les moments magiques d’un assistant réalisateur

Les moments magiques d’un film quant on est assistant réalisateur

 

A l’heure où j’écris ces lignes je viens de terminer, en tant qu’assistant réalisateur, les 12 premiers jours de tournage d’un long-métrage que je tourne en ce moment. Et franchement le cœur n’est pas aux grandes envolées ni à l’amour inconditionnel du métier, un film en tournage ça a ses hauts et ses bas et  ! Ces 3 derniers jours ont été plutôt difficiles autant physiquement que psychologiquement dus aux conditions climatiques, aux conditions de tournage qui se compliquent et à l’explosion des heures supplémentaires…bref je suis chafouin !…

film en tournage

Les 12 jours qui se profilent vont être encore plus compliqués…MAIS (il y a toujours un mais ;o) je ne peux pas ne pas vous parler des moments magiques qui se produisent parfois. Comme vous le savez le budget du film sur lequel je travaille est ridicule, de plus nous tournons sur une île où il n’y a que 80 habitants !!!! Mais comme tous les films (ou presque) j’ai besoin de figuration pour des scènes d’église, de bar ou de cortège…comment fait-on quand on a besoin de 35 personnes dans ces séquences  alors que cela représente un peu moins de la moitié des gens de l’île ? île composée de pêcheurs, de commerçants et de gens très très très occupés ?

Et petit…que dis-je ?! Mini budget oblige, il faut que cette figuration soit gratuite.

L’assistant réalisateur et le temps

…La première chose à faire c’est de prendre le temps…oui mais comment prendre du temps alors que l’on en manque déjà cruellement pour le film ?! Et bien c’est simple, tout se fait pendant la prépa et les repérages…Problème : il est strictement impossible de faire tout cela à distance, la seule solution c’est donc de trouver quelqu’un directement sur l’île et qu’il y aille répandre la bonne parole, parler du projet et commencer à faire la liste des gens intéressés par de la figuration…gratuite…oui rien que pour nos beaux yeux.

Alors je vous vois venir avec vos gros sabots ;o) Vous vous dites « ça va 3 jours de figu sur 24 jours…y a pire non ?! » Seulement je ne vous parle que des grosses séquences, sur le reste des jours le nombre de figurants oscille entre 5 et 15…et le risque c’est aussi de se retrouver tous les jours avec les mêmes personnes…et puis 15 personnes sur 80 ça représente 1/5 ème de la population.

Je sais que pour le moment vous vous demandez où est l’instant magique lol Mais ça vient, ne vous impatientez pas.

film en tournage

Skreidzeleu/ shutterstoc

Lors de nos repérages techniques début septembre nous nous sommes mis à la recherche de cette personne miracle qui pourrait avoir un peu de temps à nous consacrer pour parler du projet et rassembler les foules lol Franchement ce n’était pas gagné mais notre régisseuse générale de choc, Marianne, a réussi à trouver la perle rare…Ludovic, un responsable du port, a accepté de nous aider…Ludovic n’est pas îlien, il vient du continent (Ici on dit : de France !) mais connait tous les pêcheurs et entretient de très bons rapports avec les gens de l’île. Mais même pour lui, convaincre les gens de venir figurer, de surcroît gratuitement, ce n’est pas aussi simple.

Pourquoi ? Parce qu’une île fonctionne comme une maison, on y entre que si on y est invité et si nous montrons patte blanche, bref il faut être respectueux et poli…autant vous dire que pour une équipe de tournage ce n’est pas forcément gagné !!! Certaines productions et équipes ne font pas dans la dentelle et se croient chez elles, à peine le pied posé à terre. Il était évident que nous ne pouvions pas faire ça et que nous n’étions pas comme ça !

Le premier jour de notre arrivée Ludovic nous a fortement conseillé de faire une réunion autour d’un verre pour que la réalisatrice et moi-même expliquions le projet et ce que nous attendions d’eux. Ce rassemblement a été…un fiasco, 12 personnes ont dû faire le déplacement dont certaines par simple curiosité…autant dire qu’à ce moment là je pensais que nous étions mal barrés !!

J’avais tout de même prévu le coup et dans le plan de travail j’ai commencé par des petites journées de figuration pour que les gens puissent prendre la température, voire l’ambiance du tournage et que nous apprenions à nous connaître.

moment magique d'un tournage 2

L’assistant réalisateur et ses moments de solitude

L’avantage que j’avais c’est que j’adore la figuration et j’ai le contact plutôt facile, ajoutez à cela une petite touche d’humour (et de modestie lol) et le tour était joué sauf que…nous ne sommes pas sur le continent ! Ludovic a fait un vrai travail de fond et a réussi à me dégoter une dizaine de figurants. Je les accueille, les remercie et je vais les placer dans le décor et là, à peine assis, deux figurants m’interpellent et me demandent si cela va être encore long…à peine arrivés !!!! Et j’ai besoin d’eux 1H30…autant dire que ce n’était pas gagné à ce moment là. Au final tout le monde est resté et a passé un bon moment.

Pour tout expliquer, un figurant « normal » est convoqué en début de journée et reste avec nous jusqu’à la fin du tournage. Nous les appelons lorsque nous en avons besoin et en fonction des axes. Là, j’ai dû remanier le plan de travail pour avoir des figurants 1h30 ou 2 heures…pour respecter les temps de pêche, de sieste et j’en passe ! Autant dire tout ce qu’il ne faut pas faire sur un film où on n’a pas de temps, ni d’argent. Mais sans ça…pas de figurant…alors on s’adapte !!!

A partir de ce moment des liens se sont tissés entre l’équipe et les îliens (merci Ludo !) et petit à petit la contrainte de venir quelques heures s’est transformée en « pause » en « détente » pour ces gens.

Nous vivons en autarcie sur l’île, nous vivons avec les gens. Nous nous croisons tous les jours, même si nous sommes là pour travailler et que nous avons un rythme soutenu, nous prenons aussi le temps de rencontrer les gens, d’aller vers eux. Pendant ma prépa les figurants n’étaient qu’un nombre de personnes à avoir par jour avec une utilité, aujourd’hui c’est : Jeanne, Eric, Christian, Hélène, Pifou, Azad, Loïc (dont nous utilisons le bateau), Masha (la femme de Loïc, pompier volontaire) Hadrien, Fifine, Flaf, Renaud, Alain et Laurence (dont nous utilisons le bar), Blandine et tous les autres…

L’assistant réalisateur et la magie

Et c’est là que la magie opère, c’est lorsque la confiance est là et que les gens viennent parce que ça leur fait plaisir de nous faire plaisir ! Nous avons reconstitué une procession pour les besoins du film, nous avons pris plus de temps que prévu et tout le monde était là et tout le monde est resté…sous la pluie et le vent ! Nous avons mis en boîte des plans incroyables grâce à eux ! Hier, j’avais prévu une mixte, c’est à dire mi- jour/ mi- nuit, nous devions filmer une scène de concert, nous avons pris du retard…beaucoup de retard, d’heure en heure j’ai dû reculer la figuration…elle est passée d’une convocation à 18 heure à 22 heure…et vous savez quoi ? Le bar était plein…les îliens nous ont tout donné, ça c’est un moment magique ;o)

Mais ce n’est pas tout. Quelles sont les probabilités pour que le bateau d’anglais parti pour un voyage d’un an tombe en panne le jour où nous reproduisons cette fameuse procession…que le père de famille soit musicien, amoureux du cinéma  et prêt à passer une journée avec nous, accompagné de sa famille et sous la pluie ? Presque aucune et pourtant !

film en tournage

solarseven/ shutter stock

Ça aussi c’est un moment magique !

Je me bas contre la météo, mais quel bonheur lorsque la nature nous donne ce dont nous avons besoin…un clair de lune, des reflets sur la mer, des vagues déchaînées au bon moment, du poisson pour les moments de pêche etc…Un bateau qui casse son ancre lors d’une tempête et s’échoue sur la plage ou nous sommes en train de tourner….

Ces moments magiques font du bien. Je crois vraiment que nous faisons un beau film et ce sont ces moments qui nous permettent de profiter aussi de la magie du cinéma bien au delà des problèmes de respect, de confiance et de fatigue.

Espérons que cette magie opère encore les 12 prochains jours…rien n’est moins sûr…

Petit aparté. Il est 23H06, nous sommes Mercredi, je viens de terminer le 15 ème jour de tournage. Je suis cuit et je vais aller me coucher ;o) Pour les deux prochains jours ils annoncent une tempête énorme, j’ai dû remanier une nouvelle fois le plan de travail pour mettre l’équipe et les comédiens à l’abri afin de continuer à tourner le film. J’espère que tout ira bien et que nous aurons toutes les séquences prévues.

L’assistant réalisateur…avec un peu de recule sur ce qu’il à vécu

Je viens de relire cet article…c’est drôle comme les phrases : « les conditions se dégradent » et « l’explosion des heures supplémentaires » paraissent loin…Je sais que parfois je m’emporte, que la fatigue et les contrariétés peuvent parfois altérer mon jugement…je suis content de relire ces lignes ;o) Je n’efface pas totalement ce que j’ai dit, mais je vais les nuancer ;o) Ce n’est pas un film simple, la réalisatrice souhaite avoir son film et le meilleur de tout, c’est normal…nous sommes là aussi pour lui donner, c’est d’ailleurs la seule raison de notre présence. Je n’oublie pas que je vis là une expérience que je ne revivrai peut-être plus jamais, ici nous sommes presque coupés du monde extérieur, nous vivons tous ensemble et partageons l’amour du cinéma. C’est vrai que ma femme, mes enfants et ma mère me manquent, que les conditions sont difficiles et les journées longues, mais quel voyage ! Quelle expérience humaine et professionnelle incroyable. Je ne le ferai pas tous les jours LOL Mais je suis heureux d’être là avec ces collègues qui sont devenus des copains et des amis, les îliens avec qui nous vivons une chose incroyable…bref ce 12 ème jour dont je vous parlais en début d’article me paraît bien loin maintenant…

film en tournage

Sunny studio/ shutterstock

…En fait je crois que ça aussi c’est un moment magique :o)

Voilà pour cet article sur l’assistant réalisateur en tournage.

Si vous voulez voir le film « souffler plus fort que la mer » réalisé par Marine place, il y a une projection en avant première au Cap d’aide le 24 Juin pour le festival des Hérault :

  • 21h00 : Avant-première Souffler plus fort que la mer (2016) de Marine PLACE avec Olivia ROSS, Aurélien RECOING, Corinne MASIERO, … (1h26)

Cliquez ici si vous voulez en savoir plus .

Grâce à vous le blog a de plus en plus de succès, alors cliquez sur le bouton « like » en haut de cet article ;o) Merci à tous ceux qui font ce petit geste, grâce à cela le blog se porte bien.

Vous pouvez aussi partager sur google+, Linkedin. Merci encore à vous tous ;o)

Vous pouvez maintenant retourner au plan du site (Onglet Article) pour lire d’autres articles, il vous suffit de cliquer sur le lien.

A bientôt,

Tom

 

À PROPOS DE TOM WEIL

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • maria

    Bonjour Tom,
    Je pensais,  »nous » ( avec mon mari, un fils, sa femme ) pensions pouvoir assister au festival d’Arras pour visionner ce film que je sais être magnifique à l’arrivée, témoins ces superbes images, à savoir « Souffler plus fort que la mer ». Or, la date de la projection ne nous va pas. On aurait préféré un jour autour du 11 /11.
    Je me console : il sera distribué dans les salles en 2017. Et puis, peut-être paraîtra-t-il en DVD ?
    Bien cordialement de
    ☼ ) maria.

    • Bonsoir Maria,

      Je n’ai pas pu y aller, j’étais retenu par d’autres engagements professionnels. Je te tiendrai au courant de la sortie du film.

      A bientôt,

      Tom

      • maria

        Bonjour et merci, Tom,
        Dommage… Et bon courage dans tes… nouvelles… ( ? ) activités. J’ai l’impression qu’elles te prennent un temps fou ! Le principal, c’est que tu montes l’arc en y mettant le meilleur de toi-même. ☼ )
        Bien cordialement de
        maria.

        • Bonjour Maria,

          Je n’ai pas énormément de temps c’est clair. Mais je ne la^che pas le blog ;o)

          A bientôt,

          Tom

  • Valaire Fossi

    aussi peut on avoir plusieurs producteur dans une société de production? si oui qui sera donc le producteur pendant un projet? merci pour ce blog

    • Bonjour Valaire Fossi,

      Oui ça arrive assez fréquemment. En général les producteurs se partages les projets.

      A bientôt,

      Tom

  • Valaire Fossi

    slt tom. svp dites moi un truc c’est quoi la difference entre un producteur et un producteur delegué

    • Bonjour Valaire Fossi,

      Pour le savoir il te suffit de lire l’article sur le sujet que tu trouveras dans l’onglet : Articles.

      A bientôt,

      Tom

  • maria

    Bonjour TOM,
    Je retrouve en relisant cet article cette aventure de « Souffler plus fort que la mer » que j’attends depuis un moment; j’aurais aimé être au Cap d ‘ Agde : trop bête, j’y étais l’an dernier !
    C’est affreux ce qui arrive chez toi : l’eau si indispensable à la vie fait en ce moment des dégâts. Avec toi, en pensée, même si les mots sont dérisoires.
    Bon courage de
    ☼) maria

    • Bonjour Maria,

      Rien de grave pour l’eau…juste du matériel…rien de vital.

      Merci pour tes pensées.

      A bientôt,

      Tom

  • Patrice BOUVRY

    Bonjour Tom ! Voilà de belles aventures d’assistant-réalisateur et sur un lieu de tournage certainement aussi magique (le décor et la météo te le rappellent chaque jour).
    Expérience similaire mais pour une seule soirée. Pour le bal du village et avec l’aide du maire pour réunir les habitants (J’avais seulement honte que le budget ne permettait pas plus de boissons et de restauration).
    Oui que les plus proches manquent mais il y aura la magie de les retrouver et surtout de les assommer avec tout ce que tu auras à leur raconter ;o)
    Bonne nouvelle semaine intense à toi ! … De nos jours, çà aussi, c’est une chance magique et au moins, c’est pour la bonne cause …

    • Bonjour Patrice,

      Merci Patrice ;o)

      Je ne comprends pas bien ton histoire de bal. C’était pour une fiction ou juste capter le moment ? Parce que tu parles de budget….

      A bientôt,

      Tom

      • Patrice BOUVRY

        Bonsoir Tom ! Oui, c’était pour un moyen-métrage de fiction et j’en profite pour évoquer mon admiration pour le chef-électro qui s’est démené avec toute sa « bijoute » stockée dans son camion pour reconstituer les éclairages ornant un bal de province … Le cinéma nous permet le privilège d’approcher des magiciens qui restent dans l’ombre pour ne nous laisser que la lumière ! C’est pour te revigorer d’un exemple de magie dans tes journées non pas difficiles mais exigeantes 😉 De très beaux moments à toi !
        Patrice

        • Bonjour Patrice,

          Ok…je me disais aussi pour du corporate cela me semblait bizarre.

          Et on va t-on voir ce moyen métrage ?

          Tom

          • Patrice BOUVRY

            Bonsoir Tom ! Je ne me pose même plus la question ! J’ai quitté tout ce petit monde en fin de tournage et un an après, j’ai téléphoné au producteur qui n’avait même plus de nouvelles de l’état de la post-production. J’ai dû arrêter de courir pour mes défraiements … Ce sont les aléas du métier de ne pas travailler que sur des projets qui aboutissent … J’ai appris à l’accepter car beaucoup s’improvisent cinéaste même comme en l’espèce, après le bon cursus de formation mais la réalité reste intransigeante !
            Je dis çà pour tous les autodidactes qui auraient des complexes …
            Je te félicite donc très chaleureusement pour ton exemple !
            Patrice.

          • Bonsoir Patrice,

            Le producteur n’avais plus de news de la post-prod ??? Ahahahhah mais qu’est-ce que c’est que ce mec ?! Il ne paye pas la post-prod ? les gens ? le studio ou le banc de montage lol ????

            Tu n’as pas moyen de récupérer le tout et de le sortir toi même ? ou de le faire reprendre par une vraie prod ou du moins par un producteur dont c’est le métier ?

            Ce genre de mec m’énerve…

            A bientôt,

            Tom

          • Patrice BOUVRY

            Bonjour Tom, non car ce n’est pas mon film, je n’étais qu’un des assistants. C’était le premier film d’un tout frais moulu de la Femis (Je la cite sans à priori) et le producteur avait en effet compressé le budget à l’excès ! Je n’ai pas été réglé de mes défraiements mais je me suis enrichi de plein d’enseignements 😉 …
            Bon courage à toi et comme tu as bien compris de quoi je parle … Il faut nous le finir, ce film !!!

          • Bonjour Patrice,

            ahhhh ! je pensais que tu étais le réal ;o)

            A bientôt,

            Tom

  • Super Tom! Décidément, tu n’es jamais autant inspiré que pendant un tournage 😉

    Faire travailler des gens gratuitement: chez moi, check! 🙂 Nous on est budget zéro, personne n’est payé, tout est purement bénévolat. Les membres de l’atelier bien sûr mais sur nos différents films on a pu mobiliser pas mal d’autres personnes autour de nous. Des gens qui sont venus juste pour aider, qui ont consacré une journée, parfois un week-end, et pour certain beaucoup de travail. Les moments les plus magiques, pour moi, c’est quand je me dis « ha zut c’est vrai ya encore ça à faire », je vais pour m’atteler à la tâche… et tout est déjà fait par d’autres qui y on pensé sans même que je leur dise, qui ont donné de l’énergie et qui l’on fait. Ça donne vraiment une impression de magie en fait, comme si les choses, soudain, se mettaient à marcher toute seules après qu’on aie juste donné une impulsion en amont! Et puis les moments où j’ai réussi à lancer mon équipe de jeunes et qu’ils roulent tout seuls, ils n’ont plus besoin de moi, ils tournent plan sur plan et se débrouillent super bien, du coup je vais prendre une caméra pour tourner le making-of et j’observer les choses se faire devant moi, n’intervenant plus que ponctuellement… Ça aussi c’est magique 🙂

    • Bonjour Cinémacam,

      Ahahahahahah oui peut-être. Pour le tournage, effectivement nous faisons travailler la figuration gratuitement, mais nous aussi en tant que techniciens nous avons fait un énorme effort sur notre salaire.

      Pour tout dire, je ne le ferais pas une 2ème fois ;o)

      Je me doute que d’impulser des jeunes doit te faire vivre de sacrés moments ;o) Merci encore une fois de partager ton expérience ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • Magali M

    Salut Tom,

    Je te remercie d’exprimer tes changements d’humeur. Tu es a une place vraiment eprouvante parce que les realisateurs sont très rarement des managers. Il y a qq temps j’ai consulté une praticienne en médecine chinoise qui m’expliquait que lorsqu’on va à l’encontre de son rythme biologique et que l’on ne dort pas suffisamment, l’organisme puise dans notre énergie « de fond ». En gros dans ce genre de situation on use nos organes vitaux tels que nos reins et notre foie. Pour éviter de leur infliger davantage…on peut compenser par l’alimentation. Bon qd je lui ai dit qu’on mange ce qu’on nous donne…elle m’a dit d’éviter en temps « normal « de solliciter inutilement mon organisme, de faire preuve de bon sens, et de noter ce qui personnellement me mettait à l’épreuve pour trouver des stratégies de toute sorte. En ce qui me concerne, remplir mes poches de fruits secs qd le repas se fait attendre à changé l’ambiance de tte l’équipe car les autres viennent m’en taxer et tt le monde attends plus sereinement la pause. Il est vrai que sur une captation on peut mâcher qd les gens applaudissent. J’ignore les strategies que tu peux mettre en place d’un point de vue pratique. Mais tu as plus d’un tour dans ton sac, pas vrai?
    « Quand le manque d’équilibre se fait sentir, penses au bateau miracle » Proverbe-exemple-de-reprogrammation-mentale

    Des bises

    • Bonjour Magali M,

      Niveau changement d’humeur tu n’as pas idée lol Mais je n’oublie pas que l’ambiance sur le plateau est en grande partie dû au 1er. Effectivement on mange ce que l’on nous donne sauf qu’ici nous avons le choix. Le principe de l’île c’est que tout est proche…dont nos cuisine. Le poisson est fraîchement pêché du jour…bref on s’en sort.
      Tu as raison lorsque tu parles de cette énergies de fond que l’on utilise. D’ailleurs c’est une fois que le tournage est terminé que l’on paye les pots cassés ;o) Jusque là on tiens sur le stress, les nerfs et le rythme.

      Pour les fruits secs…c’est bon nous avons ce qu’il faut ;o) Après le plus important c’est de réussir à « couper » une fois la journée terminée. Le repos est d’une importance majeure ! Surtout quand tu es le métronome lol

      A bientôt,

      Tom

  • Christophe

    Bonjour Tom,
    M…e, j’aurai bien voulu être un figurant !
    J’apprécie énormément tes retours à chaud, malgré le mauvais temps sur l’île ;o)
    A bientôt.
    Christophe

    • Bonjour Christophe,

      Merci pour ton commentaire. L’accès à l’ile n’est pas dingue mais cela prend du temps. Merci de ta proposition en tous les cas ;o)

      Je te rassure tout de même temps est plutôt avec nous que contre nous ;o)

      A bientôt,

      Tom

      • maria

        Deuxième bonjour, Tom,
        Coucou Christophe !
        Moi, ce qui m’aurait plu, c’est concocter les petits plats pour l’équipe LOL ! Surtout cuisiner le poisson !
        Il n’y a pas si longtemps …j’aurais assuré !
        Cordialement à tous !
        maria.

        • Bonjour Maria,

          Ahahahahahahah, ça aurait sûrement été mieux que certains repas que l’on nous a fait manger lil

          A bientôt,

          Tom

          • maria

            On a dit souvent que j’avais raté ma vocation ! LOL
            La marmite bretonne à ma façon, hum !
            Bon app ! ☼
            maria.

  • Véronique Navette

    Très bel article Tom, merci de ce partage qui illustre à merveille l’envers du décor et prouve que le cinéma doit sans cesse s’adapter à la réalité qui l’entoure et aux us et coutumes locales, sans compter les conditions météo . Comme tu le dis si bien, inutile pour une équipe de tournage d’arriver en « territoire conquis » dans des contrées comme celle-ci.

    • Bonjour Véronique,

      Combien de production arrivent comme si de rien n’était, en territoire conquis et se moque des locaux ! Un nombre incroyable !!!!

      Souvent il pratique le principe de la terre brûlée. C’est à dire qu’après eux aucun toujours n’est possible…Lors de notre départ de cette île n’importe qui pourra venir tourner sans aucun pb.

      A bientôt,

      Tom

      • Véronique Navette

        Alors un grand bravo à vous :-))

  • Merci pour ce moment de découverte…;-)

    • Bonjour Michel,

      Toujours heureux de savoir que les articles plaisent.

      ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • Anne Fauchon

    Bonjour Tom, tu viens d’illustrer à la perfection ce qu’est un état de grâce ; et en plus tu en décris plusieurs. Ton tournage s’effectue donc sous de très heureux auspices. Profites-en bien et merci de nous les faire partager 🙂

    • Bonjour Anne,

      Oui…mais ce n’est pas le pays des bisounours non plus ;o) Disons que cela pourrait être pire…heureusement l’ambiance est bonne…on rigole bien dans une ambiance stressante et à la fois studieuse. ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • maria

    Bonjour Tom,
    Je crois que beaucoup ici attendaient de tes nouvelles.
    Merci encore de ce reportage et pour les photos, sublimes !
    Les Iliens pourront être fiers d’être immortalisés dans un film dont je suis sûre qu’il est superbe au final. La solidarité, l’amitié, la générosité dans le don de son temps va avoir des rebondissements sur l’ambiance du film.
    J’espère sentir un jour « Ce souffle plus fort que la mer ».☼)
    Bonne continuation à toute l’équipe qui a bien de la chance de t’avoir pour coordinateur. Ta famille fait aussi le sacrifice de ta présence avec eux, mais au final, elle pourra aussi être fière de toi.
    Oui, servir le cinéma français ! ( je suis chauvine ! LOL ) Pourtant, apparaissent ici des figures d’ailleurs; à eux aussi, je leur souhaite de bien servir le cinéma de leur pays.
    Cordialement.☼
    maria.

    • Bonjour Maria,

      Merci pour ton message. Je sais que je ne publie pas autant que d’habitude mais j’avoue être sur tous les fronts…et le film passe en priorité. J’ai la chance d’avoir une équipe formidable et que les insulaires soient tout simplement géniaux.

      Pour la famille…j’ai hésité à mettre cette phrase dans l’article car elle est un peu trop perso..mais après réflexion cela fait aussi partie de l’aventure ;o)

      A bientôt,

      Tom

      • maria

        Bonjour Tom,
        La famille, c’est la valeur sûre.
        Et puis, on imagine mieux tes ressentis, dans cette île où elle n’est pas.☼)
        Loin de ceux qu’on aime, c’est un peu un obstacle, comme dans un scénario. ☼ )
        Pour la publication, c’est que « ta présence » parfois me manque, pour poursuivre mon ouvrage.
        Le courage du  » il n’y a plus qu’à.. ».
        L’inspiration est drainée. Ce  »il n’y a plus qu’à », c’est la bible, en bonne et due forme.
        Je n’arrête pas de me corriger !
        ☼) Cordialement.
        maria.

        • Bonjour Maria,

          ;o)

          Je vais reprendre les publications une fois rentré ;o)

          A bientôt,

          Tom