Écrire un script percutant en retirant le superflu

Apprenez à retirer ce qui est en trop dans votre scénario

 

Lors du dernier article je vous disais qu’il fallait réussir à convaincre un producteur ou un lecteur avec uniquement les 10 premières pages de votre scénario. Pour cela il faut que l’exposition, le héros et tout ce qui nous permet de comprendre l’histoire et l’intrigue soit dans ces 10 pages. Alors forcément aller à l’essentiel c’est un exercice difficile et, il est vrai, comme quelques-uns l’ont dit dans les commentaires sous l’article en question que : « Lorsqu’un producteur lit le scénario, la continuité dialoguée, c’est qu’il a forcément lu le traitement et, que de fait, il irait plus loin que les 10 premières pages ». Ces personnes ont en partie raison. S’ils ont lu votre traitement on peut dire que les producteurs, réalisateurs ou lecteurs n’iront pas au delà de la 30ème page, mais quoi qu’il arrive ils ne dépasseront pas la 10ème page s’ils s’aperçoivent que votre scénario tire en longueur, même s’ils ont aimé le traitement !

Alors comment faire en sorte de « couper » dans votre scénario pour être plus percutant ?

Là se pose une question…Doit-on réécrire le scénario, l’histoire ? Ou juste enlever le superflu ? La bonne réponse est la deuxième question : Enlever le superflu. Aller à l’essentiel dans un premier temps ce n’est pas de réécrire votre histoire, trouver des solutions grâce à d’autres scènes, d’autres personnages…non. C’est retirer tout ce qui est en trop, tout ce qui ne sert à rien sauf à faire du remplissage, de belles phrases ou des effets de style.

Mais avant de voir ce que vous pouvez retirer comme éléments superflus, posez-vous cette question :

Est-ce que tous mes personnages et toutes mes séquences sont utiles et servent l’histoire ?

Enlever des personnages et couper des séquences va vous aider à gagner en temps et surtout en efficacité.

  • A quoi sert ce personnage ?
  • Qu’apporte t-il dans l’histoire ?
  • Est-il un faire valoir ou est-il là pour faire passer un message ?
  • Telle séquence fait-elle avancer la narration ?
  • Si on retire cette séquence, que se passe t-il ? Que comprend-on ?

écrire un script

Mais une fois que ce travail de « coupe » a eu lieu, est-il possible de faire mieux ? La réponse est oui, oui et encore oui. Si si je vous assure. Avant d’aller plus loin, je tiens aussi à dire que pour réussir à enlever des séquences ou des personnages il faut réussir à comprendre, ou du moins faire la part des choses entre :

  • Une bonne idée ou une super idée

Et

  • Une bonne idée ou une super idée

Ahahahahah, non non il n’y a pas d’erreur, c’est bien la même phrase ! Je m’explique : Il faut faire la différence entre une bonne idée qui fait avancer l’histoire, qui donne de la profondeur à un personnage ou fait avancer l’intrigue et Une bonne (ou super) idée qui vous plait, qui vous fait rire (et fera sûrement rire le spectateur) mais qui n’apporte rien aux personnages ou qui montre une facette du personnage qui n’amène rien à l’histoire ou à l’intrigue. Vous savez quoi ? Et bien cette bonne idée doit être mise à l’écart, rayée de votre scénario…oui je sais c’est terrible !

Il y a quelques mois j’ai commencé à écrire un court (une envie subite), une histoire qui traînait dans ma tête depuis un moment. J’écris en un temps record mais je m’aperçois très vite que mon scénario est trop long : 21 pages ! Soit, si je compte une minute par page : 21 minutes.

Vous qui venez ici régulièrement je vous répète à longueur de temps de ne pas dépasser 15 minutes (générique compris)…Alors je ne vais pas faire l’inverse de ce que je dis ;o)

Je coupe des personnages, des séquences et quelques bricoles et surtout une idée qui me tenait vraiment à cœur, que je trouvais vraiment drôle, mais avec le recul et en me posant les bonnes questions je me suis aperçu que cette idée n’était pas indispensable à l’histoire. Résultat, après avoir fait plusieurs coupes : 5 pages en moins ! Le scénario est plus court, plus rythmé…bref je suis content du résultat. Je suis toujours un peu long, le script fait 16 pages…mais je décide de me lancer tout de même.

écrire un script

Je l’envoie à une productrice (triée sur le volet). Quelques semaines plus tard, coup de téléphone : Elle adore l’histoire. De discussion en discussion elle me dit que mon scénario est trop long (tiens tiens !!!). Je lui donne raison, elle me donne quelques pistes par rapport à ses lecteurs et au fait qu’elle aime plus de choses que d’autres dans mon histoire. Je prends en compte ce qu’elle me dit et je me remets au travail.

Mais comment faire ? J’ai retiré tout ce que je pouvais…Si je change d’autres choses, ma structure ne tiendra plus (ou moins)…et je vais devoir réécrire mon histoire…c’est le serpent qui se mord la queue…

Alors comment faire une fois que tout est en place et qu’il faut encore gagner des pages et gagner en efficacité ?

Vous savez que vous n’avez pas le choix, vous devez trouver une solution pour rentrer dans les clous et contenter la production.

Voilà ce que j’ai fait et ce que vous devez faire aussi : Reprenez chaque ligne de :

  • Description
  • Dialogue

Parlons des descriptions :

Dernièrement j’ai ouvert (quelques jours seulement) un espace pour proposer des lectures de scénario pour les lecteurs de « Comment Faire Un Film ». J’ai lu un scénario d’un apprenti scénariste où sur plusieurs séquences il n’y avait que des descriptions de ce qui se passait ou de : comment était la pièce où se passait l’action. Cela ne sert à rien ! Décrire dans le moindre détail une pièce, un meuble, une entrée, un salon etc…n’est pas le travail d’un scénariste…mais celui d’un chef déco. Le scénariste doit donner des indications minimales et pertinentes pour que l’on comprennent où nous sommes et ce qu’est l’univers du lieu.

Ne pas trop mettre de descriptions détaillées va permettre au lecteur de se projeter plus facilement dans l’univers sans avoir à essayer d’imbriquer tous les détails d’une scène, avec tous les objets, que vous avez écrite. De plus ça laissera aussi de la place aux équipes de déco.

Idem pour ceux qui mettent des éléments techniques. Je rappelle qu’on ne met pas d’élément technique dans un scénario : travelling, zoom ou je ne sais quoi …Enlever ces éléments vous fera gagner de la place.

Si je devez faire court je dirais que : Vous devez faire passer le maximum d’infos ou d’émotions en moins de mots possible. Vous écrivez un scénario et pas un roman.

Donc n’hésitez pas à faire des coupes franches ! Je disais au scénariste apprenti : « divise pas 10 le nombre de lignes ! » Car les descriptions étaient très très longues. Essayez déjà de diviser par 2 pour voir ce que cela donne.

écrire un script

Les dialogues

Vous êtes (nous sommes ?) nombreux à écrire des tartines et des tartines de dialogues pour faire passer toutes les informations que vous souhaitez. Souvent vous ne faites tellement pas confiance aux spectateurs que vous racontez 30 fois la même chose et que vous expliquez absolument tout !

L’autre erreur c’est que de par les dialogues vous exprimez souvent des émotions ou des sentiments que le spectateur devra ressentir ou comprendre de par ce que véhiculent les personnages et les situations que vous avez crées. Je ne dis pas que le dialogue ne sert pas à véhiculer de l’émotion, bien au contraire mais le dialogue doit être utilisé pour sublimer ou appuyer ce qu’amène la situation.

Appliquez aux dialogues ce que vous avez appliqué pour les séquences :

 

  • Ce dialogue est-il nécessaire ?
  • Qu’apporte t-il à l’histoire, à la situation, aux personnages ?
  • Qu’apporte t-il à la compréhension ?
  • Permet-il de sublimer ce qu’amène la situation
  • Est-il trop explicatif ?
  • N’est-il pas trop long ?

Pour terminer cet article il faut que je vous dise maintenant ce que cette « recette » m’a permis de réaliser comme économie supplémentaire sur le scénario dont je vous parlais plus haut…2 pages ! Oui moi aussi j’ai trouvé cela énorme ! Mais en prenant du recul et en analysant minutieusement chaque ligne de dialogue, chaque description, chaque situation, voilà le résultat que j’ai obtenu.

Voilà pour cet article sur : Écrire un script en retirant le superflu et enfin augmenter vos chances d’être lu.

Je vous dis à la semaine prochaine. Laissez-moi un commentaire sous cet article pour me dire ce que vous en avez pensé ou si vous avez des questions.

Partagez sans compter le blog avec vos réseaux et vos amis. Pour partager l’article il vous suffit de cliquer sur le bouton « like » en bas de cet article ;o) ainsi que sur le bouton de Google+, bref super facile ;o)

Merci à ceux qui le feront ;o) et qui le font déjà ;o).

Vous pouvez maintenant retourner au plan du site (Onglet Article) pour lire d’autres articles, il vous suffit de cliquer sur le lien.

A bientôt,

Tom Weil

À PROPOS DE TOM WEIL

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • Edward Olivier Amougou

    Salut Tom !
    On dirait que tu as écrit cet article spécialement pour moi. Dans ma relecture de dépouillement du superflue, je me suis rendu compte qu’il y a une super super idée que j’ai eu et dont la transcription dans le scénario m’a pris quasi une semaine, n’est pas indispensable à la compréhension de mon histoire. Heuh ! je m’en suis mordu les lèvres. Pourtant l’idée est vraiment hilarante, d’un comique de situation avéré en rapport même avec la trame du film, mais dont la pauvreté l’est autant en terme de renseignement sur, soit le caractère de mon héro, soit en terme de déroulement d’un problème posé. ect…c’est le cœur meurtri que j’ai dû la retirer, en gagnant par la suite, en fluidité et en temps (six bonnes minutes).
    en outre, j’ai voulu me passer de l’exposition classique au début pour expliquer par la suite le comportement de l’héroïne en rapport avec tel ou tel situation qui motive son action. Soupçonnant que je n’ai pas tout à fait réussi cette technique, j’ai opté d’y réintégrer l’exposition classique au début. suis-je de trop ?

    • Bonjour Edward Olivier Amougou,

      Bravo pour ton travail, il est très difficile de faire ce que tu viens de réussir. En revanche je ne comprends pas trop ta dernière question.

      A bientôt,

      Tom

  • Oinora Tnecniv

    Bonjour Tom,

    Moi j’ai le problème inverse, je fais trop court.

    Je vais directement à l’intrigue en me disant qu’il est plus facile d’en ajouter que l’inverse.

    Est-ce une bonne méthode ?

    • Bonjour Oinora Tnecniv,

      Pour moi non ce n’est pas une bonne méthode. Il faut passer par un moment d’exposition pour bien donner toutes les cartes aux spectateurs et lui permettre de pouvoir s’identifier.

      A bientôt,

      Tom

  • maria

    Bonjour Tom,
    Je relis et cet article et ma nouvelle suite dialoguée, non terminée, mais bien partie.
    * Or, j’ai, auparavant, rédigé le séquencier, et vérifié que mes séquences aboutissaient déjà au climax. Autrement dit, qu’elles aboutissaient aux divers petits suspenses et au plus grand. Parfois, ces mystères – si je puis dire – débordent ce climax.
    (En plus, quelque chose, juste une impression pour le spectateur, flotte comme une attente).
    * Or, pas mal de détails importent car ils jalonnent l’histoire comme les cailloux d’Hansel. Ceux-là, je les garde. Et je garde aussi des emplacements importants d’objets dont on doit pouvoir faire le tour à un moment ou à un autre.
    Pour les dialogues, je vais aussi garder ceux qui y conduisent à ces suspenses, et expurger tout le  » en trop ».
    * Il faut aussi distribuer des infos pour ne pas tout dire d’un coup. (toujours la fameuse ironie dramatique). J’aime Hitchcock et la passion pour la taxidermie qu’il donne par petites touches à Anthony Perkins. Zut ! Je n’ai pas son talent ! LOL !
    * Pour les « cuts, fondus, volets » ou autres, j’ai compris: c’est le rédigé du scénar qui les induit. La vitesse ou le ralenti aussi, et tant de détails réservés à la réalisation.
    * Pour mon futur film, les sons comptent autant que les images. Donc, à chaque son ( « abstrait » si je prends pour exemple la voix off d’un personnage off ), il me faut attacher une image. C’est ça qui est difficile, mais je vérifie les didascalies qui font partie intégrante du son, qui sonnerait dans le vide !
    Ce qui serait longuet, car entendu sans image, ou avec une image trop monotone, sera « illustré ».
    => J’espère avoir compris, à présent.
    Mais nul n’atteint la perfection. LOL !
    * Je voudrais te remercier d’avoir fait la distinction entre « voix off » et « personnage off « : Ça m’aide énormément. ☼)
    Bonne soirée et bien sincèrement de
    ☼)maria
    ☼) maria

    • Bonjour Maria,

      Pour t’aider : Si tu veux faire parlé un personnage alors qu’il n’est pas à l’écran ajoute o.s, exemple :

      Paul (o.s)
      blablablablabla

      o.s pour Off screen. cela évitera d’induire le lecteur en erreur avec off ou voix off…

      A bientôt,

      Tom

  • Célia

    Bonjour Tom, je me présente rapidement je m’appelle Célia et j’ai 12 ans. Je sais je suis assez jeune.
    Dans la vie j’ai un rêve qui est de devenir un actrice et comme je ne trouve pas de casting adaptée à mon profil je désespère un peu. Alors un jour une idée mets venu et je l’ai ecrire sur une feuille. Mon idée et de proposer à un réalisateur mon idée de film puis si il aime bien lui demander de jouer dedans.
    Quant pense tu ? Crois tu que j’ai une chance de vivre mon rêve ?
    Bisous

    • Bonjour Célia,

      Effectivement tu es très jeune. ça serait te mentir que te dire : »oui c’est possible ». Il faut que tu t’accroches. Prend des cours de comédie, continu à regarder les castings, écrit des histoires…forme toi.

      Et pourquoi pas, un jour ça finira par payer ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • Fred

    Salut Tom,
    J’aimerais bien voir les deux pages de script! 🙂
    Est-ce possible? 🙂
    Fred

    • Bonsoir Fred,

      Quelles pages ?

      Tom

      • Fred

        Salut Tom.

        En lisant ton article, j’ai cru comprendre que tu avais un script de 21 pages qui a été réduit a 16 pages puis a 2 pages en suivant les conseils que tu donnes.

        (cf: Pour terminer cet article il faut que je vous dise maintenant ce que cette « recette » m’a permis de réaliser comme économie supplémentaire sur le scénario dont je vous parlais plus haut…2 pages ! )

        Comme je suis curieux par nature je me disais que ca serait intéressant de jeter un oeil a ses deux pages! 🙂

        Fred

        • Bonjour Fred,

          Ahhhhh non, soit tu as mal compris, soit je me suis mal exprimé ;o) Je disais qu’au final j’avais réussi à économiser encore 2 pages supplémentaires pour faire un court de 16 pages en tout.

          A bientôt,

          Tom

          • Tao

            justement, mettrez vous un jour  »à disposition » ces 16 pages ? Je serais très curieuse de voir comment vous faites car j’essaie d’écrire une adaptation de roman et j’en suis à 40 pages.. En fait je n’ai pas suivis les premières étapes de définition du personnage et de réécriture, j’ai pris le texte en pdf et j’ai enlevé le plus possible, erreur fatale x)
            De plus ce livre est une sorte de nouvelle de 75 pages, qui ne comprend que quelques lignes de description, tout le reste est du dialogue (ce livre est formidable) et je n’ai que 16 ans 🙂

            Merci.

          • Bonsoir Tao,

            Non pas pour le moment, mais pourquoi pas un jour ! C’est une bonne idée, mais pour bien comprendre le travail que j’ai fait il faudrait avoir toutes les versions !

            40 pages sur 75…effectivement c’est énorme. Mais après cela dépend ce que tu souhaites faire : un long (pas assez long), un court ? (c’est trop long)…un moyen métrage (ça serait le bon nombre de page, mais c’est une mauvaise idée.

            Beaucoup de dialogues ne veut pas forcément dire une information utile à chaque fois…il faut donc te focaliser sur l’essentiel.

            A bientôt,

            Tom

  • Sow Pedro

    Salut Tom,
    Ton article tombe à pic. J’ai fini d’écrire le premier épisode de ma première série. Et je me demandais si j’en avais pas trop rajouter dans le texte. Bref, je me tâtais pas mal sur le sujet.
    Merci.

    Par ailleurs, je me pose une question. Peut-être un article existe là dessus :
    Comment évaluer le temps ? J’écris en police Verdana, taille 12.
    Merci d’avance.

    😉

    • Bonjour Pedro,

      Oui il y a un article dessus. EN gros : Times new roman, caractère 12 = 1 minute par page.

      A bientôt,

      Tom

      • Sow Pedro

        Merci.

        😉

  • Arthur Cordonnier

    Bonjour Tom,
    J’ai découvert ce site il y a peu et il m’a déjà beaucoup aidé. Donc, tout d’abord, merci !
    Mais, il y a toutefois une question à laquelle je ne trouve pas de réponse ni sur votre site, ni ailleurs :
    Si une grosse partie de mon scénario ne se déroule que dans une seule pièce, comment dois-je

    faire le découpage du séquencier ? Une seule (longue) séquence ?

    Peut-être y avez vous déjà répondu, et dans ce cas, je m’en excuse.
    Quoiqu’il en soit, je me répète :D, merci.

    A bientôt,

    Arthur

    • Bonjour Arthur Cordonnier,

      Merci pour les compliments, n’hésite pas à partager le site autour de toi c’est le meilleur moyen de me remercier ;o)

      Oui j’ai déjà répondu à cette question effectivement mais le blog contient plus de 170 articles et plus de 11 500 commentaires…je comprends que l’info, parfois, est difficile à trouver ;o)

      En fait, le fait que le lieu ne change pas, ne signifie pas que le temps lui est constant ! Je veux dire par là que tu dois surement utiliser des ellipses…la rupture de l’espace temps est ton unités pour changer de séquences ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • Henri-Pierre Juguet

    Bonjour Tom (Maria et Christophe heureux de vous retrouver)
    Je vais me permettre d’ajouter à ce que dit Tom sur les descriptions. Si vous avez une séquence dans une cuisine, inutile de la décrire par le menu. « Une cuisine bourgeoise » est un bon début. Ajoutez ensuite quelques précisions en allant vers la précision : « Une cuisine bourgeoise ultra-moderne »
    ou « de style ancien ». Ou « Vaste » (à chaque fois le nouvel adjectif s’ajoute, ce n’est pas « à la place de » ce qui précède).
    Mettez un mot sur son état : propre, en désordre, etc…
    A la fin vous obtenez : « une cuisine bourgeoise très moderne, vaste, propre mais en désordre »
    Un petit mot sur la dominante couleur, ou sur le manque d’unité si vous préférez.
    Ajouter un petit mot sur la décoration : une photo des enfants, du chat, un objet insolite, etc…
    Votre décorateur saura de quoi vous parlez et pourra vous proposer plein de choses.
    « une cuisine bourgeoise très moderne, vaste, propre mais en désordre, claire, aux meubles bien assortis. Une photo du chat près de la plaque de cuisson »
    1 ligne et demi (courte) suffit. Plus efficace que 5 lignes.

    • Bonjour Henri-Pierre,

      Amen ;o)

      A bientôt,

      Tom

      • maria

        Merci Henri-Pierre,
        Moi aussi, j’aime retrouver les fidèles du blog.☼)
        Pour la concision, je suis en train de la faire. Peut-être ça n’atteindra plus les 95 pages!
        Pas facile, j’ai une time-line riche, mai pas embrouillée.
        Grâce à l’analyse de Tom, ses derniers articles, ça roule pas mal ! surtout depuis que j’ai ré-écrit la séq.1.
        Bonne soirée ainsi qu’à Tom
        ☼) maria

        • Henri-Pierre Juguet

          Bonjour Maria,
          La réponse de Tom m’amuse.
          J’ai tout faux ? ou j’ai fait un bon résumé, mon cher Tom ? 😉
          J’en avais autant pour les dialogues, mais bon, à chacun aussi de découvrir !
          J’aimerais faire un jour un post un peu plus long sur les dialogues. Mais je vais attendre d’être provoqué, tiens donc !!!

          • Bonjour Henri-Pierre,

            Tout va bien ;o) Ma réponse était simplement pour dire que la messe était dite ;o) C’était concis et clair.

            Pour les dialogues je prépare un article dessus, mais si tu penses en être capable je veux bien héberger ton travail ici.

            A bientôt,

            Tom

          • Henri-Pierre Juguet

            J’avais bien compris, éh éh !
            Pour les dialogues je pense que je pourrais faire quelque chose mais j’ai bien peur que le temps me manque cruellement. Je viens de réaliser un court, dans des conditions météo qui m’ont bien pourri la vie… Le dérushage n’est pas vraiment commencé… j’ai donc peu de temps. Tu connais.
            Mais par contre si cela ne te dérange pas je posterai des réponses-z-et commentaires à ton article. Comme d’habitude !
            Si toutefois j’ai le temps, je te le ferai savoir ici. Dis-moi dans combien de temps tu pensais poster l’article ?

          • Bonjour Henri-Pierre,

            Je ne sais pas d’ici 3 semaines…

            A bientôt,

            Tom

          • Henri-Pierre Juguet

            OK. J’essaie de faire un effort… Je te dis ça dans une semaine environ

          • Bonjour Henri-Pierre,

            Ok ;o)

            Tom

          • maria

            Bonjour Henri-Pierre et Tom,
            Tom t’a répondu.
            Je n’ai pas pu te dire à temps que son « Amen » n’a rien d’ironique. Je l’ai déjà entendu pour d’autres « messes », LOL !
            Bonne fin de journée à vous deux.
            ☼) maria

          • Henri-Pierre Juguet

            Ah, Maria ! (bonjour à toi) tu as raté la correspondance du train ! Rires. Mais merci tout de même de ce post.
            En fait il n’y avait pas d’ambiguïté dans ma tête, mais je préférais qu’il n’y en ait pour personne !
            « Cuisine étroite, meubles fatigués, gazinière en mauvais état. Magnets et photos partout sur le frigo, lui-même abîmé. Vaisselle sale plein l’évier, restes de nourriture »
            Si un chef déco fait pas ce que tu veux avec ça ! En plus tu te seras fait un sympathique ennemi ! (parce que les restes de nourriture il ne va pas aimer, je pense….éh éh)

          • maria

            Coucou, Henri-Pierre,
            Sais-tu ? Il n’aura qu’à les mettre avec des pincettes et se pincer le nez !
            ☼)

          • Henri-Pierre Juguet

            Le problème c’est si la cuisine sert pour 6 séquences sur 3 jours ! et toujours dans le même état !
            Mais je pense, plus sérieusement, qu’on peut fabriquer avec des mousses, des latex, des cartons, etc… les nourritures avariées. De toute façon,, même en dehors des questions d’hygiène ou d’inconfort, rien ne tiendrait 3 jours dans le même état, avec les lumières qui dégagent de la chaleur, etc…

          • maria

            Re, Henri-Pierre,
            Si j’ai bien compris les leçons de ciné de Tom, j’ai mieux à suggérer, sans latex ou autre mousse ou autre carton. LOL !
            C’ est de grouper ces 6 séquences censées se dérouler sur 3 jours, en « une fois  » , le même jour…grâce à une bonne organisation au départ.
            Truffaut sait bien, même s’il fait jour, même s’il fait beau, faire tomber la nuit, faire tomber la pluie au bon moment.
            Le cinéma a quelque chose de magique.
            Avec toi, pour le cinéma !
            Et coucou Tom
            ☼) maria

          • Henri-Pierre Juguet

            Oui oui, c’était une plaisanterie !
            Qui tenait d’un plan de tournage réunissant toutes les séquences avec objets litigieux… 7 séquences, même tournées les unes derrière les autres hors chronologie, ça peut prendre 3 jours !
            Ceci dit la « nuit américaine » (celle qui est tournée en plein jour) est une solution. Pour la pluie : en vraie elle ne se voit tout simplement pas ! il faut arroser (en plus elle s’invite plutôt quand il ne faudrait pas, je viens d’en faire la pénible expérience). Les éclairs se faisaient autrefois … avec différents appareils électriques (postes à souder….) dont l’utilisation pour ces usages à été heureusement abandonnée ! (j’ai déjà donné, ça faisait tout de même un peu peur !…)
            On fait maintenant très facilement les éclairs avec Première ou AfterEffects. C’est même facile et on peut tout contrôler : fréquence, chemin, largeur, etc…
            Il y a même de quoi simuler les tremblements de terre plutôt que de secouer la caméra. Et c’est beaucoup plus réaliste !
            Oui, c’est magique, et c’est surtout technique !

          • ça me fait penser aux phalanges de pierre, pour le tremblement de terre, tout à été fait en trucage « réel » et non numérique…le rendu est bluffant.

            A bientôt,

            Tom

          • maria

            Oui, TOM, et Henri-Pierre,
            Ça me conforte que tout peut se faire au cinéma.
            Longtemps, j’ai eu peur de trop demander à l’image.
            Souviens-toi, Tom, quand j’ai visionné « Les phalanges de pierre »,( je ne savais pas que ce court était de toi), une phrase m’est venue à l’idée : « Objets inanimés, avez-vous donc une âme ? »
            Bonne soirée de
            ☼) maria.

          • maria

            Bonjour Tom,
            Excuse-moi, et Henri Pierre aussi, de m’intercaler.
            Je sais…je ne suis que scénariste…(enfin… presque !).Je suis en train de faire mes preuves en tout cas ! LOL
            => Ça ne m’empêche pas de m’intéresser à la réalisation.
            Pour une « chorégraphie »,(enfin ce n’est qu’une ébauche, évidemment, le réal saura choisir ses artistes pour ce faire « en vrai » ), j’ai besoin d’un grand oiseau qui plane, de son ombre (pas le Saint Esprit, LOL !); il agiterait ses ailes comme tes colombes.
            = >Tu saurais, toi !
            Bon, allez ! j’arrête de rêver ! Je repars dans mes écritures.
            Cordialement de
            ☼) maria

          • Bonjour Henri-pierre,

            …je ne sui spas certains que l’on voit la bouffe dans l’évier sur chaque plan, axe ou valeur…l’accessoiriste ne les mettra que si nécessaire ;o) Et puis 6 séquences sur 3 jours…sur la même continuité…mouais…

            A bientôt,

            Tom

          • Henri-Pierre Juguet

            Bon, tout ça c’est pour rire ! 😉

          • ;o)

          • ;o)

  • Yann Deparis

    bonsoir Tom
    content de voir que ma dernière question ( et oui c’était moi .. ) t’as inspiré un nouvel article,
    mais en ce qui concerne les règles édictées ci-dessus, que j’applique à la lettre ( je coupe, je coupe …)
    est-ce les règles pour tous les types de films ? par exemple pour un film d’action à la Stallone ( Expendables par exemple) il y a beaucoup de scènes que l’on pourrait couper / remplacer, car c’est surtout de la bagarre pour combler les 1h30 avec comme excuse une histoire ( souvent la même … )
    donc ma question : cette règle s’adapte – t’ elle a un film d’action ?
    car dans mon scénario ( style « le sixième sens » ) je dois tuer mon héros au début du film ( et oui c’est possible … ) et pour le tuer avec panache, j’ai une grosse scène d’action durant les 8 premières minutes, qui me permet aussi de présenter les principaux personnages !
    merci !

    • Bonjour Yann,

      Oui je ne vois pas de pb à insérer une scène d’action surtout si elle amène quelque chose à ton histoire ;o) Ce qu’il faut éviter ce sont des séquences « plaisir » de l’auteur qui ne font pas avancer le schmilblique ;o)

      En ce qui concerne les films d’actions…style « Expendables » il faut qu’il tienne en 1H45 et doit aussi penser à faire une cure d’amaigrissement du scénario à un moment ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • Océane

    Bonjour Tom,

    Suite à la lecture de votre article, nous avons retravailler notre scénario.

    Est-il possible de vous l’envoyer afin d’obtenir une analyse professionnelle ?

    Merci d’avance.

    Océane.

    • Bonjour Océane,

      Pour le moment les espaces de lectures sont fermés.

      A bientôt,

      Tom

  • Christophe

    Bonjour Tom,

    Sympa et utile cet article, toujours basé sur ton expérience ;o)

    Bizarrement et perso, j’ai plus l’impression de ne pas en écrire assez. Quand j’écris la continuité, je fais court en me « censurant » dès le départ. Chaque mot doit avoir son utilité. Pour mon long, je flirtais avec les 90 min mais vers le bas…

    Un article sur la dramaturgie, voilà un beau challenge fort intéressant ;o)

    A bientôt.
    Christophe

    • Bonjour Christophe,

      Pour l’article sur la dramaturgie, au fond, je ne sais pas…il y ajuste des gens qui écrivent des bouquins entier sur le sujet lol Mais bon…

      Pour ce qui est de ton impression je comprends. Mais même si on choisit parfois (souvent) chaque mot n’y a t’il pas moyen d’être plus efficace ?

      A bientôt,

      Tom

  • Alain Lévesque

    Il n’y a rien de mieux que de communiquer sa passion, ces étincelles imaginaires éclatent de joie pour toutes les raisons du monde, surtout les siennes…merci de stimuler notre sens critique et n’ayons pas peur du ridicule, ça peut faire rire…

    • Bonjour Alain,

      ça peut faire rire…et puis surtout on s’en fout :o)

      A bientôt,

      Tom

      • Alain Lévesque

        Avec toute la tristesse de ce monde, n’est-il pas temps de favoriser les scénarios qui font grandir l’âme? N’y aurait-il pas moyen de suggérer des façons de faire pour amener , proposer un penchant positif considérant que la moitié du monde n’ont pas d’opinions et qu’ils sont influençables?

        • Bonjour Alain,

          Il y a des scénarios qui font grandir l’âme..ils ne sont pas légion c’est vrai. Mais aujourd’hui on pense plus à fédérer le plus grand nombre autour de projets calibrés.

          A bientôt,

          Tom

  • Bachir Diop

    Bonjour Monsieur Weil je peux dire que cette article tombe bien car je viens juste de rayer quelques éléments inutiles de mon synopsis et je me dit que l’importance c’est le vif du sujet.Bon a propos quest-ce-que la dramaturgie?.Je vous prie de me donner des détails sur la dramaturgie. Bon Dimanche Cordialement,

    • Bonjour Bachir Diop,

      Ta question sur la dramaturgie mériterait un article !

      A bientôt,

      Tom

      • Bachir Diop

        Merci Monsieur Weil pour votre disponibilité bon j’attend l’article sur la dramaturgie afin de maitriser cette aspect du cinéma Bon Dimanche Cordialement,

  • Bryan

    Hello ! Merci pour ce billet très utile aux apprentis scénariste comme moi-même. J’aurais une question par rapport à l’étape d’envoie. Comment trouves-tu le producteur idéal ? Ou plus généralement, comment contacter un producteur ?
    Super site en tout cas ! Keep it going

    • Bonjour Bryan,

      Tu trouveras plusieurs articles dans l’onglet : Articles. Ou tu trouveras les réponses à tes questions.

      A bientôt,

      Tom

  • maria

    Bonjour TOM,
    Super cet article.☼) Maintenant que je sais où je vais, tout au moins plus nettement, je vais faire en sorte d’appliquer ces conseils. Il me faut parfaire des séquences, peut-être en supprimer. J’ai divers petits suspenses, un grand aussi, pour satisfaire la curiosité du spectateur.
    Parfois, la description d’un lieu est importante : d’un coup d’œil, il peut afficher le passé du héros. On doit faire confiance au réal et à son assistant qui sauront donner des directives à l’équipe, orienter en somme caméra, son, et tout « ce grand monde » du cinéma..
    Je croise les doigts pour que mon scénario soit net, précis et évocateur.
    C’est pas mal parti ! J’ai davantage confiance en moi depuis le rédigé de la séquence 1.
    Merci encore Tom, ne me réponds pas  » de rien « . LOL!
    De toute façon, même si ça n’intéresse pas une production ( j’attends cette éventualité ) je suis heureuse d’arriver au bout d’une histoire sous forme de scénar, pas d’un roman, sans expliquer !
    Voir, entendre, pour rallier un public.
    Bon dimanche et bien sincèrement de
    ☼) maria

    • Bonjour Maria,

      Les description sont importante mais doivent rester simples et courtes. Effectivement après c’est le travail du réalisateur et de ses équipes de donner « vie » à l’univers.

      A bientôt,

      Tom