Comment se faire un réseau professionnel autrement

Tom Weil et Niels Arestrup

6 degrés de séparation

 L’article de la semaine dernière, sur les derniers projets sur lesquels j’ai travaillé, n’a pas remué les foules au niveau des commentaires…pourtant cela aurait dû piquer votre curiosité ! Comment un autodidacte, qui a toujours voulu faire du cinéma, qui ne connaissait personne lorsqu’il a débuté, a pu travailler sur des courts, des longs et la prochaine série de Canal+ ???

Vous qui me lisez en ce moment, vous qui avez des projets, des envies de cinéma ou de TV, comment pouvez-vous faire pour aussi y arriver ?

 

  • Premièrement, arrêter de penser que ce n’est pas possible
  • Deuxièmement, remettre en perspective votre situation
  • Troisièmement, arrêter de geindre et passer à l’action

 

Pour ces 3 points vous devez mettre en pratique : Les 6 degrés de séparation

Je sais que l’été c’est le moment idéal pour tourner. Beaucoup d’apprentis réalisateurs tournent à cette période : Les journées sont longues, la lumière présente et puis on a un peu moins de monde dans les rues…pour le peu que l’on ne soit pas sur la côte ou dans un endroit touristique. Bref, tout ça pour dire que vous avez sûrement tourné ou été en prépa, vous avez sûrement pesté par manque de moyen, de personnel ou de comédien.

Mais cet article peut encore vous servir ou vous servira bientôt.

 

Je sais que beaucoup d’entre vous me disent qu’ils n’ont pas de réseau, qu’ils ne savent pas contacter tel ou tel acteur, réalisateur, loueur, technicien etc…Personnellement lorsque je pense à un projet et que j’ai un petit coup de mou je m’amuse à compter le nombre de personnes qui me sépare de l’acteur, du producteur ou le réalisateur à qui je souhaite parler ou que je souhaite rencontrer.

Alors, il est vrai que j’ai un peu plus de facilité aujourd’hui que vous étant dans le métier. Mais je vous rappelle aussi qu’il y a quelques années j’étais comme vous…je ne connaissais personne, je n’y connaissais rien…bref j’étais tout seul. Mais ces 6 degrés de séparation fonctionnent aussi pour trouver des tournages, une équipe, des co-auteurs etc…

 

Les 6 degrés de séparation KÉSACO ?

C’est une théorie mise au point par un hongrois nommé Figyes Karinthy, en 1929. Ce monsieur dit, d’après cette théorie, que toutes les personnes dans le monde peuvent être reliées en 6 poignées de main. Il n’y aurait donc que 5 personnes entre nous et la personne que nous souhaiterions rencontrer.

Je vous laisse d’ailleurs jeter un œil sur cet article de wikipédia, pas mal fait du tout.

Cet article nous dit en substance que grâce aux réseaux sociaux cette théorie ou ce degré de séparation descendrait à 4,74 personnes

Je tiens tout de même à relativiser une chose sur ce chiffre de 4,74 personnes. Certes Facebook, linkedin etc…permettent de « rapprocher » les gens, de réduire les interlocuteurs, mais au fond les 6 degrés de séparation sont un peu plus compliqués que cela surtout pour le milieu et les gens qui nous concernent : Le cinéma, les acteurs, réalisateurs, producteurs…etc…

 

Il faut comprendre que si votre frère, mère, père ou conjoint fait de la figuration avec Tarantino, bon c’est super, mais il ne peut pas faire partie des 6 degrés de séparation car au fond il ne connaît pas Tarantino ;o)

 

Pour que les 6 degrés de séparation fonctionnent, je veux dire par là, pour réussir à remonter la chaîne il faut que la personne au dessus de vous connaisse la personne au dessus d’elle et ainsi de suite. Vous rentrez de cette manière dans le cercle de confiance et pouvez atteindre la personne visée.

Pour être pris au sérieux il faut être « adoubé » par la personne qui vous présente ou vous donne le numéro de la personne au dessus.

Prenons un exemple : j’ai un collègue que je connais très bien, qui a bossé sur la partie française de Red 2 avec Bruce Willis. Il l’a vu, lui a parlé etc…on pourrait croire qu’il n’y a que deux poignées de main entre Bruce Willis et moi…mais c’est faux. Ce collègue n’a ni le numéro de Bruce Willis et ne le connait pas personnellement.

 

Revenons à Tarantino. La semaine dernière je vous parlais du tournage et de la prochaine création originale de Canal+ : Le Baron noir. Lorsque j’ai entendu parler de cette série, je me suis renseigné sur le réalisateur : Ziad Douéri pour voir ce qu’il avait fait avant. Là j’apprends que c’est l’ancien assistant caméra de Tarantino, il a fait presque tous ses films ! Je rencontre le 1er assistant, forcément ce monsieur connaît Ziad et Ziad connaît Tarantino. J’en viens donc à la conclusion que je suis à trois poignées de main de Tarantino.

6 degrés de séparation

Ziad Doueri, Tom Weil, Niels Arestrup

Maintenant que je suis sur la série, je connais Ziad,…j’ai gagné une poignée de main. Si demain je gagne la confiance de Ziad et qu’il me donne le portable de Tarantino j’aurai gagné. Je pourrai l’appeler en disant à Tarantino par qui j’ai eu son téléphone. Il y aura de ce fait plus de chance qu’il m’écoute car j’ai été « Adoubé »!

C’est un exemple, je n’ai pas vraiment d’intérêt à appeler Tarantino, je ne saurais, au fond, pas quoi lui dire lol. Mais la possibilité existe.

 

Revenons à Bruce Willis ! Avec l’exemple de mon collègue je n’avais pas de possibilité de l’atteindre. Mais via la connexion de Ziad, de Tarantino, je peux contacter Bruce Willis. Je suis à 3 poignées de main de cet acteur ! CQFD

 

6 degrés de séparation, vous et moi

Venons-en à vous maintenant. Vous me connaissez…sans être dans mon cercle de confiance vous n’êtes qu’à 4 poignées de main de Tarantino et à 5 de Bruce Willis. A partir de là le choix des possibilités est incroyable, imaginez le nombre de personnes, de stars qui se trouve dans les connaissances de ces 3 personnes et qui serait prêt à vous écouter si vous appeliez de leur part !!!

Si demain vous réussissiez à n’avoir qu’1 ou 2 poignées de main pour arriver à Quentin Tarantino et la difficulté que cela représente, imaginez le nombre de poignées de main que vous avez entre le réalisateur qui fait un court-métrage à côté de chez vous (ou un long) et la difficulté que cela représente. Idem pour un producteur…Cette difficulté est beaucoup moins compliquée que d’avoir le contact de star !

Tout cela pour vous dire que le réseau a une importance capitale ! Plus vous rencontrez de gens, plus vous entrez dans leur cercle de confiance, et plus vous réduisez les degrés de séparation.

 

Exercice à faire pour tester les 6 degrés de séparation tout de suite

Vous allez faire un exercice simple. Prenez une personne au hasard : acteur, politique, réalisateur etc… et compter le nombre de personnes que vous avez à rencontrer pour atteindre votre objectif et remonter la piste jusqu’à lui. ;o)

On a toujours un frère, un cousin ou le copain d’un cousin qui connaît quelqu’un qui connaît votre cible.

ATTENTION : Ne vous lancez pas sans avoir préparé au préalable une question à poser à cette personne ;o) C’est toujours plus simple d’avoir quelque chose à dire ;o) Vous n’êtes pas obligé de choisir quelqu’un du cinéma, cela peut être un sportif de votre région, un politique, un journaliste etc…

 

Les premiers essais seront grisants, vous aurez les mains moites mais vous verrez que les résultats sont incroyables.

La prochaine fois que vous aurez un projet et que vous aurez un coup de mou, pensez à cet article ;o)

Voilà pour cet article sur les 6 degrés de séparation.

 

Laissez-moi vos commentaires en bas de l’article.

Partagez sans compter le blog avec vos réseaux et vos amis. Pour partager l’article il vous suffit de cliquer sur le bouton « like » en haut de cet article, d’envoyer le lien de cette page par mail, sur Facebook ;o) Ou de cliquer sur le bouton de Google+, bref super facile ;o)

Merci à ceux qui le feront ;o) et qui le font déjà ;o).

Vous pouvez maintenant retourner au plan du site (Onglet Article) pour lire d’autres articles, il vous suffit de cliquer sur le lien.

 

A dimanche prochain. En attendant, vivez votre passion à fond et ne soyez pas trop parano ;o)

 

Tom Weil

À PROPOS DE TOM WEIL

Je m’appelle Tom Weil, je suis assistant réalisateur pour le cinéma et la télévision et comme vous pouvez vous en douter je suis passionné de cinéma depuis tout jeune. J’ai crée ce site il y a presque 3 ans maintenant pour vous apporter mon aide…

Comments on this entry are closed.

  • maria

    Bonjour Tom, et tous,
    J’ai relu ce fameux « Osez, Osez…Joséphine « , euh… plutôt le commentaire de Henri-Pierre et ta réponse, Tom, suivie de l’acquiescement de Steven.
    Justement, je vais revenir à la charge auprès de la prod’ dont j’attends une réponse même négative. Et je pensais intituler le mail, « pardon d’oser ». Eh ! bien! j’écrirai: « J’ OSE ! et J’OSE ENCORE ! ». Pas plus tard que lundi ! Et tant pis si je me fais jeter. De toute façon, je ne risque pas de t’importuner, TOM : tu n’en as jamais parlé sur le blog. Donc, la poignée de mains, c’ est en direct !
    Bien cordialement de
    ☼) maria.

    • Comment ça de m’importuner ?

      • maria

        Bonjour Tom,
        T’ importuner ?…Je m’explique.
        Imagine : si je prenais les 2 ou 3 producteurs dont tu nous offres les noms sur ton blog, c’est comme si je me cachais derrière tes compétences pour « promouvoir » mon long, alors que je suis novice, autrement dit comme si tu me gratifiais de la première poignée de mains du monde du cinéma. Même si c’est la réalité, même si j’y crois à ce spec-script, si je te faisais honte, qu’une production trouve ridicule cette histoire, ou qu’elle ne soit pas conforme aux règles d’écriture, ça ricocherait sur ce blog, le tien. Les scrupules ont toujours fait partie de moi. Je les ai d’ailleurs transmis à 3 personnages sur 4 de ma fiction.
        Ma première exposition, si tu ne l’avais pas corrigée, et que je m’en réfère à toi, à tes conseils mal suivis, en « l’état » en somme, c’est sûr, je t’aurais fait honte.
        Cordialement de
        ☼) maria.

        • maria

          PS. Mes nuances : davantage la non conformité de l’écriture que le fond de l’histoire pourrait te faire honte ! Évidemment, je parle en termes élogieux de ton blog, mais pas que j’en sors directement.
          ☼)

  • Kaladji Diomande

    Merci Tom pour ce bel article. Je reviens aussi sur ????

    • Bonjour Kaladji Diomande,

      Cela veut dire : Prendre du recul sur la situation. Relativiser, trouver un autre angle d’attaque ou d’approche.

      A bientôt,

      Tom

  • Philippe Fleury

    Bonjour Tom,

    C’est super cet article. C’est vraiment génial, ça me fait penser à moi dans cet instant présent où depuis que j’ai fini d’écrire le roman qui est présentement dans les mains d’un écrivain. Je suis complètement novice que ce soit en écriture livre et dans le monde du cinéma.
    Je m’attarde sur le projet d’adaptation de celui-ci au cinéma et de rencontre en rencontre, en fonçant mais pas la tête baissé; bureau des tournages pour se rendre compte que oups un auteur doit connaître beaucoup de chose ce que je suis encore à moins de mille lieux ce matin, rencontre avec une scénariste (qui me dit quoi faire pour qu’elle ou un autre puisse monter le scénario), rencontre avec un autre scénariste prévu fin du mois (le feeling me fera savoir qui le fera), rencontre d’un producteur délégué et en fin de mois rencontre d’une production exécutive lors d’un rendez vous qui n’avait rien à voir sur ce projet, la rencontre s’est fait au téléphone et le sujet les a intéressé du coup rencontre de visu en fin de mois. Je n’ai pas commencé la phase de financement mais bon je verrai ça avec les autres interlocuteurs.
    Pour reprendre une phrase de Steve Jobs; quand les choses sont fait avec le cœur ce là ne peut que toucher là.

    Bien évidement je n’ai aucune espèce d’idée si c’est acteur de la chaine du cinéma vont prendre comme la mayonnaise mais ça a le mérite d’en savoir toujours un peu plus et de s’assurer que ce que je fais est sur le bon chemin.

    Même si je me sens encore petit devant cette montagne, rien n’est infranchissable quand tu crois en ce que tu fais et que des interlocuteurs rencontrés confirme un intérêt.

    Merci Tom. J’interviens que très rarement ici mais je ne manque pas de visiter le site pour construire ces dossiers. C’est un super gros boulot ce que tu as fait et merci de partager tes connaissances.
    J’espère qu’on pourra se rencontrer quelque part, à un moment aujourd’hui incertain, que l’on puisse échanger.

    Belle vacances

    Philippe

    • Bonjour Philippe,

      Merci pour ton commentaire et ce partage d’expérience. Je suis toujours heureux de voir que mon travail fait sur le blog trouve un intérêt et aide ceux qui se donnent les moyens ;o)

      Je serai content de te rencontrer un jour prochain.

      A bientôt

      Tom

  • Franck

    Bonjour, moi j’aimerais revenir sur la premiere partie de ton article:

    Premièrement, arrêter de penser que ce n’est pas possible
    Deuxièmement, remettre en perspective votre situation
    Troisièmement, arrêter de geindre et passer à l’action

    Comment procèdes tu pour le Deuxièmement ?

  • Rémy D. WIEDEMANN

    Sympa. Si je résume bien, tu n’es qu’à 6 poignées de main de moi…

    • Bonsoir Rémy,

      non…j’ai ton mail, nous communiquons…il n’y a personne entre nous ;o)

      Tom

      • Rémy D. WIEDEMANN

        🙂
        En fait, ayant dans ma vie croisé pas mal de gens qui décident vraiment, j’ai constaté (comme toi ?) que rien ne vaut l’élévation avec des gens de même génération, qui partagent de mêmes souvenirs et de mêmes reconnaissances. Mais il est vrai qu’à certains moments, par exemple pour le financement de mon film (dont le budget est de 800M$), un coup de main peut aider.

        • Bonjour Rémy,

          Oui c’est vrai que c’est souvent plus simple.

          A bientôt,

          Tom

  • Eliane Dix

    Bonjour Tom
    Article comme d’habitude très intéressant! Désolé mais ça fait un petit moment que j’ai déserté le site tout occupé à ma timeline et à retravailler mon court! je vais lire tous les articles précédents le plus vite possible et surtout celui consacré à la série de Canal+ sur laquelle tu es travaillé. Pour en revenir à celui-ci, tu dis qu’on a forcément l’ami du cousin du cousin de l’ami de… qui peut réduire le nombre de poignées de main…j’ai beau chercher parmi toutes mes connaissances proches, amis d’amis eux-même cousins des cousins de…je ne vois personne qui puisse m’être utile pour rédiure le nombre de poignées de main qui me rapprocherait de qui que ce soit! Lol!

    • Bonjour Eliane,

      Es-tu certain ????

      A bientôt,

      Tom

      • Eliane Dix

        Bonsoir Tom
        Non. Je ne suis certain de rien. Ou presque.
        A propos des 6 degrés de séparation, c’est avec une émotion intense que j’ai lu que nous n’étions pas dans ton cercle de confiance, j’ai été très touché!………………………………………………………………………..Je déconne!!
        A+
        Eliane.

  • Virginie

    Salut , superbe article ! par contre je connais des reals, acteurs , actrices connues , mais bon ça n’avance pas pour autant car beaucoups sont trop occupés à se regarder le nombril et ceux malgrè un super scénario (d’après les retours que j’ai eu sur mon projet) ! Mais quand il faut paser aux choses sérieuses … tiens , plus personnes…. mais j’avoue avoir de bons contacts avec des personnes sympa. Mais pour l’instant ça stagne 🙂 A bientôt !

    • Bonjour Virginie,

      Contacter un comédien(ne) peut être un plus. Mais ils ne peuvent pas faire de miracles. En substance si ton scénario les intéresse, ils peuvent te faire une lettre (un mot) d’intérêt. Avec lequel tu vas pouvoir démarcher des producteurs, ce qui facilitera leur envie de lire.

      A bientôt,

      Tom

      • virginie

        Salut oui je sais bien. Par contre je n’avais jamais songé à demandé un moot ou lettre d’interêt effectivement ! Merci beaucoup 😉

  • Adam Zid YO

    cc Tom ^^ merci pour cet articl mais jet’assures , je ne suis qu’à 10320235096873982402845 de poignées de mains du réalisateur le moins connu :'( tu n’aurais pas des contacts chez des réalisateurs ? X) merci

    • Bonjour Adam Zid Yo,

      Ahahahahahah, et bien non ! Etant donc que tu me « connais » tu es a quelques poignées de main de ta cible ;o)

      A bientôt,

      Tom

      • Adam Zid YO

        Bo finalement ca a marcher un client a mon père connait un producteur
        merci mille fois pour cet article Tom

        • Bonsoir Adam,

          parfois il faut un peu chercher…c’est le début du mouvement ! Bravo !

          A bientôt,

          Tom

  • Très intéressant comme toujours ^^
    Il faudrait que je vois comment je peux appliquer ça à l’écriture de roman 😀

    • Bonjour Ghaan,

      Cette théorie est valable pour tous les milieu ;o) Si tu cherches un éditeur, un lecteur ou je ne sais quoi…

      A bientôt,

      Tom

  • Steven

    Bonsoir Tom,

    Ton article m’a surpris, je me souviens que quand j’étais ado, j’avais pensé à ce concept, enfin je n’avais pas mis de mots dessus comme la poignée de main et encore moins imaginé que cela avait été théorisé mais l’idée était la!

    Pour ma part, je rêverais d’avoir deux comédiens pour mon court plus ou moins connus.

    Au départ, je trouvais ça trop fantaisiste, mais la ou je te rejoint complètement c’est quand tu dis dans ta réponse à Henri-Pierre :

    1. oser, 2. Oser, 3. Oser ;o) Et 4. avoir quelque chose à dire ou à défendre ! ;o)

    J’insiste sur le (avoir quelque chose à dire ou à défendre !) car j’estime que le jour ou je devrais approcher ces personnes, essayer de les convaincre avec un projet en béton est le minimum, surtout quand on a pas encore fait ses preuves.

    C’est très intéressant cette idée de ‘poignée de main’ et le fait d’être adoubé facilite forcément grandement les chose, dans le fond on parle de réseau mais dans mon cas, à l’heure actuel je fais le test pour ces deux comédiens et… je colle

    • Steven

      Ah si je voulais te demander tout de même quelque chose, je suis curieux de savoir comment s’est passer ta première rencontre avec Ziad Doueri et, si ça ne te dérange pas, en détail.Merci.

      A bientôt,

      Steven

      • Bonjour steven,

        LOL la toute première fois c’était dans un resto sur Dunkerque. Il revenait d’un repérage, je venait de faire 1H15 de route pour rencontrer le 1er assistant….notre conversation à durée 8 minutes. En repartant j’ai échangé 2 mots avec Ziad rien de plus.

        Nous nous sommes revu sur le plateau, l’équipe tourné depuis 3 jours et ça été la folie tout de suite. Nous avons appris à nous connaitre au fur et à mesure ;o)

        A bientôt,

        Tom

        • Christophe

          Bonsoir Tom,

          1H15 de route mais 8 minutes décisives (bonnes ou mauvaise), plus 2 mots pour conclure… c’est finalement beaucoup mieux que moi au meilleur de ma forme ! Lol

          Christophe

          • Steven

            Bonsoir Christophe et Tom,

            Je pensais que c’était un peu plus préparé que ça, lol…

            Tu as du avoir un bon coup de pression en arrivant sur le tournage!

            A bientôt,

            Steven

          • Tu ne peux même pas imaginer et pourtant je connais parfaitement mon métier ;o)

            Tom

          • Bonjour Christophe,

            Ahahahah, oui…peut-être, mais tout cela ce travaille ;o)

            Comme Pitcher un projet…

            A bientôt,

            Tom

          • Christophe

            Bonsoir Tom,

            Chiche, tu fais le prod et je te pitch ;o)

            A bientôt.
            Christophe

          • Bonsoir Christophe,

            LOL on va attendre un peu ;o)

            Tom

    • Bonjour steven,

      Parfois on cherche trop loin et cela peut vitre devenir « tordu » comme tu dis. Mais cela ne veut pas dire que demain, tu ne rencontrera pas la personne qui va te permettre d’atteindre ta cible. Au plus on se bouge, au plus les connexions sont possibles et facile.

      Pour revenir sur ta dernière phrase :  » Il faut que je me bouge cette année » NON ! Il faut que tu te bouge maintenant. De cette manière tu pourras dire : »je me suis bougé cette année » ! ;o)

      A bientôt,

      Tom

      PS : pour la photo, elle à été prise le dernier jour de tournage de la première session de la série. C’est Ziad qui fait la photo, je viens d’annoncer la fin de journée et fin de tournage…Niels est formidable…alors oui je suis content ;o)

      • Steven

        Bonsoir Tom,

         » Il faut que je me bouge cette année » NON ! Il faut que tu te bouge maintenant. De cette manière tu pourras dire : »je me suis bougé cette année » !

        Pas faux! Et c’est enregistré!

        • Bonjour Steven,

          Ahahahah ça fait toute la différence ;o)

          A bientôt,

          Tom

  • Henri-Pierre Juguet

    Encore moi..
    Tous ces commentaires/anecdotes prouvent bien que tout ceci est une réalité.
    Parfois les choses sont mêlées : les 3 principes du début et les 6 poignées de main.
    Je mange dans mon resto préféré du mercredi
    je travaille sur un scénario, le nez sur la table. A la table en face une jeune femme et une amie.
    Je lève le nez : c’est exactement le physique et le comportement du premier rôle féminin du film !
    J’ose !! : Je vais la voir : « vous êtes dans le cinéma ? le théâtre ? »
    « Non, pas intéressée ». Je laisse mon couriel tout de même.
    Mais 15 jours après on tourne tout de même un bout d’essai car elle a réfléchit…
    Le long ne se fera pas tout de suite (il doit être tourné au Japon, c’est cher…)
    mais elle tournera dans les 2 courts en préparation.
    Les 6 poignées ? eh bien il se trouve que son frère fait des courts métrages.
    Un de ceux-ci a été choisi pour faire l’affiche du festival de courts métrages de Baltimore (USA) !!!
    Du coup je ne suis qu’à 3 poignées de main de l’organisateur de ce festival international…

    Tu as raison Tom : 1. Oser, 2. Oser, 3. Oser
    Et compter les poignées de main, eh eh !

    • Bonsoir Heni-Pierre Juguet,

      J’adore ton commentaire, bravo ! Il n’y a que comme ça que cela fonctionne. Au plus on rencontre de gens au plus les possibilités augmentent, au plus les gens sont proches.

      Après il faut travailler sur la qualité des poignées de mains, il faut convaincre les interlocuteurs de donner le contact du dessus en appuyant ta demande ;o)

      1. oser, 2. Oser, 3. Oser ;o) Et 4. avoir quelque chose à dire ou à défendre ! ;o)

      A bientôt,

      Tom

      • Henri-Pierre Juguet

        Merci de ton avis 😉
        Evidemment, tu fais bien de le souligner, tout ceci fonctionne si et si seulement si on a quelque chose à dire !
        « Etre dans le cinéma » (la musique, la littérature, etc…) n’est pas un but. Le but c’est : faire des films (ou participer), jouer ou composer des musiques, écrire des histoires, de la poésie, etc… Pas de pouvoir dire qu’un jour on a serré la louche à Luc Besson !
        Qui s’en fout d’ailleurs probablement totalement…

        • Steven

          Bonsoir Henri-Pierre,

          Franchement bravo! Je crois qu’on peut difficilement faire plus pertinent comme exemple dans le fait d’oser, provoquer les choses peut-être surprenant…

          A bientôt,

          Steven

        • Bonjour Henri-Pierre,

          Tiens tu me donnes une idée…;o)

          A bientôt,

          Tom

          • Henri-Pierre Juguet

            Ah ben j’attends de connaître l’idée…
            à bientôt !

  • René-Bazin Elie

    Bonjour Tom,

    Ce que tu dit dans cet article est très intéressant car c’est vrai qu’on n’y pense pas mais que c’est vrai. J’ai penser a ce que tu a dit et je ne suis qu’a 2 poignée de main de Luc Besson!!

    Merci pour cet article qui est assez drôle et particulièrement intéressant.

    A bientôt,

    Elie.

    • Bonjour René-Bazin Elie,

      Merci. Comme je le disais à un autre lecteur dans la même situation, il faut voir aussi la « qualité » de ces poignées de main…Mais la perpective est belle.

      A bientôt,

      Tom

  • Dan

    Bonjour Tom,
    Merci pour ta positivité. c’est très encourageant de voir les choses de cette façon

    • Bonjour Dan,

      Merci. Non seulement c’est encourageant, mais ça marche vraiment ! Parfois le premier frein pour réussir c’est nous même.

      A bientôt,

      Tom

  • Michel

    Bonjour Tom, bonjour à tous,
    Comme d’habitude, vos articles sont riches, très bien argumentés. C’est toujours un régal de vous lire ! Merci pour tout ce que vous faites et le temps que vous y consacrez.

    • Bonjour Michel,

      Merci pour ce très gentil message et ceux compliments. N’hésite pas à partager le blog autour de toi, c’est le meilleur moyen de me remercier.

      A bientôt,

      Tom

  • Bruno

    Bonjour,
    Très bon sujet que j’ai moi-même pu constater l’an dernier.
    Je me lançais dans la réalisation de mon premier court-métrage et je rêvais d’avoir un acteur connu, (dont je tairai le nom) comme acteur principal. Mais je rêvais car je ne le connaissais pas du tout. Entre temps j’ai appelé un jeune producteur que je connais bien pour avoir les coordonnées d’un studio d’enregistrement et en lui parlant de mon projet il me dit qu’il vient de terminer la prod d’un film avec cet acteur que je rêvais d’avoir. Et il me donne son numéro.
    Sans le savoir, j’étais à 1 poignée de main de l’acteur que je voulais.

    Je l’ai appelé et il a été très ouvert et très sympathique, car j’appelais de la part de quelqu’un qu’il connaissait.

    • Bonjour Bruno,

      Merci pour ce partage d’expérience. N’hésite pas à partage le blog autour de toi ;o)

      Je n’ai qu’une chose à dire : CQFD

      A bientôt,

      Tom

  • agnes

    merci tom c’est tres edifiant

  • Stephane Agou

    Merci vraiment pour cet article. Moi je suis étudiant en médecine en fin de cycle mais passionné par le cinéma. J’ai déjà réalisé un très court métrage de 3 minutes et un court de 8 minutes. J’aimerais vraiment me lancer dans le cinéma et j’ai déjà une dizaine d’ébauche de projets. Vos article m’aident beaucoup. Merci

    • Bonjour Stéphane,

      Merci pour les compliments, n’hésite pas à partager le blog autour de toi, c’est le meilleur moyen de me remercier.

      A bientôt,

      Tom

  • maria

    Bonsoir TOM, et bonsoir tous,
    Merci comme toujours TOM, tu me donnes une idée. Au fond, tu nous parles de chaîne de solidarité.
    Pour l’article de la semaine dernière, je l’ai trouvé formidable.
    Je ne suis pas surprise de ta notoriété, en témoignent les chaînes TV nobles pour qui tu travailles et les réals qui t’embauchent.
    C’est vrai que ton parcours est extraordinaire. Bravo !
    Cordialement de
    ☼ ) maria

    • Bonjour Maria,

      Merci ;o) J’espère que tu me parleras de ton idée ! ;o)

      A bientôt,

      Tom

      • maria

        Bonjour TOM,
        Bien sûr, je te dirai mon idée…si elle se concrétise.
        Le lien, c’est une vieille dame comme moi, la maman d’un lien avec lequel j’ai correspondu grâce à toi. Elle m’a dit: « Téléphonez-lui : ( lui = un réal, qui pourrait être séduit par ma fiction ) ;  » il vous répondra. ». Alors, je vais me lancer.
        J’aime les relais qu’on se passe les uns aux autres, comme dans les jeux de ma jeunesse. ☼ )
        Cordialement de
        ☼) maria

  • Anne Fauchon

    Hello Tom, tu pourrais, devrais !, ajouter : quatrièmement, enlever vous le doigt du c. Tu crois que ça ferait trop private joke 🙂 ? Plus sérieusement, très dopant ton article ; MERCI !!!!

  • MDR

    Tom Weil, je vous suit depuis longtemps , et vous avez parfaitement caractérisé les problèmes de jeunes réalisateurs voulant se lancer dans le métier. On sent de la franchise dans vos écrits et du vécu. En tout cas, votre blog donne de l’espoir. Merci et continuez surtout.

    • Bonjour MDR,

      Merci pour ton commentaire et tes compliments. N’hésite pas à partager le blog autour de toi c’est le meilleur moyen de me remercier.

      A bientôt,

      Tom

  • Twobib

    J’avais déjà eu connaissance de cette théorie, et qui s’avère être totalement juste dans mon cas. Sans même aller chercher tout ça très loin, j’ai vite vu qu’il n’y avait que deux personnes seulement entre moi et Luc Besson…
    Bon il y a quand même encore le plus important qui me sépare de lui : un projet.
    « projet » au sens large, dans le sens ou même si demain j’avais l’occasion de lui serrer la main, j’aurai pas grand chose d’autre à lui présenter 🙂

    • Bonjour Twobib,

      Merci pour ton partage. Tu vois nous sommes dans la même situation ! Nous avons le même nombre de poignées de mains qui nous séparent de lui. J’en connais 3 qui sont connectés directement à lui. Mais je n’ai pas d’intérêt à les solliciter.

      Ce qu’il faut savoir maintenant c’est est-ce que cette personne que te sépare de lui à assez de « pouvoir » pour t’introduire ? ou que tu sois lu ?…

      Parfois il se peut qu’on ai des surprises et que le nombre de poignées de main s’allonge. On pense avoir une poignée de main alors que l’on en a une ou deux de plus.

      A bientôt,

      Tom

      • Twobib

        C’est effectivement la remarque que je me suis faite : j’ai un doute sur la valeur de la poignée de main entre justement ces deux poignets de main qui me sépare de Luc Besson. Mais dans tous les cas, cela reste quand même finalement plus proche que je ne l’aurai pensé.
        Après, rien ne vient tout seul. Si à l’heure actuelle ce nombre de personnes intermédiaires est peu élevé, c’est parce qu’à un moment je me suis bougé pour partir à la rencontre des personnes plus ou moins proche de ce milieu, malgré le fait d’être sur Poitiers, lieu a priori pas franchement proche du cinéma, et pourtant, on peut toujours y faire des rencontres très intéressantes.

        • Bonjour Twobib,

          Absolument !

          Et oui on obtient cela en se bougeant ;o)

          A bientôt,

          Tom

  • Sympa cette nouvelle unité de mesure, la « poignée de main » 🙂

    Je ne peux qu’être d’accord avec toi, surtout les trois principes du début de l’article. Mon expérience personnelle va dans ce sens: il y a 4 ans le cinéma n’était pour moi qu’un rêve d’enfance inaccessible, aujourd’hui j’anime un atelier cinéma avec lequel nous réalisons des court métrages, et j’ai été premier assistant sur le tournage d’un long métrage. La clé à été une rencontre avec un cinéaste qui m’a fait comprendre que le « inaccessible » dans « rêve d’enfance inaccessible » était faux, et qu’en fait c’est tout à fait possible d’entrer là dedans.

    Toujours à partir de mon expérience personnelle j’ajoute que le simple fait de se bouger *attire* les contacts. Quand j’ai lancé mon projet d’atelier cinéma j’en ai parlé à un ami d’ami qu’on m’avait présenté, un chef-op professionnel, savoir s’il pourrait m’aider. Il m’a répondu poliment mais un peu froidement, du genre « oui bah fait ton truc et on verra ». Je le comprend: quand vous êtes tagué « travaillant dans le cinéma » vous devez vous recevoir plein de gens qui veulent vous présenter leur fils ou leur copain « qui a du talent » pour que vous l’introduisiez etc…

    Donc j’ai créé l’atelier, on a commencé à tourner des films, on a montré qu’on était super motivé avec peu (presque pas) de moyens, bref on s’est bougé, vraiment bougé. Et là je suis revenu vers ce chef-op avec des films réalisés, une vraie synergie mise en place… et ça l’a impressionné, du coup il a commencé à nous aider sur un film, puis sur un autre où il s’est carrément fait remplacer sur un contrat payé juste pour bosser avec nous bénévolement, et il a fait marcher son carnet d’adresse pour nous avoir du matériel gratuitement, des acteurs pros qui sont venus bénévolement tourner avec nous, un monteur pro qui va nous aider à monter le dernier court, etc…

    Et ce n’est pas le seul: autour de cette synergie qu’on a mis en place avec l’atelier des tas d’artistes (musicien, décorateurs, etc…) ont accepté de nous donner un peu de temps, bénévolement, pour nous aider. Bref le simple fait qu’on se soit bougé à attiré des tas de bonnes volonté, y compris de professionnels du cinéma qui retrouvent dans notre enthousiasme un esprit qui, selon ce qu’ils disent eux même, se perd un peu sur les tournage les plus professionnels (genre tournage se série à la chaîne…). Et bien sûr j’en profite moi même, personnellement, en étendant d’autant plus mon propre réseau: c’est aussi grâce à ça que j’ai été pris sur ce tournage de long métrage cet été, et du coup rencontré encore plus de monde, etc…

    Bref j’ai d’abord compris que mon rêve de cinéma était possible, j’ai imaginé des moyens d’y arriver en fonction de ma situation personnelle (aujourd’hui je travaille encore comme informaticien, ma reconversion prendra le temps qu’il faudra à force d’expériences à droite à gauche, mais c’est en bonne voie!) et je me suis bougé en créant l’atelier. C’est à dire précisément les trois étapes que tu as relevé. Le reste en a découlé petit à petit, comme un effet boule de neige, y compris cette synergie qui a attiré les contacts parfois sans même que j’aie besoin d’aller les chercher!

    • Bonjour Cinémacam,

      Ahahahah oui effectivement cela peut être une unité de mesure ;o)

      J’aime aussi les 3 principes lol

      Merci pour le partage de ton expérience, tout est là. Beaucoup de gens cherchent, trop souvent, le chemin le plus compliqué. Alors qu’au fond ces 3 principes sont simples à suivre et bougrements efficaces.

      D’ailleurs un réalisateur d’un court associatif à utilisé cette théorie et ces 3 principes, résultat il a tourné ce w-e avec une une équipe et des comédiens pro, dont votre serviteur. cela faisait 12 ou 13 ans que je n’avais pas fait d’associatif, mais il a su m’emporter…je connaissais le chef op etc…CQFD

      A bientôt,

      Tom

      • Héhé qui sait, peut-être qu’un jour on travaillera ensemble? 😉

        • Bonjour Cinémacam,

          Il ne faut jamais dire : « Fontaine…. »

          A bientôt,

          Tom

  • Fabien

    Bonjour,

    Sans parler de Bruce Willis ou de Tarantino, mais seulement si vous chercher des passionnés qui ont peut-être eux-aussi peu de moyens mais beaucoup d’envie et créer des synergies pour faire avancer vos projets, vous pouvez utiliser le site http://synartgie.fr. Le site intégralement dédié aux synergies artistiques, et entièrement gratuit ! Vous pouvez déposer un projet pour contacter des gens et créer du réseau dans votre domaine artistique, comme l’audiovisuel !

    Encore merci Tom pour tes articles.
    Fabien

    • Bonjour Fabien,

      Merci pour ton partage, cela peut être une bonne manière de se faire un réseau.

      Mais la théorie des 6 degrés de séparation part du principe que les liens sont déjà en possession du demandeur ;o)

      Pour revenir à Synartgie, c’est une bonne idée, dommage qu’il n’y est pas plus de demande.

      A bientôt,

      Tom

  • Laryssa

    Merci pour tes conseils Tom. J’aime beaucoup cette théorie même si au final, il faut juste une grosse paire d’audace et de confiance en soi 😉

    • Bonjour Laryssa,

      Cela va au-delà de la grosse paire…car cette théorie ne tiens pas uniquement sur « il faut oser » mais plutôt sur : « on est connecté ». C’est grâce à la référence de la personne qui vous envoie vers votre « cible » que le contact est possible ;o)

      Après effectivement il faut oser y aller ;o) Mais comme nous sommes « adoubé » cela nous donne une légitimité pour « oser » y aller ;o)

      A bientôt,

      Tom

  • Christophe

    Bonjour Tom,

    Cette théorie des « 6 degrés de séparations », que je ne connaissais pas, à brutalement lancer une intense cogitation de mon esprit… Lol

    Un exemple concret perso, je souhaite approcher depuis quelques temps un réal (Laurent Tirard) car j’aime son style. Bref, je visualise mon réseau et je compte les maillons qui me séparent de lui et surprise… il y a 6 poignées de mains ;o) Bon, c’est pas encore gagné, je n’en suis qu’à 3 pour le moment et ça plafonne depuis cet été. Alors je vais repasser à l’action ;o)

    Il n’empêche que l’action est très stimulante, les résultats sont souvent là si on sait être audacieux, et surtout si on amène de la matière. C’est tellement vrai quand tu dis  » Sans avoir préparé au préalable une question à poser à cette personne ;o)  » Dans d’autres situations, j’ai vu pas mal de type se pointer les mains dans les poches et se rétamer lamentablement…

    Merci pour cette leçon d’optimisme :o)

    A bientôt.
    Christophe

    • Bonjour Christophe,

      Je suis content de te la faire(la théorie) connaitre et te provoquer une intense cogitation ! C’est un peu ma spécialité lol

      Pour la question c’est essentiel ! Faire la démarche de remonter les 6 poignées de main de ne sert à rien si on à rien à demander ou à dire ! De plus cette question peut ouvrir sur un intérêt de la personne visée.

      Une poignée de main pour une poignée de main ne sert à rien, il faut essayer de la faire « fructifier » ;o)

      A bientôt,

      Tom

      PS : j’ai eu la production, c’est dans les tuyaux, je reviens vers toi dés que j’ai des news.

      • Christophe

        Re-Tom,

        « Fructifier », c’est tout à fait ça !

        Sinon, super !

        Christophe

  • Henri-Pierre Juguet

    Salut Tom,

    je connaissais déjà cette théorie. Ta façon de la mettre en évidence est très intéressante, je pense que cela va remettre du baume au coeur de quelques uns.
    Mais ce que j’aime surtout dans cet article c’est tes 3 conseils du début. Particulièrement le troisième.
    Si on n’ose rien (attention : sans jamais importuner, ce qui est définitivement rédhibitoire) on n’obtient rien !
    Pour son dernier film quand elle était au LISA d’Angoulême (dans lequel elle m’avait enrôler sous diverses casquettes) ma fille avait obtenu que LA grande boite de location de matos électrique en France (tous ceux qui lisent les génériques jusqu’au bout comprendront qui c’est…) lui PRETE du matériel !!! (lumière, câbles, etc…) J’ai bien dit prêter.
    Finalement on ne pouvait pas s’en servir, pas assez d’assistants pour surveiller dans les rues, etc…
    mais elle avait osé au lieu de gémir ! Voilà pour abonder dans ton sens.

    Continue, merci !! et bon dimanche… 😉

    • Bonjour Henri-Pierre,

      C’est exactement la bonne attitude à avoir ;o) Ta fille à tout compris !

      Merci pour ton commentaire et ton partage ;o)

      A bientôt,

      Tom