Fiche métier : 1er Assistant Caméra Partie1

Le 1er Assistant caméra

(assistant opérateur)

 

Aujourd’hui, Je commence mon tour d’horizon des métiers du cinéma et de la télévision. Je vais m’approcher de la caméra. Je crois même que l’on ne peut pas vraiment être plus proche de la caméra lorsque l’on parle de l’assistant opérateur, appelé aussi 1er assistant caméra. Avec le cadreur, ce sont les deux techniciens les plus proches de la caméra.

Bien que j’arpente les plateaux de tournage depuis un long moment, le métier de 1er assistant caméra est peut être l’un de ceux que je connais le moins. Non pas que je ne sache pas ce qu’il fait sur un plateau, mais pour être franc, j’ai du mal à appréhender toutes les connaissances qu’il faut pour faire un bon 1er assistant caméra. C’est pourquoi, je vais vous présenter un 1er assistant opérateur avec qui j’ai travaillé plusieurs fois : Julien Richez.

De cette manière, vous aurez une vraie vision de ce qu’est ce métier au travers du parcours d’un technicien chevronné :o) Julien sera la meilleure personne pour vous expliquer combien son métier est passionnant.

Avant de commencer, il faut que vous sachiez qu’autour de la caméra, il y a plusieurs assistants opérateurs :

–       1er assistant

–       2e assistant

–       assistant caméra adjoint (assistant vidéo)

Je vous ferai une fiche pour chacun des postes, ultérieurement. Le 1er assistant caméra a sous ses ordres le 2e assistant et l’assistant caméra adjoint (assistant vidéo).

Un 1er assistant caméra, c’est quoi ?

Comment repérer le 1er assistant opérateur sur un plateau ? Rien de plus simple, c’est le technicien qui est scotché à elle ! L’assistant caméra est à côté de la caméra et ne s’en éloigne que très rarement car il en est responsable. Il est responsable de son bon fonctionnement, de l’enregistrement et de la restitution des images.

Mais sa mission ne s’arrête pas là, il doit aussi faire le point…je vous en ai déjà parlé dans un article. Faire le point, c’est rendre les personnages filmés, nets.

Lorsque l’on tourne un film ou un téléfilm, nous ne nous servons pas de l’auto focus pour divers problèmes. Le cadreur ne peut pas cadrer, c’est à dire faire attention à ce qu’il se passe dans son œilleton et faire le point en même temps. C’est pourquoi cette tache est déléguée au 1er assistant caméra. Mais je reviendrai sur son rôle pendant le tournage, un peu plus tard.

Préparer le tournage

De nos jours, on peut trouver un grand nombre de caméras différentes : numériques :

–       Alexa

–        Phantom

–       Red : Epic, One, Scarlet

–        Arriflex D-20

–       Viper etc.

 

–       Mais aussi des caméras argentiques :

–       Arriflex 35mm

        Aaton Penelope etc…

Et devinez quoi ? Le 1er assistant caméra doit toutes les connaître. C’est pourquoi, lorsqu’il est choisi par le chef opérateur, il a pour première mission de se renseigner sur la caméra qui sera utilisée pour le tournage. Il faut qu’il apprenne à la connaître dans les moindres détails ! Cela veut dire aussi, connaître les pannes les plus courantes et les points faibles de chaque caméra.

Une fois que ce travail de compilation d’informations est fait, il peut faire ce que l’on appelle les essais caméra. Derrière cette appellation se cache en fait une batterie de tests pour s’assurer que la caméra fonctionne bien.

Comme je vous le dis régulièrement, les caméras coûtent « un bras ». Les productions préfèrent  louer le matériel chez des loueurs plutôt que de l’acheter. Pour vous donner un exemple, la photo ci-dessous est une Alexa, elle est pourvue d’un zoom et si une production devait se l’acheter, cela coûterait….alors ?….170 000 euros, tout équipée ! Sans compter les révisions, les pièces à changer etc…

assistant caméra

Bref, la caméra vient d’un loueur, elle est donc utilisée par plusieurs productions, pour des films différents, tournés dans des conditions différentes. Il faut s’assurer que la caméra n’est pas revenue défectueuse.

Commence alors une série de tests « protocole » très précis :

Pour l’argentique :

–     Les rayures

–       la fixité

–       le calage et le pompage

–       la conformation du cadre

–       essai de vitesse

–       la visée lumineuse

 

Pour le numérique :

–       le calage et le pompage

–       la conformation du cadre

–       essai de vitesse

–       la visée lumineuse

 

Si le tournage devait rencontrer des difficultés (d’intempéries, de tournage extrême ou de situations hors normes) l’assistant caméra devrait tester la caméra afin de savoir  comment la caméra réagirait dans ces conditions. En général, les essais caméra durent 5 jours.

Le 1er assistant caméra sur le plateau

Comme je vous le disais plus haut, le 1er assistant caméra est scotché à la caméra ainsi qu’au cadreur.

Le cadreur et le 1er assistant opérateur doivent donc travailler ensemble. Il doit être à l’affût du moindre changement de plan, de cadre ou de valeur, afin d’adapter la mise au point.  Mais il est aussi important qu’il regarde ce qu’il se passe sur le plateau, sur le placement des comédiens et qu’il écoute les indications du premier assistant réalisateur ou du chef opérateur (au cas où il changerait d’avis sur le placement de la caméra).

C’est un métier qui va à 300 à l’heure ! Et vous n’avez pas droit à l’erreur !  Vous êtes responsable du Rec. C’est vous qui déclenchez la caméra pour chacune des prises, puis qui donnez le time code à la scripte.

L’assistant caméra est aussi chargé de donner ses ordres au 2e assistant, afin que celui-ci lui amène les focales dont il a besoin ou pour qu’il puisse recharger la caméra sans que cela n’affecte le tournage (perte de temps etc..). Il doit donc savoir anticiper les besoins.

 

Fin de la première partie…

Voila pour cette première partie de l’article sur le 1 er assistant caméra, je ne vais pas vous faire attendre trop longtemps.  Voici donc le lien pour lire la suite. Sachez que dans cette deuxième partie nous allons parler du travail du 1 er assistant caméra sur le plateau de tournage, du salaire que gagne le 1 er assistant caméra. Je vais aussi vous expliquer quelle formation vous devez suivre pour exercer ce fabuleux métier (autodidacte…écoles…). Nous terminerons par un tour d’horizon des qualités qu’il vous faudra pour faire le métier de 1er assistant caméra.

Vous pouvez si vous le souhaitez lire d’autres articles en retournant au plan du site (article) en cliquant sur ce lien.

Si vous avez aimé cet article sur le métier de 1 er assistant caméra partagez le avec vos réseaux ou cliquez sur le bouton « like » en haut de l’article. Vous aiderez de cette manière à faire connaître un peu plus le blog. Merci à ceux qui le ferons ;o)

Vous pouvez aussi me laisser un message ou votre question au bas de cette page ;o)

N’oubliez pas que le meilleur moyen d’avoir une vision globale d’un métier c’est de rencontrer ceux qui l’exerce ! C’est pourquoi je vous propose l’interview de Julien Richez, 1 er assistant opérateur avec qui j’ai travaillé plusieurs fois. Si vous voulez avoir une idée précise du métier, alors lisez l’interview suivante ;o)

Bonne lecture à tous,

A bientôt

Tom

À PROPOS DE TOM WEIL

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • vicky

    Bonsoir Tom,
    J’ai lu avec attention soutenue ce sujet. Je suis autodidacte mais je voudrai vraiment apprendre de quelqu’un plus pro comme vous. ya t-il pas moyen que je le face par correspondance? J’habite Cape town en afrique du sud. Suis pas bon en englais donc il me serai difficile d’attendre que j’aie la metrise de la langue en plus c’est trop cher le cinema ici.Bonne et heureuse annee 2014. Vicky

    • commentfaireunfilm

      Bonjour vicky,

      Malheureusement je ne suis pas 1er assistant caméra et apprendre par correspondance ce métier risque à terme d’être un peu difficile.

      Je suis certain qu’il doit y avoir des solutions proche de chez toi…

      A bientôt,

      Tom

  • Suzi Lou

    Merci Tom, toujours très instructifs tes sujets, c’est une vraie mine de savoir…Passes de belles fêtes, je te les souhaites douces et heureuses, à bientôt 🙂

  • Bonjour Tom,

    J’avais écris un commentaire mais il semble n’être pas passé, j’ai du me planter quelque part. Je t’y remerciais pour ton article, et les suivants par avance concernant les métiers: pour les aspects pédagogiques de mon atelier c’est excellent, des fois que des vocations naissent chez mes élèves 🙂

    Je posais également une question, peut-être plus pour la personne que tu interview, au sujet de l’utilisation des boitiers d’appareil photo réflex numériques, tel que le désormais célèbre Canon EOS 5D Mark II (et son successeur Mark III), au cinéma et à la télévision. D’après l’article Wikipédia consacré à ce modèle, il a été utilisé pour plusieurs films au cinéma ainsi que des épisodes de série télé. Il semble donc que ce type de solution, très utilisé par les amateurs, perce désormais dans le milieu professionnel. Il faut dire que niveau prix, ce n’est pas la même chose… Le Canon dont je parle ci-dessous vaut entre 2000 et 3000 euros boitier nu, j’imagine qu’on peut le compléter avec du bon matériel professionnel pour un budget de moins de 20.000 euros tout compris (objectifs, etc…) – rien à voir avec les 170.000 euros de l’Alexa.

    Est-on a l’aube d’une révolution en ce domaine qui verra les caméra actuelle bientôt renvoyées aux oubliettes, ou bien l’expérience montre que ce n’est pas si rentable que ça? Pour un assistant cadreur, ce type de matériel nécessite t-il une réorientation profonde du métier ou bien n’est-ce au fond qu’un modèle différent de caméra à savoir maîtriser comme les autre?

    Par ailleurs, je n’ai pas trouvé le lien vers la seconde partie de l’article dont tu parles (j’ai pu accéder aux deux pages d’interview, mais je n’ai que cette page pour l’article lui même).

    Merci!

    • commentfaireunfilm

      Bonsoir Cinémacam,

      Je vais lui poser la question dés demain ;o)

      Pour le lien vers la deuxième partie, il se trouve à la fin de l’article 1. Il y avait un pb de lien que j’ai modifié. Tout fonctionne à présent ;o)

      A bientôt,

      Tom

      • commentfaireunfilm

        Bonjour Cinémacam,

        J’ai la réponse ;o) (que je connaissais)

        Il se peut qu’un film se tourne avec un 5d, un des assistant caméra l’a d’ailleurs fait. sa réponse à aussi était, « je n’en ferai pas deux »

        Car tourner avec un 5d ce n’est pas la même prise en main. On ne peut pas non plus équiper, accessoiriser un 5d comme une caméra.

        Cela reste un très bon moyen de tourner « pas cher » pour le commun des mortels. De plus tourner avec un 5d ou une Alexa cela ne change rien dans la chaîne de post-production, alors pourquoi s’ennuyer ;o)

        A bientôt,

        Tom

        • Merci pour la réponse! 🙂

          • PCP

            Bonjour.
            Pour compléter l’explication de CommentFaireUnFilm, en plus de confirmer que tourner au 5D c’est vraiment pénible (impossible à accessoiriser. Par exemple, il n’y a aucune alimentation correct pour les accessoires, pas de sorties SDI, pas de monture PL, sa taille minuscule… Sans compter son grand capteur qui rend le point difficile), il ne faut pas oublier que le 5D reste avant tout un appareil photo.
            Sa dynamique est deux fois moins élevé qu’une caméra type Red ou Alexa, il ne délivre que du HD, sans Magic Lantern (logiciel pirate) on ne peut pas avoir de RAW, etc…
            Si une caméra haut de gamme vaut très cher, c’est parce qu’elle offre réellement un plus par rapport à une caméra à moins de 5000e.

            Après d’un point de vue rapport qualité/prix ça reste fort sympathique, et c’est vrai que ça a ouvert des possibilité à bon nombre de réalisateurs débutant de faire un film au look « cinéma ».
            Si tu regarde la fiche IMDB des films (IMDB -> Technical specs), tu verra souvent que le 5D est utilisé.
            Dans le cas de Drive, par exemple, son faible coût et sa petite taille permet de l’utiliser comme « car crash camera ».
            Mais si tout le film avait été réalisé au 5D, il aurait été beaucoup beaucoup moins sympa à regarder…

            Bref, le 5D à peut être révolutionné le cinéma amateur, mais heureusement n’a rien changé à l’industrie cinématographique. Depuis deux ans que je travaille, je ne l’ai pas croisé une seule fois sur un tournage. Les caméra les plus courantes reste les Red, les Alexa, et les Sony (F55 surtout). Des vraies caméra 😉

  • Georges

    Bonjour Tom.
    Intéressant comme métier, mais ce n’est pas pour moi.
    Mais j’aimerais tout de même lire la suite et je n’y arrive pas à y accéder par le lien.
    Bon travail tout de même pour ce blog qui m’en apprend chaque semaine un peu plus sur le cinéma.
    Allez vivement que je termine mon scénario.
    Encore merci.

    • commentfaireunfilm

      Bonsoir Georges,

      Merci, j’ai réglé le pb ;o) on peut maintenant accéder à la deuxième partie de l’article via le premier ;o)

      A bientôt,

      Tom