Faire un court-métrage partie 1

Faire un court métrage

Le court-métrage…la meilleur école

 

Réaliser un film…toute une histoire….

Depuis plusieurs semaines maintenant, je vous explique comment écrire un scénario. Pour moi c’est forcément la première étape indispensable pour faire un film.

Au fil de ces semaines des commentaires m’ont été faits. Un en particulier a retenu mon attention : « Soit plus pragmatique. » Il est vrai que certain d’entre vous ont des idées de films et qu’ils veulent les réaliser tout de suite, de plus les beaux jours sont là, vous avez un peu de temps pourquoi ne pas en profiter. Vous avez une idée et vous y croyez. Après tout, quoi que l’on en dise, ça peu suffire pour réaliser un…

…film, du moins un court-métrage. Soit !

Alors cette semaine nous allons voir comment faire un film. Comme je l’ai déjà dit vous n’avez pas besoin de grosse caméra ni d’une équipe de 40 personnes ainsi que 12 comédiens.

J’ai lancé une demande il y a quelques semaines sur Facebook (Comment Faire Un Film) pour que l’on m’envoi des courts-métrages. Peu m’ont répondu, mais je vais tout de même pouvoir vous donner un exemple simple avec une de mes réalisations.

Dans ce film il y a :

–       2 comédiens

–       1 caméra numérique basique + pied

–       0 lumière

–       0 machinerie

–       1 cadreur

–       1 réalisateur

–       1 accessoiriste

–       1 maquilleuse

–       de l’huile de coude

Le film a été tourné et monté en une journée. Je vais m’attirer les foudres, mais soyons honnête : ce n’est pas un chef d’œuvre. Ca m’a fait marrer et c’est le principal. Et puis surtout, il a le mérite d’exister !
Je suis parti d’un délire : écraser une petite vieille.

Ce qui est intéressant c’est le traitement. Plutôt que de filmer juste le choc, j’ai décidé de le mettre en scène.

Aujourd’hui, la plupart des jeunes réalisateurs qui décident de réaliser un film : réaliser un court-métrage, tombent dans le pire piège qui existe avec le numérique : la multiplication des plans et des axes. Ils se disent sans se l’avouer: « mon histoire est un peu faible, alors je vais ajouter des plans, ça fera passer la pilule ». Soyons objectifs, les plans sont là pour servir votre histoire pas le sauver.

Regardez ce court-métrage il est composé de 3 plans, ni plus ni moins.

Titre : Une leçon de cinéma (le court-métrage à chute)

Synopsis :

Une vieille femme sort d’un cimetière et marche sur le trottoir. Une voix off raconte sa vie.

Voici le découpage technique :

Plan 1 : Pano H-B + Trav AR

Plan 2 : Ensemble fixe

Plan 3 : Pano G-D

Le montage et la musique servent aussi le récit. Le noir et blanc appuie le coté misérabiliste de la vie de cette femme. La musique est larmoyante et cherche le même effet.

Les trois plans sont divisibles comme les 3 actes. Le plan 3 est intéressant à plusieurs titres. Ce qui arrive à la petite vieille peut être choquant. Donc, le fait de passer du noir et blanc à la couleur induit aux spectateurs qu’il y a une rupture et aide à l’acceptation de l’accident. On passe de la fiction à la « réalité ». On peut voir cela aussi comme un clin d’œil « une référence » à la série twilight zone (la 4 ème dimension), avec le narrateur qui « apparaissait «  à la fin de chaque épisode.

L’important pour que vous puissiez avoir un film qui se « tienne » :

–       Ne soyez pas seul, demandez à un copain de filmer pour que vous puissiez vous concentrer sur le(s) comédien(s).

–       structurez votre idée et pensez au découpage. Faites simple !!!

–       essayer de concentrer le tournage sur un temps court

faire un court métrage

Taksim Kabakou/ shutterstock

 Trucs et Astuces :

Vous n’avez pas de moyens pour le matos donc soyez ingénieux.

–       tourner par temps couvert plutot que plein soleil, cela évitera la surexposition et les différences de teintes

–       vous n’avez pas de projo, acheter une plaque de polystyrène (type depron) pour « déboucher » c’est à dire diriger la lumière naturelle sur les personnages. Sur l’un des côté plaquez une feuille d’aluminium de cette manière vous obtiendrez deux intensités de lumière

–       utilisez un pied de camera, il vous faut de la stabilité ! si vous décidez de faire du plan épaule compensé le maximum pour éviter les secousses sinon votre film sera irregardable

–       vous n’avez pas de chariot et de rails de travelling pour vos mouvements. Utilisé un fauteuil roulant, le coffre d’une voiture, un caddie de supermarché (mais recouvrez les roues de caoutchouc)

–       n’utilisez pas le micro de la camera, louer ou acheter un micro Hf , une perche et une bonnette ou déporter le micro de la camera sur une perche pour que le son soit acceptable. Sinon préférez la voix off.

–       N‘importe quelle camera fera l’affaire !!! du moment qu’elle soit numérique

Note : Aujourd’hui des outils sont à votre disposition pour vous aider à préparer ou à tourner votre premier film. Que cela soit des chercheurs de champs, des calculateurs de positionnement de soleil ou pour faire du repérage pour vos décors. Voici deux applications indispensables.

 Artemis View Finder                                                             Panascout

Chercheur de champs : Artemis view finder

repérage : Panascout

 

 

 

 

 

Prenez ce premier film comme un exercice. C’est en forgeant que l’on devient forgeron ! Et si votre idée fait mouche, vous n’êtes pas à l’abri d’un Buzz. Dites vous aussi que cela pourrait faire office de carte de visite pour un projet plus ambitieux afin de décrocher une production ou des subventions.

Envoyez moi les liens de vos œuvres ;o) Encore un fois, faire un court-métrage peut être votre sésame.

J’espère que cet article : faire un court-métrage, va vous permettre de vous lancer. Comme dise les américains une marche de mille pas commence par un pas ! faire un court-métrage pourrait être ce premier pas ! vous pouvez lire la deuxième partie de l’article ici.

Vous pouvez aussi lire d’autres articles en retournant sur le plan du site. 

Alors : En place, silence, moteur, ça tourne et Action !

A bientôt,

Tom Weil

Lexique Rapide :

Trav : traveling

Pano : panoramique

H-B : haut-bas

G-D : gauche-droite

AR : arrière

 

Image courtesy of digitalart at FreeDigitalPhotos.net

À PROPOS DE TOM WEIL

Tom

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…