Doit-on tout accepter pour faire du cinéma ?

Savoir faire attention aux conditions de tournage

 

Aujourd’hui je tiens à partager une petite réflexion sur : Doit-on tout accepter pour travailler dans le cinéma ? Que l’on soit débutant ou déjà pro.

Cette question m’a souvent trotté dans la tête. Alors doit-on accepter toutes les conditions : Baisse de salaire, condition de logement, heures supplémentaires ou de préparations non payés, journée à rallonge, prendre des risques etc… ?

Je crois toujours que non. En tous cas pas n’importe quand et n’importe comment.

Personnellement je pars du principe que lorsque l’on s’engage on doit aller jusqu’au bout. Mais il faut avoir toutes les cartes en main pour prendre la bonne décision. Pour cela la production, l’association, ou votre pote qui réalise, doit vous dire exactement comment cela va se passer. Une fois que le technicien, l’artiste et l’équipe ont accepté les conditions : salariales, de travail, de logement, entassés comme des travailleurs pakistanais à Dubaï (bon j’en rajoute peut-être des tonnes là !lol), d’éloignement (si le film ne se passe pas proche de chez vous) de leur famille, bref, si les gens ont accepté, il ne doit pas y avoir de problème. Après tout ils sont grands, majeurs et vaccinés ! On ne leur a pas mis un couteau sous la gorge.

Mais pour ceux qui veulent se professionnaliser, je tiens juste à leur rappeler que nous avons un métier et un statut précaire.

Que toutes les concessions salariales que nous faisons ou acceptons ont des répercussions sur nos vies…Pourtant nous acceptons (je l’ai fait assez souvent) de travailler à – 20% ou encore -50 % de notre salaire et là je parle du tarif syndical ! pourquoi ?

conditions de tournage

Parce que, comme tout le monde, nous les techniciens, les artistes, avons besoin de travailler ! Nous croyons en notre métier et nous le faisons car nous aimons le cinéma. C’est notre métier mais aussi notre passion.

De plus, je suis de ceux qui pensent que notre statut est aussi là pour aider les jeunes auteurs/ réalisateurs à faire leurs premières armes comme avec le court-métrage par exemple.

Mais si on y regarde de plus près les efforts se font toujours du même côté. C’est à dire du côté de l’intermittent, du salarié et jamais du côté de la production ! Et ça m’énerve ! Alors je ne suis pas un lapin de 3 semaines…je sais comment ça se passe dans le milieu du travail, que cela soit dans le cinéma ou n’importe quel autre secteur…Mais il y aurait des choses à faire…Attention je connais aussi certaines productions qui jouent parfois le jeu ! Mais trop rarement.

Alors la production vous dit : « oui, mais si vous n’acceptez pas de baisser votre salaire le film ne se fera pas… » Ok, je comprends… Mais si le film marche ? Si le film fait des entrées ? Pour un petit budget d’un million ou encore moins de 500 000 euros, il ne faut pas non plus des centaines de milliers d’entrées pour être rentable n’est-ce pas ? On ne doit pas compter uniquement quand ça nous arrange ! La production doit aussi être honnête. Alors on vous répondra : « oui, mais le film est distribué par un petit distributeur…pas beaucoup de copies…

Et alors ?

Si le film est bon ou remarqué par un grand festival le film peut prendre une stature importante ! Trouver son public par le bouche à oreille et faire un carton ! Ou du moins plus importante que prévu…et faire plus d’entrées, être mieux distribué et plus visible, il a des chances d’être rentable non ? Et puis si le producteur produit le film c’est qu’il y croit !

Bref, rêvons un peu et disons que demain le film deviendra rentable…et bien les techniciens n’en profiteront pas. Pourquoi ? Car il faudrait un contrat de participation dealé en amont ! Alors pourquoi ne pas en demander un ? Certains le font ! Et on leur répond….oui, mais si le film n’est pas rentable c’est beaucoup de paperasse à remplir…c’est compliqué ! ON MARCHE SUR LA TÊTE ! Le technicien fait un effort sur son salaire, il ne compte pas ses heures, il fait le boulot de deux personnes payées la moitié d’une et le producteur lui répond : « ça va me prendre du temps. »

ON REVE !

Puis ajoute : « Si tu n’es pas d’accord je comprends…on travaillera une autre fois ensemble ». Et oui ! La dure loi du : « y en a d’autres derrière toi » est valable dans notre beau métier plus qu’ailleurs et peu importe les relations que tu as tissées avec les gens.

Idem pour certaines grosses productions qui tournent en région et te disent parfois :

  • « Tu veux bosser sur le film ? »
  • Oui, ça serait super !
  • « Ok, alors, on ne te défraie pas » (c’est à dire qu’on ne leur paie pas le logement, la nourriture, les frais de déplacement).
  • Mais le tournage est à 100 kilomètres de chez moi !
  • « c’est ça ou rien »

Super ambiance non ?!

conditions de tournage

Le cinéma fait rêver c’est vrai ! Mais combien de temps ?

Heureusement derrière il y a l’humain. En fait, on tient sur ça ! Et là je parle des premiers films, avec un petit budget, parce que les petites productions sont des aventures humaines avant tout. Vous suivez le réalisateur ou la réalisatrice depuis un moment, vous avez peut-être tissé des liens d’amitiés.

Vous avez accepté de bosser un peu sur le projet en amont gratuitement parce que le scénario vous plait, parce que le réalisateur est top.

Je me souviens que j’ai aussi refusé des projets bien payés pour faire des films fauchés, parce qu’on y croit, parce qu’on bosse (je bosse) aussi pour l’art ! Vous croyez au film et au talent du réalisateur. Quand vous avez l’impression que sur ce projet vous allez faire du cinéma… du vrai : Avec un point de vue, une patte, un univers quoi… alors vous y allez et voilà pourquoi vous acceptez.

Mais comme je le disais plus haut la réalité du milieu, du statut aussi, vous rattrape toujours et c’est là que vous êtes de la b…. ! Si vous ne calculez pas bien jusqu’à combien vous pouvez descendre et que vous ne travaillez par régulièrement après à un tarif normal c’est votre statut d’intermittent et vos indemnités qui vont en pâtir. Vous aurez touché moins par jour pendant le tournage donc vous toucherez moins (beaucoup moins) lors du calcul de vos indemnités.

L’autre raison pour laquelle vous acceptez de faire un film sous payé c’est que peut-être vous n’avez pas travaillé depuis un moment. Vous sentez que ça risque de ne pas changer alors vous acceptez des conditions que vous n’auriez pas acceptées en temps normal. Ça m’est déjà arrivé…Vous savez que d’ici 2 semaines vous n’allez plus rien toucher… vos quelques économies sont parties dans la dernière facture…si vous n’acceptez pas ce film c’est fini… Alors vous y allez !

Et enfin vous acceptez de bosser sur ce genre de film parce que vous êtes en train de faire votre carrière, vous commencez… vous avez besoin de ce job quitte à dormir dans une voiture et vous laver un jour sur deux. Et c’est normal car vous êtes hyper motivé, vous avez vos preuves à faire…alors vous y allez…et en plus vous y trouvez du plaisir, vous êtes heureux de faire partie de l’aventure.

Après on nous dit que nous sommes des privilégiés.

conditions de tournage

Si j’ai une chose à vous dire, si vous souhaitez faire carrière dans la tv ou le cinéma, ce sont des métiers passionnants, incroyables, mais vous n’êtes jamais tranquille ! Vous n’avez jamais l’esprit au calme. Vous devez toujours être à l’affût de la moindre piste de boulot, parfois vous devez négocier votre salaire (pour certain type de film) et les conditions. Vous devez faire attention à votre statut… et quand vous faites tout cela et que le téléphone ne sonne pas… je peux vous dire que c’est l’angoisse. Parfois vous jouez de malchance, vous travaillez sur un projet, puis il se casse la figure… pas de financement…et c’est reparti pour un tour.

J’aime ce métier. Je n’ai jamais regretté les choix que j’ai faits. Malgré les efforts que j’ai pu consentir sur mes conditions je suis plutôt quelqu’un de « chanceux ».  Je n’ai jamais perdu mon statut. Je suis fier des films que j’ai faits.

Demain vous serez peut-être comédiens, techniciens, réalisateurs ou producteurs. N’oubliez pas pourquoi vous faites ce métier, d’où vous venez et surtout qu’un film ne se fait pas tout seul et pas à n’importe quel prix.

Grille salariale

Je ne veux pas être alarmiste hein ! Il faut que vous sachiez qu’il existe une grille salariale en fonction que vous fassiez du cinéma ou de la télévision. Que les productions utilisent ces grilles la majeure partie du temps et il n’y a pas de problèmes :o)

Mais lorsque vous faites des films : court-métrage ou des premiers longs...il se peut que vous soyez obligé de négocier les conditions et votre salaire.

Voilà pour cet article sur : Doit-on tout accepter pour faire du cinéma ?

Je vous dis à la semaine prochaine. Laissez-moi un commenttaire sous cet article pour me dire ce que vous en avez pensé ou si vous avez des questions.

Partagez sans compter le blog avec vos réseaux et vos amis. Pour partager l’article il vous suffit de cliquer sur le bouton « like » en bas de cet article ;o) ainsi que sur le bouton de Google+, bref super facile ;o)

Merci à ceux qui le feront ;o) et qui le font déjà ;o)

Vous pouvez maintenant retourner au plan du site (Onglet Article) pour lire d’autres articles, il vous suffit de cliquer sur le lien.

A bientôt,

Tom Weil

 

À PROPOS DE TOM WEIL

Tom Weil

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

39 comments… add one

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.