Un producteur ? Un distributeur ? Pourquoi faire, je m’auto-produits !

Tourner, coûte que coûte, votre film en évitant ces pièges

 

On a beau dire : « ne fais pas ci », « ne fais pas ça comme ça », « Attention »…le plus souvent cela tombe dans l’oreille d’un sourd. C’est humain. On se dit « je ne suis pas comme les autres, je vais leur montrer ! ».

Alors ok, vous voulez tourner à tout prix, ne pas essayer les commissions, faire la tête brûlée et foncer…pourquoi pas, mais à une condition : Faites-le bien !

s'auto produire

Pourquoi je vous dis cela ?

Nous avons des idées plein la tête n’est-ce pas ? Parfois vous ou moi avons l’impression de manquer de temps pour tout faire. Notre esprit va à 1000 à l’heure. Les idées fusent et pourtant il y a toujours cette impression, assez frustrante, de ne jamais aller assez vite.

Nous avons l’impression que nous vivons avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête : « Et si mon idée, mon scénario, mon film était fait par quelqu’un d’autre de plus rapide que moi ? »

Tous les jours, ou presque, nous sommes soulagés de voir que les films ou les séries qui sortent sont à des années lumière de notre projet. On se dit, à cet instant précis : « Ouf, je suis le seul à avoir l’idée, j’ai gagné un peu de temps ».

Vous devez vous demander pourquoi je vous parle de ça aujourd’hui ?

1 idée originale…vraiment ?!

Dites-vous une chose. Lorsque vous avez une idée, elle naît au même moment autre part sur la planète ! Désolé de vous l’annoncer mais vous n’êtes pas exceptionnel grâce à cette idée ! Et c’est valable pour tous les domaines : écrire un scénario, créer le prochain business qui remplacera Facebook ou Google.

Une autre personne à cette même idée au même moment.

Mais revenons à la question : Pourquoi je vous parle de ça aujourd’hui ? Je travaille depuis des années à l’élaboration d’un scénario de science-fiction sur le voyage dans le temps. Jusque là rien d’exceptionnel : retour vers le futur, Looper, l’armé des 12 singes, Nimitz, Journeyman ou au cœur du temps…sont des films ou des séries qui traitent de ce sujet.

Bref, rien de nouveau sous le soleil…non…l’idée géniale était (est) la manière dont les gens voyageaient dans le temps et la raison pour laquelle ils le faisaient. Et pas plus tard que la semaine dernière BOOM la série Travelers sort sur Netflix…avec une partie de mon idée à l’intérieur.

Le monde s’écroule ? Je viens de perdre quelques années pour rien ?

Évidemment que non. Et si vous êtes dans la même situation, à cet instant, vous non plus. ! L’idée est proche mais ce n’est pas mon scénario. Ce ne sont pas mes personnages, ni l’univers que je souhaite montrer.

Et puis franchement on s’en fout, parce qu’au fond je ne l’ai jamais terminé ni jamais envoyé à un producteur et encore moins tourné.

Il y a quelques minutes je vous disais que vous n’étiez pas exceptionnel. Vous l’aurez compris, je vous taquine. Ce n’est pas parce que moi je ne me trouve pas exceptionnel que je dois forcément vous mettre tous dans le même panier, non ?!

Réellement ce n’est pas votre idée qui vous rend exceptionnel mais ce que vous en faites.

Je vous l’ai dit, une idée naît au même moment à deux endroits à la fois sur la planète. Alors pourquoi n’y a t-il pas plus de doublons ? Simplement parce que la personne qui a eu la même idée que vous ne sait peut-être pas quoi en faire ? Peut-être n’a t-elle pas les moyens de la mettre en œuvre ou les capacités pour. Peut-être qu’elle en a les capacités mais pas le réseau…ou simplement elle va faire preuve de malchance et son projet sera mis au placard…

Il y a des milliers de raisons et de paramètres qui font qu’une idée, un scénario, un film ne voit pas le jour. Il y a des centaines et des centaines de très bons scénarios qui traînent dans les productions, chez les distributeurs ou les chaînes. Pourtant ils ne trouvent pas la porte pour être lus, produits et tournés. C’est comme ça et il faut se faire à l’idée.

Votre idée est exceptionnelle si, et seulement si, vous réussissez à la mettre en œuvre, à la faire vivre.

s'auto produire

Alors tourner une série à tout prix ou un long métrage avec vos « petits » moyens c’est une énorme et grosse connerie ! Y a pas d’autre mot…sauf qu’il y a toujours des exceptions : le visiteur du futur pour une web-série ou Dealer de Jean-Luc Herbulot avec Dan Bronchinson, par exemple, tourné en 12 jours pour 165 000 euros (je vous renvoie à la section tournage de cet article pour que vous compreniez que votre temps de tournage doit être court). Ils ont tourné un long métrage en 12 jours.

J’aurais pu, à un moment, me bouger plus et mettre en chantier le projet dont je vous parlais au début de cet article. Je ne l’ai pas fait pour plein de raisons. La première, si je ne l’ai pas terminé et s’il traîne depuis des années dans mon ordinateur c’est qu’au fond le projet n’est pas si clair que cela dans ma tête. Il y a la procrastination qui doit s’en mêler un peu aussi et surtout tous les autres projets plus aboutis, le blog, le boulot etc…

Et puis se lancer dans un tel projet « tout seul » en mode « warrior » je l’ai déjà fait et je ne le referai plus. Non seulement parce que je préfère prendre le temps de trouver les bons partenaires mais aussi avoir les moyens financiers, techniques et humains pour y arriver.

Mais si vous deviez vous lancer dans une telle aventure suivez les conseils ci-dessous et évitez ces erreurs.

Faire Un Budget

C’est la première chose à faire après avoir écrit votre scénario, bien avant de commencer à chercher de l’argent. Souvent les apprentis réalisateurs commencent par se dire : « combien je peux mettre ? » avant de savoir réellement leurs besoins. Pourquoi ? Parce qu’ils savent que quoi qu’il se passera ils n’auront pas le budget d’un vrai film…donc autant tenter d’avoir le maximum d’argent…et après ils verront bien.

Seulement, ça ne peut pas se passer comme cela. Car quoi qu’il arrive vous n’aurez jamais assez d’argent, même si votre budget est d’un million d’euros. Connaître vos besoins va vous permettre de savoir tout de suite si ce que vous vous apprêtez à faire est possible ou pas. Ainsi, en cas de budget trop élevé, en fonction de vos possibilités, de vos levées de fonds, vous pourrez voir comment, en terme de scénario, resserrer les choses et rendre la réalisation de votre film possible.

Faire un budget c’est aussi prévoir le tournage, la post-prod mais aussi la diffusion (les copies, les envois) et les imprévus.

s'auto produire

l’argent

C’est toujours le nerf de la guerre et lorsque vous vous autofinancez/ produisez, l’argent est encore plus important. La première idée qui va vous venir à l’esprit c’est de piocher dans vos économies ou d’aller voir votre banque…well…c’est une mauvaise idée. Sauf si la somme que vous allez prendre ne déstabilise pas, ou ne met pas en péril, votre vie familiale ou votre vie économique.

Ne faites pas la bêtise d’aller voir la banque, de vous endetter pour un film. C’est le meilleur moyen de mordre la poussière, de vous mettre en danger et de ne pas finir votre film.

  • Vous ne devez utiliser l’argent que vous avez de côté qu’en dernier recours. Un truc, prenez la somme que vous avez et divisez-la par deux. Faites en sorte de n’utiliser que cette partie.
  • Trouver votre LOVE money. Qu’est-ce que c’est ? C’est l’argent des amis, des parents, grands-parents, du Crowdfunding etc…bref de l’argent assez facile et rapide à obtenir. Surtout de l’argent qui vous permet de diviser les risques économiques.
  • Prévoyez une ligne de dépenses imprévues de plus ou moins 7% du budget total.

le scénario

Ne tentez pas de faire comme les grosses séries ou les gros films, alors que vous avez 5000 euros au lieu de 5 millions. Tout ce que vous réussirez à faire c’est d’être frustré. Ne pas avoir d’argent va vous obliger à être malin.

Ne tentez pas de créer votre propre manière d’écrire, votre propre structure. Ne pensez pas que vous êtes plus malin que les autres sur ce point et que la qualité de votre idée prendra le dessus sur la structure de la narration. Utilisez peu de personnages, peu de décors. Mutualisez les décors et vos ressources pour gagner du temps.

Je vous renvoie aux articles sur l’écriture d’un scénario qui se trouvent sur ce blog.

L’équipe et le matériel

Si vous misez de l’argent de vos proches et le vôtre vous devez faire en sorte de mettre toutes les chances de votre côté. Oubliez tonton Michel et votre pote pour jouer le rôle principal de votre film. Oubliez aussi de leur faire tenir la perche ou la caméra. Vous n’avez pas de moyen, ok, alors réduisez l’équipe ! Réduisez les comédiens ! Mais prenez des professionnels.

Vous n’avez pas de moyen, pas de lumière…ok, ne tournez pas de nuit ! Ne prévoyez pas des plans que vous ne pouvez pas faire. Soignez les détails.

Concentrez vos moyens techniques sur l’essentiel : la lumière, le son, l’équipe.

Vous ne pouvez pas louer une Dolly ? Prenez un fauteuil roulant. Le sol n’est pas droit pour votre travelling ? Achetez du placo pour faire rouler votre fauteuil et avoir un mouvement fluide. Vous n’avez pas de stead, louer un glidecam…ou trouver un steadicamer avec son matos.

Idem, n’achetez pas le matériel, c’est ridicule. Vous n’avez pas d’argent ? Alors il va falloir apprendre à pleurer. Pleurer pour avoir du gratuit ou du presque rien. Pleurer chez les loueurs, auprès des techniciens, des fournisseurs et des propriétaires de décors.

PLEUREZ !

Et si cela ne fonctionne pas…PLEUREZ encore plus.

A un moment ça finira par payer.

s'auto produire

La distribution

Je ne parle pas des comédiens nous venons d’en parler. Non, je veux parler de : comment vous allez diffuser votre film, où ? Comment ? Pour qui ?

Arrêtez de penser que You tube peut tout faire, que vous allez faire le Buzz parce que vous êtes le ou la meilleure, non. Vous voulez faire comme les « vrais », alors commencez par penser comme eux. Vous faites un film, c’est pour qu’il soit vu et pour que CE film soit « une bonne affaire » pour votre futur, votre carrière si vous en voulez une. Mais surtout qu’il soit aimé pour son histoire, pour ce qu’il dégage. C’est votre but ultime, faire vivre des émotions à vos spectateurs. Pour cela il faut prévoir où vous allez le montrer et comment.

Selon le thème et la longueur de votre film voyez où vous pouvez diffuser votre film une fois qu’il sera terminé.

Prévoyez un budget pour cela, nous en avons déjà parlé plus haut, mais j’insiste.

Tournage

Je vais la faire très courte sur ce point. Préparation est le maître mot. Tournage court est le deuxième ! Ne sortez pas de ces deux principes et tout devrait bien se passer. Pas plus de 5 jours ! 3 c’est l’idéal. Votre scénario doit être tourné en plus de jours ? Faites plus court. Un tournage c’est plus d’imprévus, plus d’argent, plus compliqué pour négocier le matériel. C’est plus compliqué pour tout. Mais surtout c’est plus compliqué à gérer et à terminer sans risquer de mettre votre projet en péril.

Encore une fois on parle d’un film, d’avoir un micro budget et des micros moyens. Tourner un film en 12 jours n’est pas donné à tout le monde…trouver 165 000 euros non plus. Si vous avez tout cela, alors ne dépassez pas 12 jours pour un long. Paranormal Activity a été tourné pour 15 000 euros en 7 jours seulement ! Mais il y a moins de décors et de comédiens que dans le film Dealer.

Il n’y a pas de règle sauf : faire court et pour pas cher.

L’originalité ne vient pas des effets spéciaux !

Vous ne pouvez pas faire un film de 5000 euros et faire croire à tout le monde (dont vous) que vous atteindrez la qualité d’un film de 5 millions, je vous l’ai déjà dit. Si vous n’avez pas les logiciels ou les ressources pour faire des effets spéciaux compliqués…oubliez ! Attention, savoir bidouiller trois ou quatre trucs sur after-effects ne vont pas vous sauver, il n’y a pas plus amateur que des effets qui se voient comme le nez au milieu de la figure.

L’originalité va venir de votre scénario, des idées et des hommes que vous allez réussir à fédérer mais surtout de votre scénario.

L’originalité va venir des solutions que vous allez trouver pour faire le meilleur film possible suivant vos possibilités. Les vieux trucages du cinéma fonctionnent toujours très bien, soyez inventif.

s'auto produire

Parfois les ressources sont à notre portée : des décors, des accessoires, des effets mécaniques etc…Mais nous ne cherchons pas assez ou parfois nous avons peur de demander.

Faites en sorte que le manque d’argent soit le moteur pour vous tirer vers le haut, pour tirer votre film vers le haut.

Sortez des sentiers battus et soyez malin c’est le meilleur moyen de vous faire remarquer par la profession mais surtout de faire un bon film.

couvrez-vous

Faites signer des contrats à votre équipe et surtout vos comédiens pour être certain qu’aucun ne puisse se rétracter et ne plus vouloir jouer dans votre film. Soyez vigilant, c’est votre argent ou la love money, vous êtes donc responsable envers les personnes qui vous font confiance.

Faites signer des contrats !

C’est en forgeant…

Si vous n’avez pas fait d’école de cinéma, ou que vous n’avez jamais fait de tournage auparavant, vous avez des lacunes, c’est certain. Même si vous avez étudié des centaines de films, lu des dizaines de livres cela ne sera pas suffisant pour être au top lors de votre tournage.

Vous allez faire des erreurs, mais voilà pourquoi vous vous serez entouré d’une équipe solide que vous écouterez !!!!!

Au fond n’ayez pas peur, beaucoup apprennent sur le tas. Foncez, posez-vous les bonnes questions, réglez tous les problèmes, prévoyez l’imprévisible et donnez le meilleur de vous-même et encore une fois, FONCEZ !

Voilà pour les conseils et les pièges à éviter pour que vous puissiez y arriver. Encore un dernier pour la route : Arrêtez les effets de générique avec Live type, After ou je ne sais quoi. C’est kitch au possible mais surtout cela fait amateur. Préférez la sobriété, titre blanc sur fond noir, ça marche toujours, plutôt qu’une explosion, l’espace ou je ne sais quels effets avec des flammes etc…SOBRIÉTÉ !

Voilà pour l’article sur : Tourner et s’auto produire. J’espère que cet article va pouvoir vous aider à trouver le bon chemin pour votre projet.

Je sais que vous êtes très très nombreux à, souvent, être perdu. Il ne faut pas hésiter à me poser des questions ici. J’aimerais pouvoir avoir un lien particulier avec vous tous pour vous permettre d’avancer plus vite et plus sereinement. Surtout que la plupart du temps vous vous bloquez pour, presque, rien.

Je vous dis à très vite.

N’hésitez pas à me poser vos questions ou vos commentaires sous cet article.

Partagez sans compter le blog avec vos réseaux et vos amis.

Pour partager l’article il vous suffit de cliquer sur le bouton « like » en bas de cet article ;o) ainsi que sur le bouton de Google+.

Vous pouvez maintenant retourner au plan du site (Onglet Article) pour lire d’autres articles, il vous suffit de cliquer sur le lien.

Tom

À PROPOS DE TOM WEIL

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • Antoine Darcourt

    Bonjour Tom,

    Je me suis toujours demandé quand les réalisateurs et quelques acteur du films vont présenter leur film au festival de cannes ou dans les autres festival , est ce que chacun payent son billet d’avion ou de train etc ou est ce que c’est le producteur ou quelqu’un d’autre qui paye le transport , les hôtels etc … ?

    Pareil pour présenter son film dans d’autre pays , si c’est nous qui devons payer pour le transport , l’hôtel etc ou c’est le producteur ou autre ?

    Voila , désolé si ce n’est pas vraiment la bonne rubrique mais je n’ai pas trouvé de rubrique adapté .

    • Bonjour Antoine Darcourt,

      Non les billets d’avion sont pris en charge par le festival ou la production, cela dépend des cas.

      EN revanche il se peut que le film soit sélectionné dans un festival, que le producteur ne souhaite pas y envoyer son réalisateur, dans ce cas, si le réal souhaite s’y rendre tout de même c’est à ses frais.

      A bientôt,

      L’équipe de Comment Faire Un Film

  • Steven

    Bonjour Tom,

    C’est marrant, hier je regardais une interview de Guillaume Canet dans laquelle il expliquait qu’il a abandonné un scénario qu’il avait mis de côté depuis des années quand il s’est rendu compte que Casey Affleck avait réalisé un film qui ressemblait beaucoup trop à son histoire.

    Ton article rappelle que le cinéma, c’est aussi une constante optimisation du temps et des moyens, surtout si on galère.Je me souviens d’un conseil donné par Darren Aronofsky également dans une interview:

    « On n’est jamais aussi bon et créatif que lorsqu’on n’a pas de thunes! »

    A bon entendeur, lol…

    A bientôt,

    Steven

    • Bonsoir Steven,

      Ahahahahah nous sommes tout à fait d’accords que cette citation :o)

      L’équipe de Comment Faire Un Film

      • Steven

        Salut Tom,

        Juste un ptit coucou et je laisse ce message pour savoir comment tu vas, si tout se passe bien de ton côté 😉

        A bientôt,

        Steven

    • Sdk ElMaruecan

      « On n’est jamais aussi bon et créatif que lorsqu’on n’a pas de tunes! » C’est pour ça que « Les Dents de la Mer » est mille fois supérieur à « Jurassic Park ».

      • Bonjour Sdk ElMaruecan,

        Les procédés narratif sont les mêmes pour les deux films. Après je ne sais pas qu’elle âge tu as, mais il faut tout remettre dans son contexte. Il est plus simple de faire un requin qu’un dinosaure…de plus pour nous il est plus simple de croire aux requins tueurs qu’aux dinosaures. Si je parle de ton âge, c’est parce qu’a l’époque de la sortie de Jurassic park, le tour de force de Spielberg est incroyable. C’est le premier film qui à réussi à faire crore aux spectateurs qu’il avait vraiment filmé des dinosaures !!! Tellement les effets visuels (pour l’époque) étaient incroyables.

        Aujourd’hui lorsque tu regardes le film, vu les progrès techniques, je te l’accorde le film a un peu vieillit. Mais les ressort dramatiques, l’histoire, sont les mêmes que les dents de la mer.

        A bientôt,

        L’équipe de Comment Faire Un Film

  • Malik Zou

    Bonjour,

    Je suis votre blog depuis quelques temps à présent et je mi retrouve énormément, j’ai realisé un court métrage sur les réseaux sociaux et j’ai ecris de long métrage mais voila le problème c’est que je ne sais pas comment trouver une boite de production afin de les realiser car je ne veux surtout pas faire l’erreur de le realiser moi même et qu’il ne soit pas vue par les bonnes personnes. Que dois-je faire ?

    Cordialement
    Zoubeiri Malik
    Email : zoubeiri.m@gmail.com

    • Bonsoir Malik Zou,

      Va dans l’onglet : Articles, tu trouveras des articles sur : comment trouver un producteur. Si tu ne veux ma réaliser il n’y a pas de pb ;o) Une fois le producteur trouvé celui-ci trouveras la meilleure personne pour ton projet.

      A bientôt,

      L’équipe de Comment Faire Un Film

  • Kaladji Diomande

    C´est effectivement une idée qui me bouscule régulièrement. Merci pour l´article.

    • Bonsoir Kaladji Diomande,

      merci kaladji, il faut tout de même être prudent :o)

      A bientôt,

      L’équipe de Comment Faire Un Film

  • TAKANSAI

    Bel article en effet.

    C’est vrai que l’art est fait de règles, mais à l’artiste de les repousser. Cet article en est la démonstration concrète.

    Bien à vous tous et toutes

    • Bonsoir Takansai,

      Merci pour les compliments.

      a bientôt,

      L’équipe de Comment Faire Un Film

  • Lumeria-Leana Davidson

    Bonjour Tom, merci pour ces précieux conseils. Je suis contente que vous vous rangiez à cet avis…L’auto-production, c’est dur, c’est vrai…mais rien de plus exaltant que de réussir là où personne ne croyait en vous. çà ouvre forcément des portes…Ma sœur et moi fonctionnons ainsi: que pouvons-nous déjà faire par nous même? C’est la meilleure solution vu les réalités de financement dans notre métier. Le reste vient par surcroit, comme on le dit. Bien à vous!

    • Bonjour Lumeria-Leana Davidson,

      Tom n’a absolument pas changé d’avis et nous non plus :o) Il vaut mieux se faire produire et passer par les financements normaux. L’auto-production ne doit rester que le dernier recours.

      A bientôt,

      L’équipe de Comment Faire Un Film

  • robert COUDRAY

    Bonjour TOM.
    Je fais partie de tes cas spéciaux. J’ai fait une école de cinéma en 1974. Il y en avait deux à l’époque.
    Mon rêve a toujours été d’être réalisateur d’un long métrage. J’ai envoyé des dossiers toujours refusés aux instances CNC, régionales, producteurs. Bref. La dernière fois, à 55 ans tout de même, je me suis dit ce rêve, j’en fait le deuil définitivement ou j’y vais : nouveaux refus. On y va donc. J’ai tourné le film en 2 ans, avec 52 000 euros, 527 participants dans le film.
    Mais ça, c’est relativement simple. Là où ça se complique, c’est la distribution. Personne ne t’attend bien sûr. On a commencé dans notre bled breton et par chance le bouche à oreille à fonctionné. On a fini par être programmé en deux ans dans à peu près 150 salles en France. Mais là aussi ça se complique. Etre programmé, c’est une chose, mais déplacer les spectateurs, pas si simple. On a eu beaucoup de chance. Les salles étaient la plupart du temps pleines.
    Au final, le film a été vu près de 50 000 spectateurs. 40 pour cent des films qui sortent font moins de 10 000 spectateurs. On a vendu 6 100 DVD. Voilà de quoi rembourser, payer quelques partenaires et mettre un peu de côté pour la suite.
    Le film en question : http://www.jedemandepaslalune.fr

    Je prépare le prochain, avec je le souhaite plus de moyens. Mais s’il faut recommencer l’auto production je le ferai, mais je ne le souhaite qu’en partie.
    Courage à tous. Il y a une certitude. Il faut que le rêve soit puissant, mûri, meurtri, revu et corrigé pour lui donner toute sa chance d’être accompli.

    Robert coudray

    • Kaladji Diomande

      Félicitations! Tu me donnes de l´espoire! Merci

    • Bonjour Robert Coudray,

      Merci pour ce partage d’expérience. Belle aventure. c’est un micro micro budget pour un tournage qui se passe sur 2 ans. Bravo. En revanche, comme tu le dis très bien, un film est fait pour être vu et la distribution ne s’invente pas. La question est comment as-tu pu toucher des entrées payante dans un cinéma sans avoir de numéro d’immatriculation ? A moins que tu en avais un…

      6100 dvd c’est pas mal, mais avec le pressage et tout ce qui va avec la marge n’a pas dû être énorme.

      Nous nous doutons que le but n’était pas de faire des bénéfices mais au moins rentrer dans vos frais, ce qui est le cas d’après ce que tu dis ce qui est une autre grande victoire.

      Si tu es pour refaire de l’auto production il va falloir monter en gamme en terme de caméra, d’éclairage et de comédien…le tout ramassé sur une courte période de tournage.

      Merci encore pour le partage.

      A bientôt,

      L’équipe de Comment Faire Un Film

  • Jérémy

    Bonjour Tom,
    Merci pour cet article. Il est vrai qu’en fonction du film que l’on souhaite faire, l’autoproduction pourrait être une bonne solution. Pour ma part, je pense qu’il se passerait beaucoup de temps avant que je ne trouve le courage de mettre personnellement de l’argent dans un film. La peur du risque sans doute.
    Cordialement
    Jérémy

    • Bonjour Jérémy,

      Oui pourquoi choisir l’auto-production, si elle est maîtrisé. Ce que tu soulignes sur le fait de ne pas trouver le courage de mettre de l’argent perso par peur du risque, Tom serait entièrement d’accord avec toi et nous le sommes aussi.

      Si tu as peur du risque c’est un bon début. Même si la peur n’évite pas le danger, si tu veux faire du cinéma, il va falloir, à un moment, que tu te lances. Dans ce cas pour limiter les risques ta meilleure solution reste de monter un dossier de production et trouver un producteur !

      Faire des dossiers pour passer en commission et financer ton film de cette manière. Tu ne prendrais pas trop de risque…en part en terme de temps.

      A bientôt,

      L’équipe Comment Faire Un Film

  • Loana

    Hello Tom, merci pour tous ces bons conseils ! J’ai eu un caméscope pour mon anniversaire, je démarre tout juste dans le filmage, je ne suis qu’une Padawan ! 😀 Mais je vais m’en servir pour tourner des plans, faire du cadrage etc. La base de la base. Comme j’ai quelques scénarii de côté, peut être qu’un jour… mais en attendant, je m’initie aux codes du 7ème Art… rien de très concret, mais il faut un début à tout ! À bientôt ! Loana.

    • Bonjour Loana,

      Je ne suis pas d’accord avec toi, faire ce que tu fais est très concret justement. Faire, passer à l’action c’est la meilleure solution pour, a terme, y arriver.

      Bravo, continue,

      L’équipe Comment Faire Un Film

  • Rémi

    Bonjour tom !
    Merci pour ce blog et cet article.
    Personnellement, je suis dans ce cas. Pour me faire la main et prendre un peu d’expériences. Je met mes productions sur YouTube pour montrer aux future producteurs ce dont je suis capable. Pour m’en servir de vitrine. J’espère pouvoir intéresser quelqu’un pour des projets plus ambitieux et inspirer confiance. De ce fait, je m’auto produit dans l’espoir de faire carrière.
    A bientôt !
    Rémi

    • Bonjour Rémi,

      Merci pour les compliments. Comme le dit Tom dans son article You tube n’est pas la solution miracle…je dirais même que c’est tout le contraire, tellement il y a des productions de tout le monde. Il faudrait un miracle pour se faire remarquer.

      Comme il est dit dans l’article il faut prévoir la distribution de tes courts métrages, cibler pour être mieux remarqué.

      A bientôt,

      L’équipe Comment Faire Un Film

  • maria

    ☼) Bon dimanche, Tom !
    Déjà merci d’avoir pris ton temps précieux du travail, et le temps merveilleux du week-end pour regrouper ces articles à relire. Certes, ils ne me concernent pas directement, puisque je ne suis que scénariste.
    Pourtant, je comprends fort bien ce nouvel aiguillage pour ceux qui veulent produire, réaliser en mettant le contenu de leur tirelire et de celle de leurs proches. En effet, des commentaires viennent dire le contraire de ce que toi, qui as l’expérience, la réalité des crashs, inculques à ces débutants : ta mise en garde…pas un ordre.
    Advienne que pourra pour ceux qui persistent à enfreindre tes conseils d’autodidacte.

    Bien cordialement de
    ☼) maria.

    • maria

      ☼) PS. au commentaire précédent :
      TOM, Quand même, je suis triste que ton projet n’aboutisse pas. On te bouffe le temps que tu nous prodigues. Je suis de ceux-là.
      Le Temps, un sujet infini, comme Lui…
      En matière de créativité, ♫ Il y a le temps qui attend et le temps qui espère ♫ (L’ Ostendaise de J. Brel )
      Cordialement de
      ☼) maria.

      • maria

        PPS. Oups ! Lire Anna Gavalda ! J’écorche de plus en plus les noms propres ! Ouille !
        ☼)

      • Bonsoir Maria,

        Il n’y a pas de pb ;o)