            C’est pas tout à fait hors cinéma, (pour moi !)
            Avant le numérique, étaient les mathématiques.
            …Mais, j’ai la cervelle en circonvolution parfois. (Ne t’inquiète pas !)
            Le numérique est tellement extraordinaire !
            Passe une bonne fin de journée, malgré mes élucubrations !
            Cordialement,
            ☼ ) maria

  • Luis

    Super clair, merci à toi c’est génial de mettre en forme ce genre de chose, c’est vraiment ce qu’il manque dans un tournage amateur ! 🙂

    • Bonjour Luis,

      Merci. Oui c’est important de pouvoir mettre en place les bonnes pratiques même dans un tournage amateur. Car ça va vous permettre d’être plus efficace et de tourner plus. N’hésite pas à partager l’article ;o)

      A bientôt,

      Tom