Comment filmer une scène de poker de manière vivante ?

Si la semaine dernière on m’avait dit que je ferai un article sur ce sujet je ne l’aurais jamais cru ! Pourtant c’est bien ce qui se passe en ce moment, on va parler Poker. Alors je te préviens, on ne va pas commencer à parler stratégie, petite ou grosse blinde hein ! Non, on va parler poker au cinéma et mise en scène ! Je ne compte plus ceux d’entre vous qui veulent apprendre à filmer et réaliser des scènes de combat, de fight et de cascade, mais le cinéma c’est aussi savoir mettre du rythme, de la tension et de l’humour, parfois, dans des scènes qui n’ont rien de tout ça à la base. Le poker fait partie de ce truc bizarre qui est une tannée à filmer

Pourquoi une tannée ? Parce que le poker c’est comme un repas de famille, tout le monde est autour d’une table, personne ne bouge. Pourtant il faut que le réalisateur trouve un moyen de rendre ça incroyable. Je dirais même que pour le poker c’est encore plus difficile que pour un repas car pendant la partie personne ne parle, ni ne bouge. Ils sont tous avec leurs lunettes de soleil sur la tête, donc niveau expression on repassera ! lol Bref, comment fait-on et quels sont les films sur lesquels nous pouvons nous appuyer pour apprendre les ficelles du métier de la réalisation ?!

D’ailleurs depuis une vingtaine d’années, on assiste à un engouement sans précédent pour le poker. Ceci est particulièrement vrai en France, où le nombre de joueurs ne cesse de croître, aussi bien en ligne que lors de multiples tournois qui connaissent un succès grandissant. Et forcément ça brasse un max de pognon, donc on en mange de plus en plus à toutes les sauces. C’est donc tout naturellement que celui-ci se retrouve aujourd’hui, plus que jamais, sous l’œil des caméras et que les réalisateurs ou scénaristes en mettent de plus en plus souvent. 

Une longue tradition cinématographique

Certes, filmer du poker n’a rien de nouveau, tant la dimension mythologique du jeu, celle d’un certain rêve américain, a été exploitée dans un premier temps par les cinéastes, surtout aux États-Unis. Le septième art a ainsi très souvent rendu hommage au poker dans de nombreux longs métrages. On se souvient de Paul Newman dans Luke la main froide, de Brad Pitt et George Clooney dans Ocean’s Eleven, en passant par Maverick avec Mel Gibson ou Casino Royale dans lequel Daniel Craig incarne à merveille un James Bond expert en poker face

Au cinéma, les scènes de poker constituent en général un moment fort du film, celui où le suspense est censé atteindre son comble. Selon les besoins du scénario, la réalisation est plus ou moins réaliste, notamment lorsqu’il s’agit de montrer les cartes à l’écran de manière ostensible. Si on prend Maverick, que j’aime énormément, la partie de poker permet aussi de présenter les personnages. Celui de Mel Gibson et de son habilité au jeu est merveilleusement introduit. Il se présente à la table et propose de perdre pendant une heure. Il prend ses cartes à l’envers par exemple, ce qui est une dose d’humour mais aussi montre qu’il n’a pas peur et qu’il sait ce qu’il fait. 

Cette heure va lui permettre d’observer les autres joueurs, voir leurs tiques et leurs manières de jouer. Ainsi au bout d’une heure il pourra « lire » en eux et savoir s’il peut parier ou pas sur chacune de ses mains. Si on regarde du côté de la réalisation, la caméra est plutôt fixe sur les personnages et bouge dès lors que les jetons sont jetés, les cartes distribuées etc. C’est un moyen de mettre du mouvement et de rendre le jeu « vivant ». Le rythme est aussi assez rapide et court dans l’enchainement des plans pour que l’attention du spectateur soit toujours maintenue. Attention, cela ne veut pas dire qu’au tournage l’équipe a découpé chaque plan ! Non ! Là, le travail du monteur a été essentiel pour retranscrire la partie que le réalisateur a filmé. Dans ce cas précis pour avoir assez de matière au montage, ils ont filmé les intentions et les moments de jeu importants. C’est la scripte qui a dû s’arracher les cheveux sur les raccords ! 

On remarque également que le héros non seulement gagne toujours à la fin, mais qu’il y met également la manière ! Soit bien souvent au terme d’un all in après que tous les joueurs aient surenchéri de façon spectaculaire. Et pas question de l’emporter avec une paire de huit, à Hollywood, c’est plutôt la quinte flush qui est de rigueur. Un scénario qui a infiniment peu de chances, convenons-le, de se produire dans la réalité.

Savoir capter les moments légers

Au cinéma, la caméra s’attarde en général longuement sur les protagonistes afin que le spectateur ressente la tension du moment, même si, dans la plupart des cas, un gros plan sur le visage du héros suffira à en faire une séquence réussie qui ravira le grand public. Si l’aspect ‘dramatique’ du poker est très largement privilégié par les réalisateurs, quitte à être sur joué, certains films ont pris le contre-pied de cette tendance pour y introduire une dose d’humour, un facteur méconnu et pourtant bien réel dans le poker d’aujourd’hui. Dans « On Continue à l’appeler Trinita », l’instant où Terence Hill mélange les cartes de manière surréaliste, devant des adversaires médusés, reste d’ailleurs une des scènes les plus drôles consacrées au célèbre jeu. Car contrairement à une croyance répandue, la bonne humeur est bien présente aux tables de poker et il n’est pas rare, malgré l’enjeu, de voir les participants sourire et blaguer entre eux. Ces détails sont parfaitement captés par les caméras et les micros des émissions télévisées lors de la diffusion de tournois, et donnent au poker une image plus humaine et attachante qui joue en sa faveur aux yeux du téléspectateur. Même si personnellement, je ne suis pas adepte de ce genre d’émissions, elles restent un bon socle pour comprendre le B.A.B.A pour filmer une partie de poker. Certes c’est moins rythmé que dans un film mais elles permettent de comprendre certaines mécaniques et certains enjeux. 

Gros plans et caméras fixes

La réalisation de parties de poker pour le cinéma est souvent bien différente de la réalité

La réalisation de parties de poker pour le cinéma est souvent bien différente de la réalité

De la retransmission de grands championnats à la réalisation de films documentaires dédiés au poker, la vidéo permet désormais de décortiquer le jeu de manière révolutionnaire pour ne pas dire intrusive : le téléspectateur se retrouve ainsi aux premières loges, comme assis à la table des joueurs, et disposant de plus d’informations que ces derniers. Il n’est pourtant pas évident, au premier abord, de retransmettre une partie de poker de manière vivante, en particulier pour le spectateur profane qui n’est pas rompu aux finesses du jeu. 

Contrairement à un match de football ou une course cycliste par exemple, où la caméra est sans cesse en mouvement pour suivre les sportifs au plus près et le spectateur se retrouve passif, le réalisateur d’une partie de poker est soumis à d’autres figures imposées, plus contraignantes. Parce que le jeu se déroule autour d’une table avec relativement peu de mouvement, on y privilégiera de longs plans fixes avec plusieurs caméras, en jonglant d’un joueur à un autre. Le caméraman zoome de temps en temps sur les visages concentrés pour tenter d’y trouver un indice sur les intentions du joueur ou la qualité de ses cartes. Alors dans ce contexte technique quelque peu restreint, comment ne pas être ennuyeux en filmant du poker ? 

Comprendre le jeu est essentiel

Au fond être scénariste ou réalisateur permet de plonger dans des univers qui nous sont complétement inconnus. Il faut forcément apprendre et comprendre les enjeux pour pouvoir clairement écrire ou retranscrire l’émotion du jeu mais surtout pouvoir l’inclure dans l’intrigue de votre film. Sans cette démarche d’immersion rien ne pourra être possible, car si tu ne comprends pas toutes les subtilités, tu ne pourras pas exploiter à 100% la partie de poker que tu souhaites mettre en place dans ton film. Qu’on se le dise, le poker n’est pas du foot, mais il se suffit à lui-même. Il s’agit d’une discipline où la stratégie et la psychologie sont primordiales et où l’action se déroule principalement dans la tête du joueur. Le poker n’a pas vocation à offrir des images forcément spectaculaires, mais qui doivent retranscrire au mieux l’atmosphère qui règne à une table. Quand je dis que tout se passe dans la tête du personnage, ce n’est pas la peine d’écrire des lignes et des lignes de dialogues ou de pensées de ton héros. Regarde bien les extraits de film que je t’ai mis dans cet article. Aucun n’est en voix off ! Et pourtant ça fonctionne ! La meilleure façon de montrer du poker à la caméra est certainement de le filmer tel qu’il est : sans artifices, en amenant le téléspectateur à réfléchir à son tour et en quelque sorte à se mettre à la place du joueur.

Il est donc préférable pour le réalisateur, comme pour celui qui regarde, de connaître les tenants et les aboutissants du jeu afin de pouvoir y puiser toute sa substance, et d’en rendre toute la magie à l’écran. Une fois intégrés les concepts majeurs du poker, soyez en certains, assister à un showdown (l’abattage des cartes) vous donnera autant d’émotions qu’un sprint d’Usain Bolt ou un but de Ronaldo !

Voila pour cet article sur : Comment filmer une scène de poker dans ton film.

N’hésite pas à partager l’article autour de toi et à me poser tes questions ou tes commentaires juste en dessous.

A bientôt,

Tom

À PROPOS DE TOM WEIL

Tom Weil

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

0 comments… add one
Donec mattis libero. ipsum velit, dictum elit. Lorem venenatis, vel, ultricies

 

Je débute maintenant