Comment protéger son scénario partie 2

 Comment protéger son scénario Partie 2

 

Voici la deuxième partie de comment protéger son scénario à l’étranger. Je vais vous expliquer ce qu’il faut que vous fassiez pour protéger votre scénario : Au canada, Aux états-unis, en Belgique etc…

Si vous devez envoyer votre scénario aux USA par exemple vous devez absolument lire cet article !

En Belgique :

La SACD est aussi présente sous le nom SACD/SCAM SOFAM des auteurs.

Contact service d’accueil et de dépôts des oeuvres:

Annelies De Vos

T : +32 (0)2 551 03 20 ou 21

F : +32 (0)2 551 03 71

info@sacd-scam.be

Adevos@scad-scam.be

Service des dépôts SACD-SCAM

Annelies De Vos

Rue du prince Royal 87

1050 Bruxelles

Le coût pour chaque dépôt d’un scénario est de :

–       35 euros pour 5 ans.

–       Si vous déposez plus de deux œuvres par an, un abonnement est possible : coût 75 euros.

La démarche est la même que pour la France, il suffit de demander une enveloppe de dépôt puis de remplir les informations demandées

–       Titre de l’œuvre

–       Contenu de l’enveloppe (texte papier, clé USB, cd etc..)

–       Noms et prénoms, pseudonyme (s’ il y en a un !)

–       Signature sur la fermeture de l’enveloppe scellée par un morceau de ruban adhésif transparent.

En Belgique il est aussi possible de faire un dépôt supplémentaire pour plus de sécurité (stocké dans un autre lieu). Mais il vous en coûtera à nouveau 35 euros.

ATTENTION, que vous soyez Français ou Belge, le fait de déposer une œuvre à la SACD ne fait pas foi de déclaration ni de filiation. En effet, tant que votre scénario ne sera pas produit et diffusé au public, vous ne serez pas adhérent de la SACD et ne pourrez toucher de droits. (C’est évident, mais je préfère que cela soit clair)

Vous pouvez aussi déposer votre (vos) œuvre(s) par le service E-dpo dont voici le site : https://www.e-dpo.com/fr/

C’est le même principe qu’en France ainsi que les mêmes tarifs :

–       20 euros pour un dépôt de 5 ans

–       40 euros pour un abonnement de 3 dépôts

–       10 euros pour un renouvellement de 5 ans

IMPORTANT : Chaque dépôt que vous faites en FRANCE ou en BELGIQUE protège votre œuvre dans ces deux pays mais aussi au LUXEMBOURG, au CANADA, et les TERRITOIRES D’OUTRE-MER.

Comment protéger son scénario :

comment protéger son scénario

Nerthuz/ shutterstock

Au Etats-Unis :

Si vous souhaitez envoyer votre scénario au USA, le dépôt SACD ne suffit pas, il faut alors faire un enregistrement au Copyright via un formulaire à demander à la Library of congress, Washington D.C 20559. Tel : + 1 202 707 3000.

Copyright (eCO) par mail

Si vous souhaitez déposer un texte papier il vous faudra débourser : 65 $

Mais vous pouvez opter pour un dépôt en ligne pour 35 $. Les formats acceptés sont : .doc, .docx, .htm, .pdf, .rtf, .txt, .wpd, .wps, . rar, . zip

Vous pouvez envoyer des fichiers jusqu’à 405 mo mais attention le temps pour envoyer vos fichiers est limité à 30 minutes.  Deuxième chose à savoir, il faudra que vous vous acquittiez du paiement avant de pouvoir envoyer vos fichiers.

Vous pouvez voir dans ce pdf combien cela peut vous coûter : PDF coût copyright

Voici le tutorial pour faire votre dépôt en toute sécurité (En Anglais !) :

http://www.copyright.gov/eco/eco-tutorial.pdf

Comment protéger son scénario :

Au Canada :

Il y a trois moyens à votre disposition pour protéger votre scénario.

–       Enregistrer le titre de votre scénario à l’OPIC ainsi que le genre (comédie, drame etc..)

Vous vous imaginez bien que si quelqu’un venait à vous piquer votre idée, il changerait de titre ! De plus aucune copie de l’œuvre n’est enregistrée. Autant dire que cela ne sert pas à grand-chose non ?!

 

–       Vous envoyez un courrier avec votre texte en recommandé. A ne jamais ouvrir !!!!!

Étant Français, je ne sais pas ce que cela vaut au Canada mais ça m’a l’air d’être une pratique courante et efficace.

– Ou le déposer à la SARTEC

Plusieurs choix s’offre à vous, soit :

–       déposer directement votre scénario au bureau de la SARTEC : 1229, rue Panet, Montréal. Vous devez mettre votre scénario dans une enveloppe de format 9’’X12’’ ou 9’’X15’’, y insérer votre texte et la sceller. Puis inscrire sur l’enveloppe votre nom et votre adresse (vos noms et adresses, si vous êtes plusieurs), le titre et la catégorie de l’œuvre (scénario, poème etc..)

 

–       Par la poste : SARTEC 1229, rue Panet, Montréal. Vous devez insérer l’enveloppe scellée contenant votre script dans une deuxième enveloppe avec votre chèque de 20 $ pour 5 ans.

Une fois que vous avez déposé votre scénario comme indiqué la SARTEC vous remettra un certificat de dépôt avec la date et le numéro du dépôt ainsi que le titre et la catégorie de l’œuvre.

ATTENTION : il y a une limite du nombre de pages pour le dépôt. Vous ne pouvez déposer un scénario de plus de 200 pages. Si vous en avez plus, il vous faudra payer 10$ supplémentaires pour les 200 pages suivantes…..

Si vous souhaitez avoir plus de renseignements sur le dépôt de la SARTEC, voici les numéros où les joindre :

Tél : 514 526-9196

téléc : 514 526-4124

www.sartec.qc.ca

information@sartec.qc.ca

Pour conclure :

Il est vrai que 46 euros ou 20$ peuvent être une somme importante surtout si vous devez protéger plusieurs œuvres. Mais si vous mettez en balance le temps, la passion que vous avez mis dans l’écriture de votre histoire et comparé à un vol éventuel de votre scénario….46 euros ou 20 $ ne sont rien pour avoir la possibilité de se défendre. Il existe sûrement d’autres moyens, peut être moins onéreux, pour protéger votre travail. Je vous parle ici des plus connus et pour moi des plus sûrs.

Bon Courage,

Tom W.

À PROPOS DE TOM WEIL

Tom

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • Svetlana

    Bonjour l’Equipe!

    Ma question n’est pas liée directement au sujet de l’article mais le sujet de pseudonyme serait peut-être intéressant aux lecteurs.
    En effet, on sait comment choisir un pseudonyme mais, au point de vue juridique, y a-t-il des conditions à respecter? Faut-il l’enregistrer quelque part, dans une organisation? Le mentionner dans le contrat, dans le compte bancaire?

    Merci de votre opinion toujours précieuse.

    A bientôt,

    Svetlana

    • Bonjour Svetlana,

      C’est une très bonne question et je fais remonter l’info pour en faire un article. Pour te donner un élément de réponse, tu peux te faire appeler comme tu veux dans un premier temps. Le jour ou tu signeras un contrat ou une option il y a quelques trucs à mettre en place.

      A bientôt,

      L’équipe de Comment Faire Un Film

  • Cinéfan

    Excusez-moi mais je crois que vous m’avez oublié ici ;).

  • Cinéfan

    Excusez-moi mais je crois que vous avez oublié de me répondre ;).

  • Cinéfan

    Bonjour,

    Je suis désolé si ma question est un peu spéciale mais j’aimerais vraiment savoir car cela va me concerner. Je vais donc prendre mon exemple pour vous expliquer : j’avais commencé il y a longtemps un scénario et, vu que je ne pourrais pas le finir seul, je chercherais prochainement un(e) co-scénariste. J’avais déjà bien avancé dans le traitement alors voilà ma question : y-a-t-il quelque chose à faire pour que, si co-scénariste il y a, il/elle ne puisse pas piquer mes idées et se les approprier pour son compte ? Même chose si on fait lire notre scénario par un professionnel pour qu’il nous donne son avis.

    Merci d’avance,
    Cinéfan

    • Bonjour Cinéfan,

      Le mieux c’est de déposer ta version 1 ou ton premier jet à la sacd. Puis de re-déposer la version que tu auras travailler avec ta ou ton co-scénariste…

      Pour les pros…oui le vol existe mais il est très rare. De plus quoi qu’il arrive il faut le déposer à la SACD avant de l’envoyer à qui que ce soit.

      À bientôt,

      L’équipe de Comment Faire Un Film

      • Cinéfan

        Mais alors est-ce que cela veut dire qu’il faudra payer 2 fois, avant et après modifications ?
        Et qu’entendez-vous exactement par premier jet ? Pour moi, le premier jet est une première version du scénario (corrigez-moi si je me trompe). Or, dans mon cas, on ne peut pas appeler (si j’ai raison) ceci un premier jet car la version n’est justement pas terminé. Ce que je voulais savoir s’applique en fait à ce que j’ai déjà fait moi-même, et non pas à un scénario à proprement parler « fini ». Et vu qu’on ne peut pas mettre je pense de script non-fini à la SACD… Désolé de ne pas l’avoir précisé plus tôt. Est-ce que cela change votre réponse ?

        • Bonjour cinéfan,,

          Le premier jet c’est ton scénario terminé. C’est à dire que tu es arrivé à la fin de ton histoire, tu as les personnages, la trame générale etc…mais il faut encore que tu travail pour arrivé à l’étape du scénario « final ». Donc oui c’est une première version du scénario mais pas exploitable.
          Ensuite il est possible de faire un e-dpo à la sacd ou tu peux déposer 3 projets ou trois versions quand tu veux.
          Protéger un scénario non terminé peut servir si tu as écrit les 3/4…
          Mais dit toi que la réécriture avec un co-auteur peut te faire changer pas mal de chose par rapport à ta version originale.

          Après il faut apprendre à faire confiance…si tu veux travailler avec un co-auteur, soit tu lui dit d’entrée de jeux c’est 70/30 soit tu fais 50/50 (ce qui est plus juste) et tu risques d’avoir moins la trouille de te faire piquer ton idée.

          Et puis dis toi, qu’aujourd’hui, ton scénario n’est pas vendu…donc 70/30 ou 50/50 de rien…ça fait rien…
          le but c’est être produit ;o)

          A bientôt,

          CFUF

          • Cinéfan

            D’accord merci.

            J’aurais encore quelques interrogations. Désolé si je vais un peu loin, mais ce sont des choses qui peuvent arriver et qui pourraient m’arriver.

            Admettons que j’aimerais protéger un scénario que j’ai écrit seul car j’aimerais l’envoyer aux USA. Il faut donc que je le protège en France et là-bas, comme vous le dites dans cet article. Mais en réalité comment font ces organismes concrètement pour différencier les scénarios, savoir que tel script n’est pas la copie d’un autre… ?

            Je sais que cela dépend, comme vous l’avez déjà dit dans d’autres articles, de la manière dont on traite notre histoire. Mais je pose quand même la question car imaginons maintenant que j’écrive un script avec une autre personne et que, comme vous le dites, vu que j’avais une ancienne version, je protège d’abord celle-ci. Si l’autre s’approprie le scénario, le retravaille ou non (si on l’a déjà retravaillé ensemble), veut le vendre et le protéger, qu’est-ce qui dit à ces organismes qu’à la base son travail provient de moi ? Et s’il ne le protège pas et qu’il va directement voir un producteur par exemple, comment ce dernier pourrait savoir également ?

            Cinéfan

            • Bonjour Cinéfan,

              Il n’est pas possible de répondre à tes craintes…elles existent, mais la peur n’évite pas le danger.

              Il y aura toujours un risque…même si tu arrives à trouver un producteur et à réaliser le film…Si le producteur voit que tu n’est pas à la hauteur et qu’il s’est tromper, il peut décider de te remplacer par un autre réalisateur…

              Il faut travailler dans la confiance, sinon rien ne sera possible.

              A bientôt,

              l’équipe de Comment Faire Un Film

  • FRANCK

    Bonjour, je pose beaucoup de question, mais il n’y a que vous pour m’aider, ce n’est pas simple. Je vous donne la réponse que m’a donné Centropolis Entertainment. Merci de me dire ce que vous comprenez, ou plutôt ce que je dois faire pour répondre à leur critères ?

    Je comprends bien qu’on me demande de le soumettre à CAA ou une agence littéraire établie, mais concrètement ça veux dire quoi ? que dois-je faire ?

    Merci d’avance pour votre aide.

    C’est la politique ferme et inaltérable de Centropolis de ne pas lire ou accepter des documents non sollicités, afin d’éviter des litiges potentiels fondés sur la soumission d’idées, de thèmes ou de matériel identique ou de nature similaire à des projets que nous avons été ou que nous développons actuellement en interne.

    Si vous souhaitez que Centropolis considère votre matériel, il doit être soumis à CAA par un talent ou une agence littéraire établie.

    Merci de votre intérêt pour Centropolis Entertainment et bonne chance dans vos efforts.

    Cordialement,

    CENTROPOLIS ENTERTAINMENT

    • Bonjour Franck,

      Tu proposes un scénario à une production américaine…pas n’importe laquelle d’ailleurs ! Ils veulent juste s’assurer que tu n’a pas « pompé » sur un scénario existant ou/ et si tu as bien protéger ton scénario, idées ou thème via un copyright. Cela étant dit ils te demandent de faire valider, donc de payer, une agence littéraire pour valider ton scénario comme étant original et éviter ainsi tout litige.

      Franchement, ne dépense pas d’argent…je ne sais pas ce que contient ton scénario mais tu t’apprête à jeter de l’argent par les fenêtres pour rien.

      A bientôt,

      L’équipe de Comment Faire Un Film

      • FRANCK

        Bonjour, merci pour ta réponse, mais je ne comprends pas. Je fais quoi alors, je laisse tomber ? Mon scénario est typiquement un scénario qui s’adresse à quelqu’un comme Roland Emmerich, ou Christopher Nolan, je suis d’accord pour dire que je vise haut, mais je n’ai pas vraiment le choix, vu le scénario. J’ai fais les dépôts, je l’ai envoyé à Europacorp, ce samedi, j’attends leur retour, mais je doute les concernant car ça touche à la fois l’histoire, la politique, la religion et le fantastique, j’appel ça une Uchronie fantastique. Je ne sais pas pourquoi, mais je doute que cela les intéresses vraiment, ça manque d’action par rapport à ce qu’ils font en général, à part une séquence. J’ai vraiment envie d’aller au bout, de tenter ma chance, que faire alors ? j’ai vraiment besoin de vos conseils les gars. En tout cas, merci encore de prendre le temps de me répondre, c’est vraiment sympa.

        • Bonjour Franck,

          Si ça manque « d’action » Roland Emmerich n’est pas vraiment la bonne personne. Pour ce qui est de Nolan il ne travail pour ainsi dire pas avec des auteurs autres que son frère ou lui.

          Nous ne partageons pas ta vision du cinéma. Nous voulons dire par là que le cinéma « Français » ou « Américain » tel que tu le décris ou l’insinue ici, soit aussi clivant.

          Nous pensons qu’il existe des producteurs en France capables de produire de tel film (fantastique). Tu doutes…ok…mais si tu ne tentes pas tu ne seras jamais. De plus faire lire ton scénario par un tiers pourra te donner des pistes.

          A bientôt,

          L’équipe de Comment Faire Un Film

          • FRANCK

            Bonjour, je ne demande qu’à apprendre, et c’est ce que j’ai fais grâce à vous. Quand je dis qu’il n’y a pas d’action, j’entends par la, que ce n’est pas un film d’action en permanence, par exemple pour moi 2012 n’est pas un film d’action, n’y même Le Jour d’après, mais je me trompe peut-être. Mon film est plus proche de ceux la, et je sais que ce producteur aime y mettre une pointe de religion ou de politique, je suis convaincu que ça lui conviendrait. Si maintenant vous connaissez des producteurs Français capables de réaliser ce genre de film, alors effectivement je me trompe lourdement, parce que moi je suis convaincu que non et je suis sur de ne pas être le seul. Est ce qu’il serait possible dans ce cas de me les communiquer ? Je trouve que ce serait une bonne chose que de commencer par des Français, même si encore une fois, je suis sur que ce scénario plairait à Roland Emmerich.

            • Bonjour Franck,

              2012 et le jour d’aprè sont des film d’action…réellement ce sont des film catastrophes, mais parfois la frontière est très mince.

              Pour les producteurs Français il y a Mathieu Kassovitz, Alain Attal, Alain Goldman, Alain Sarde, luc besson, Olivier Delbosc et Marc Missonnier, Thomas Langmann, Christophe Rossignon et Philip Boeffard, Philippe Rousselet.

              Pour ne citer qu’eux.

              À bientôt,

              L’équipe de Comment Faire Un Film

              • FRANCK

                Merci, c’est formidable, vous me dite que cette liste de producteur peut réaliser un film comme 2012 ? Franchement je n’aurais pas cru qu’il puisse y en avoir autant. Je vais regarder un peu ce qu’ils ont fait. Merci encore pour votre aide en tout cas.

                • Bonjour Franck,

                  Il ne faut pas voir s’il ont fait un film comme 2012, mais plutôt est-ce qu’ils capable de mobiliser assez de co-pro et de fond pour faire un gros film !

                  A bientôt,

                  L’équipe de Comment Faire Un Film

              • FRANCK

                Je suis perplexe, je viens de faire le tour de leur filmographie et j’ai vraiment du mal à comprendre ce qui vous fait penser que ces producteurs peuvent être intéressé par un scénario comme le mien ? Je ne vois rien de fantastique chez eux, à part un peu Mathieu Kassovitz, mais il n’est pas trop ma tasse de thé. Franchement ça me renforce plutôt dans ma conviction qu’il n’y a que Besson qui a une vision fantastique (ou action) et internationale. On nous explique souvent qu’il est préférable d’envoyer un scénario à des producteurs déjà concernés par un style de film, mais la je ne vois pas vraiment le rapport avec mon scénario. Je verrais, je vais prendre le temps de réfléchir un peu. Si vous pouvez développer votre vision de la chose, je suis preneur, vous avez surement des arguments que je ne vois pas.

                • Bonjour Franck,

                  Nous avons répondu précédemment.

                  Mais voici des exemples : Alain Goldman à Produit Babylone AD et 1492 ! 70 millions de dollars pour le premier (de budget) et 50 millions pour le 2ème sachant que 1492 à été produit en 1992…ce budget dépasse largement babylone AD.

                  Thomas langman : asterix aux jeux olympique : 78 millions d’euros ou Blue Perry = 40 millions

                  certes les budgets de 2012 (200 millions) et le jour d’après (175 millions) sont énormes. AUjourd’hui Luc Besson fait un film (valerian NDRL) pour 170 à 190 millions d’euros. C’est le film de sa vie..il joue sa société sur ce film…

                  Tout cela pour dire que de tels budgets sont difficiles à mettre en place pour un Français, certes. Mais tu n’imagines pas à quel point c’est aussi compliqué pour un américain, même s’il sont plus habitué aux très gros budgets.

                  Si tu veux l’envoyer à Roland Emmerich vas y, tu risques quoi ?! Mais un tel film, à plus de 100 millions a tout de même quasi aucune chance d’aboutir, mais qui ne tente rien n’a rien.

                  A bientôt,

                  L’équipe de Comment Faire Un Film

                  • FRANCK

                    Bonjour, effectivement ils y a des budgets intéressants, je vais attendre un peu de voir ce que Besson en pense, mais plus je relis mon scénario, plus je suis convaincu que cela devrait plaire à Roland Emmerich. Hier soir j’ai a nouveau regardé 2012 et je suis stupéfait de voir les points communs, je ne m’en étais même pas rendu compte à ce point. Pas dans l’histoire, ce n’est pas le même film, car ce n’est pas un film purement catastrophe, même si une scène du film en est une, mais plutôt dans la psychologie du film. Il y a des points communs, c’est une évidence, mais celui qui verra ce film, n’aura pas du tout l’impression de voir le même, sinon ça n’aurait aucun sens, je le précise, l’histoire n’a rien à voir. Pour être plus précis, on pourrait plutôt imaginer que mon film vient avant le siens, c’est ça qui est étonnant. Du coup, je pense qu’effectivement je vais faire en sorte en septembre de lui envoyer, ça ne me coutera pas grands chose de toute façon. Sinon, je vais quand même garder dans un coin de ma tête, les noms que vous m’avez donné, car on ne sait jamais. Je tiens encore à vous remercier pour vos réponses, c’est très important pour des gens comme nous qui ne connaissons rien à ce métier, c’est vraiment bien d’avoir une aide, bravo et merci.

                    • Bonjour Franck,

                      Il n’y a pas de quoi ;o)

                      Nous espérons que ton scénario saura attirer les gens que tu vises. Prépare bien ton scénario (autant sur le fond que sur la forme), blinde ta note d’intention et ton dossier de production pour mettre toutes les chances de ton côté.

                      Si tu l’envoies au USA n’oublies pas de faire traduire ton scénario en Américain ! ou en anglais et de le déposer par copyright.

                      tiens nous au courant,

                      A bientôt,

                      L’équipe de Comment Faire Un Film

                    • DELAHAYE

                      Bonjour,

                      je pense avoir bien suivi vos conseils, je sais que l’on peut toujours faire mieux, j’ai fais mon maximum et je crois avoir fait en sorte que cela soit percutant. Les 30 premières minutes du film sont top (pour les 30 pages^^), ça accroche bien mais c’est le cas pendant une heure en réalité, puis on bascule dans un « autre monde » qui dévoile un peu plus. J’ai fais une sorte de couverture avec le titre et des photos en rapports avec le film, car ça augmente la curiosité, ça ne laisse pas indifférent.. Rien que le titre du film, est attirant je trouve. J’ai essayé de faire une note d’attention qui justement explique sans trop dévoiler, ce n’est pas si évident, j’ai aussi donner la possibilité de laissé un espace libre dans le film, une partie ou il y a la place à d’autres imaginations, ce qui n’est pas le cas pour le reste du film. A mon stade, je ne doute pas qu’il sera lu, ça peut paraitre prétentieux, mais vu la présentation, le sujet, et les premières pages, j’en ai l’intime conviction. Par contre, je ne suis pas du tout sur que cela finisse par se faire, pas tant pour le budget, mais plutôt pour l’histoire en elle même, qui peut aussi faire polémique. Le sujet n’est pas si facile que ça, c’est soit tu percute et tu fonce, soit tu percute, mais tu doute, surtout que ce n’est pas un film dans les habitude Française, comme je le disais plus haut.
                      Bref, on verra bien, je croise les doigts, car si je dois m’attaquer au US, j’ai du boulot. Pour info, je l’ai déjà déposé au US en Français, même si normalement il doit être en Anglais, car je n’ai pas encore vu pour la traduction, mais je le ferais le moment venu si nécessaire.

                      Je vous tiendrais au courant et surtout continuez vos articles.
                      A++

                    • Bonjour Franck,

                      C’est une note d’intention ;o) et pas d’attention. En revanche, que veux tu dire par « j’ai laisser un espace libre dans le film » ?? on comprend que tu parles de l’imagination du lecteur (spectateur)…mais c’est assez étrange comme formulation.

                      Il te faut absolument une version en anglais…ça tu ne pourras pas y échapper.

                      A bientôt,

                      L’équipe de Comment Faire Un Film.

                    • FRANCK

                      Ce que je veux dire par libre, c’est que c’est une partie qui est complètement imaginaire, à l’inverse du reste, qui l’est aussi, mais sur une base réelle. Ce que je veux dire par la, c’est qu’un Luc Besson par exemple, peut très bien décider de la modifier et d’y mettre un passage complètement différent, et laisser libre à ses fantasmes, une sorte de scénario dans le scénario. Bien sur, la finalité sera obligatoirement la même, mais la place à l’imagination est grande dans cette espace. Moi j’ai choisi l’option la plus réaliste possible, pour coller au plus pret de mon histoire, mais rien est figé, il n’y a aucune obligation en réalité, rien qui ne poserait problème au sujet du film.

                    • Bonjour Franck,

                      Tu veux dire en terme d’effets ? de traitement de l’image ?

                      A bientôt,

                      L’équipe de Comment Faire un Film

                    • FRANCK

                      Bonjour,

                      Non carrément en terme de scénario, c’est ça qui est fantastique justement pour celui qui y verra la possibilité d’y inclure sa touche personnelle. Toute la première partie de l’histoire ne peut être changé, car elle est basé sur des faits réels, mais dans cet espace, chacun peu imaginer sa propre histoire si il le veut. Par exemple, si on reviens sur Besson, on sait qu’il a un style à lui, et bien il peut tout a fait s’approprier cette espace (c’est à dire, cette période) pour y développer sa propre histoire puisque c’est une fiction. Ca peut aller du plus délirant au plus proche d’une éventuelle réalité, un peu comme je l’ai fait moi même. D’ailleurs, j’en profite pour vous poser une question, car depuis un petit moment, j’ai en tête, une autre fin, est ce qu’il y a une façon de proposer 2 fins de film pour un même scénario ? Est ce qu’on peut envoyer les 2, comment le présenter etc ? Merci d’avance pour votre réponse.

                    • Bonsoir Franck,

                      Non il est toujours mieux de présenter une seule fin.

                      À bientôt,

                      L’équipe de Comment Faire Un Film

  • FRANCK

    Bonjour, j’ai fini mon scénario qui s’adresse plutôt à des réalisateurs Américains, ou éventuellement Besson, mais j’ai un peu peur que la partie « politique » ne soit pas trop sa tasse de thé. Ma question concerne donc le dépôt américain, est ce que le scénario doit être en anglais ou est ce que pour le dépôt ça n’est pas nécessaire ? Je dis ça parce que je voudrais l’envoyer à Europacor avant de le traduire, mais je souhaite le protéger avant. Merci d’avance pour votre aide.

    • FRANCK

      Personne pour me dire si je peux enregistrer mon scénario en Français ?

      • Bonjour Franck,

        Pour les USA et le copyright il faudra qu’il soit en anglais.

        A bientôt,

        L’équipe de Comment Faire Un Film

        • FRANCK

          Bonjour, merci pour ton aide, je ne sais pas comment je vais faire pour le traduire en Anglais et pour être franc j’ai un peu de mal à comprendre l’importance sur le plan juridique. En quoi mon scénario ne pourrait être protégé parce qu’il est en Français ? Elle m’emmerde ta réponse^^.

          • FRANCK

            Je rajoute une autre question qui est plutôt un conseil. Pour moi c’est un scénario qui corresponds très bien à Roland Emmerich, avec une partie historique, politique et fiction, une sorte d’uchronie. Ca ne va pas être simple de pouvoir le contacter, alors est ce qu’il est préférable que je le dépose également en copyright si dans un premier temps je ne le propose qu’à Europacorp ? Est ce que je ne prends pas le risque qu’il soit revendu dans mon dos au US justement ? Quel conseil me donnes-tu ?

    • Bonjour Franck,

      Europacorp est une entreprise française. quoi qu’il en soit il faut que tu protège ton scénario à la sacd. Si tu souhaite le protéger au USA il te faudra le protéger par copyright. Si par « Américain » tu veux dire gros budget, il n’y a pas que les USA…le France produit aussi de gros films : Asterix, Valérian etc…le problème c’est que la France ne produit que très peu de film « de genre ».

      A bientôt,

      L’équipe de Comment Faire Un Film

  • Antoine

    Hello Tom,

    ce que tu dis comme évident est assez compliqué pour moi malheureusement ^^
    Si je compris bien… Le dépôt SACD permet de protéger mon oeuvre, mais pas de toucher des droits dessus. Je suis peut être naïf, mais je ne saisis pas tout.
    Si je ne fais que le déposer, c’est juste pour dire par ex en cas de procès que si qqn d’autre réalise mon scéna, c’est bien à moi?
    Mais en ne faisant que le déposer, si je réalise le film moi-même, je ne peux pas toucher de droits dessus, il faut que je sois adhérent? Cette partie est vachement mystérieuse pour moi 😮

    • Bonjour Antoine,

      Tu déposes ton scénario, en retour tu as un numéro qui prouve que tu es l’auteur du scénario.

      Tu ne touches des droits d’auteurs si et seulement si ton scénario est acheté à une prod et que celle-ci produit et fait diffuser le film.

      Une fois que tu as signé un droit d’option pour ton scénario et que tu signes avec le producteur tu cèdes tes droits contre de l’argent. Si le film est réalisé et diffusé tu toucheras un pourcentage dealer dans ton contrat avec le producteur. Ce pourcentage c’est tes droits d’auteur en plus de ceux versés à la signature.

      A bientôt,

      Tom

  • Lina

    Bonjour, Tom, merci bien pour votre site tres interessant. J’ai une question: est-ce que je peux deposer mon scenario a la SACD, si je n’ai pas de nationalite francaise, mais le scenario est destine pour le public francais?
    Mes sentiments les plus cordiaux, Lina

  • Thomas Bastos

    Bonjour Tom,

    Excellent ton site, très rempli et je te remercie pour le temps que tu prends pour nous !

    Petite question pour le copyright américain, tu as mis un lien à disposition pour voir les prix que cela peut engendrer pour protéger son scénario sur le sol américain. Celui ci : http://www.copyright.gov/fls/sl4d.pdf

    Cependant, j’ai du mal à comprendre sur la deuxième page les différentes fourchettes de prix. Saurai tu m’expliquer ?
    No of titles ? C’est le nombre de séquence ? De pages ?

    Encore merci à toi !

  • Lulu Vi Britannia

    Bonjour, Tom,
    Je me heurte à un petit problème d’incompréhension : disons, par exemple, que je veux signer un contrat avec un producteur pour lui vendre mon scénario. Je dois faire partie d’un organisme comme la SACD pour protéger mes droits. Sauf que pour adhérer à la SACD, le contrat doit déjà être signé! Donc ça voudrait dire que je dois vendre mon œuvre AVANT de la protéger?

    Aussi, si je fais partie de la SACD, est-ce que je dois proposer le contrat au producteur, ou bien le producteur m’en proposera un? J’ai vu que la SACD a ses propres contrats, mais je pensais que c’était aux producteurs de le proposer…

    • Bonjour Lulu Vi Britannia,

      Tu te trompes entre le fait de protéger ton scénario et faire partie de la SACD. Pour signer une cession de droits ou une option il faut que ton scénario soit protéger à la SACD (CF l’article sur comment protéger son scénario), puis une fois le contrat signé tu peux adhérer à la SACD (mais je ne vois pas l’intérêt pour toi pour le moment).

      Et non c’est le producteur qui te fourni le contrat.

      A bientôt,

      Tom

  • Narëk

    Salut Tom
    J’ai une toute petite question qui peut sembler ridicule mais… est ce qu’il faut protéger son synopsis qui est d’une adaptation ? Car c’est une histoire déjà écrite dans un roman et par conséquent déjà « connue » donc est ce qu’il vaut vraiment protéger le synopsis ou bien ce n’est pas la peine ?

    • Bonjour Narêk,

      Il faut protéger le traitement ou la continuité dialoguée. Mais pour cela il faut avoir les droits de l’adapter !

      A bientôt,

      Tom

  • Sonia698

    Bonsoir Tom,
    J’ai une question, je sais que pour les continuité dialogué avant de les envoyés à un producteur il faut les protégés à la SACD ou autres, mais est-ce que les synopsis faut aussi les protégés ? Car j’ai vue que comme un synopsis c’est des idées, ont peut pas protégés des « idées »
    Merci

    • Bonjour Sonia698,

      Un synopsis n’est pas un document réunissant des idées. C’est l’explication, la présentation de l’intrigue et des personnages principaux. Autant dire que l’on ait loin d’une simple idée. Donc oui il faut protéger les synopsis ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • onegirl02

    Bonjour Tom
    j’ai une question, en bas de chaque page de mon scénario, il y a une note où est inscrit mon nom, mon numéro de téléphone, mon adresse mail et mon copyright. cela fait-il beaucoup et cela doit-il être mis que sur la première page ?
    Merci d’avance pour ta réponse
    Virginie.

    • Bonjour Virginie,

      Uniquement sur la première page c’est suffisant.

      A bientôt,

      Tom

  • Panthere47

    Bonjour Tom
    Cela fait une heure que j’essaye de comprendre comment fonctionne ce site américain… Je me suis inscrite, j’ai cherché où je pouvais enregistrer mon document, j’ai lu une page de renseignement mais impossible de trouver le bon endroit pour y faire mon dépôt Y a-t-il un moyen plus simple pour le dépôt ?
    Merci

  • Panthere47

    Bonjour Tom
    Je ne savais pas trop où poser cette question alors je viens la poser sous cet article, sur la première page d’un scénario, on doit inscrire le nom de l’auteur, et tout en bas de page à gauche le copyright, ma question est doit-on écrire les numéros de dépôt ou non ? Car certains articles lus sur internet disent non et d’autres oui… alors me voilà à noter et ensuite effacer etc. Pourriez-vous me dire si cela doit être ajouté ou non

    Merci

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Panthere47,

      C’est une question que l’on me pose souvent. Certains disent que cela fait amateur, d’autres préconisent de le mettre…
      Franchement rien n’empêche de le mettre en petit en bas à droite ou à gauche…

      Franchement, moi je le mets.

      A bientôt,

      Tom

  • Lulu Vi Britannia

    Bonjour,
    Je suis actuellement sur un sérieux projet de scénario pour un film, et je compte l’envoyer à des sociétés américaines quand il sera abouti. Je cherchais des moyens de protection et je suis tombé sur votre site, excellent soit dit en passant. J’ai quand même quelques questions à propos du système d’eCO :

    – Si on veut déposer un scénario aux US, doit-on quand même déposer le scénario à la SACD également?

    – J’ai regardé le pdf concernant un dépôt via eCO, et il y a une planche concernant l’envoi d’un bulletin de livraison ou quelque chose comme ça. Il me semble que c’est quelque chose d’important dans le processus, mais si on veut faire un dépôt uniquement électronique, a-t-on vraiment besoin de ce bulletin? Si oui, peut-on le remplir uniquement en ligne et l’attacher uniquement aux dossiers électroniques? Au final, je ne comprends pas très bien comment marche ce système ^^’.

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Lulu Vi Britannia,

      Pour l’envoyer à des sociétés aux USA il faudra faire traduire le scénario en anglais, par quelqu’un dont c’est le métier…attention cela à un coup ! Sauf si tu es américaine ou si c’est l’une de tes langues maternelle.

      La réponse à ta première question est : oui
      la réponse à ta deuxième question est : je ne donnais pas eCO, mais E-dpo de la SACD. Pour el E-dpo il te suffit de créer un compte et de télécharger ton fichier. Tu recevras un numéro en retour.

      A bientôt,

      Tom

  • Panthere47

    Bonjour Tom, que pensez vous du site Writers Guild of America, West au USA ? Car vous n’en parlez pas sur les deux présentations de protection

    • commentfaireunfilm

      Bonsoir Panthere47,

      Non je n’en parle pas car cela ne remplace pas le dépôt pour obtenir un copyright. Le west n’est qu’une protection supplémentaire. J’encourage mes lecteurs à se protéger…mais je ne les encourage pas à la paranoïa ;o)

      Si tu déposes à la sacd + un copyright c’est largement suffisant. De plus ce n’est pas parce que tu protèges ton scénario avec tous les moyens qui existent (et il y en a des tas) que ton projet ne te sera pas soufflé.

      A bientôt,

      Tom

      • Panthere47

        Bonjour Tom,
        En fait si j’ai fait mon dépôt à la Writers Guild of America, c’est parce que quand j’ai envoyé des demandes aux usa à certaines boîtes ils m’ont tous répondu que pour proposer un scénario, il devait obligatoirement être enregistré à la Writers Guild of America, c’est la seule raison qui m’a faite inscrire sur ce site Cordialement

        • commentfaireunfilm

          Bonjour Panthere47,

          Pas de pb ;o)

          A bientôt,

          Tom

  • Darktyrex

    Le premier lien pour le dépôt USA ne fonctionne pas, perso j’ai repris celui du guide en enlevant la fin ^^

    • commentfaireunfilm

      Bonsoir Darktyrex,

      Merci pour l’info. J’ai procédé au changement de lien et j’ai rajouté quelques infos.

      A bientôt,

      Tom

  • Darktyrex

    Après avoir consulter votre site, je me demandais comment protéger un
    scénario pour le marché asiatique ? Les sociétés de production auquel je vais
    m’adresser travaillent avec ces pays et je préférais être couvert. Je pensais
    néanmoins faire un point avec les organismes français à ce sujet le temps venu.
    Il ne faudrait pas procrastiné avant d’en être rendu à cette étape.
    Edit : la chine fait apparemment parti des signataire de la convention de Berne, mais comme les USA, cela suffit t-il?

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Darktyrex,

      Je ne peux pas te répondre sur ce sujet. Je vais me renseigner. Comme ça je dirais que le copyright me parait la meilleur solution en plus de la SACD.

      Si tu trouves avant moi revient ici partager tes infos.

      A bientôt,

      Tom

      • Darktyrex

        Juste un retour pour l’Asie…. Apparemment selon la SACD, il font parti de la convention de Berne et cela semblerait suffire. Mais bon, les USA aussi et pourtant il est conseillé de faire un dépôt copyright aussi.

        • commentfaireunfilm

          Bonjour Darktyrex,

          Je crois que du moment ou vous souhaitez démarcher des profs qui bossent à l’international ou démarcher des boites à l’étranger,il faut faire les deux.

          A bientôt,

          Tom

          PS : Encore une fois il faut aussi raison garder et se dire que le vole de scénario reste très rare. Il faut se protéger sans tomber non plus dans la paranoïa..sion on ne fait plus rien.

          • Darktyrex

            Donc les personnes qui me suivent le soirs dans la rue n’en veulent pas à mon scénario ? Mais à moi…. ahhhhh je suis rassuré. ^^

            C’est vrai que je suis très parano pour cela mais comme auteur le dira :  » le travail sur ma série fut long et dur. Je veut pas qu’on me vole mon bébé. » Et puis j’ai lu quelques exemples rares mais flippants.

            • commentfaireunfilm

              Bonjour Darktyrex,

              Ahahahahaha, non ce n’est pas pour ton scénario. Une fois que tu as ton numéro SACD et ton copyright tu as déjà fait le maximum. Après nous ne sommes pas à l’abris du vole de scénario, mais il va bien falloir l’envoyer, rencontrer un producteur…et faire confiance. Car au fond, même protéger..on peut tout de même te voler ton travail…

              A bientôt,

              Tom

  • sor55

    Bonjour Thomas,
    Je suis tombé un peu
    par hasard sur votre site que semblent beaucoup priser une jeune
    génération de futurs talents, que guident vos précieux conseils. Puis-je
    en bénéficier également sur une question simple de droit.
    J’ai obtenu sur la base d’un scénario de long qu’une option lie à un producteur, une aide à la réécriture du cnc.
    La production me propose un contrat avec un minimum garanti qui englobe cette aide.
    Cela
    vous semble t-il logique ou comme moi, vous interroge en pensant que
    l’aide est affectée de facto à la réécriture et non pas à l’achat. Ce qui pourrait faire que je ne suis pas obligé de signer un contrat et rester sur l’option le temps de la réécriture accordée par le CNC?

    Qu’en pensez vous,
    Merci de votre attention,
    Cordialement,
    Sor

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Sor,

      Merci pour les compliments ;o) N’hésite pas à partager le blog et ses articles autour de toi, c’est le meilleur moyen de me remercier ;o)

      Je ne comprends pas bien ta question…tu as eu une option ? Si c’est le cas, le producteur t’a fait un chèque ! Le montant de ce chèque doit en général être de 10% de la valeur du scénario.

      Puis tu as eu une aide du CNC pour la réécriture c’est ça ? Cette aide doit « normalement » te revenir, sauf que la prod peut garder une partie (frais etc..) mais cette aide est là pour t’aider à écrire !

      J’ai un ami scénariste qui à eu cette aide et n’a jamais vu la couleur de l’argent…ça arrive…et on ne peut au final pas y faire grand chose.

      En revanche, cette aide ne doit pas être incluse dans ton minimum garantie ! c’est trop facile !
      Il ne faut pas accepter cette condition…alors je sais que ce n’est pas si simple que ça…mais il ne faut pas oublier qu’au delà de l’artistique, vendre un scénario c’est une négociation ;o)

      Si tu as d’autres questions n’hésite pas ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • Gilles

    Un immense merci pour ce site qui recèle tant d’informations aussi utiles qu’indispensables.
    Pour rebondir sur ce que je viens de lire, et par expérience, je dirai que suivant la production française à laquelle on envoie un scénario, la protection US est un plus car aujourd’hui, certaines productions travaillent en collaboration avec des boîtes à l’étranger et on est à l’abri de rien…

    Concernant le sujet qui est « protéger un scénario », je me permets de vous faire part de ma triste expérience…

    Il y a une dizaine d’année, premier scénario, des erreurs commises mais je tente ma chance et je le fais parvenir à une production française avoir l’avoir protégé à la SACD et par acquis de conscience, je poste une enveloppe à mon nom avec l’intention de la chérir plus que tout.
    5 années passent et la protection SACD arrivant à son terme, la question s’est posée de renouveler ou pas un projet dont finalement personne ne voulait et puis quoi, j’ai toujours mon enveloppe scellée renfermant un exemplaire. Je fais l’impasse.
    2 années passent et un jour, alors que je regarde une émission sur les sorties en salle, c’est le frisson, celui qui vous fait passer du chaud au froid quand tout s’effondre parce que là, sur l’écran, c’est bien mon scénario que je vois et dès les premières secondes, je n’ai aucun doute parce que l’histoire est assez singulière pour qu’il n’y ait pas de hasard.
    SAUF que je n’ai pas renouvelé la protection SACD et que, après 5 ans les enveloppes sont détruites, sauf que après trois déménagements successifs je ne trouve plus ma protection et qu’il ne me reste qu’un cd gravé qui ne vaut pas preuve car si on postdate ou antidate l’horaire d’un ordinateur, il enregistrera la date qui vous fera plaisir… le conseil d’un avocat qui me dit que je peux tenter un bluff mais que ça me coûtera 300€ pour une lettre recommandée et en attendant la consultation me coûte 200€.

    Après avoir vu le film afin de constituer ma défense, j’ai même relevé que le réalisateur et la production n’ont même pas pris la peine de changer certains dialogues que j’aurai pu réciter en même temps que l’acteur.

    Avec le recul, je me dis, pour me rassurer, que si mon tout premier scénario (et avec toutes les erreurs rédactionnelles et maladresses commises) a valu une contrefaçon, c’est que quelque part, je n’étais pas aussi mauvais que j’aurai pu le croire… et ça, ça fait toujours du bien au moral.

    Ceci afin de vous dire que protéger un scénario est vital et que si il vous prend l’envie de surprotéger votre projet, et bien faites-le sachant que comme je l’ai dit certaines productions françaises débordent sur le marché international. Gardez à l’esprit que la SACD n’est que pour un temps limité, qu’il vous faudra renouveler en temps et en heure et ça FAITES-LE, ce qui vous évitera la même aventure qu’à moi. Certains on le nez pour renifler une bonne affaire et la patience pour parvenir à leurs fins. Lorsque je repense à tout ceci, l’envie de faire voir la lumière du jour à mon repas de la veille se fait sentir mais voilà, je suis seul responsable de mes erreurs alors ne faites pas la même que moi.
    Bien sûr, tous ne sont pas des voleurs mais il suffit d’une fois, d’autant qu’étant nouveau dans le métier, j’aurai fait énormément de concessions quant aux droits et la réécriture etc…

    Pour finir avec mon histoire et en m’excusant de ce long message, je vous précise que le film en question a fait 7,7 millions d’entrées en salle en France ET à l’étranger, je ne parle pas des ventes de dvd et produits dérivés car je n’ai pas les chiffres… 7,7 millions…

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Gilles,

      Merci pour tes compliments ainsi que pour ton (long) message ;o)

      Pour ce qui est de ton expérience (malheureuse) je crois que j’en serais devenu fou…mais il ne faut pas oublier que cela reste assez rare. Mais l’erreur à la base à été de croire que ton scénario ne serait jamais produit (après 5 ans de recherches), certain auteur tente de vendre leurs scénarios aux productions pendant plusieurs années, la majeure partie finissent dans les tiroirs(car ce n’est pas le moment, la mode, etc…) mais 10 ou 15 ans plus tard il se peut que le scénario plaise à une prod !! Lorsque l’on écrit on passe plusieurs mois (années !) sur une histoire, il est donc hors de question de protéger uniquement pendant 5 ans notre travail.

      Une fois le scénario déposé à la SACD il ne faut pas oublier pourquoi nous l’avons protégé !
      Pour éviter qu’on ne le vole ! ou le plagiat.

      Et cela pour les 5, 10 ou 20 ans à venir ! il faut donc renouveler la protection sans se poser de questions.

      Le film à fait 7,7 millions d’entrées mais il a couté combien ?

      A bientôt,

      Tom

      ps : j’espère que tu écris toujours ;o)

      • Gilles

        Sauf erreur de ma part je crois avoir lu 40 millions $.
        Je suis tout à fait d’accord avec ta réponse et c’est ce que je souhaitais transmettre à tous ceux qui protègent leurs scénarios. Ne pas se poser de questions et renouveler TOUS les scénarios déposés. Pour ma triste expérience, ma première erreur a été de ne pas croire en mon travail, la seconde de ne pas renouveler la protection… Je ne peux m’en prendre qu’à moi-même et effectivement, j’ai eu du mal à raccrocher avec l’écriture mais pourtant, avec le recul et l’expérience acquise, je me sens plus fort. Peut-être parce que j’identifie mieux ce que les productions attendent… J’aime le côté artistique de l’écriture mais je ne perds plus de vue le côté économique et commercial de ce métier, en tous cas, la vision qu’en ont ceux qui permettent à nos scénarios d’exister.

        J’ai appris beaucoup du cinéma en passant par la petite, toute petite porte. Autodidacte, je fais du montage, des FX, etc… autant de cordes à mon arc qui me donnent aussi le sentiment de libérer mon écriture.

        Oui, j’écris encore… J’ai un long et une série télé en cours d’écriture.

        • commentfaireunfilm

          Bonsoir Gilles,

          40 millions de dollars ?? donc les 7,7 millions c’est uniquement en France ?! sinon le film est plus que déficitaire…

          Je te souhaite bon courage pour ton long et ta série, n’hésite pas à me donner des nouvelles de ta progression ;o)

          A bientôt,

          Tom

          • Gilles

            D’après ce que j’ai trouvé, 7,7 millions d’entrées à l’étranger et plus de 600 000 entrées en France et effectivement ça a été limite pour ne pas être déficitaire. pour les dvd et produits dérivés, je ne sais pas.
            Après se sont des renseignements que j’ai trouvé sur le net alors…

            Pour ce qui est de protéger son travail, le scénario a été envoyé à une production française qui a développé aux USA en coprod avec d’autres, le film est d’abord sorti aux USA et seulement ensuite en France. D’où le fait de ne pas hésiter avec les copyright en plus de la SACD.

            Merci pour tes encouragements et compte sur moi pour te donner des nouvelles et de toutes façons, j’ai bien l’intention de participer car je trouve vraiment bien la démarche entreprise avec ce site. Le milieu est, à mon goût, un peu trop hermétique alors lorsqu’il est possible de partager, je suis toujours partant.

            Merci à toi, à bientôt.

            • commentfaireunfilm

              Bonsoir Gilles,

              Faudrait que je fasse le calcul mais je pense qu’ils n’ont pas gagnés d’argents….

              Pour la protection nous ne sommes jamais assez prudent ;o) mais il ne faut pas non plus tomber dans l’excès ;o)

              En ce qui concerne le milieu je ne peux que te donner raison. Il est compliqué d’avoir des infos concrètes ou un partage des connaissances…

              Sur la toile on trouve tout et son contraire c’est pour cela que j’ai voulu créer cet espace ;o)

              A bientôt,

              Tom

              • Gilles

                et tu as eu raison de le créer… Je lui souhaite une longue vie, beaucoup de visiteurs , beaucoup d’abonnés et de partages…

                Et si ils n’ont pas gagné d’argent, je ne vais pas pleurer sur leur sort car honnêtement, il n’y avait pas de quoi balancer 40 M dans ce film. Après, en mode US, c’est l’explosion des salaires, les déplacements France US pour les équipes, la grosse fringale sur les droits etc, c’est ce qui leur a explosé le budget… La Gaumont a eu le même problème avec les visiteurs en Amérique.

  • Network7

    Bonjour Tom,
    En présentant un pitch de mon histoire, n’est-il pas en danger? Comment peut-on aussi protéger un pitch?
    Merci.

    • commentfaireunfilm

      Bonsoir Network7,

      Le pitch c’est un concept mélanger à une idée. Le pitch doit être développé.Je pense qu’il faut avant de pitcher, écrire le traitement et déposer le tout.

      A bientôt,

      Tom

      • Network7

        Bonsoir Tom,
        même dans ce cas, le traitement, la lettre d’intention elle même dévoile déjà assez de chose pour vous faire piquer l’idée non? Comment se rassurer que notre histoire est originale et novatrice? Comment protéger la moindre information? Comment savoir l’unicité son projet?
        Merci.

        • commentfaireunfilm

          Bonsoir Network7,

          Il faut évidement protéger tout cela ! je te conseille de lire les articles sur : comment protéger votre scénario.

          Mais soyons sérieux, on ne peut pas tout protéger ! Le vole de scénario est très très rare.

          Un dépot à la SACD est le meilleur moyen pour être protégé en sachant que le risque zéro n’éxiste pas.

          A bientôt,

          Tom

  • SOPHIE

    Bonjour Tom,

    Je post mon commentaire ici ne sachant pas vraiment à quel thème il correspond.

    Ma question est la suivante : j’ai parcouru un article juridique où il est fortement déconseillé d’envoyer tout de go à un producteur.
    Voici ce qu’il est écrit :
    Tout travail avec un producteur doit débuter par un contrat et pas l’inverse. Un scénariste professionnel connaît le marché, et défend ses droits. Un projet se vend sur un pitch, Si le producteur est intéressé par le projet, il doit signer un contrat d’option avec le scénariste et le payer pour écrire un scénario.

    Quoi que vous dise le producteur, il est dans l’illégalité la plus totale s’il a entre les mains un scénario pour lequel il n’a pas signé d’option.

    Peux tu nous éclairer sur ce point ? Parano ? Après c’est un article datant de 2010. Les choses ont certainement évolué depuis.

    Merci d’avance,
    Sophie

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Sophie,

      Je pense que ta question est à la bonne place ;o)

      Je l’a trouve extrêmement intéressante :o) Effectivement tout travail avec un producteur doit débuter pour un contrat d’option. Mais ça veut dire quoi ? Simplement que :dans le cas ou vous(je dis vous pour « les scénaristes ») pitchez une histoire, ou que vous lui amenez un traitement et qu’il souhaite que vous écriviez la continuité dialoguée ALORS il doit vous signer un contrat d’option ! S’il vous demande que vous l’écriviez « gratuitement » DANS CE CAS il est dans l’illégalité.

      Dans le cas ou tu as écrit un scénario (continuité dialoguée) et que tu l’envois à un producteur alors il ne te doit rien ! Il n’a rien demandé :o) c’est toi qui le sollicite, il ne va pas payer pour quelque chose qu’il n’a pas commandé.

      En revanche, dés lors ou le producteur souhaites produire le film ou essayer de le produire, là le contrat d’option est de mise.

      A bientôt,

      Tom

      • SOPHIE

        Merci Tom c’est déjà plus clair.
        Une question en emmène une autre, dans le meilleur des cas, comment justement négocier son scénario avec un producteur ? Dans un autre article parcouru on parle de rémunération proportionnelle, je suis un peu perdue….

        • commentfaireunfilm

          Bonjour Sophie,

          Ce que je te propose c’est d’écrire un article sur le sujet que je mettrais en ligne sur le blog dés mercredi ;o)

          Pour la rémunération proportionnelle tu n’as pas à t’inquiéter pour le moment, j’expliquerais aussi tout cela dans le prochain article.

          Si tu as un rdv avec un producteur d’ici là envoi moi un mail et je te répondrai ;o)

          A bientôt,

          Tom

  • SOPHIE

    Bonjour,

    J’aimerai savoir si il faut impérativement envoyer son scénario en Anglais pour une protection aux Etats Unis ? Je trouve contraignant de devoir faire traduire ma continuité dialoguée. N’est il pas possible dans un premier temps de l’envoyer en Français et de faire un deuxième envoi ultérieurement si le projet fonctionne ?

    Sophie

    • commentfaireunfilm

      Bonjour Sophie,

      Je ne connais pas copyrightdepot.com !
      Dans les articles sur la protection tu trouveras les pays qui ont des accords de protection.

      Ce que je ne comprends pas c’est pourquoi veux tu protéger ton projet aux états unis ? dois tu l’envoyer à une production ? ou est ce par surprotection ?

      Si ton film est destiné à être produit par une société de prod Française, tu n’as aucunement besoin de protéger ton scénario aux usa…

      A bientôt,

      Tom W.

      • SOPHIE

        Bonjour,

        Merci pour vos réponses rapides.

        En fait il s’agit peut être d’une surprotection de ma part ou un problème de compréhension du fonctionnement juridique.

        Si je dépose à la SACD en attendant que mon projet soit produit, en l’espérant….Comment est protégée l’idée de mon film ?

        Qu’est qui empêche une boite américaine (ou un autre pays), de s’en inspirer et de se l’approprier ?

        Merci de m’expliquer,

        Sophie

        • commentfaireunfilm

          Bonjour Sophie,

          Oui la SACD est le meilleur moyen de protéger ton scénario en France et dans plusieurs pays.

          Attention ! il ne faut pas confondre une idée et un scénario ! On ne peux pas protéger l’idée. L’important dans « l’idée » c’est son traitement, c’est à dire la façon dont l’idée va être traité. Se sont les personnages et leurs caractéristiques qui font de ton « idée » un scénario à part !

          Après on ne peux pas complètement se protéger, mais le vole de scénario est tout de même très rare !

          Pour finir, tu n’ai pas à l’abris que quelqu’un d’autre travail sur le même genre d’histoire, voir le même concept ! tu auras beau prendre toutes les protections nécessaires tu ne pourras pas empêcher le film de se faire.

          A bientôt,

          Tom W.

          • SOPHIE

            Bonjour,

            Vous avez bien ciblé ma question et effectivement j’ai cette crainte que l’on me pique mon concept.Je pense qu’il est un peu novateur.

            Un jour un ami m’a dit « parano comme tu es tu devrais écrire des films, tu gagnerais de l’argent »….!

            Est il possible en message privé de vous demander des adresses de réalisateurs et producteurs pour le proposer ? Je ne souhaite pas le réaliser moi même.

            Sophie

            • commentfaireunfilm

              Bonjour Sophie,

              Non je ne peux pas te donner d’adresses de réalisateurs car je n’en ai pas le droit. En revanche des boites des prod oui mais cela dépend de genre.

              Avant de l’envoyer as tu ta note d’intention ?! et surtout ton synopsis ?! bien corrigé ton script et surtout, as tu fait attention à la présentation ?

              A bientôt,

              Tom W.

              • sonia

                Bonjour,
                Vous n’avez pas répondu à la question de sophie qu’en à l’obligation ou non de traduire son scénario avant de le faire protéger par http://www.copyright.gov/ ?
                J’ai la même intérrogation.
                Il me semble qu’il n’est pas obligatoire de le traduire mais je voudrais être certaine avant de l’envoyer pour rien.
                Je vous remercie vivement pour votre réponse.
                Cordialement,
                Sonia

                • commentfaireunfilm

                  Bonjour Sonia,

                  Pardon pour cette réponse tardive :o( D’habitude c’est beaucoup moins long, mais ton message n’apparaissait pas…mystère d’internet :o)

                  Je ne comprends pas bien la question en fait ! Je m’explique : Le copyright existe pour protéger un scénario etc…sur le sol américain.

                  En France tu peux le protéger via la sacd (E Dpot ou autre) qui te coute moins cher et qui te protège en France et dans plusieurs pays (voir l’article sur comment protéger ton scénario sur le blog). Et donc tu n’as pas besoin de le protéger par Copyright vu que ton scénario est pour le marché Français. Entre nous il n’y a presque aucune « chance » que ton scénario soit « volé » par un gros producteur Américain…

                  Si ton scénario n’est pas destiné au marché US pas besoin de le protéger par copyright ! donc pas de problème de langue ! cqfd ! ;o)

                  Si ton projet est destiné pour le marché US il doit forcément être en Anglais ! sinon tu ne trouveras pas de producteurs là-bas. Si tu as une copie de ton scénario en Anglais alors il vaut mieux que tu le déposes dans cette langue.

                  A bientôt,

                  Tom