Comment rédiger un scénario Etude de cas 6

Etude de cas 6

Comment rédiger un scénario

 

Comment rédiger un scénario quand les personnages parlent dans une langue étrangère.

Cette semaine, l’un d’entre vous m’a posé une question en apparence  simple concernant le scénario qu’il écrit en ce moment. Son histoire parle de clandestins. La voici :

–       Comme les étrangers parlent le russe et qu’ils sont confrontés à des français, Mais les russes parlent russe (logique)! Dans ce cas, à chaque dialogue d’un Russe, dois-je écrire la traduction en français en dessous ?

–  Ou mettre dans le descriptif que le protagoniste ne parle uniquement que le russe?

–       Ou mettre en français les dialogues puis la traduction en russe en dessous ou ailleurs ?

Pourquoi je dis simple en apparence ?

Car ma réponse a été celle-ci :

Il est préférable de mettre la mention ( en russe ou la langue de ton choix) à côté du prénom ou du nom de ton personnage et le dialogue en dessous en Français.

Boris (en russe)

te voila enfin !

Pour dire vrai cette réponse n’est pas fausse mais sans savoir pourquoi, je me suis demandé, si à l’époque ou je cherchais ce genre de réponse, celle-ci  m’aurait suffit.

Ça peut vous paraître bizarre mais le but de ce site et de répondre au plus grand nombre d’entre vous. Je veux dire par là que j’essaie de vous répondre comme j’aurais aimé qu’on le fasse pour moi, il y a 15 ans.

Revenons à ma réponse : Faire parler un ou des personnages dans une langue étrangère peut avoir plusieurs utilités mais sachez que la présentation est toujours la même.

Exemple :

 

Séquence 1 : Ext – Rue/Aéroport JFK – Jour

Deux jeunes filles (Louane et Jeanne) sortent par les portes automatiques. Elles tirent chacune deux énormes valises à roulettes.

Un homme vient à leur rencontre.

Homme (en anglais)

Et salut les filles ! Besoin d’un chauffeur ?

Louane (en anglais)

Non merci, mais on attend quelqu’un

Jeanne

Tu vas voir qu’il va pas nous lâcher…on sent les touristes à plein nez

 

Voilà, ça c’est la présentation à utiliser. Pas besoin de connaître le russe, l’anglais ou le chinois pour écrire les dialogues. Il faut donc préciser la langue à côté du nom de votre personnage pour que le lecteur (producteur) sache qu’au moment du tournage ce personnage parlera telle ou telle langue.

Dans cet exemple, nous faisons comprendre au lecteur que Louane comprend la langue anglaise. Évidement lors de la projection les dialogues en Anglais seront sous-titrés.

 

ATTENTION : Si votre scénario est destiné au marché américain ou chinois, vous devrez écrire dans la langue du pays ou faire traduire votre scénario.

Cette réponse est incomplète car cette présentation peut varier en fonction de ce que vous voulez raconter. En effet, parfois pour les besoins de votre histoire, de votre trame ou des éléments que vous voulez donner aux spectateurs, vous pouvez changer la présentation vue au dessus.

Reprenons l’exemple de Louane et Jeanne.

Séquence 1 : Ext – Rue/Aéroport JFK – Jour

Homme

Hey Girls what’s up ? need a driver ?

Louane

Heu… hi….(à Jeanne) j’comprends rien…

Jeanne

Tu vas voir qu’il va pas nous lâcher…on sent les touristes à plein nez

 

Dans cet exemple, le dialogue est en anglais. Même si lors de la projection il sera sous-titré, le fait de l’écrire en anglais informe le lecteur que Louane et Jeanne ne parlent pas cette langue. De ce fait, il n’y a pas besoin de mettre à côté du nom du personnage qui ne parle pas français, la langue dans laquelle il s’exprime car le dialogue en lui même n’est pas le plus important. Ce qui prime, c’est l’information qui précise que Louane et Jeanne ne parlent pas l’anglais. Ce qui peut être pour la suite de l’histoire un obstacle à franchir. En revanche le sous-titre, lors de la projection, donnera une information aux spectateurs que le protagoniste n’aura pas (même si ce que dit l’homme n’a pas d’importance dans l’exemple).

Parfois, il est possible de mettre le spectateur et le lecteur au même niveau que le héros. Il est vrai que ce procédé est un peu frustrant pour le spectateur (enfin c’est ce que je ressens quand je regarde un film qui utilise ce procédé).

Imaginons que Louane et Jeanne arrivent à l’aéroport de Moscou (domodedovo).

Séquence 1 : Ext – Rue/Aéroport Domodedovo/Moscou – Jour

Deux jeunes filles (Louane et Jeanne) sortent par les portes automatiques. Elles tirent chacune deux énormes valises à roulettes.

Deux hommes regardent les jeunes filles qui s’arrêtent à côté deux.

Jeanne croise le regard du premier homme, il sourit et se tourne vers son ami.

Homme 1

Ona Frantsuzsky (Russe non traduit)

Homme 2 (Russe non traduit)

Ochen khoroshiy droog

Les deux hommes rient. Jeanne soutient le regard.

Jeanne

Ils ne peuvent pas parler Français ici ?! Ou anglais ! Ou une langue normale !

Louane

Si ça tombe, il parlent du temps….te fais pas de film…et arrête de les regarder, tu vas nous faire tuer !

Ici on fait exprès d’écrire dans la langue du pays (le Russe) sans donner d’information au lecteur de ce que les deux hommes se disent. Lors de la projection aucun sous titre ne sera affiché. Encore une fois, ici ce qui se dit n’est pas le plus important. Cette technique scénaristique permet de mettre un peu de tension mais surtout permet une identification ou /et une empathie avec les personnages. Elle a aussi pour but de mettre mal à l’aise le spectateur.

Évidemment ces techniques peuvent être déclinées à l’infinie suivant les situations dont vous avez besoin pour votre histoire.

Attention néanmoins au fait que votre personnage a besoin d’informations pour avancer. Si vous le faites évoluer dans un pays où il ne maîtrise ni la langue ni les codes, il va devoir se faire aider ou apprendre à les maîtriser…

C’est d’ailleurs aussi à ça que sert le mentor du voyage du héros par exemple.

J’essaie toujours d’être le plus clair possible dans mes explications mais si vous avez des questions sur comment rédiger un scénario n’hésitez pas à me laisser un petit message. Vous pouvez retourner au plan du site en cliquant sur le lien pour lire les articles précédents sur la présentation d’un scénario.

Si vous avez aimé cet article, la meilleure manière de me le dire c’est de cliquer sur le bouton « Like » en haut de l’article.

A bientôt,

Tom W.

À PROPOS DE TOM WEIL

Tom

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…