Faire un film ou faire un Téléfilm ?

Faire un film

pour la télé ou faire un film pour le cinéma ?

 

En voici une vaste question, non ? Et bien non ! Au fil des forums et des discussions que j’ai pu lire, certaines personnes arrivaient encore à dire : « Un film c’est sur grand écran ou ça n’est pas ! » Pardon ?!
Arrêtons les bêtises deux secondes. Il y a des scénarios de téléfilms qui sortent en salle, et il y a des scénarios de longs-métrages qui finissent sur une chaine généraliste !! Voilà la vérité.
Peut être qu’en temps que scénariste/ scénariste réalisateur, vous préféreriez voir votre film plus au cinéma qu’à la télévision et vis versa. Rien de plus normal.

Réellement il y a deux paramètres importants dans la décision

  1. le genre de votre scénario, son ambition
  2. le modèle économique
  3. Le genre est important. Si vous écrivez un film de genre type : slasher, science fiction, grosse comédie style « budy movie », horreur etc… c’est à dire tous les genres un peu hors normes, sachez que vous aurez énormément de mal à trouver un producteur et à fortiorie une chaine prête à vous produire, coproduire et diffuser. Dans ce cas préféré l’option cinéma.
  4. (La « norme » Française étant plutôt : Joséphine ange gardien, Julie Lescaut, louis la brocante, r.i.s etc…)
  5. L’ambition du scénario : même topo. La télévision ne peut lever autant de fond que le cinéma. Qui dit science fiction, dit studio, effets spéciaux, grosse équipe, maquillage.
  6. Je crois que vous avez compris.
  7. Le modèle économique est primordial et rejoint un peu l’ambition du scénario. En effet
  8. le budget d’un téléfilm est en moyenne de 1 à 1,5 millions d’euros. Il se prépare en 4 à 6 semaines; se tourne en 21 jours (et ça a tendance à encore baisser), soit un peu plus de 4 semaines. L’équipe du film tourne 5 minutes utiles par jour, autant dire que c’est très rapide. Le nombre de plans par jour avoisine les 12 à 15; parfois 30 plans avec deux caméras (que vous n’avez que quelques jours seulement sur la totalité du tournage, car cela coûte cher). De plus le format sera toujours de 90 minutes !!! ni plus, ni moins.

Nota : Les minutes utiles sont la somme de tous les plans tournés dans la journée une fois qu’ils seront montés. C’est la scripte qui pré-minute chaque scène et plan. Ainsi le réalisateur et la production savent où ils en sont.

ATTENTION : « la norme » Française change doucement. Des producteurs, alliés à certaines chaines comme Canal+ tente un nouveau genre de série : Les Borgia, Mafiosa, Braquo, Kaboul kitchen, working girls, XIII. Des séries hautement qualitatives, des scénarii dignes de ce nom avec un peu de budget. TF1 se met aussi au diapason avec une nouvelle série avec Jean Reno et tourné en Anglais.
Tout ça pour dire que les Murs entre la Télévision et le cinéma ont tendance à s’effriter et tendent plus vers le modèle américain. Mais nous sommes encore loin des 15 millions de Dollars d’investissement pour un pilote de série tel que Lost. Mais dans un futur proche nos series n’auront plus rien à envier aux series américaines commme : boardwalk empire, the walking dead, dexter ou breaking bad.

Revenons à nos moutons. Le cinéma est une autre façon de tourner, plus lente. Le budget d’un premier film est de 1 à 4 millions d’euros ; parfois un peu moins. Une productrice pour qui je travaille parfois vient de faire un long pour 600 000 euros (autant dire : avec rien). En moyenne la préparation est de 8 à 12 semaines. Le tournage de 50 à 60 jours soit 10 à 12 semaines. Le nombre de plans par jour tourne autour de 10 à 12. L’équipe du film tourne 2 minutes utiles par jours. Le format varie entre 1h 15 et 2h30.

faire un film

Kues/ shutterstock

Parlons un peu argent

Imaginons que vous écriviez un téléfilm unitaire ou une série ; outre le prix de la bible des personnages et la charte (pour une série !), le tarif pour un scénario est en moyenne de 40 000 euros. Un réalisateur peut espérer entre 35 000 et 60 000 euros pour le tournage.

Le cinéma lui à une autre approche. Réellement il n’y a pas de prix d’achat de scénario. Cela peut osciller entre 1 500 euros et 300 000 euros. Le salaire du réalisateur est au dessus de celui du chef opérateur soit 2500 euros/ semaine ou un pourcentage du montant du film. Mais un film est beaucoup plus long à monter financièrement. Il faut compter en moyenne deux ans pour que votre film voit le jour. Le système de distribution d’un long métrage est complétement différent d’un téléfilm. En effet, des spectateurs payent un ticket de cinéma. Au plus il y a d’entrée au plus tout le monde touche de l’argent. Sans compter les ventes de dvd, les ventes à l’étranger. Ce qui veut dire que le temps est plus long, mais les gains peuvent être substantiellement plus importants. A condition que le film marche, car si personne ne va voir le film : pas de retomber d’argent !

Pour faire simple, si vous pensez que faire un film va vous rendre  millionnaire, passez votre chemin. J’espère que cela vous aura éclairé.

Donc dans un premier temps, écrivez votre histoire, sans vous soucier de ces questions. Ne brider pas votre imagination, vous aurez tout le loisir de vous confronter aux producteurs et problèmes économiques plus tard.

Pour le moment un seul mot d’ordre pour faire un film : Le plaisir d’écrire.

Voila pour cet article sur faire un film ou un téléfilm. N’oubliez pas que faire un film c’est avant tout une superbe aventure. Faire un film c’est rencontrer des gens, des amateurs, des professionnels. On ne peut pas faire un film seul, soyez donc à l’écoute.

Si vous avez des questions n’hésitez pas à me laisser un petit message.

Si vous avez aimé cet article, la meilleure manière de me le dire c’est de cliquer sur le bouton « Like » en bas de la page. Vous pouvez retourner au plan du site pour lire d’autres articles.

Bon Courage,

Tom Weil

 

Image courtesy of Stuart Miles at FreeDigitalPhotos.net

À PROPOS DE TOM WEIL

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • Andréas Sfyridis

    Bonjour,

    Avant de commencer l’écriture de mon scénario, j’aimerais savoir une chose.

    Je vais utiliser l’identité d’une amie et ma propre identité dans l’histoire mais inventer complètement leur vie.
    Ai-je le droit d’utiliser nos réels prénoms ou dois-je en choisir des nouveaux ?

    Et puis, ai-je le droit d’écrire un scénario avec moi comme personnage principal ?

    Merci d’avance !!

    • Bonjour Andréas Sfyridis,

      Tu peux utiliser un prénom et un nom…je ne vois pas ou est le pb. Si demain ta copine ne veut plus que cela soit son prénom tu n’auras qu’a le changer. Ce n’est pas le nom qui fait le personnage !

      A bientôt,

      Tom

  • Camille

    salut,
    moi j’aimerai aussi faire un film j’ai deux trois idées mais au cinéma il on eu le meme idées donc j’ai plus trop d’inspiration et moi j’aimerai plutot un film du genre romantique mais voila je pense que j’ai juste besoin d’idées
    merci d’avance

    • Bonjour Camille,

      Je ne peux pas te donner d’idées…Je ne peux que t’aider à les structurer. Tu trouveras des ressources dans l’onglet : Articles.

      A bientôt,

      Tom

  • olivier

    Salut Tom,

    J’aurais voulu savoir si tu pouvais me conseiller sur la forme rédactionnel de concept tv (jeux tv et magazines tv d’émission people) ou me diriger vers un ouvrage relatif à la présentation. J’entend par là est-ce que la présentation de ces deux concepts est semblable à la présentation d’un film ou d’une série tv ?

    Aussi, bien que j’ai lu et grandement apprécié tes articles sur comment un scénariste vend ses projets à un producteur, j’aurais dans mon cas également voulu savoir:

    Comment se déroule la relation entre un producteur de télévision, possédant donc sa propre entreprise de production, et une chaîne tv ? Pour être plus précis, un producteur tv doit-il soumettre, dans le cadre uniquement d’une série tv, le projet fini à une chaîne tv ou négocie-t-il d’abord au stade du synopsis et si et seulement si le network est intéressé par ce dernier alors le producteur demandera à son pool d’auteurs de développer le concept ?

    Je demande cela car je possède plusieurs concepts de série tv au stade du synopsis, je compte monter ma société au vu de les produire mais afin d’avoir une idée du budget à prévoir au vu d’assurer le développement de ces derniers j’aimerais savoir si la chaîne informe d’abord le producteur sur son intérêt relatif au synopsis rédigé, ce qui permettrait au producteur de ne pas investir directement dans l’achat total d’un projet développé par un scénariste (développement, séquencier, traitement et continuité dialoguée du pilote), ou si la chaîne ne donnera aucune indication au producteur tant que le concept n’est pas finalisé entièrement (continuité dialoguée du pilote) ?

    Ce qui m’amène tout logiquement à me demander, si ma future société prévoit d’avoir annuellement 40 concepts tv (20 séries tv + 20 jeux tv) en développement ; doit-elle financièrement parlant prévoir dans son business plan l’achat du développement d’idée ces 40 idées de pilotes, dont l’idée m’appartient, ce qui ferait un total de 400.000 euros/an (40x 10.000e) de frais artistiques à sortir ou est-ce que le producteur paiera uniquement le développement du scénario, à partir de son synopsis, à un scénariste issu de son pool d’auteur (2000e à 3000e) et le proposera ensuite à une chaîne tv au vu de voir si elle s’avère intéressée par le scénario du pilote, signera un contrat, lui achètera le concept, et de ce fait le producteur rémunéra les 7.000e restants au scénariste. avec la somme encaissée par le network.

    Dernière question, le network signe pour la production du pilote à un producteur. Est-ce donc le network qui finance la conception du pilote ou est-ce au producteur d’avoir également prévu ces dépense dans son plan financier au vu d’également payer de sa poche la réalisation du pilote ?

    Merci pour ces précisions qui me permettront de comprendre le fonctionnement financier émanant des relations entre un producteur et un network et d’ainsi prévoir au mieux les dépenses artistiques annuelles d’une telle structure (société de production Tv) escomptant développé 40 à 50 projets par an, car 400.000 par an ça me paraît beaucoup !

    • Bonjour Olivier,

      Je ne peux pas t’aider sur les jeux tv, ce n’est absolument pas mon métier du tout. Monter une boite pour faire des jeux et des séries tv…je n’y crois pas. Ce ne sont pas du tout les même canaux relationnelles…les mêmes décideurs…je ne vois pas comment ces deux formats peuvent cohabiter en tous les cas au début.

      Un producteur (de série) ne mets presque pas d’argent perso. un producteur ça produit, c’est à dire qu’il cherche des scénarios, signe des options, développe des projets (sur ses fonds propres pour une partie), puis son métier c’est d’aller chercher des financements, monter des dossiers et passer des commissions, puis d’aller cherche une chaîne qui va participer au financement en numéraire et parfois seulement en industrie ou les deux.

      Avoir 20 concepts de série par an, les développer et les proposer aux chaînes, je n’y crois pas. Une série met parfois deux ou 3 ans avant d’être mis en production…car il faut du temps chercher des subventions, des partenaires…comment dans ce cas gérer 20 projets différents par an et suivre les 20 de l’années d’avant etc…

      Sans compter que tu souhaites monter des jeux tv…Sans parler du capital de la société, je crois de mémoire que les société de jeux finance les pilotes ou la majeur partie alors que les prods de ciné ou tv cherchent des financements et payent une partie du développement. En gros une émission de TV/ jeu peut couter entre 30 000 euros et 1 000 000 d’euros l’unité. Il faut prendre cela en compte dan sale capital histoire d’être crédible fasse aux chaines.

      A bientôt,

      Tom

      • olivier

        Salut Tom,
        Merci pour ces précisions !
        Pourrais-tu m’indiquer comment se rémunère un producteur tv lorsqu’il produit une série tv ?

        J’entend par-là, mise à part les 10% qu’il s’octroie sur le budget de production de chaque épisode, quels sont ses autres revenus relatifs à la série tv ? Signe t-il une clause stipulant qu’un pourcentage lui sera octroyé en cas de succès de la série ?

        Te remerciant d’avance pour ces infos car souhaitant créer ma société de production au vu de produire la série que j’ai créée ces renseignements me seront capitals.

        • Bonjour Olivier,

          Un producteur prends 7,5% de frais généraux. Puis son salaire de producteur et l’éventuel économie qu’il a fait sur ses dépenses. C’est le rôle du directeur de production, il doit respecter le budget mais aussi faire des économies. Les économies vont directement dans la poche du prod. Il doit aussi prévoir les 10% dont tu parles, mais c’est juste les 10% d’imprévus, qu’il gardera si le budget est respecté.

          Ensuite le producteur se rémunère sur les ventes de la série à l’étranger etc…

          A bientôt,

          Tom

  • Aurore

    J’écris depuis quatre mois une série plus une saga. J’en suis à l’épisode 13 et je sais qu’il n’y aura que 15 épisodes basé sur l’histoire du bossu de Paul Féval. Jusqu’à présent les versions tenait du livre et était des version historique avec jean marais, jean piat, daniel auteuil et bruno wolkowitch. J’ai suivi la ligne du fils de l’auteur qui avait écrit des suites. J’ai poussé l’audace de crée une descendante à Lagardère deux bon siècle après. Mais j’écris principalement en ayant mes personnage en tête ou mes acteur jouant les rôle d’où ma question, c’est surement juste pour me rassurer mais l’héritière c’est 8 ans de peaufinage. Est-il envisageable qu’avant de conviancre un prod ou une chaine on puisse monter son casting, convaincre les comédien pour lesquel on a écrit les rôles? En souhaitant que le cast séduise producteur et chaine?

    • Bonsoir Aurore,

      Oui, pas tout le casting mais avoir une short list du comédien (ou des comédiens, pas plus de 2) principal est une bonne chose. Surtout si tu as l’accord de ce comédien.

      A bientôt,

      Tom

  • Sallé

    bonjour,
    c’est quoi votre adresse mail ?

  • léanna

    moi j ‘aimerai savoir où faire un filme mais dans qu ‘el ville proche de sherbrook

  • léanna

    moi j ‘aimerai savoir où faire un filme mais dans qu ‘el ville proche de sherbrook

  • B3rtolli

    Bonsoir,

    Tout d’abord, merci pour ce site très enrichissant.

    Toutefois, une question me vient à l’esprit. Tu parles de minutage utile à tourner par jour. Cela doit intervenir dans notre budget (en tant que producteur) mais quelle « indication » cela nous donne concrètement ?

    – Est-ce que ça donne une indication sur le « budget du film » ?

    – Sur le temps de travail disponible pour la mise en scène ?

    – sur la durée des jours de travail ?

    J’ai du mal à comprendre comment ces minutes utiles par jour influencent mon travail de producteur.

    Merci d’avance pour la réponse, cela me turlupine depuis un bon moment ! 🙂

    B3rtolli.

    • Bonsoir B3rtolli,

      Merci pour le compliments, n’hésite pas à partager le blog et ses articles autour de toi, c’est le meilleur moyen de me remercier ;o)

      Pour répondre à tes questions :

      – Oui le minutage utile donne une indication sur le budget car suivant le format (court, long, téléfilm) il induit sur le nombre de jour de tournage.

      – Aussi car en fonction du minutage le découpage et le temps attribué à la mise en scène est plus ou moins réduit. Après évidement cela dépends si ce minutage correspond à une séquence ou plusieurs séquences. De plus ce minutage utile n’est pas le minutage tourné par jour…ce qui influe aussi sur le temps de la mise enceinte en fonction du nombre de prise par plan.

      – Oui, cf la réponse une ;o) Un minutage trop important sur une ou plusieurs journée peuvent générer des heures supplémentaires et imputer sensiblement le budget du film. Il vaut mieux parfois faire une ou deux heure sup pour réussir à rentrer la séquence plutôt que de payer une journée de plus à tout une équipe ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • Ecranvert

    Salut! Je viens vous voir parce que j’ai une idée magnifique pour faire un film:

    La Rochelle, 30ème siècle, dans un camp de vacances, une puce géante sauteuse fait des ravages, les enfants meurent dans t’atroces soufrance, certains sont mêmes décapités. Un garçon plus malin que les autres découvre qu’elle a un point faible, elle est allergique au sèche cheveux et se met à fondre au contact de celui-ci. Seulement, ce que les survivants du massacre ignorent, c’est que la puce géante sauteuse a engendré des monstres qui ne craignent pas le sèche cheveux…

    Vous en pensez quoi? Est-ce que ça pourrait intéresser le cinéma américain?

  • DJOUDY

    Bonjour,

    Je me permet de vous déranger afin d’avoir quelques informations. Cela fait maintenant un an et demi que j’écris un long métrage. Mon scénario a été lu par une professionnelle qui m’a conseillée retravailler certaines parties. Étant débutante dans ce domaine est-il possible de trouver des scénaristes qui acceptent de travailler avec des amateurs afin de retravailler le scénario? Si la réponse est oui pouvez-vous m’indiquer où je pourrais en trouver SVP.
    Je suis complètement perdu, je ne sais vraiment pas comment rebondir. J’ai vraiment besoin d’être entouré d’une personne avec un savoir faire.

    • Bonjour DJOUDY,

      Cette pro t’a dit que tu devais retravailler des scènes mais elle t’a ce qui n’allait pas ?

      Sinon dire ça sans justifier cela ne sert à rien.

      Je ne connais pas de pro qui bosse avec des amateurs…c’est beaucoup de travail. Certain font « du consulting » mais n’accompagne pas les projets. Ou alors il faut que tu fasses un stage d’aide à l’écriture ou là il accompagne les projets pendants plusieurs semaines, voir mois. Mais ce n’est pas donné.

      A bientôt,

      Tom

      • DJOUDY

        Bonjour,

        Oui la personne m’a fait un retour plus ou moins détaillé.
        Je me suis renseigné concernant l’accompagnement pour l’écriture d’un scéna mais les prix sont vraiment pas donnés.
        Donc si je comprend bien je n’ai pas vraiment de solution 🙁

        Merci d’avoir répondu à ma question.

        • Bonjour Djoudy,

          Il y a des stages subventionnés…ou à faible coût…mais c’est rare. Sinon les formations ou les suivis de projets coûte très cher. Voila pourquoi j’ai mis en place Scénario+ qui propose une méthode et un suivi personnalisé à moindre coût compère à un stage d’écriture.

          Mais les inscriptions sont fermés pour le moment et ne risquent pas d’ouvrir d’ici le début d’année prochaine…

          A bientôt,

          Tom

  • nathan

    Trés clair.

  • DieuDuCiel

    Salut Thomas,
    Tout d’abord, wow! Je ne m’attendais pas à trouver une banque d’information aussi complète et encore moins provenant d’une personne travaillant elle-même dans le cinéma. Merci pour tout l’effort mit dans ces lignes.
    Beaucoup de motivation et d’inspiration me sont parvenus en trouvant cet endroit il y a quelques jours, j’ai passé plusieurs heures à lire la majorité des information qui s’y trouve. Évidemment, je dois avoir plus d’une question, mais je tiens à te poser celle-ci: Ce qui m’allume, ce sont les films d’animation 3D. J’ai toujours eu un talent particulier en ce qui concerne l’écriture et je sens que je pourrais facilement mettre mon imagination sur papier. Là, je rêve peut-être trop gros, mais Disney/Pixar/Dreamworks me font rêver. Par contre, sur leurs sites ils mentionnent clairement qu’il est impossible pour quiconque d’envoyer leur script ou Storyboard, pour éviter les complications légales. Je sais qui c’est viser haut pour un début, donc je me demande par où commencer. Est-ce est chemin réalisable?
    Merci énormément.

    • commentfaireunfilm

      Bonjour DieuDuCiel

      Merci pour les compliments. A partir de ce mois ci nous serons deux à écrire des articles afin de répondre aux plus grand nombre que cela soit pour l’écriture scénaristique ou pour la mise en scène et le tournage.

      Oui vouloir tout de suite commencer par Pixar est un peu fou, mais pourquoi pas si tu as un énorme talent !! Je pense que pour réussir à les toucher il faudrait réussir à te faire représenter par un agent là-bas. Mais décrocher un agent sans jamais avoir rien fait cela risque d’être difficile. De plus cela veut dire que ton ou tes scénarios doivent être traduits en Anglais. Quand je dis traduits, je devrais plutot dire Adaptés, trouver une personne qui accepterez de le faire et dont l’anglais est la langue maternelle.

      Pourquoi ne pas commencer par un court. Tu as vraiment plus de chances de pouvoir montrer ce que tu sais faire. Si tu maîtrises les outils (logiciels) pour le réaliser tout même, je n’ai qu’un mot à dire : Fonce.

      J’ai vu des courts d’animation fait « à la maison » absolument incroyables et qui ont fait le Buzz. Rien de tel pour ouvrir des portes non ?!

      Bon Courage,

      Thomas J.

    • Richard

      Salut DieuDuCiel,

      C’est beau l’enthousiasme,mais je pense que tu devrais te rapprocher des humains. Les 3 studios que tu cites ont produit environ 130 films sur un paquet d’années.Participer à l’un d’eux en tant que scénariste est plus une consécration qu’un début de carrière.J’espère ne pas avoir brisé tes rêves parce que tout n’est pas noir.
      Les conditions pour te faire connaitre n’ont jamais été aussi accessibles qu’actuellement. Tout dépend de ce que tu veux faire, du temps dont tu dispose (en particulier pour la création et de ton age pour le général).

      Si seule l’écriture t’intéresse il faudra que ton scénario intéresse un producteur, situation classique. Avec internet ils sont plus facilement joignables qu’auparavant ce qui est sympa d’un côté mais ce qui augmente la concurrence de l’autre. Des scénariis géniaux il doit y en avoir des clés usb pleines. Mais si le talent est là les contacts s’établiront, lui a ses entrées par exemple chez « Arc Productions » ou « Filmax Animations » c’est pas « Dreamworks » mais bon. De toute façon il devra convaincre des financiers près à miser des millions d’€ sur ton texte . Le talent de l’écriture ne suffira pas il faut également sentir « l’air du temps » une demande d’un public.

      Comme le suggère Thomas commence en visant le court métrage.L’investissement est moindre pour le producteur et pour toi même (toujours le temps dont tu disposes).Comme cela tu peux faire différentes tentatives.

      Le gros avantage de l’animation c’est que tu as tous les outils pour faire ton cinéma à la maison.C’est justement le thème de mon site http://jefais-moncinema.fr/ .

      Si tu as le temps à consacrer à l’études de logiciels tu seras rapidement en mesure de faire les storyboards de tes histoires. Ça y est tu as un pied dans le visuel. Tes acteurs ont un physique et sont à ton service 24h/24h les décors correspondent à tes désirs.Les cadrages caméras sont facilement modifiables.Un scénario accompagné de son storyboard est plus sympathique à la lecture, le coté B.D très certainement.

      Et là DieuDuCiel tu deviendras créateur de mondes

      Si tu préfères la réalisation,cela demandera beaucoup plus de temps encore.C’est ce que j’ai choisi,mais je suis également le producteur donc pas de compte à rendre juste histoire de faire mon cinéma.

      Dans tous les cas il te faudra du temps, du travail,du courage et plus encore et peut être un jour arriveras un mail de spielberg pour demander si tu veux bien le rencontrer

      Richard

      • DieuDuCiel

        Thomas, Richard, merci d’avoir pris le temps de si bien répondre à mes questions. Je ne m’attendais pas à entendre qu’il était facile de rentrer comme scénariste chez Pixar dès le début, mais seulement quelques encouragement et je vous en remercie.
        Je commence mes études en cinéma en septembre parralèlement à mon écriture, de quoi réellement comprendre dans quoi je rêve tant de m’embarquer! Encore une fois merci, je sauvegarde vous réponses et je vous souhaite bonne chance pour le développement de votre blog, j’ai bien hâte de lire ce qui s’en vient.

        • commentfaireunfilm

          Bonsoir Dieuduciel,

          Attention je n’ai jamais dit qu’il était facile de rentrer chez Pixar ! J’ai juste dit que ce n’était pas impossible à condition d’avoir énormément de talents, de chances et de ténacité. De plus je t’encourage à te faire les dents sur des formats courts, qui pourraient à terme t’ouvrir des portes.

          Mais le chemin est encore long,

          Bon Courage,

          Thomas J.

    • Serpent ibiza

      Bonjour dieu du ciel,

      Je recherche un scenariste pour un film 3D, ou puis je te contacter?

      Merci,
      Snake

  • Driss

    Bonjour
    Avant tout on ne peut que vous remercier du fond du cœur pour votre altruisme et votre dévouement … à se demander pourquoi vous le faites. Autodidacte que je suis, je cherchais depuis des semaines des cours, des initiations, des livres (gratos bien sûr)… sur l’écriture du scénario (et uniquement le scénario) sur internet, j’avoue que je suis encore sur ma faim même si votre blog m’a été d’un très grand secours.
    Merci Monsieur.
    Partant d’un roman que j’ai déjà écrit, j’ai le film en tête et je pense pouvoir vaincre le dilemme romancier-scénariste, ce tiraillement entre la grande liberté de
    s’exprimer du romancier et les contraintes du filmable du scénariste, ce qui me
    reste c’est ce moyen, un site, des notes, un livre, une vidéo…qui m’expliquerai
    sous forme d’exemples, quelques situations, quelques cas… (Les délicats et non
    les simples).
    Connaissez-vous SVP un site (gratuit) qui puisse m’aider non à développer l’idée, l’intrigue…(La théorie). Ce que je cherche c’est comment puis-je formuler les différentes situations dans les séquences (La pratique, les détails et les détails des détails).
    Je suis impatient et enthousiaste d’étaler le séquencier de l’histoire de mon livre devant moi, suivant vos précieuses directives mais au risque de vous bombarder de questions, je me permets de vous envoyer quelques obus amicaux :
    – Le héros parle à lui-même des fois, il n’est pas schizophrénique, mais je veux que cet (autre) ce (clone) soit personnifié, la même personne en double se parle, des scènes fortes, remontrances, critiques… (dans mon roman) je me demande comment le faire, comment nommer l’(autre)…
    – Peut-on faire des flashbacks à l’intérieur d’un flashback, il faut les numéroter ?
    – C’est quoi un Off FLASHBACK ?
    – Je constate que l’anglais est toujours présent chez les scénaristes (vous aussi) est-ce le rêve d’Hollywood… ou une nécessité ? Je cours relire mes leçons d’anglais ?

    Merci Beaucoup, énormément, infiniment…

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Driss,

      Merci pour les compliments. Si j’ai bien compris tu fais l’adaptation d’un roman. Tu as donc les personnages, l’histoire (le début et la fin) avec les rebondissements et tout ce qui va avec…tu as ce site qui t’explique le voyage du héros mais surtout la mise en pratique de celui-ci : la timeline. qui est une méthode simple et pratique à mettre en place pour structurer une histoire, ton histoire.
      Grâce à certains articles tu sais comment présenter un scénario et le rédiger. Tout cela pour dire que je ne comprends pas ce dont il te manque ?
      Tu me demandes où tu peux trouver comment formuler les différentes situations dans les séquences ?? Personne ne pourra répondre à cette question car tu es le seul à connaître les réponses. Une fois que tu sais qu’un scénario est formé de didascalies et de dialogues, personne ne pourra t’en dire plus.

      Pour répondre à ta première question : Est ce que le double est visible ? Si oui, il te suffit de le nommer Arthur 2, Ou le double.
      Tout ce qu’il faut c’est que tu l’expliques ou que tu l’introduises de telle façon que le spectateur(lecteur) ne se posera plus de questions quant à son existence ou non, quelque soit son nom.

      En ce qui concerne les Flashbacks, je ne te conseille pas de faire des Flashbacks à l’intérieur de Flashbacks sous peine de perdre le spectateur, mais surtout le lecteur. Quoi que tu décides de faire, oui il faut numéroter les Flashbacks car ce sont des séquences à part entière. Donc si tu décides de faire des sous flashbacks il te faudra faire comme suit :

      Séq XX : Int – Cuisine – Nuit Flashback

      Blablabla

      Séq XXX : Int – Salon – Jour Flashback

      Blablabla

      Séq XXXX : Ext – Voiture – Jour

      Blablabla

      Tu es la deuxième personne à me parler de Off Flashback. Cela n’existe pas, si tu as trouvé ça sur un de mes commentaires c’est qu’il doit manquer quelque chose. Je vais rechercher.
      Je pense que ça doit être cela :

      Martine Off Flashback

      Blablabla

      Cela veut juste dire que Martine est off et que son texte est un flashback.

      Pour l’Anglais c’est malheureusement comme ça. Je ne suis pas fan des : fade in, fade out, cut, continued etc…..que l’on voit peu dans le métier, en France en tous cas !
      J’essaie d’en mettre le moins possible, mais ceux que j’emploie sont nécessaires à la compréhension pour les producteurs et le vrai vocabulaire utilisé.

      Bon courage,

      Thomas J.

      • Driss

        Effectivement j’avais mal exprimé ma question je la reformule donc. J’ai pensé qu’un scénariste professionnel, peut-être un enseignant…avait trouvé l’idée de répertorier les différents cas plausibles qu’on peut rencontrer lors de l’écriture d’un scénario (je parle en général et non les scènes propres à chacun) comme le cas que vous m’avez gentiment expliqué d’un personnage qui se parle à lui-même (visible
        à l’écran), des scènes qui commencent à l’extérieur et finissent à l’intérieur, des scènes ou les années passent vite, les effets spéciaux, l’architecture futuriste… mais apparemment personne n’y a pensé ou c’est infaisable justement.
        Je profite encore de votre gentillesse pour vous poser une question, est-ce vrai qu’il ne faut jamais spécifier les morceaux de musique qu’écoute un personnage (droits trop chers) ?
        Merci Beaucoup.

        • commentfaireunfilm

          Bonjour Driss,

          J’avais bien compris la question. Il est simplement impossible de répertorier tous les cas car il y a autant de cas que d’histoires, que de lieux, de personnages, de scénaristes, réalisateurs et d ‘époques….je comprends bien que tu parles de généralités mais il n’y a pas de calque possible à partir d’une sorte de « patron ».

          Même s’il y a parfois des cas qui se ressemblent, il y a tellement de variables à prendre en compte qu’il est au final impossible de les répertorier. Prenons l’exemple de ton histoire, le cas que tu m’as soumis m’a fait penser à un téléfilm de Jacques Renard nommé « Un Souvenir » avec Daniel Prévost. Imaginons qu’en plus du personnage qui parle à son double, il y ait une séquence commune dans ton scénario et ce film qui se déroule dans un bistro, et bien, tu ne pourrais pas t’en servir pour construire ta séquence car les enjeux sont différents ainsi que les actions…Même si c’est une scène que l’on retrouve dans pas mal de films (une séquence de bistro) elle est propre à l’histoire, aux personnages, mais surtout aux enjeux.

          Tu parles de l’architecture futuriste, j’apporterais la même réponse. Si tu prends total recall Année 90 et le remake, l’architecture n’a rien à voir, tout est une question de recherche de l’auteur, de sensibilité et d’interprétation.

          Voilà pourquoi j’ai aussi créé ce site car au delà de la méthode de la time line et de la mise en pratique du voyage du héros, je propose d’aider, au cas par cas, les auteurs ou scénaristes qui viennent ici et qui rencontrent un blocage ou une difficulté dans la technique pure de l’écriture.

          Pour répondre à ta question sur la musique, oui il est plutôt conseillé de ne pas spécifier les morceaux de musique pour un problème de droits, c’est vrai, mais surtout parce que le producteur qui te lira ne connaîtra peut être pas le morceau. Il risque donc de passer à côté, ne se sentant pas proche de ton univers, ou cela risque de le faire sortir de ton histoire.
          En revanche spécifier le genre, pas de soucis car ça nous permet de connaître un peu mieux le personnage.
          Il y a toujours une exception, si le morceau, que ton personnage écoute, à une importance dans le déroulement de l’histoire, alors oui il faut le spécifier.

          Bon Courage,

          ThomasJ.

          • Driss

            Je vous remercie pour vos réponses et vos précieux conseils, je vous recontacte encore pour essayer de dénouer deux situations :
            – Les transitions sont-elles obligatoires, ne dépendent-elles pas du ressort du réalisateur, je faute si je n’en mets pas ? Car je n’ai pas très bien cerné les transitions et comment les exprimer, j’ai lu qu’il en existe beaucoup sans autres détails.
            – Dans le scénario un personnage joue un one-man-show, (Comme les sketchs qu’on voit). Où il est questions de noms de célébrités, chanteurs, animateurs télé, politiciens, jusqu’aux
            présidents de France. Est-ce que ça passe ou non, légalement ou même commercialement ?

            Je vous renouvèle, mes respects et mes sincères remerciements.

  • maria

    Bonsoir Thomas,

    C’est ça, pour mon compte,je veux arriver au bout de mon défi. Pas pour l’argent, pour le plaisir.
    Me voici sereine. Je sais que mon projet est « viable »

    Je ne me suis pas trompée sur la signification du mot  » séquence » . Ce qui m’avait troublée, c’est que mon 2ème acte est à lui seul,une séquence, avec des retours en arrière et même des entrées dans le futur .
    Je pense savoir où je vais . (ma quête » )Réfléchir tout haut m’a fait comprendre que je n’en étais pas loin.
    Je pense gérer le temps de mon histoire ; encore pas la durée du film.Je ferai des essais de mise en page: par rapport à mon écriture manuscrite définitive.
    Le synopsis est plus net. Je ne pense plus rajouter quelque chose à présent.
    Sauf… Je ne suis jamais totalement satisfaite.
    Toutefois, j’aurai des questions à te poser .
    Ce qui suit tient toujours :
    * A la fin des commentaires de  » Janvier 2012″ , je me souciais de l’existence éventuelle de paysages « synthétiques » . Je suis bien incapable de la mise en scène de mon scénario . Mon but est de faire en sorte que le film soit réalisable, financièrement parlant; de trouver les moyens de compenser les frais occasionnés par la SACEM ou par la juste revendication des ayants-droit ,comme j’en ai déjà parlé.
    * La question qui suit découle logiquement : Il existe des CD de karaoké . Les frais énoncés plus haut ne sont-ils pas déjà comptés dans leur prix d’achat ?
    Je n’aime pas trop parler fric; mais il faut être réaliste : ces réponses , si elles sont positives, me feraient garder l’espoir.
    A une autre fois ! Thomas, si ça ne t’ennuie pas trop .
    Plus tard, j’aurai des questions plus « techniques  » à te poser ,des questions pour m’aider à « habiller le monstre ».
    Au revoir.

    • commentfaireunfilm

      Bonsoir Maria,

      Si ton deuxième acte n’est qu’une séquence pourquoi pas. Mais si tu fais des aller/retour dans le passé, le présent et le futur alors tu devrais avoir plusieurs séquences. Car chaque changement de temps ou de lieux tu dois créer une nouvelle séquence.

      En ce qui concerne ton problème de cout du film ou la recherche de financement. Une seul réponse : ce n’est pas ton problème ! ;o) mais celui de ton producteur. Nous (scénaristes) passons beaucoup de temps et dépensons beaucoup d’énergie à écrire. Si en plus il fallait chercher de l’argent……chacun son métier.

      En ce qui concerne les cds de karaoké, oui tu achètes les droits pour toi, pas pour en faire commerce….Tout comme les dvd que tu achètes, tu peux les regarder autant que tu le désires, mais en aucun cas peux les louer ou en faire commerce ou les partager sur le net ou ailleurs.

      Bon courage,

      Thomas J.

      • omega

        moi je cherche a faire un film c est tout!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      • omega

        mais pas comment!

        • Bonjour Omega,

          C’est derrière le : comment, que tu trouveras les réponses
          – comment l’écrire
          – comment trouver un producteur
          – comment trouver l’équipe
          – comment trouver les matos
          – comment réaliser
          – comment trouver l’argent.

          A bientôt,

          Tom